LFC : 16 Juin 1940, un autre destin pour la France (Inspiré de la FTL)

Le forum dédié aux développeurs pour nous parler de leurs créations historiques ! !
Avatar du membre
Napoléon III
Paysan
Messages : 35
Enregistré le : 05 nov. 2017, 15:55

LFC : 16 Juin 1940, un autre destin pour la France (Inspiré de la FTL)

Message par Napoléon III » 06 janv. 2018, 10:34

Mai 1942

Exécution d’Heydrich par la Résistance tchécoslovaque. Les représailles allemandes sont terribles (destruction du village de Lidice).

Image
Photographie du véhicule où se trouvait Heydrich lors de son exécution par des parachutistes tchécoslovaques.

Opération Millenium/Millénaire. Raid de plus de 1000 bombardiers alliés sur la ville allemande de Cologne. Henri Dailliére, connu pour avoir bombardé le premier Berlin le 7 Juin 1940 avec le « Jules Verne », un Farman F.222 et pilotant désormais un bombardier plus moderne fourni par les Américains, participe à l'opération bien que lui et son équipage soient condamnés à mort par les autorités nazies ! En effet, bien que ses supérieurs aient voulus les placer à des postes moins exposés (formateurs entre autres), Dalliére et ses hommes ont insisté pour faire partie des gigantesques formations de bombardiers alliés qui matraquent le Reich afin, comme le dit Dalliére, de « Venger la nation française foulé au pied par l'ennemi allemand ! »

Image

En URSS, sur le front sud, l’offensive déclenchée par les Soviétiques est un désastre. Cette déroute ouvre la voie au déclenchement de leur propre offensive par les Allemands en direction des puits de pétrole du Caucase. Les unités italiennes, pourtant vivement critiquées par les Allemands depuis le début du conflit, s'illustreront dans la défense puis la contre-attaque qui s'ensuivra. Ce sera notamment le cas de la division parachutiste italienne Folgore.


Image
Des soldats italiens à l'assaut sur le Front de l'est

La France, la Grande-Bretagne et l'URSS signent un traité d'assistance mutuelle par lequel ces 3 puissances s'engagent à combattre l'Allemagne jusqu'à la victoire finale, et à ne pas faire de paix séparée. Elles acceptent aussi de signer une alliance de 20 ans, de ne pas rejoindre une coalition qui serait dirigée contre l'une des signataires, et à ne pas interférer dans leurs affaires internes. Ce traité est, bien évidemment, un acte tactique, les 3 signataires se méfiant les uns des autres, surtout Alger et Moscou.

Bataille pour Port-Moresby. Nimitz, connaissant les plans japonais, a décidé de ne pas envoyer de Porte-avions contre la Flotte assaillant Port-Moresby. Cependant, les forces aériennes locales ont été renforcées en vue de repousser l'assaut. C'est un désastre pour les Japonais qui redonne espoir aux Alliés dans le Pacifique. On peut aussi arrêter les Japonais ! Néanmoins, beaucoup de pilotes alliés perdirent la vie ce jour là. Mais le véritable sort de la Guerre dans le Pacifique se jouera plus à l'est. En effet, décryptant les messages japonais, les Américains savent que l'offensive principale de l'ennemi sera lancé contre l'atoll de Midway. Ils se tiennent prêt à repousser l'envahisseur lors d'un titanesque combat naval. Cette-fois, la France participe à l'effort, fournissant certes des vaisseaux de surface (notamment le redoutable Cuirassé Richelieu, modernisé aux États-Unis), mais principalement des sous-marins, qui quadrillent les différentes routes que peuvent emprunter les Japonais.

Image
Midway

Aux Philippines, la dernière position tenue par les Américains, la forteresse de Corregidor, tombe aux mains des Japonais. Cependant, cette reddition ne marque pas la fin des combats aux Philippines car la guérilla continue sous le commandement de Mac Arthur, dont les Japonais ont mis la tête à prix. En représailles de cette résistance, les Japonais exécutent le Général Wainwright en dépit du fait qu'il avait ordonné à toutes les forces américaines se battant encore dans l'archipel de se rendre. Cette mise à mort outre les Américains qui jurent de venger le Général. En parallèle, le Président du Commonwealth des Philippines, Manuel L. Quezon, prend la tête d'un gouvernement en exil.

En Birmanie, les Japonais parviennent après de durs combats à s'emparer de Rangoon, la capitale du pays. Soucieux de se rallier les Indépendantistes birmans, et contrairement à leurs plans initiaux, ils proclament immédiatement l'indépendance du pays avec à sa tête, Ba Maw.

Image
Image de propagande japonaise

En Chine, les Japonais attaquent dans les provinces du Tché-Kiang et du Kiang-si. L'objectif des Japonais est double. Tout d'abord empêcher les Américains d'y installer des bases aériennes d'où ils pourront attaquer le territoire nippon. Leur second objectif est de récupérer les pilotes américains ayant participé au Raid de Doolittle et qui ont atterris dans le secteur, en plus de se venger des civils chinois qui leur sont venus en aide.

Image
Soldats japonais en Chine

Au Canada, conformément au référendum tenu le mois précédent, la loi de conscription prend effet. Cependant, les conscrits ne seront pas obligés de se battre outre-mer.

Le Mexique déclare la guerre à l'Allemagne, au Japon et à l'Italie.

En France occupée, le gouvernement, en la personne de Pierre Laval, annonce l'instauration du Service du Travail Obligatoire suite aux demandes de main-d’œuvre des Allemands, représentés par Fritz Sauckel. Le « Chef du gouvernement » justifie la mesure en expliquant que le STO est la participation française à la guerre menée par l'Allemagne contre le Bolchevisme. En dépit de la propagande promettant des salaires plus élevés en Allemagne qu'en France et de l'action des FSL et des soldats allemands dans la traque des réfractaires, le STO servira plus à gonfler les rangs de la Résistance qu'à aider à augmenter la productivité des usines du Reich, à tel point que la Résistance intérieure aura parfois bien du mal à nourrir ses nouvelles recrues !

Le Général De Gaulle s'adresse au peuple français :

« Ainsi, malgré le désastre et l'occupation, malgré l'oppression écrasante de l'envahisseur, malgré la trahison inlassable des hommes qui ont usurpé les attributs du gouvernement, malgré la propagande acharnée de ces gens et de l'ennemi qui monopolisent pour les empoisonner toutes les sources de l'information publique, malgré les exécutions, les détentions, les représailles, la France, au pire moment de cette troisième année de guerre, la France combat toujours. Bien plus, son effort de guerre, au-dedans et au-dehors, apparaît comme essentiel dans l'effort commun du parti de la liberté, en attendant que, demain peut-être, il apparaisse comme décisif.

Sans la France, quelle serait la situation matérielle et morale des Alliés en Afrique? Sans la France, qui donc aujourd'hui dominerait l'Orient arabe ? Sans la France, quelles communications resteraient aux Alliés pour relier les continents américain et australien et nourrir, par-là, les grandes batailles du Pacifique? Sans la résistance héroïque du peuple français et les preuves sanglantes qu'il en donne, à Saint-Nazaire comme à Châteaubriant, à Nantes comme à Paris, à Bordeaux comme à Strasbourg, quel obstacle empêcherait les traîtres, collaborateurs d'Hitler, d'assurer la victoire allemande en mobilisant le désespoir de la France ? En vérité, l'issue du conflit mondial dépend, dans une large mesure, de ce que fait et fera la France. Écrasée, d'abord, presque seule, à l'avant-garde des démocraties, elle reste en mesure d'aider puissamment à leur victoire en conservant l'esprit de lutte et en se battant comme elle peut.

Cependant, la France qui combat ne combat que pour la France. Elle méprise infiniment les vociférations de l'ennemi et des amis de l'ennemi qui l'accusent de servir l'étranger. Oui, certes, elle est pro-britannique, pro-russe, pro-américaine, pour cette raison que la victoire des Britanniques, des Russes, des Américains, doit être en même temps sa victoire. Elle demeure dans leur camp, malgré ce que cela lui coûte, pour que, dans leur camp, soient servis, défendus, représentés par elle, l'âme, l'honneur, les intérêts de la France. Elle a choisi de rester fidèle au parti de la liberté, parce qu'elle entend y satisfaire, en même temps que son idéal, sa volonté d'indépendance et d'intégrité nationales. Il serait aussi vain, pour elle, de revendiquer ses droits en s'abstenant de ses devoirs qu'il serait vain, pour les autres, de l'enfermer dans ses devoirs en lui contestant ses droits.

La France qui combat, c'est la France. Oui, la France déchirée par l'ennemi et trahie par des politiciens sans scrupules, mais la France qui se rassemble pour la victoire et pour le renouveau. L'union sacrée s'est faite, malgré les douleurs, les chaînes, les barrières, les mensonges, entre tous ses enfants fidèles du dedans et du dehors, autour de ceux à qui il est donné de soutenir par les armes son honneur et son intégrité! C'est par là qu'on voit apparaître, une fois de plus dans l'Histoire, l'éternel miracle français.

