Croisades

El Presidente
Thématique
Thématique
Période historique Moyen-âge
Partager

Les Croisades sont une série d'expéditions militaro-religieuses prêchées la plupart du temps par le pape. Au nombre de huit, ces croisades se sont déroulées entre 1095 et 1291. Ça n'est qu'après 1250 que le terme "Croisade" apparaît afin de désigner l'expédition vers Jérusalem des soldats du Christ. Aux XI-XIIème siècle, on parlait plutôt de "voyage de Jérusalem".

Le pape Urbain II fut le premier, lors du Concile de Clermont (18-27 novembre 1095), à prêcher la première Croisade en lui donnant son caractère d'opération militaire et religieuse.

Depuis longtemps, l'Orient et l'Occident s'opposaient que ce soit culturellement, économiquement, diplomatiquement et bien entendu religieusement. L'orient était davantage perçu comme un monde où régnait la cohésion entre les peuples et les nations. Mais, à la fin du XIème siècle, les choses s'accélérèrent.

En effet, l'empire byzantin était affaibli par de fréquents changements dynastiques. Dans le monde musulman, les califats se décomposaient. Les Turcs Seldjoukides s'emparèrent de Bagdad en 1055 et conquièrent une grande partie de l'Asie Mineure, la Syrie et la Palestine. Il se séparèrent ensuite en plusieurs émirats hostiles les uns envers les autres. Cela les rendirent impuissants lors de l'arrivée des Croisés. On associe à cela la mer Méditerranée qui n'était plus sous l'emprise des Musulmans et des Sarrasins mais davantage sous celle des villes italiennes. Ces dernières (Pise, Venise, Gène, Bari...) prirent de plus en plus d'importance dans la région grâce à leurs liens commerciaux avec l'Orient.

Tout ceci mène à penser que ces divers situations géo-politiques et économiques puissent être la cause des Croisades. Eh bien ! que nenni ! En réalité, parmi les causes les plus souvent soulevés sur la Croisade, nous trouvons la tradition des pèlerinages et la guerre pour Dieu.

Le pèlerinage est le rite le plus important pour la pénitence. Il est considéré comme l'accomplissement d'une destinée religieuse aussi bien chez les Chrétiens que chez les Musulmans. Le choix des Chrétiens se porta très vite sur Jérusalem car la longue route qui mène en ce lieu est proportionnel aux souffrances endurées par le pèlerin (l'unissant ainsi à celles du Christ). Sous l'influence des nombreux prêches du clergé - notamment ceux de Pierre l'Ermite (1096), du moine Raoul (1145-1146), de l'abbé Bernard de Clairvaux (1146) ou du curé Foulques de Neuilly (1199) - la recherche du salut collectif s'inséra peu à peu dans la tête des masses populaires, enfants et vieillards, hommes et femmes, riches et pauvres.

La notion de "guerre pour Dieu" est liée à la Reconquista, qui a lieu depuis 718 en Espagne. Lutter pour reprendre les terres chrétiennes hispaniques, d'autant plus au nom de Dieu, était un honneur pour tous les Chrétiens qui se respectent. Encore davantage si on y mourrait en plein combat face à l'ennemi car on devenait alors martyre avec tout le prestige que cela reflète.

Lors du Concile de Clermont, Urbain II proposa d'aller défendre les chrétiens d'Orient. Placé sous l'autorité de l'Église, ce premier pèlerinage en armes accueillit toutes sortes de participants qui se reconnaissaient à certains signes (port d'une croix) et à qui on promettait les indulgences (la rémission totale ou partielle devant Dieu de la peine temporelle encourue en raison d'un péché déjà pardonné) ou l'effacement des dettes.

Les Huit Croisades :

Au fil des Croisades, l'élan religieux s'affaiblit de plus en plus pour laisser place à des expéditions beaucoup plus géo-politiques. Cependant, les Croisades ont eu énormément d'importance durant la période médiévale.

En effet, les Croisades ont eu des conséquences à la fois politique (création des États francs d'Orient), économique (grande impulsion aux échanges entre l'Occident et l'Orient, enrichissement des marchands et des ports italiens) et culturelles (implantation d'église latine en Orient, premiers contacts avec la science musulmane, découvertes de pays inconnus, remise en question de traditions livresques héritées de l'Antiquité par les traductions arabes permettant ainsi de redécouvrir des oeuvres antiques...).

Sources pour l'ensemble des résumés sur les Croisades :

  • M. Balard, J.-P. Genet, M. Rouche, Le Moyen-Âge en Occident, Hachette Supérieur, 2003, 352 pages.
  • Renaud Beffeyte, L'art de la guerre au Moyen Âge, Editions Ouest-France, 2005. 127 pages.
  • A. Ducellier, M. Kaplan, B. Martin, F. Michea, Le Moyen Âge en Orient, Hachette Supérieur, 2006, 350 pages.
  • Bernard Merdrignac et Patrick Mérienne, Le Monde au Moyen Âge, Éditions Ouest-France, 2003, 127 pages.
  • Aymdef El Présidente, Rédacteur en chef, Testeur, Chroniqueur, Historien Email | Twitter
  • "L'objet de la guerre n'est pas de mourir pour son pays, mais de faire en sorte que le salaud d'en face meure pour le sien." George S. Patton