L'Histoire en bulles n°7 : Le voyage de Marcel Grob

Thématique
17 avril
2020

Grand amateur de bandes dessinées depuis ma plus tendre jeunesse, lorsque j’ai découvert le site d’HistoriaGames, j’ai été heureux d’y trouver le contenu de cette chronique « L’Histoire en bulles » que je me suis empressé de lire. De par mon appétence pour ce IXe art, et particulièrement lorsqu’il retranscrit ou trouve son inspiration dans des faits, des évènements historiques, c’est tout naturellement que j’ai souhaité participer à cette chronique.

Bien entendu, les bandes dessinées sont des objets de divertissement mais qui, au même titre que les jeux vidéo, peuvent être une approche initiale à l’Histoire et toucher un public qui en est habituellement éloigné, ce qui ne peut être que bénéfique à mon sens ! (Je vous conseille, en ce sens, la lecture de mon entretien avec Maxime Durand, historien chez Ubisoft pour la série des Assassin’s Creed).

Pour mon premier article dans la chronique « L’Histoire en bulles », mon choix s’est arrêté sur une bande dessinée un peu différente de celles présentées jusqu’à maintenant, mais je ne manquerai pas de revenir vers d’autres BD, type Les tuniques bleues déjà vues ici et que j’adore également.

L'Histoire en bulles n°7 : Le voyage de Marcel Grob

Mon choix pour ce premier article s’est donc arrêté sur Le voyage de Marcel Grob écrit par Philippe Collin et mis en dessin par Sébastien Gooethals, sorti le 11 octobre 2018, aux éditions Futuropolis.

Les BD, comme les films, séries, livres, revues, etc. consacrées à la Seconde Guerre mondiale sont nombreuses. Elles peuvent s’intéresser à des batailles, des hommes ou des faits célèbres ou peuvent encore être totalement fictives et seulement avoir ce cadre pour inspiration.

Pour sa part, Le voyage de Marcel Grob mérite que l’on s’arrête dessus car cette BD vient mettre en lumière l’histoire dramatique de ces milliers de jeunes alsaciens enrôlés de force dans la Waffen SS lors de ce conflit, de ces « Malgré nous ».

Cette BD retrace le périple vécu par Marcel Grob, respectable bourgeois octogénaire qui se voit contraint, au crépuscule de son existence, de s’expliquer face à un juge d’instruction sur cette période sombre de sa vie.

L'Histoire en bulles n°7 : Le voyage de Marcel GrobMarcel Grob octogénaire face au juge d’instruction.

Contexte de la BD

Inspirée de la vraie vie du grand-oncle de l’auteur de la BD, celle-ci se veut être la parfaite narration des actes du jeune « Marzell Grob » (telle est l’orthographe de son livret militaire allemand).

Conscient et marqué par la différence de ressentis entre ceux ayant vécu les évènements qui ont dicté leurs actes et la jeune génération qui se permet de juger ces actes passés sans forcément avoir le recul et la connaissance nécessaire, le scénariste de la BD s’est lui-même représenté sous les traits durs du juge d’instruction chargé d’interroger Marcel Grob sur son passé.

L'Histoire en bulles n°7 : Le voyage de Marcel Grob  L'Histoire en bulles n°7 : Le voyage de Marcel GrobLe juge d’instruction et Marcel Grob.

C’est sur cet interrogatoire entre le Marcel Grob octogénaire et le juge d’instruction trentenaire que débute le récit de la BD.

L'Histoire en bulles n°7 : Le voyage de Marcel Grob

Confronté aux preuves de son appartenance passée au sein de la tristement célèbre Waffen-SS et plus particulièrement au sein de la 16ᵉ Panzergrenadierdivision SS Reichsführer-SS (une division de grenadier mécanisée et blindée), Marcel Grob va devoir justifier ses actes au cours de ces mois sombres qui l’ont mené d’Alsace aux rives du lac de Garde au nord de l’Italie, après avoir été blessé sur le front Italien le long de la ligne gothique dans le secteur de l'Émilie-Romagne, au cours de la bataille de Rimini.

Nous suivons ainsi le parcours de ce jeune alsacien, qui n’a jamais vu la mer, quittant son alsace natale le 27 juin 1944 jusqu’au moment de sa capture par les Alliés le 28 avril 1945 alors qu’il est en convalescence après avoir été grièvement blessé.

L'Histoire en bulles n°7 : Le voyage de Marcel Grob  L'Histoire en bulles n°7 : Le voyage de Marcel Grob

Réalisme historique

L’ensemble des faits relatés dans cette BD retrace très fidèlement le déroulé des évènements de cette période. La narration du massacre de Mazarbotto (le Oradour-Sur-Glane italien qui a fait, selon le bilan officiel, 770 morts dans cette seule ville et près de 2000 dans la région ; des femmes, enfants et vieillards pour la plupart) vue par les yeux du « héros » de cette BD et les illustrations du dessinateur arrivent à retranscrire toute la violence de la situation vécue par le jeune Marcel entre pression des nazis et atrocités de la guerre.

L'Histoire en bulles n°7 : Le voyage de Marcel Grob  L'Histoire en bulles n°7 : Le voyage de Marcel Grob

Une attention toute particulière est également portée sur les différents acteurs de cette tragédie. Que ce soit le Sturmbannführer Walder Reder, dit le mancho, responsable du terrible massacre de Mazarbotto, où plus loin dans la BD l’Oberführer SS Otto Baum, tous ont bel et bien été partie prenante des évènements tragiques relatés.