Pour les ennemis de la France et pour les traîtres qui les servent, c'est l'échec évident et, bientôt, la chute certaine. Pour ses amis, c'est l'élément unique, mais sûr, qui leur garantit l'aide grandissante de la France dans la guerre et son concours nécessaire dans la paix. »

Avatar du membre
Napoléon III
Paysan
Messages : 35
Enregistré le : 05 nov. 2017, 15:55

LFC : 16 Juin 1940, un autre destin pour la France (Inspiré de la FTL)

Message par Napoléon III » 07 janv. 2018, 15:39

Juin 1942

Conformément aux plans de leur Haut-Commandement, les Allemands lancent un assaut préliminaire sur la Crimée en vue de protéger le flanc sud de leur assaut contre les champs pétrolifères du Caucase. Si la Crimée est rapidement occupée, ce n'est pas le cas de la forteresse de Sébastopol qui résistera 1 mois aux assauts des Nazis aidés pourtant de leurs alliés roumains et de canons géants. Ainsi, Sébastopol n'est pas encore tombée lorsque le reste du groupe d'Armée du Sud lance sa grande offensive d'été en direction du Caucase et de Stalingrad.

Image
Sebastopol après la bataille

En France, le « Chef du gouvernement » de l’État français collaborateur, Pierre Laval, déclare, dans un discours prononcé le jour anniversaire du déclenchement de Barbarossa, soit le 22 Juin, souhaiter la victoire de l'Allemagne car « sans elle, le Bolchévisme s'installerait partout » ! Bien évidemment, ce discours est rapidement dénoncé par le gouvernement de la République française depuis Alger, De Gaulle mettant toute sa verve à dénoncer le « Collaborateur Laval ». Georges Mandel rappelle dans le même temps l'admiration du peuple français pour l'héroïque résistance du peuple soviétique.

Image
Pierre Laval et Carl Oberg

C'est en ces termes que le Général répondra au « Chef du gouvernement » de l’État français.

« Les derniers voiles, sous lesquels l'ennemi et la trahison opéraient contre la France, sont désormais déchirés. L'enjeu de cette guerre est clair pour tous les Français : c'est l'indépendance ou l'esclavage. Chacun a le devoir sacré de faire tout pour contribuer à libérer la patrie par l'écrasement de l'envahisseur. Il n'y a d'issue et d'avenir que par la victoire.

Mais cette épreuve gigantesque a révélé à la nation que le danger qui menace son existence n'est pas venu seulement du dehors et qu'une victoire qui n'entraînerait pas un courageux et profond renouvellement intérieur ne serait pas la victoire.

Un groupe, issu d'une criminelle collaboration, s'exalte en pouvoir personnel. Le peuple français le condamne. La France s'unit pour la victoire.

Malgré les chaînes et le bâillon qui tiennent la nation en servitude, mille témoignages, venus du plus profond d'elle-même, font apercevoir son désir et entendre son espérance. Nous les proclamons en son nom. Nous affirmons les buts de guerre du peuple français.

Nous voulons que tout ce qui appartient à la nation française revienne en sa possession. Le terme de la guerre est, pour nous, à la fois la restauration de la complète intégrité du territoire, de l'Empire, du patrimoine français et celle de la souveraineté complète de la nation sur elle-même. Toute usurpation, qu'elle vienne du dedans ou qu'elle vienne du dehors, doit être détruite et balayée. De même que nous prétendons rendre la France seule et unique maîtresse chez elle, ainsi ferons-nous en sorte que le peuple français soit seul et unique maître chez lui. En même temps que les Français seront libérés de l'oppression ennemie, toutes leurs libertés intérieures devront leur être rendues. Une fois l'ennemi chassé du territoire, les institutions pour l'instant en exil, reprendront leur place conformément au vœu profond du peuple français.

Nous voulons que tout ce qui a porté et tout ce qui porte atteinte aux droits, aux intérêts, à l'honneur de la nation française soit châtié et aboli. Cela signifie, d'abord, que les chefs ennemis qui abusent des droits de la guerre au détriment des personnes et des propriétés françaises, aussi bien que les traîtres qui coopèrent avec eux, devront être punis. Cela signifie, ensuite, que le système totalitaire qui a soulevé, armé, poussé nos ennemis contre nous soit à tout jamais renversé.

Nous voulons que les Français puissent vivre dans la sécurité. A l'extérieur, il faudra que soient obtenues, contre l'envahisseur séculaire, les garanties matérielles qui le rendra incapable d'agression et d'oppression. A l'intérieur, il faudra que soient réalisées, contre la tyrannie du perpétuel abus, les garanties pratiques qui assureront à chacun la liberté et la dignité dans son travail et dans son existence. La sécurité nationale et la sécurité sociale sont, pour le gouvernement de la République, des buts impératifs et conjugués.

Nous voulons que l'organisation mécanique des masses humaines, que l'ennemi a réalisée au mépris de toute religion, de toute morale, de toute charité, sous prétexte d'être assez fort pour pouvoir opprimer les autres, soit définitivement abolie. Et nous voulons en même temps que, dans un puissant renouveau des ressources de la nation et de l'Empire par une technique dirigée, l'idéal séculaire français de liberté, d'égalité, de fraternité soit désormais mis en pratique chez nous, de telle sorte que chacun soit libre de sa pensée, de ses croyances, de ses actions, que chacun ait, au départ de son activité sociale, des chances égales à celles de tous les autres, que chacun soit respecté par tous et aidé s'il en a besoin.

Nous voulons que cette guerre, qui affecte au même titre le destin de tous les peuples et qui unit les démocraties dans un seul et même effort, ait pour conséquence une organisation du monde établissant, d'une manière durable, la solidarité et l'aide mutuelle des nations dans tous les domaines. Et nous entendons que la France occupe, dans ce système international, la place éminente qui lui est assignée par sa valeur et par son génie.

La France et le monde luttent et souffrent pour la liberté, la justice, le droit des gens à disposer d'eux-mêmes. Il faut que le droit des gens à disposer d'eux-mêmes, la justice et la liberté gagnent cette guerre, en fait comme en droit, au profit de chaque homme, comme au profit de chaque État.

Une telle victoire française et humaine est la seule qui puisse compenser les épreuves sans exemple que traverse notre patrie, la seule qui puisse lui ouvrir de nouveau la route de la grandeur. Une telle victoire vaut tous les efforts et tous les sacrifices. Nous vaincrons! »

En Birmanie, les Japonais, du fait de la mousson, ne peuvent aller plus loin. La Route de Birmanie qui permet aux Alliés de ravitailler l'Armée chinoise reste donc ouverte.

Dans le Pacifique, la bataille de Midway commence par une attaque de diversion des Japonais sur les îles Aléoutiennes, en Alaska. Mais les Américains, au courant des plans japonais car ils ont pu décrypter leurs messages radio, n'ont pas dispersés leurs forces et se tiennent prêt à repousser l'assaut d'une force de 4 Portes-avions (Akagi, Kaga, Hiryu, Soryu) avec un nombre équivalent de Portes-avions (Enterprise, Hornet, Yorktown et Lexington).

Image
L'Akagi est prêt au combat
La bataille qui s'ensuit est rude et est la première de l'histoire à opposer 2 flottes qui ne se combattront que par aviation interposée.

Les premiers à attaquer sont les Japonais, qui lancent un raid contre l'île de Midway elle-même. En effet, Nagumo, qui commande l'avant-garde, se sent protégé par l'écran de sous-marins placé entre Midway et Pearl Harbor par l'Amirauté japonaise.

Cependant, ce sont les sous-marins alliés qui détectent la Flotte combinée avant leurs homologues nippons et signalent sa position à Nimitz.

Malheureusement, le Sous-marin américain est repéré. Cependant, même s'il parvient à s'échapper, il a mis les Japonais en état d'alerte.

Pendant ce temps, Midway est ravagée par les bombes japonais non sans que les courageux défenseurs US n'infligent des pertes substantielles aux assaillants.

Au retour des avions qui ont participé au raid sur Midway, Nagumo décide de faire de l'assaut aérien contre les Portes-avions américains une priorité pour sa Flotte.

C'est à ce moment que les appareils lancés par Nimitz, des bombardiers torpilleurs et en piqués, solidement escortés, arrivèrent en vue de la Flotte nippone et se ruèrent à l'assaut. En dépit de leur talent, les pilotes des Zéros qui protégeaient la Flotte de Nagumo ne purent empêcher les Américains de couler le Soryu et d'endommager le Hiryu.

A peine l'assaut terminé, l'Amiral japonais lança ses propres appareils contre la Flotte US, dont il venait d'apprendre la position. Les vétérans de Pearl Harbor firent payer cher aux Américains l'affront de la destruction du Soryu en coulant le Yorktown et l'Entreprise !

Nagumo pouvait alors transmettre un message enthousiaste à Yamamoto et à Tokyo, annonçant que la Flotte US ne survivrait pas à un second assaut à 3 contre 2 !

