Huitième Croisade

El Presidente
Thématique
Thématique
Période historique Croisades
Partager

En 1258, les Mongols s'emparent de Bagdad, mettant fin au califat abbasside. En 1260, Baybars de vient sultan mamelouk d'Égypte. Son objectif principal est la destruction des États croisés. le 27 février 1265, le sultan prend Césarée. Puis Baybars s'empare successivement de la forteresse des Templiers de Safed (25 juillet 1266), de Jaffa (7 mars 1268), d'Antioche (18 mai 1268).

Louis IX suit de très près les évènements d’Orient et décide de se croiser en 1267, mais sont départ est retardé. Le 1er juillet 1270, Louis IX embarque depuis Aigues-Mortes pour Tunis où il espère convertir le sultan au christianisme et le dresser contre le sultan d'Égypte. C'est pourquoi, le 17 juillet, il débarque avec son armée à La Goulette, près de Tunis. Les croisés s'emparent facilement de Carthage mais l'armée est victime de la dysenterie. Louis IX en meurt le 25 août 1270 sous les remparts de Tunis. Son frère Charles d’Anjou prend la direction des opérations et négocie la paix avec l'émir de Tunis. En novembre 1270, la flotte croisée se rembarque pour la Sicile.

Le prince Édouard d’Angleterre n'ayant pu rejoindre à temps Louis IX lors du siège de Tunis, s'engage malgré tout dans une nouvelle Croisade. Il débarque en Terre sainte en 1271. Le krak des Chevaliers, la forteresse imprenable, tombe le 8 février 1271. Face au manque de moyens, Édouard rembarque à Acre et retourne en Angleterre en septembre 1272, laissant les dernières places chrétiennes sans défenses. Les croisés obtiennent l'alliance des Mongols, ce qui contraint Baybars à signer une trêve de dix ans. Il en profite pour s'emparer de Masyaf, la forteresse du nord de la Syrie, aux mains de la secte des assassins, les Nizârites, et ravage la Cilicie entre 1274-1275.

La fin des états latins de Terre sainte eu lieu en mai 1291 lorsque Antioche et Saint-Jean-d'Acre tombèrent.

  • Aymdef El Présidente, Rédacteur en chef, Testeur, Chroniqueur, Historien Email | Twitter
  • "L'objet de la guerre n'est pas de mourir pour son pays, mais de faire en sorte que le salaud d'en face meure pour le sien." George S. Patton