Première Croisade

El Presidente
Thématique
Thématique
Période historique Croisades
Partager

"Vous qui êtes fatigués et chargés, prenez votre croix et suivez-moi !" C'est par ces mots qu'Urbain II lança l'appel à la Croisade à la fin du Concile de Clermont, le 27 novembre 1095.

Cet appel est suivi en avril 1096 par les prédications populaires de Pierre l'Ermite qui, sans attendre l'armée croisée, prend la route de Jérusalem. Il est suivi par près de 150 000 hommes et femmes dont nombreux n'ont jamais combattu. Ils traversent l'Europe Centrale dans une totale indiscipline, allant même à se livrer à des pillages et à des massacres de juifs, tenus responsable de la crucifixion du Christ. Cette Croisade populaire, arrivée à Constantinople, embarque pour l'Asie Mineure où elle sera accueillie et écrasée par les Turcs, devant Nicée, le 21 novembre 1096.

Quant au pape Urbain II, il aurait bien souhaité une armée unique mais ce sont quatre armées qui s'organisèrent chacun de leur côté avec de puissants seigneurs à leur tête :

  • Armée du pape, la plus importante, dirigée par son légat, Adhémar de Monteil, et le comte de Toulouse, Raymond de Saint-Gilles
  • Armée des Normands d'Italie du Sud avec Bohémond de Tarente et Tancrède de Hauteville
  • Armée des barons de France du Nord avec le frère du roi Philippe 1er, Hugues de Vermandois, et le comte Étienne de Blois
  • Armée des Lotharingiens avec les fils du comte de Boulogne : Godefroy de Bouillon et Baudouin de Boulogne

À leur arrivée à Constantinople en avril-mai 1097, les armées croisées se rejoignirent et la majorité de leur chef prêtèrent serment de fidélité au basileus Alexis Ier Comnène. Ce dernier, pensant que les croisés venaient pour l'aider, exigea que les seigneurs tiennent la promesse qu'ils restituent à l'empire byzantin, les terres qui lui ont appartenu avant la conquête turque.

Nicée fut leur premier objectif. la ville tenue par les Turcs est assiégée et prise le 19 juin 1097. La ville est rendue au basileus. Les Croisés obtiennent une victoire sur Kılıç Arslan Ier, le sultan de Roum (sultanat Seldjoukides d'Asie Mineure), le 5 juillet 1097 à Dorylée. Cela permit l'ouverture de l'Anatolie aux Croisés.

En mars 1098, les Arméniens appellent à l'aide et c'est Baudouin de Boulogne qui y répondit en conquérant Édesse. À cette occasion, il y instaura le premier État croisé : le comté d'Édesse. Le 3 juin 1098, c'est Antioche qui tomba aux mains de Bohémond de Tarente après un long siège débuté en novembre 1097. Le comté d'Antioche naquit.

Le 13 janvier 1099, l’armée croisée menée par Raymond de Saint-Gilles prend la route de Jérusalem. Les croisés entrent à Bethléem le 6 juin et mettent le siège devant Jérusalem le lendemain. Le 15 juillet, Jérusalem est entre les mains des croisés. Cinq jours après, Godefroy de Bouillon prend le titre d'avoué de Saint-Sépulcre, alors qu'on lui offrait le trône de Jérusalem. Il ne voulait pas ceindre une couronne d'or là où le Christ avait porté une couronne d'épines. À la place, son frère Baudouin se fit couronné roi de Jérusalem, à Bethléem, le 25 décembre 1099.

Certains pèlerins décident de revenir en occident, d'autres choisissent de rester, d'autres encore chosissent d'aller en Orient. La nouvelle de la prise de Jérusalem provoque le départ de petites expéditions. Ces entreprises isolées échouent toutes en Anatolie devant des Turcs remobilisés. La mer Méditerranée devient alors le seul moyen de communication avec l'Occident. Baudouin, comte d'Édesse et roi de Jérusalem étend le royaume de Jérusalem par les conquêtes d'Arsouf, de Césarée, de Beyrouth et de Sidon. En 1102, Raymond de Saint-Gilles s'empara de Tortose et créa le comté de Tripoli. Mais c'est bien plus tard, le 12 juillet 1109, que la ville de Tripoli tomba entre les mains, non pas de Raymond de Toulouse (mort en 1105) mais de son fils Bertrand.

  • Aymdef El Présidente, Rédacteur en chef, Testeur, Chroniqueur, Historien Email | Twitter
  • "L'objet de la guerre n'est pas de mourir pour son pays, mais de faire en sorte que le salaud d'en face meure pour le sien." George S. Patton