C'est alors qu'une gigantesque explosion déchiquette le Hiryu ! Un sous-marin allié, le USS Nautilus (SS-168), ayant en effet infiltré le Flotte ennemie et attaqué le Porte-avions japonais déjà endommagé.

Nagumo ne peut qu'annoncer le désastre à son supérieur.

Yamamoto reste de marbre comme l'explique ses subordonnés directs mais ordonne à la Flotte japonaise de retraiter vers le Japon.

Si les pertes en pilotes et en appareils dans les deux camps sont extrêmement lourdes, les USA peuvent plus aisément compenser les leurs contrairement aux Japonais pour qui la perte de leurs précieux Portes-avions et pilotes chevronnés est une catastrophe.

Cependant, le Japon est très loin d'être vaincu. En effet, Au soir de la retraite de Midway, Yamamoto, un moment ébranlé par cet échec, se ressaisit.

Il décide de regrouper ses forces et de lancer l'opération FS, l"invasion des Fidji et de la Nouvelle Calédonie en vue d'isoler l'Australie et de la contraindre à la paix.

Ce qui est ambitieux, vu que même les Français, dont la Métropole est entièrement occupée, continuent la guerre. Alors un simple blocus...

Yamamoto sait que si, comme il s'en doute, l'Australie refuse de signer la paix, alors il devra envahir l'île-continent.

Mais avant de songer à envahir les Fidji et la Nouvelle-Calédonie, il faut d'abord investir Port-Moresby, dernière place alliée en Nouvelle-Guinée.

Après avoir rapidement obtenu l'aval du Haut Etat-Major impérial et de l'Empereur lui-même pour déclencher FS, il envoie ses ordres.

Les PA basés à Singapour sont déplacés à Truk où ils rejoindront la Flotte qui a combattue à Midway.

Mais Yamamoto espère que FS et la menace pesant sur l'Australie contraindra les Alliés, notamment les Britanniques, à tenter de s'opposer à l'invasion dans une grande bataille aéronavale que l'Amiral japonais espère décisive.

L'assaut préliminaire sur Port-Moresby est programmé pour début Juillet.

En Tunisie, le Prince Moncef de la dynastie husseinite devient le nouveau Bey de Tunis. Son discours d'investiture, s'il est un éloge de la liberté et un appel aux Tunisiens à se battre pour elle aux côtés de la République française, est aussi un plaidoyer en faveur d'une indépendance à terme de son pays. Il se rapproche rapidement des militants indépendantistes du Néo-Destour.

Image
Moncef Bey

Avatar du membre
Napoléon III
Paysan
Messages : 35
Enregistré le : 05 nov. 2017, 15:55

LFC : 16 Juin 1940, un autre destin pour la France (Inspiré de la FTL)

Message par Napoléon III » 08 janv. 2018, 20:41

Juillet 1942

Face à l’arrivée massive de troupes américaines en Grande-Bretagne et en Afrique du nord, Hitler ordonne l’envoi d’importants renforts en France et en Italie (notamment en Sicile et en Sardaigne). Dans le même temps, l'offensive allemande se développe en direction de Stalingrad, premier objectif pour les armées du Führer. En effet, la prise de cette ville a pour objectif de sécuriser le flanc nord de l'offensive principale contre le Caucase et les champs pétroliers de Bakou. En Crimée, la forteresse de Sébastopol finit par tomber aux mains de l'Armée allemande, mais la résistance soviétique lui a coûté fort cher.

Le Führer fait bien de se méfier. En effet, ce n'est que suite aux mauvaises performances lors des entraînements des soldats canadiens et au mauvais temps associé à un raid de l'aviation allemande contre la Flotte rassemblée à l'occasion que les Alliés ont retardé l'Opération Rutter (devenue désormais Jubilee/Jubilée), un puissant raid sur Dieppe, en Normandie ! Celui-ci devait initialement avoir lieu au mois de Juillet mais il a finalement été reporté au mois suivant.

Dans le Pacifique, l'assaut sur Port-Moresby, préliminaire à l'opération FS, est lancé. Les Alliés, ne se sentant pas de taille à affronter la puissante Flotte rassemblée par Yamamoto, préfèrent évacuer leurs garnisons de Nouvelle-Guinée. C'est donc dans un port vidé de tous ses défenseurs que débarquent l'infanterie japonaise ! Cependant, les Alliés qui ont bien compris que l’objectif des Nippons était d'isoler l'Australie, ont décidés, d'un commun accord, d'envoyer à Brisbane la Flotte britannique de l'Océan indien. Mais déjà, Yamamoto lance 2 Flottes contre les Fidji et la Nouvelle-Calédonie...

Image
Port Moresby

L'autre événement marquant de ce mois de Juillet 1942 est la Conférence d'Alger, qui se tient dans la capitale provisoire de la République française. Staline ne participe pas à cette rencontre entre Georges Mandel, Winston Churchill et Franklin Roosevelt. Les 3 Grands décident d'exiger la capitulation sans condition des puissances de l'Axe, d'opérer rapidement un débarquement en Sicile suivi d'un autre dans la péninsule italienne tout en décidant de maintenir leur aide à l'URSS.

C'est au cours de la conférence que les rumeurs qui étaient parvenus à Alger se confirment. Une gigantesque rafle des Juifs de France occupée a été organisée par les Nazis, soutenus par leurs affidés de l’État français. Les Forces de Sécurité Légionnaires (FSL), les pseudos soldats de Pétain et Laval participent aux côtés de la Gestapo et de l'Armée allemande à l'arrestation de masse des Juifs de France, qu'ils soient Français ou étrangers.

Les débris de la police et de la gendarmerie française qui ont ralliés le Régime collaborateur soutiennent également le crime. Néanmoins, il se trouve des policiers et des gendarmes français, résistants ou tout simplement humains, pour faire de leur mieux pour prévenir les Juifs du sort qui les attend. Ainsi, de nombreuses personnes échapperont à l'arrestation et parviendront à se cacher, aidées en cela par la Résistance.

Mandel dénoncera cette rafle sur les ondes de Radio-Alger ainsi que de Gaulle et les plus hautes personnalités du Cabinet de la République. Les Français prennent conscience du sort qui attend leur malheureux frères juifs mais des milliers de personnes sont tout de même regroupées dans des camps partout en France, notamment dans le tristement célèbre Drancy. Des ordres sont rapidement donnés à la Résistance en vue d'empêcher dans la mesure du possible les déportations vers la Pologne.

Création en Union soviétique du « Comité de l'Allemagne libre ». Il est composé d'écrivains émigrés, de chefs, de députés du Reichstag, d'officier et de soldats allemands, ramassés dans les camps de prisonniers. L’objectif du Comité est de revenir aux frontières de 1937, d’entamer des négociations de paix et de démettre et poursuivre les dirigeants nazis. Le drapeau du comité n'est non pas celui de la République de Weimar mais celui de l'Empire allemand, noir, blanc et rouge, considéré comme plus populaire.

Image
Le Colonel Hans-Günter van Hooven lors de la création du Comité.

La campagne japonaise dans le Tché-Kiang et le Kiang-si se termine. L'Armée impériale japonaise a massacré environ 250 000 civils chinois durant cette campagne de représailles.

Bataille du convoi PQ-17. Les Alliés organisent en effet un système de convois en vue de ravitailler l'Union soviétique. Heureusement, ils disposent d'une large supériorité navale ce qui leur permet de doter le convoi d'une solide escorte en Cuirassés pour tenir à distance le Tirpitz et la Flotte allemande.

Image
Le convoi en Islande avant de son départ pour l'URSS

Mais il reste la menace des sous-marins et de la Luftwaffe basés en Norvège.

C'est dans cette optique que la Royal Navy fait participer les Porte-Avions ‌HMS Furious et HMS Victorious à l'opération d'escorte en vue de doter le convoi d'une couverture aérienne.

Image
Le HMS Furious

Les Allemands, engagés massivement en URSS, sont bien décidés à faire subir de lourdes pertes au convoi et déclenchent l'opération Rösselsprung d'attaque coordonnée de l'aviation et des U-Boots contre les vaisseaux alliés. Cependant, face à l'escorte massive du convoi (dont le Cuirassé français Jean-Bart, sister-ship du Richelieu qui a combattu à Midway), ils renoncent à engager leurs propres vaisseaux de ligne ce qui est déjà une victoire pour les Alliés !

L'assaut allemand est enragé. En effet, tandis que Stukas et JU-88 larguent leurs bombes depuis le ciel, les sous-marins du IIIème Reich s'infiltrent entre les escorteurs et tirent leurs torpilles sur les malheureux cargos alliés. Pire, l'Axe endommage sérieusement le Furious qui devra passer plusieurs mois en réparation à Scapa Flow.

Cependant, face à la détermination des chasseurs britanniques et des destroyers alliés (dont plusieurs français), les assaillants subissent de lourdes pertes.

Néanmoins, sur les 42 navires marchands du convoi, 9 sont coulés par les Allemands contre la perte d'environ 20 avions et 5 U-Boots.

