Septième Croisade

El Presidente
Thématique
Thématique
Période historique Croisades
Partager

En 1238, le sultan d'Égypte Malik al-Kamel meurt, laissant son royaume à ses fils qui se disputent la succession. En 1240, son fils Malik al-Salih Ayyoub, aidé par les mamelouks, s'empare du trône d'Égypte. Jérusalem, à ce moment est sans défense et n'a plus de murailles depuis la Cinquième Croisade. En 1239, la trêve signée lors du traité de Jaffa prend fin et le pape Grégoire IX lance un appel à la Croisade pour protéger Jérusalem. Une "Croisade des barons" est alors organisée par la noblesse française. Dirigée par Thibaud IV, le comte de Champagne, cette excursion n’apporta aucun résultat aux croisés.

Le 23 août 1244, à la suite d'incessantes guerres civiles, Jérusalem tombe définitivement aux mains des Turcs Kharezmiens, des pillards musulmans qui sévissaient dans la région contre les chrétiens mais aussi contre d'autres musulmans. Le 17 octobre 1244, eu lieu la bataille de La Forbie opposant une alliance des Croisés et d’adversaires des Ayyoubides face à une alliance des Ayyoubides et des Kharezmiens. C'est une défaite pour la première alliance. En apprenant la nouvelle, le roi de France Louis IX (Saint Louis), gravement malade de la dysenterie, fait le voeu de se croiser s'il guérit. En 1245, au Concile de Lyon, le pape Innocent IV appelle à la Croisade.

Rétabli, Louis IX prépare son départ vers les royaumes chrétiens d'Orient en difficulté. L'organisation de la croisade dure quatre années, qui verront la construction du port d'Aigues-Mortes. Louis IX s'y embarque en août 1248 et prend la direction de l'Égypte. Il s'arrête à Chypre pour passer l'hiver puis se dirige vers Damiette. Le 6 juin 1249, la ville est prise sans combat. Le sultan Ayyoub, immobilisé par la tuberculose, propose à Louis IX d’échanger Damiette contre Jérusalem. Louis refuse de traiter avec un infidèle, comme l'avait fait en son temps le prélat Pélage. Le sultan Malik al-Salih Ayyoub, au dernier stade de la maladie, meurt le 23 novembre 1249. Sa mort est tenue secrète par sa veuve pour éviter toute révolte et pour attendre que son fils, Tûrân Châh, vivant en Turquie, vienne prendre la succession.

Le prochain objectif des croisés est le Caire. Du 8 au 11 février 1250 a lieu des affrontements près de la citadelle de Mansourah. Cette bataille célèbre est remporté par les croisés malgré la forte résistance des musulmans. Cependant, la citadelle, tenue pas les mamelouks, ne tombe pas. Le scorbut et la dysenterie déciment les croisés forçant Louis IX à battre en retraite. Le roi sera finalement capturé à Fariskur le 6 avril.

Tûrân Châh, arrivé au Caire, accumule les erreurs et les maladresses dès son arrivée au pouvoir. Il s'attire les foudres des mamelouks qui avait pourtant placé son père sur le trône dix ans plutôt. Le 2 mai 1250, les mamelouks assassinent Tûrân Châh et prennent le pouvoir au Caire. Le 8 mai, ils font libérer le roi Louis IX contre une forte rançon. Le 13 mai, le roi se trouve à Saint-Jean-d'Acre où il réorganise la défense du Royaume d'Acre.

En avril 1254, en apprenant la mort de sa mère Blanche de Castille (1252), régente du Royaume de France durant la Croisade, Louis IX rentre en France, ne pouvant laisser son royaume sans régence. Cette Croisade se termine sur un échec puisque Jérusalem n'est toujours pas repris mais Louis IX a apporté une stabilité au royaume de Jérusalem qui se passait de roi depuis vingt ans et était déchiré par l’anarchie féodale. Face au nouveau danger mamelouk, il a aussi renforcé les défenses des places fortes chrétiennes.

  • Aymdef El Présidente, Rédacteur en chef, Testeur, Chroniqueur, Historien Email | Twitter
  • "L'objet de la guerre n'est pas de mourir pour son pays, mais de faire en sorte que le salaud d'en face meure pour le sien." George S. Patton