L'Histoire en bulles n°7 : Le voyage de Marcel Grob  L'Histoire en bulles n°7 : Le voyage de Marcel GrobWater Reder (à droite) - Otto Baum (à gauche)

Les représentations des différents uniformes sont elles aussi particulièrement soignées et respectueuses du réalisme historique et ce jusque dans le moindre détail. Du Stahlhelm (casque d’acier emblématique des soldats allemands) aux revers de chemises siglés des fameuses runes SS, en passant par l’équipement du fantassin, tout est richement reproduit sur les différentes planches de cet ouvrage.

L'Histoire en bulles n°7 : Le voyage de Marcel GrobGrenadier de la Waffen-SS.

L'Histoire en bulles n°7 : Le voyage de Marcel Grob

Il faut préciser que les auteurs de cette BD ont souhaité apporter une vigilance toute particulière au réalisme de celle-ci, pour cela ils ont fait appel notamment à Christian Ingrao, directeur de recherche au CNRS spécialisé sur l’histoire du nazisme. Ils ont également fait appel à un juge d’instruction afin de profiter de son expérience et se sont appuyés sur une vaste ressource documentaire. A ce propos, il est intéressant de voir que les dernières pages de cette bande dessinée sont consacrées à des éclairages sur l’histoire de la SS et de la Waffen-SS.

Les « malgré-nous »

Cette expression désigne, pour la Seconde Guerre mondiale, les 100 000 Alsaciens et 30 000 Mosellans incorporés de force au sein de la Wehrmacht, l’armée allemande.

Dans ces provinces, non pas occupées mais annexées par le IIIe Reich, à partir d’août 1942, tous les jeunes doivent se soumettre au service militaire obligatoire pour le service du Reich. Ces intégrations de force au sein des forces armées allemandes s’expliquent par les besoins importants en soldats de la Wehrmacht afin de venir remplacer ceux tombés sur les différents champs de batailles sur lesquels l’Allemagne est engagée.

Néanmoins, elle ne se fera pas sans heurts ! Les allemands, particulièrement au sein des unités SS, furent très méfiants à l’égard de ces enrôlés de force souvent prompts à déserter. Nombre de brimades et autres sanctions furent infligées à ces hommes du seul fait de leur origine. Toute tentative d’échapper à ce service militaire se traduisait par des sanctions terribles à l’encontre de la famille du déserteur (le suicide lui-même était ainsi considéré comme une forme de désertion et entraînait des sanctions à l’encontre de la famille du suicidé-déserteur).

L'Histoire en bulles n°7 : Le voyage de Marcel Grob  L'Histoire en bulles n°7 : Le voyage de Marcel Grob
L'Histoire en bulles n°7 : Le voyage de Marcel Grob  L'Histoire en bulles n°7 : Le voyage de Marcel Grob

C’est ainsi par la peur pour leur proche que ces jeunes ont malgré eux intégré les rangs de l’armée allemande. Que ce soit dans la Heer (armée de terre), dans la Luftwaffe (armée de l'air), dans la Kriegsmarine (marine de guerre), ou encore dans la Waffen-SS (4ème branche de la Wehrmacht selon les déclarations d’Hitler en décembre 1941), ces hommes combattront majoritairement sur le front de l’Est mais également à l’Ouest sur le front italien et en Normandie.

Enrôlés de force dans le mauvais camp, ils seront près de 40 000 à mourir pour le Reich. Les survivants mirent souvent longtemps à accepter de parler de leur passé souvent mal compris, voire rejeté par la France d’après-guerre. Il faut, en effet, préciser ici que particulièrement pour ceux ayant intégré la Waffen-SS, ce qui est le cas du héros de la BD, le retour dans leur foyer fut très compliqué.

Traditionnellement, pour intégrer cette unité il fallait se porter volontaire. C’est notamment pour cela qu’encore aujourd’hui reste vivace dans l’inconscient collectif l’image des soldats SS comme étant de vrais purs fanatiques du IIIe Reich et de ses thèses les plus ignobles sur la pureté de la race aryenne, n’hésitant pas à user des méthodes les plus violentes et sanguinaires à l’égard des populations inférieures.

Si cela peut historiquement se vérifier lors des premières années du conflit avec l’application stricte de ce recrutement sur volontariat et donc d’unités SS complétement convaincues et déterminées, il n’en reste pas moins qu’un certain nombre de jeunes issus des provinces annexées par le Reich et appartenant au groupe ethnique allemand se verront contraints d’intégrer la Waffen-SS, en dehors de tout acte de volontariat, afin de combler les pertes de celle-ci sur le front.

Conclusion

Bien que bande dessinée soit souvent synonyme de légèreté, bonne humeur et détente, celle-ci déroge à la règle en nous proposant un éclairage sur le destin tragique de l’un de ces « Malgré-nous » qui a dû gérer toute sa vie le traumatisme de ce qu’il a vécu étant jeune.

L'Histoire en bulles n°7 : Le voyage de Marcel Grob  L'Histoire en bulles n°7 : Le voyage de Marcel GrobWater Reder (à droite) - Otto Baum (à gauche)

Sombre, intense et riche en détails, cette bande dessinée décrit parfaitement toute la dureté de la vie de ce jeune soldat alsacien enrôlé de force dans la Waffen-SS. Les dessins décrivent précisément les lieux, l’ambiance et les évènements qu’elle narre.

Ainsi, cette BD réussit parfaitement à retranscrire l’histoire et les émotions des personnages tout en apportant une mise en lumière de ces jeunes hommes alsaciens et lorrains dont le destin a été bouleversé par la marche de l’Histoire.

Une BD historiquement riche et émotionnellement bouleversante dont voici la bande annonce :

  • HalionHalion Rédacteur, Chroniqueur
  • « L'imagination gouverne le monde » Napoléon Bonaparte