C'est donc une victoire stratégique pour les Alliés même si un peu moins d'un quart des navires marchands a été coulé et que cette victoire n'a été permise que par la présence importante de navires de ligne et au prix d'un Porte-avion lourdement endommagé.

Sortie sur les écrans à Alger du long-métrage de la « France en exil », « Résistance en Indochine », dans lequel apparaît Yul Brynner, acteur aux origines mystérieuses (et Brynner ne fait rien pour dissiper ces doutes). Brynner crève l'écran dans son rôle d'officier indochinois de l'Armée française combattant l'invasion nippone aux côtés de Raoul Salan. C'est le premier film d'une longue carrière.

Image
Photo d'identité utilisée par Yul Brynner pour traverser l'Espagne et rejoindre la France en exil (1940)

Avatar du membre
Napoléon III
Paysan
Messages : 35
Enregistré le : 05 nov. 2017, 15:55

LFC : 16 Juin 1940, un autre destin pour la France (Inspiré de la FTL)

Message par Napoléon III » 09 janv. 2018, 07:58

Août 1942

Maîtres de Port-Moresby, les Japonais jettent désormais leur dévolu sur la Nouvelle-Calédonie et les îles Fidji. Si ces dernières tombent sans combats, la garnison britannique ayant été évacuée tout comme le fut la garnison australienne de Port-Moresby, les Alliés ont décidés de tout miser sur la défense de la Nouvelle Calédonie, dernier rempart avant une possible invasion de l’Australie elle-même !

Image
Nouméa

Dès l'arrivée à proximité de la grande île française et patrie des Kanaks, de la Flotte de débarquement japonaise, les avions basés dans l'île et les appareils basés sur les Portes-avions alliés l'attaquent. Beaucoup d'aviateurs alliés meurent sous les assauts furieux des Zéros japonais mais plusieurs transports sont incendiés.

Yamamoto, conscient qu'il tient là son affrontement décisif, se décide à un assaut général sur la Flotte alliée et délaisse la couverture aérienne de l'invasion.

Image

L'Amiral japonais fait donc le même pari qu'en Indochine lors de la destruction de la Force Z.

Supérieurs numériquement, les Japonais parviennent certes à installer plusieurs têtes de ponts au nord de l'île, mais l'absence de support aérien au sol et le raidissement de la résistance alliée les empêchent de pouvoir marcher sur Nouméa.

Mais le combat principal a lieu dans les airs. A l'issue de ce duel, chaque camp perd 3 Portes-avions (USS Hornet, HMS Ark Royal et USS Saratoga côté allié et l'Akagi, le Kaga et le Shokaku côté nippon) ainsi que des centaines d'appareils et de pilotes. Certes, les pertes sont extrêmement conséquentes des deux côtés donc mais la bataille s'est donc avérée décisive comme l'avait prévu Yamamoto, mais au dépend du Japon. En effet, il lui sera extrêmement difficile de former de nouveaux pilotes alors que cela n'est pas un problème pour les Américains. De plus, la force aéronavale du Japon est laminée tandis que celle des Alliés est mal au point. Cependant, encore une fois, la capacité des chantiers navals US dépassant de loin celles du Japon, il sera beaucoup plus facile aux Américains de reconstituer leur force de frappe dans ce domaine tandis que le Japon mettra au moins 2 ans à se doter d'une nouvelle force aéronavale.

Image
Le combat a été d'une rudesse extrême !

Cependant, les Japonais sont encore une fois loin d'être vaincus et ils décident même de s'accrocher au nord de la Nouvelle-Calédonie tout en faisant ravitailler leurs troupes sur place par des petits vaisseaux rapides, formant ce qui sera surnommé avec dérision par les Alliés le « Tokyo Express ».

Néanmoins, l’État major japonais ordonne la construction immédiate d'un aérodrome aux Nouvelles-Hébrides occupées afin que l'Armée impériale japonaise ne soit plus dépendante des lointaines bases des îles Salomon pour sa couverture aérienne.

En attendant, une horrible guerre d'usure commence en Nouvelle-Calédonie…

Image
Une rude bataille attend ses hommes

Pendant ce temps, en Indochine, si la Résistance a du mal à s'implanter dans une Vietnam plutôt hostile, elle rencontre un terrain plus favorable au Cambodge et même, un pays ami au Laos dont elle contrôle dans une large mesure l'arrière pays, les Japonais et les Collaborateurs se contentant, pour l'instant, d'occuper les villes, points stratégiques et les principaux axes de communication.

C'est d'ailleurs au Laos que se cache Salan, l'âme de la Résistance alliée dans le territoire.

Cependant, alors que la Résistance française commence petit à petit ses actions en Indochine, une autre Résistance meurt. Celle des Américains aux Philippines. En effet, une puissante offensive est déclenchée par les Japonais contre les poches de résistance US dans l'archipel. Mc Arthur lui-même est capturé et jeté dans un camp de prisonnier.

En URSS, tandis que le groupe d'armée du sud se dirige vers Stalingrad et le Caucase (où Maïkop est capturée), le Groupe d'Armée du nord prépare une offensive en vue de prendre d'assaut Leningrad. Cependant, les Allemands sont devancés par les Soviétiques qui déclenchent leur propre offensive en vue de faire sauter une nouvelle fois le verrou allemand qui encercle l'ancienne Petrograd. Si les Allemands parviennent à contenir l'Armée rouge, cette dernière est au moins parvenue à contraindre les Allemands à remettre à plus tard l'attaque contre Leningrad.

Image

Les Allemands, qui ont subis de lourdes pertes qu'ils veulent combler, recrutent par conscription les jeunes d'Eupen, de Malmédy et d'Alsace-Moselle dans leur armée. Les jeunes luxembourgeois, dont le pays vient d'être officiellement annexés au Reich, sont aussi contraint désormais de servir dans l'Armée allemande. C'est le commencement du drame des « Malgré-Nous »

Le Brésil déclare la guerre à l'Allemagne et à l'Italie. Il sera le seul pays d'Amérique du sud à effectivement envoyer des troupes combattre en Europe.

En France occupée, les Alliés déclenchent l'Opération Jubilee/Jubilée, un puissant raid au niveau divisionnaire contre la ville de Dieppe. Les Canadiens sont en première ligne tandis que 100 membres des « Corps-francs » et 50 Rangers américains participent également au raid.

Cependant, l'Opération est un échec cuisant non pas par manque de courage du côté des soldats alliés mais bien à cause de la mauvaise préparation de l'Opération par les stratèges alliés. En effet, entre autres, les blindés des Canadiens restent bloqués sur la plage de galets tandis que la coordination entre la marine alliée, l'aviation et les troupes débarqués est très mauvaise.

Après 6 heures de combats, l'ordre de repli général est donné. La retraite est couverte par les Corps-francs français qui ne se replient qu'une fois le restant des survivants alliés à l'abri ce qui fera dire à Hitler « Vous entendez, messieurs, ce que raconte le Général Haase. C'est bien une nouvelle preuve de la thèse que j'ai toujours soutenue, à savoir que les Français sont, après nous, les meilleurs soldats de toute l'Europe. La France sera toujours en situation, même avec son taux de natalité actuel, de mettre sur pied une centaine de divisions. Il nous faudra absolument, après cette guerre, nouer une coalition capable de contenir militairement un pays capable d'accomplir des prouesses sur le plan militaire qui étonnent le monde comme ces Corps-Francs à Dieppe. » Sur les 100 soldats des unités spéciales de l'Armée française engagés dans Jubilée, seule une trentaine parviennent à rembarquer. Les autres sont soit tombés au combat ou gravement blessés, soit se sont rendus qu'après épuisement des munitions.

Image
Prisonniers alliés partant vers les Stalags

Dès la nouvelle de l'assaut parvenue à Berlin, Hitler ordonne une sortie de la Kriegsmarine basée à Brest et notamment des grosse unités qui y sont stationnées désormais dans l'unique but de contrer un débarquement alliée dans le nord de la France.

Ce n'est qu'après avoir été harcelés par l'aviation alliée, qui les attendaient de pied ferme, que les puissants navire allemands parviennent à accrocher l'arrière garde de la Flotte alliée en pleine retraite.

Un furieux duel au canon et à la torpille oppose alors les navires alliés aux Allemands au cours duquel, le Scharnhorst est coulé tandis que le Prinz Eugen et le Gneisenau doivent se replier sur Brest à l'issue du combat, sévèrement endommagés. Certes, les Alliés occidentaux ont perdus plus de navires que les Allemands (3 Croiseurs et plusieurs Destroyers) mais la Marine du Reich basée en France est brisée à tel point qu'elle perdra rapidement son duel face à la composante sous-marine de la Kriegsmarine.

Avatar du membre
Napoléon III
Paysan
Messages : 35
Enregistré le : 05 nov. 2017, 15:55

LFC : 16 Juin 1940, un autre destin pour la France (Inspiré de la FTL)

Message par Napoléon III » 20 janv. 2018, 11:00

Septembre 1942

Fin Septembre, les Allemands parviennent enfin aux portes de Stalingrad, que les Soviétiques comptent défendre jusqu'au dernier homme. Non par pur propagande, la ville portant le nom du dictateur de l'URSS, mais bien parce que le gouvernement soviétique a appris, via son espion à Tokyo, Richard Sorge, que le Japon, malgré ses revers contre les Occidentaux, attaquera l'URSS si les Allemands s'emparent d'une ville sur la Volga. Or, Stalingrad est située le long de ce fleuve !

Voulant briser les reins de l'Armée Rouge défendant la ville, les Allemands lancent leur Luftwaffe contre la malheureuse cité. Mais c'est sans compter sur l'aviation russe qui commence à se remettre de ses revers de 1941 (en partie car un grand nombre de pilote à été épargné par le fait que la Luftwaffe n'a pu lancer toutes ses forces lors de l'assaut surprise contre l'URSS du fait de la bataille de Crète et des raids nocturnes contre l'AFN et l'Angleterre.). Celle-ci défend la ville avec acharnement et inflige de lourdes pertes à la Luftwaffe de Goering, ce qui gonfle le moral des défenseurs russes bien mieux que les mitrailleuses des Commissaires politiques... La ville est néanmoins en grande partie rasée, ce qui renforce sa défense du fait que la moindre ruine constitue un potentiel blockhaus que les Soviétiques défendront avec acharnement.

Image
Stalingrad en ruine

Dans le Pacifique, la force terrestre nippone déployée en Nouvelle-Calédonie parvient à tenir grâce au Tokyo Express, des petits convois rapides atteignant l'île de nuit et y déposant ses renforts et du ravitaillement. Mais les Marines reçoivent aussi leurs propres renforts et ravitaillement. De plus, alors que les convois ravitaillant les troupes japonaises sur l'île partent de Rabaul et parcourent un important espace sans couverture aérienne, les bases alliées en Australie sont beaucoup plus proches tandis que rares sont les convois US subissant des pertes, contrairement aux convois nippons, harcelés par les avions et les sous-marins alliés.

Image
Un sous-marin américain

Les commandants des 2 camps en guerre savent que la prochaine bataille terrestre sera décisive. Le terrain est des plus favorables aux défenseurs, défenseurs qui se sont d'ailleurs postés sur les hauteurs qui coupent l'île en deux. Hauteurs entrecoupées de rares cols non traversés par des routes d'ailleurs… Et ce, sans compter que la population, qu'elle soit européenne ou bien autochtone, soutien à fond les Américains. Les Japonais décident de lancer un assaut général contre les positions alliées, de nuit, afin d'atteindre Nouméa et le QG allié. C'est la bataille du Bloody Pass où les Franco-Américains se battent avec courage et détermination contre un ennemi fanatisé qui déferle en hurlant sur leurs positions. Au petit jour, les Japonais sont finalement contraint à la fuite suite à l'intervention de l'aviation alliée basée dans l'île qui se met à mitrailler l'infanterie nippone.

Image

Yamamoto sait bien que la cause japonaise est perdue en Nouvelle-Calédonie et il préférerait économiser ses forces en défendant des archipels plus proches des bases de Rabaul et de Truk, mais Tokyo lui ordonne de renforcer le « Tokyo Express » tandis que des travailleurs/esclaves coréens sont envoyés en masse aux Nouvelles-Hébrides afin d'y terminer au plus vite la base aérienne destinées à fournir une couverture aérienne aux convois vers la grande île française.

L'Amiral Karl Donitz, commandant en chef de la Flotte sous-marine allemande, est nommé à la tête de la Kriegsmarine au détriment de l'Amiral Raeder.

Le cardinal Gerlier, archevêque de Lyon, publie une lettre, lue dans les paroisses de son diocèse, pour s'opposer à la déportation des juifs. Cette lettre entre dans le cadre de sa lutte pour empêcher la déportation des 108 enfants du camp de Vénissieux, réclamés par les allemands.

En Suède, déroute des candidats pro-nazis aux élections nationales.

Aux États-Unis, un Hydravion lancé par le sous-marin japonais I-25 largue des bombes incendiaires sur des forêts de l'Oregon. Heureusement, le feu est rapidement maîtrisé par les gardes forestiers.

Image

La date du débarquement de Sicile est fixée au 8 Novembre.

Staline rencontre Anthony Eden, Wendell Wilkie et Édouard Daladier (accompagné de Charles de Gaulle). Le dirigeant soviétique insiste sur la nécessité de l'ouverture d'un second front.

À son retour en Afrique, Charles de Gaulle s'adresse à la population française sur les ondes de Radio-Alger

« Les bombes qui pleuvent sur Alger et l'Afrique du nord n'ont pas entamés la détermination de notre courageuse population. De plus, en dépit des rodomontades des dirigeants du Troisième Reich, chaque nuit les villes allemandes subissent les audacieux raids de nos intrépides aviateurs.

La neige commence à tomber dans les montagnes du Caucase. Dans quelques semaines, elle couvrira les plaines russes. Une fois encore s'arrêtera l'offensive allemande, après avoir gagné du terrain et des trophées, mais sans avoir pu saisir la victoire en Russie.

L'Atlantique est un théâtre de lutte incessante et terrible. Du Cap Nord à Magellan, du Labrador au Cap de Bonne-Espérance, les sous-marins et les avions ennemis s'acharnent à y détruire le tonnage dont tout dépend. Assurément, beaucoup de bons navires furent engloutis dans l'Océan. Mais la victoire de l'Atlantique se dérobe toujours à l'ennemi.

Dans les pays de l'Europe qu'il opprime, l'ennemi mène un dur et sombre combat. Tour à tour, il cherche à séduire ou à briser ses victimes. Il a besoin que des efforts actifs viennent s'ajouter à ses efforts. Il est de fait qu'il a trouvé des traîtres pour l'aider, des malheureux pour le servir. Pourtant, la France, la Belgique, la Hollande, la Norvège, l'Europe Centrale, les Balkans, sont aujourd'hui plus loin que jamais du ralliement à l'Ordre Nouveau. Sur le front des pays occupés, l'Allemagne n'a pas gagné la victoire.

Du moins, sa force relative va-t-elle grandissant? Ses progrès s'accélèrent-ils? Son moral offre-t-il des ressources illimitées? Non! Elle avait d'abord, sur ses adversaires, une supériorité énorme en moyens de combat. Celle-ci est maintenant effacée. Le rythme des offensives allemandes, foudroyant au cours des deux premières années, s'est changé en lents et pénibles progrès, souvent coupés par des reculs. La confiance et l'enthousiasme des débuts ont fait place au doute et à la lassitude. L'ennemi est dans la situation de l'acheteur aux enchères qui touche le fond de ses poches, alors que son concurrent puise dans sa bourse bien garnie.

Après l'effort inouï qui n'a pu lui valoir la victoire, l'ennemi n'a plus la force de l'arracher. Tout comme vers 1917, il est à ce point de tension où un premier échec grave le vouerait à l'effondrement.

Pourtant dans son jeu reste un atout: la possibilité de discorde parmi les Alliés. Dans cette guerre mondiale, où s'enchevêtrent tant de passions, d'intérêts et de préjugés, l'ennemi espère ardemment que vont surgir ces oppositions qui affaibliraient le front des Nations Unies. Par sa propagande, mais surtout par mille voies secrètes qu'il a su se ménager, il fait tout pour attiser les vieilles rivalités, les relents de l'impérialisme, les méfiances séculaires, que traîne forcément avec elle la coalition des peuples libres. Mais en cela, comme en tout, l'ennemi en sera pour ses illusions. Ceux qui luttent pour la liberté ne la sacrifieront pas à des querelles périmées.

La France est le symbole mondial de la fidélité au pacte des alliances. Elle saura maintenir intacts les droits sacrés de la patrie et de l'Empire sans sortir de cette sagesse supérieure qui est l'ultime condition du triomphe des Nations Unies. »

Comme l'explique le Général, la bataille de l'Atlantique continue à faire rage tandis que les sous-marins alliés, dont de nombreux français, continuent leurs ravages contre la marine marchande japonaise dans le Pacifique.

Dans le même temps, Hitler est furieux contre Mussolini et l'Italie. En effet, il lui reproche non seulement de ne pas participer à la déportation des Juifs de sa zone d'occupation et des territoires français qu'elle a annexée, mais en plus le fait que l'Armée italienne s'est opposée à l'action des FSL et de l’État français lorsque ceux-ci ont voulu rafler les Juifs des territoires contrôlés par l'Armée du Duce ! En effet, en dépit d'une législation antisémite, l'Italie laisse les Juifs fuyant la France envahie se cacher dans les territoires qu'elle contrôle. Ses officiers et soldats se comportent ainsi souvent par humanité, quelque fois contre des pots de vin... Pire, l'Abwehr a fait remonter l'information à Hitler que de nombreux officiers italiens ne combattent même plus la Résistance française et la laisse agir comme bon lui semble dans leurs zones d'action en échange du fait que les combattants français de l'intérieur ne s'en prennent pas aux soldats italiens !

Image


Octobre 1942

Dans le Pacifique, la supériorité numérique et matérielle des Alliés en Nouvelle-Calédonie est désormais évidente. Les Japonais tentent de s'accrocher au nord de l'île mais, la défaite devenant plus qu'évidente, le commandant japonais finit par ordonner une charge suicide sur les assaillants Franco-Américains ! Cette charge prend tellement au dépourvu les Alliés qu'au début, les premières lignes alliées sont massacrées par les Nippons puis, les Marines et le Bataillon de Marche du Pacifique se ressaisit et finit par avoir raison à coup de mitrailleuses lourdes de la courageuse mais folle attaque japonaise… Seule une poignée de soldats japonais furent prit vivants.

Image

Yamamoto est bien conscient qu'en dépit des lourdes pertes subis par les 2 camps en terme de Porte-avions, c'est bien les Alliés qui sont dans une meilleure situation que l'Empire du Soleil levant dans ce domaine. En effet, non seulement leur capacité à reconstruire de nouvelles unités de type est largement supérieure à celle des Japonais, mais en plus, ceux-ci peuvent également rapatrier des Porte-avions depuis le Front de l'Atlantique ! Ordre est donc donné de transformer le Cuirassé en cours de construction Shinano en Porte-avions et de prioriser la construction de nouvelles unités de ce type sur celles des Cuirassés et autres Croiseurs.

Mais les Alliés n'ont pas l'intention de retirer leurs Porte-avions de l'Atlantique et préfèrent attendre d'avoir construit de nouvelles unités avant de lancer l'assaut contre l'Empire que s'est taillé Hiro Hito. En effet, ils se préparent à débarquer en Sicile et dans cette optique, s'emparent des îles de Pantelleria et de Lampedusa.

Image

En URSS, la bataille pour Stalingrad se poursuit. Les Soviétiques se battent comme des lions face à des Allemands mieux équipés. Néanmoins, à la fin du mois, les Allemands sont toujours englués dans le centre-ville tandis que des points stratégiques comme les usines Barricades et Octobre rouge continuent d’être tenus par les forces russes. La raison de ces insuccès allemands est notamment la présence importante de l’aviation soviétique dans le ciel de la ville, ce qui fait que la 6ème Armée est presque autant bombardée que les forces soviétiques. Or, pendant ce temps, d’importantes forces soviétiques commencent à être massées sur les flancs de la 6ème armée allemande en vue d’une contre-offensive.

Image
À Stalingrad, la domination de la Luftwaffe est contestée

Staline déclare au représentant de l'Associated Press en Union soviétique que « l'aide alliée n'a eu jusqu'à maintenant qu'un effet négligeable comparé à l'aide que l'Union soviétique donne en attirant sur elle la majorité des forces ennemies. »

Pourtant, les Alliés occidentaux ne chôment pas pour aider l'URSS dans son effort de guerre contre le Reich. Cependant, l'Opération Title/Titre visant à détruire le Tirpitz avec des hommes-grenouilles en vue de faciliter le passage des convois de l'Arctique est un échec.

À Alger, la Grande-Bretagne, la France et les États-Unis annoncent la création d'une commission des Nations unies pour enquêter sur les crimes commis par les puissances de l'Axe. La livraison et le jugement des criminels de guerre est maintenant une condition pour tout armistice.Une punition juste et sûre sera décernée aux "meneurs responsables du meurtre organisé de milliers de personnes innocentes, et la commission des atrocités qui ont violé chaque principe de la foi Chrétienne." Il ne doit cependant y avoir aucune représailles massive.

Dans le même temps, les 3 Grands se déclarent prêt à renoncer à leurs droits extraterritoriaux en Chine.

Hitler ordonne l’exécution de tous les membres des Commandos ou Corps Francs alliés capturés.

Image
Philippe Kieffer, héros des Corps francs de la République

Une nouvelle fois, de Gaulle s'adresse aux Français

« Pour paralyser la France dans le combat qu'elle mène pour sa grandeur et pour sa vie, la trahison redouble en ce moment d'ardeur. Pour arracher à la France du travail, des matières premières, des victimes, afin de les fournir au Reich, la trahison se hâte et se multiplie. Le " Père la Défaite" a très exactement défini le caractère de ces opérations : " Il s'agit, a-t-il dit, de défendre la France contre elle-même. "

Toutefois, comme la France préfère se défendre contre l'ennemi et que, d'ailleurs, elle sent dans le fébrile acharnement des traîtres quelque chose de désespéré, elle passe à la résistance générale.

Dans cette guerre totale, la volonté d'une grande nation, fût-elle pour l'instant enchaînée, est une force énorme qui peut devenir décisive, surtout quand c'est la volonté de la France. Or, la conduite de la nation française dans l'affaire des 266 000 ouvriers spécialistes réclamés par M. Hitler prouve au monde tout entier que notre peuple est engagé dans le combat actuellement le plus nécessaire, je veux dire dans la révolte contre les chefs de trahison.

Oui ! C'est le combat le plus nécessaire et aussi le plus efficace dans les circonstances d'aujourd'hui, en attendant qu'il soit possible d'abattre l'ennemi directement. Ce combat dispute à Hitler l'appoint de main-d'œuvre qualifiée qui lui est indispensable pour fabriquer le matériel de ses dernières armées. Ce combat montre le rang qu'occupe la France parmi les nations en guerre contre l'abominable Allemagne, l'insolente Italie et le Japon barbare. Ce combat est un appel pressant jeté par la douleur et l'amitié de la France à la stratégie alliée. Ce combat permet à la France, en se voyant telle qu'elle est, massive et rassemblée, de se réconforter elle-même d'une espèce de confiance profonde et d'une sorte de terrible joie.

Ainsi, tandis que le courage prodigué par nos combattants sur tous les champs de bataille de la terre, les coups qu'ils portent, le sang qu'ils répandent, ramènent dans la nation entière l'espérance et la fierté, réciproquement le redressement éclatant de la patrie transporte nos soldats d'une ardeur multipliée.

Les misérables qui s'imaginent pouvoir séparer moralement la nation de ses défenseurs, les malheureux qui se figurent être en mesure de jouer quelque jeu personnel à part du jeu de la nation, les naïfs qui, voyant la mer monter sur les diverses plages françaises, se refusent à comprendre qu'il n'y a qu'une seule marée, en seront pour leur honte et pour leur erreur. Ce qui est indivisible ne sera pas divisé.

Hardi ! Soldats français en Afrique, en Amérique ou dans le Pacifique, marins français sur toutes les mers, aviateurs dans tous les ciels ! Hardi ! Ouvriers, paysans, bourgeois, prêtres français qui souffrez et luttez sur chaque arpent de la patrie. Hardi ! Groupements, de résistance qui avez mission d'organiser et de conduire les masses françaises dans la grande bataille de l'insurrection nationale. Tous, nous marchons au même combat, du même pas, derrière le même drapeau, comme un jour, je vous le promets, nous nous confondrons tous ensemble dans la même foule immense et fraternelle de la Victoire. »

Novembre 1942

En URSS, les Soviétiques déclenchent l’opération Uranus. Ils attaquent les flancs démesurément étirés de la 6ème Armée allemande, protégés par l’Armée roumaine, et encerclent celle-ci dans les ruines de Stalingrad.

Image
Un soldat roumain sur le Front de l'Est

En parallèle, les Soviétiques déclenchent l'opération Mars sur le Front centre contre une Armée allemande considérablement affaiblie par les ponctions ordonnées par Hitler en vue d'alimenter l'offensive contre le Caucase et Stalingrad. Si les Soviétiques échouent à reprendre directement Smolensk, ils arrivent néanmoins à environ 100 KM de la cité.

Le 8 Novembre 1942 est déclenchée l'Opération Torch/Torche, le débarquement allié en Sicile. C'est la première opération militaire des Alliés occidentaux sur le continent européen depuis la chute de la Grèce, en Avril 1941. Elle a pour objectif de soulager la pression allemande sur l'Armée rouge et de porter la guerre au cœur du territoire d'une des puissances de l'Axe, l'Italie.

Malgré des opérations pour intoxiquer les services secrets nazis, les défenses de l'île sont importantes. En plus de l'Armée italienne, on compte en Sicile des troupes d'élites allemandes bien équipées. La France engage sa 1ère Armée qui comprend sa précieuse 1ère division blindée (commandée par le Général Touzet du Vigier), des corps francs de Parachutistes chargées de semer le chaos derrière les lignes de l'Axe et une bonne partie des forces qu'elle a rassemblée en Afrique et que l'Amérique a rééquipée.

Image
Le Général Jean Touzet du Vigier

Cela permet aux Alliés de disposer sur le papier de forces supérieures en nombre aux troupes de l'Axe présentes sur l'île, pourtant fort nombreuses. De plus, grâce au travail des mathématiciens polonais Marian Rejewski, Jerzy Rozycki et Henryk Zygalski, réfugiés en Algérie depuis Juin 1940 et qui ont cassé Enigma, la machine à crypter des Nazis, les Alliés occidentaux connaissent dans une large mesure le dispositif et les plans germano-italiens.

À l'Est du dispositif allié, la 8ème Armée britannique du Général O'Connor doit débarquer au sud est de la Sicile, autour du cap Passero et du golfe de Noto. Au centre, autour de Gela, se trouve la 1ère Armée française du Général Giraud. Enfin, sur le flanc ouest des forces alliées, dans la région d'Agrigento, on trouve la 7ème Armée américaine du Général Patton.

Forts de cette importante force de frappe, les premières opérations de Torch/Torche se déroulent bien et les Alliés établissent rapidement une tête de pont au sud-est de la grande île. Tandis que les Britanniques remontent le long de la côte orientale de l'île vers Messine, l'Armée US, épaulée par l'Armée française à sa droite, se charge de chasser l'Axe de la partie occidentale de l'île.

Image

C'est l'armée française, qui subira courageusement la vigoureuse contre-attaque des Panzers allemands sur Gela. Les Allemands utilisent notamment comme fer de lance des quasi-invincibles chars Tigre. Les Français se battent cependant comme des lions tandis qu'Eisenhower fait des bataillons de chars Tigre la cible prioritaire de l'aviation et de la marine alliée. Finalement, cette résistance héroïque permet de stopper la marche en avant de ces monstruosités mécaniques et de solidifier la tête de pont.

Image

Par ailleurs, la contre-offensive allemande a dû subir une violente attaque des blindées de Patton sur son flanc Ouest, qui permit, en plus de la résistance héroïque des soldats de Giraud, d'écraser les forces allemandes. Au soir de la bataille, a lieu le célèbre poignée de main entre le Général américain et le Colonel de Hauteclocque de la 1ère Division blindée, immortalisée par Robert Capa.

Image

D'ailleurs Giraud, fort mécontent, fera tout pour se faire photographier aux côtés d'Eisenhower. Trop tard, la légende du courageux picard était en marche.

Image

Une fois la victoire acquise, les Alliés peuvent reprendre l'offensive. Or, alors que les Britanniques se heurtent à de puissantes positions allemandes au sud de Messine, positions s'appuyant sur la géographie montagneuse de l'île, les Franco-Américains s'emparent de Palerme et de la moitié occidentale de la Sicile.

En Yougoslavie, Tito, installé à Bihac en Bosnie, ville qu'il a arraché aux collaborateurs croates, fonde l'Armée nationale de libération et un Conseil antifasciste détenteur de l’autorité civile et présidé par Ivan Ribar, ancien président de l'Assemblée constituante de 1920. Ce conseil précisera ses vues sur l'avenir de la Yougoslavie et se déclarera favorable à une forme fédérative, avec une large autonomie pour les Républiques.

Avatar du membre
Napoléon III
Paysan
Messages : 35
Enregistré le : 05 nov. 2017, 15:55

LFC : 16 Juin 1940, un autre destin pour la France (Inspiré de la FTL)

Message par Napoléon III » 21 janv. 2018, 08:24

Décembre 1942

Suite à la défaite en Nouvelle-Calédonie, l'Amiral Yamamoto se rend en première ligne dans le Pacifique sud en vue de remonter le moral des unités japonaises sur place. Cette opération sera un grand succès de propagande.

Image
Yamamoto saluant ses hommes à Rabaul

En Union soviétique, les Allemands déclenchent l’opération « Tempête d’Hiver » avec à sa tête Van Manstein en vue de briser l’encerclement de la 6ème armée par les Soviétiques. Mais les Allemands tombent sur un os constitué de forces soviétiques bien supérieures à ce qu’ils avaient prévus et qui renforcent encore plus la supériorité numérique russe par rapport à la force de Manstein. Au bout de quelques jours, non seulement les Soviétiques ont contenu « Tempête d’Hiver » mais ils déclenchent « Saturne », leur propre offensive vers l’ouest. L’État-major allemand ordonne alors la retraite des forces engagés plus au sud dans le Caucase. La 6ème Armée est condamnée mais il faudra atteindre Janvier pour que son commandant, Von Paulus, qu’Hitler a nommé Maréchal pour le contraindre au suicide, ne signe la reddition de ses forces.

Image
L'Opération Tempête d'Hiver s'enlise dans la steppe enneigée

Au Nord de la Norvège, une nouvelle grande bataille oppose les U-Boots aux Alliés qui tentent de faire passer un important convoi en direction de l'Union soviétique en profitant de la nuit polaire. Désormais, la Marine de surface du IIIème Reich ne sort plus de ses bases et ne sert plus que d'épouvantail (surtout en ce qui concerne le Tirpitz) et à protéger les côtes norvégiennes contre un débarquement allié qu'Hitler juge cependant improbable, la France membre important de la Coalition alliée faisant sûrement pression pour prioriser la libération de son territoire à celle de la Norvège.

En Sicile, une horrible guerre d'usure a lieu autour de Catane, transformée en forteresse par Kesselring. O'Connor, qui veut éviter un Stalingrad méditerranéen, ordonne de contourner la position axiste par l'intérieur des terres en vue de reprendre la marche sur Messine. Plus à l'ouest, Patton et Giraud progresse également vers cet objectif après avoir occupés Palerme mais finissent bloqués à Santo Stefano. Cependant, Giraud sortit alors sa carte maîtresse, ses redoutables goumiers marocains qui transpercèrent les défenses germano-italiennes en passant directement par les montagnes les plus inaccessibles. Patton se jeta sur l'occasion et lança ses blindées sur les troupes de l'Axe qui se repliaient, s'ouvrant la route de Messine.

Image
Soldats britanniques progressant dans les ruines de Catane

Kesselring, bien que génial organisateur, ne put organiser la retraite sur Regio di Calabre, ville du continent la plus proche de la Sicile et située en face de Messine. Seuls quelques centaines de fuyards italiens comme allemands purent rejoindre l'Italie continentale. Un énorme butin fut pris par Patton qui ne se fit pas prier pour fanfaronner et se faire photographier devant celui-ci. Mais il n'oublia pas les Français, en bon Francophile, et vanta leurs mérites aux médias anglo-saxons.

La Sicile est tombée en un peu plus d'un mois tandis que des milliers de défenseurs sont contraint à la reddition. C'est une grande victoire pour les Alliés d'autant qu'à la surprise générale, elle entraîne quelques jours plus tard la chute de Mussolini, chute célébrée dans la liesse par le peuple italien dans ce qu'on appellera « Le Noël de la Liberté », le dictateur ayant été renversé le 25 Décembre 1942.

Image

Pour les Allemands capturés, c'est la stupéfaction la plus complète comme le montrent si bien les films pris par les actualités militaires alliées.

Le nouveau gouvernement dirigé par le Maréchal Badoglio prend immédiatement langue avec les Alliés en vue de la signature d'un Armistice. Les Français insistent cependant pour que si l'Armée italienne en Yougoslavie décide de ne pas combattre les Allemands (dont la réaction brutale est à prévoir), celle-ci cède au moins ses armes en priorité aux Tchéniks et non aux Partisans de Tito. La satisfaction du Roi Pierre II et de son gouvernement qui se sentait de plus en plus marginalisé est grande. Cependant, les autorités italiennes craignent tellement les Allemands qu'elles décident de garder le secret sur les négociations avec les Alliés et de ne pas envoyer d'instructions à ses forces par peur que les Allemands ne les interceptent !

Image
Pietro Badoglio

En Grande Bretagne, publication du rapport Beveridge qui y est très bien accueilli. En effet, il propose la création d'une sécurité sociale après la guerre.

Avatar du membre
Napoléon III
Paysan
Messages : 35
Enregistré le : 05 nov. 2017, 15:55

LFC : 16 Juin 1940, un autre destin pour la France (Inspiré de la FTL)

Message par Napoléon III » 21 janv. 2018, 08:24

Janvier 1943

Les Alliés, prudents (en dépit de la conclusion d'un armistice secret avec le gouvernement Badoglio), débarquent bien au sud de Rome, à Regio di Calabre tout d’abord (6 Janvier) puis dans la région de Salerne (12 Janvier) ce qui n’empêchent pas les troupes alliées de tomber sur des soldats allemands et italiens qui résistent avec acharnement. Les soldats alliés devant notamment repousser les contre-attaques enragées d'une division de Panzers.

Image

En effet, si Mussolini est tombé, les responsables de sa chute maintiennent toujours la fiction que l’Italie reste en guerre dans l’espoir de duper les Allemands. Pire, des troupes italiennes affrontent les Alliés aux côtés des Allemands autour de Salerne, à la grande fureur des dirigeants alliés.

Mais l’espoir du gouvernement Badoglio s’avérera vain.

Alors qu’ils subissent de lourdes pertes face à la contre-offensive soviétique menée par Joukov dans le contexte de la bataille de Stalingrad, les allemands ont encore suffisamment de réserves pour envoyer des troupes occuper la péninsule italienne sous prétexte de la défendre face à l’invasion alliée.

En effet, ceux-ci se doutent bien des intentions du nouveau gouvernement italien de capituler.

De plus, ces renforts peuvent tranquillement marcher vers le sud de l'Italie, vu que Rome est toujours officiellement l'alliée de l'Allemagne.

Les Italiens se sont fort mal organisés. En effet, pour garder le secret sur leurs intentions, ils n’ont donnés aucune instruction à leurs forces sur les mesures à prendre suite à l’annonce de la capitulation.

Désireux de forcer Badoglio et Victor-Emmanuel III à ordonner aux soldats italiens de cesser de combattre leurs troupes, les dirigeants occidentaux font annoncer par Radio-Alger la teneur de l'accord secret conclu entre eux et les Italiens. Ceux-ci, penauds, doivent à leur tour annoncer l'armistice à leurs concitoyens.

Or, comme les unités allemandes et italiennes sont souvent proches les unes des autres, ce qui devait arriver arriva suite à l’annonce de l’armistice.

La majeure partie de l’Armée italienne est désarmée par les Allemands suite à cette annonce tandis que ceux-ci prennent rapidement le contrôle de l’Italie tandis que lors d’un raid audacieux, les Allemands libèrent Mussolini de sa captivité et le placent à la tête d’un État fantoche en Italie du nord, la République sociale italienne. Une République diminuée non seulement des territoires dont se sont emparés les Alliés mais également du Tyrol du sud, annexée par le Reich allemand, mais également de Trieste et de l'Istrie, transformée en gouvernorats militaires gérés directement par l'Armée allemande, tandis que le gouvernement de Badoglio s’est replié à Brindisi.

Image
Soldats italiens partant en captivité

Le chaos est indescriptible autour de Salerne. Les soldats italiens se rendant en masse aux Alliés et se faisant soudain tirer dans le dos par ceux qui étaient encore leurs alliés 1 heure plus tôt ! Néanmoins, la soudaine disparition de l'Armée italienne du corps de bataille de l'Axe contraint cependant les Allemands à se replier plus au nord, sur Naples.

Les troupes françaises, elles, n’ont pas participé à l’opération Husky (le débarquement de Salerne). En effet, elles sont maintenues en réserve par Eisenhower pour se reconstituer en vue des opérations futures en Italie.

Cependant, tandis que la Wermacht a déjà abandonné la Sardaigne, du fait des bombardements massifs de l'aviation alliée, la Corse, dont les Flottes alliées font le blocus, coinçant la garnison allemande, voit la Résistance, l’une des plus actives de France métropolitaine, déclencher d'elle-même un soulèvement général contre l’occupant, soulèvement auquel se joint… la garnison italienne !

Les Allemands se battent avec opiniâtreté contre leurs anciens alliés et les Résistants corses.

Giraud a mal à son cœur de Français. Certes, il est un soldat obéissant et n'a pas une âme de rebelle mais il ne peut supporter l'idée de rester l'arme au pied pendant que la Corse meurt. Il prend de son propre chef contact avec Mandel qui n'hésite pas une seule seconde à approuver l'opération proposée par Henri Giraud.

L'officier propose, en effet, au Président du Conseil français de demander à Eisenhower d'envoyer la 1ère Armée française soutenir la Résistance corse et libérer l'île. Eisenhower cependant, tergiverse mais comprend rapidement que la Corse est un objectif non seulement symbolique (elle sera la première portion de la Métropole française libérée) mais aussi stratégique. En effet, De Gaulle parvient finalement à convaincre le Commandant suprême des forces alliées en Europe d'accepter l'opération en lui expliquant que la présence alliée en Corse menacera les flancs des Allemands stationnés en Italie.

Eisenhower finit par céder et accepte le déclenchement de l'opération Vésuve.

La résistance allemande en Corse s’effondre rapidement suite à l’intervention de la 1ère Armée française, dans laquelle s’illustre encore une fois de plus le Colonel de la 1ère Division blindée, De Hautecloque. Giraud sera encensé par la presse alliée, qui à la vu de la chronologie, comprend bien que le Général français a dû faire pression sur Eisenhower pour sauver ses compatriotes.

Image
Les Goumiers, déjà héros de la Bataille de Sicile, participent à la Libération de la Corse

La Corse est un symbole, elle est le premier territoire métropolitain libéré, en partie par la Résistance intérieure, en partie par l’Armée d’Alger.

Elle sera aussi un laboratoire pour l’organisation du retour de l’Administration républicaine en territoire français. Expérience des plus réussies avec la retour de l'autorité de l’État républicain en Corse par l'entremise de la réintégration dans ses fonctions du Préfet Jules Henri Anastase Petitjean.

En Mer Égée, Churchill décide de soutenir la garnison italienne des îles du Dodécanèse (colonie italienne qui comprend l’île de Rhodes), assaillie par les forces allemandes. L’opération est un succès et les Allemands sont chassés de l’île malgré la riposte de la Luftwaffe et l’envoi de parachutistes dans les îles tandis que la majeure partie de la garnison italienne rallie les Alliés, seule les Chemises noires restant fidèles à Mussolini et sa République sociale et sont donc internés. Churchill aimerait pousser plus loin et organiser un débarquement en Grèce continentale mais la dureté des combats en Italie et les ressources qu’ils nécessitent, la présence d’importantes forces allemandes en Grèce finissent par l’en dissuader.

Partout en Italie se forment des groupes de Partisans qui luttent contre l’envahisseur nazi tandis que certains soldats italiens en Yougoslavie rallient les Partisans de Tito ! Une fraction moins importante rallie de son côté les forces tchéniks. De plus, l’immense majorité des soldats italiens capturés par les Allemands refuseront d’être libérés contre un recrutement dans l’armée de la République sociale tandis que la Flotte italienne, ou plutôt ce qu’il en reste, a ralliée les Alliés.

Image
Un Partisan italien

En Yougoslavie, toujours, la certitude d'une défection italienne puis le fait que cette crainte s'avérera fondée pour les Allemands, contraints ceux-ci à annuler l'offensive qu'ils avaient prévus de lancer contre Tito, qui les nargue depuis sa « capitale », Bihac. Mieux, les Partisans yougoslaves s'emparent de la majorité de l'armement abandonné par les soldats italiens en déroute !

Pour Mihailovic, c'est un grave échec. Le chef des Tchéniks a été pris de vitesse par les Partisans communistes non seulement en ce qui concerne la prise de leurs armes aux Italiens, mais également dans le domaine territorial, les Partisans ayant pris une part nettement plus importante des territoires yougoslaves occupés par l'Armée italienne que les Tchéniks. Cependant, il garde le soutien indéfectible des autorités d'Alger. Mais à Londres, on commencer à murmurer…

En Albanie, les Allemands réagissent également rapidement en occupant les villes du pays. Soucieux de s'attirer les bonnes faveurs des groupes nationalistes, ils proclament l'indépendance du pays, qui conserve la région du Kosovo.

Image
Drapeau de l’État albanais collaborateur

A la fin du mois, Von Paulus, commandant l’armée allemande assiégée à Stalingrad, capitule à la tête de ses forces. Les Soviétiques ont gagné la bataille de Stalingrad.

Image

Au Nord, durant ce mois de Janvier 1943, les Soviétiques parviennent à briser de nouveau le siège de Leningrad, permettant de ravitailler la Cité assiégée.

Les Allemands ont la prudence de retirer le Corps expéditionnaire italien de la ligne de Front russe avant la conclusion de l'Armistice par Badoglio. Officiellement car sa combativité est considérée comme trop faible du fait des pertes subies. En réalité, les Allemands n'ont plus confiance dans une armée italienne dont le gouvernement s'apprête à capituler.

Le 30 Janvier, les Britanniques célèbrent à leur manière l'anniversaire de la prise du pouvoir par les Nazis en lançant un raid sur Berlin. Le raid a lieu au moment où Goebbels et Goering tiennent un discours à l'occasion de cet anniversaire. Notons qu'Hitler lui-même ne tient pas de discours à cette occasion, premier signe du retrait du dictateur de la vie publique alors que les revers militaires commencent à se multiplier.

Face à cette situation, le Führer convoque le Roi de Bulgarie, Boris III, au Berghof (où se trouve Mussolini, libéré par des commandos allemands). Le dictateur allemand lui demande (ou plutôt lui ordonne) d’entrer en guerre contre l’URSS et l’envoi d’un Corps expéditionnaire bulgare sur place. Le monarque lui répond que cela est impossible, du fait, notamment, de la Russophilie de son peuple. Hitler entre alors dans une colère noire et tance si vertement le souverain bulgare que celui-ci en tombe malade. Il mourra quelques jours plus tard à Sofia. Son jeune fils, Siméon II, lui succède sur le trône. Cependant, non seulement la Régence mise en place n’enverra pas de troupes bulgares sur le front de l’Est mais en plus, elle entame des négociations de paix secrètes avec les Alliés.

Image
Le Tsar Boris III

En Birmanie, échec d'une offensive britannique visant à reprendre Rangoon en dépit de la supériorité numérique alliée.

Répondre

Retourner vers « Créations historiques »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité