Total War : La Chronique des Trois Royaumes - Chapitre II

El Presidente
Thématique
17 juin
2020

La Chronique des Trois Royaumes est une aventure suivie, réalisée à partir d'une campagne de Total War : Three Kingdoms et son DLC Mandate of Heaven. On y suit les pérégrinations de Liu Bei dans sa longue quête débutée en Hiver 182.

Liste des chapitres

Chapitre I | Chapitre II | Chapitre III | Chapitre IV | Chapitre V |

Total War : La Chronique des Trois Royaumes

Les cerisiers venaient de fleurir, la douceur du printemps se faisait déjà ressentir. Liu Bei et ses hommes longaient le fleuve Jaune afin de rejoindre la petite cité de Henei où les attendait Lu Zhi.

Sur le chemin, quelques volontaires avaient souhaité rejoindre la petite armée en formation de Liu Bei. Celui-ci les avait accueilli chaleureusement leur promettant gloire et honneur. Liu Bei y croyait dur comme fer en tout cas. Les paysans, eux, avaient plutôt des vues sur les coffres garnis de Wu Zhu qui accompagnaient la caravane, promesse d'un ventre rassasié à la fin de chaque journée.

De temps en temps, un messager sous bonne garde envoyé par Lu Zhi venait enrichir le coffre de quelques pièces supplémentaires. C'était le signe, pour les anciens paysans, qu'ils avaient fait le bon choix. Ainsi, 1000 Wu Zhu ont été apportés afin d'aider Liu Bei dans sa tâche.

Quelques semaines après son premier combat, Liu Bei arriva devant les portes de la petite cité de Henei. Lu Zhi l'invita à le rejoindre prendre le thé.

Chronique des Trois Royaumes
Chronique des Trois Royaumes
Chronique des Trois Royaumes
Chronique des Trois Royaumes
Chronique des Trois Royaumes
Chronique des Trois Royaumes
Chronique des Trois Royaumes

La conversation se poursuivit tard dans la nuit à parler de choses et d'autres. Il fut notamment question de réformes d'agriculture, Liu Bei prétextant que le bien-être de la Chine dépendait de celui du peuple et qu'alléger l'impôt agricole permettait de ne pas l'accabler du poids des dettes et d'impôts injustes. C'est en tout cas ce qu'il souhaitait mettre en place, dès qu'il pourra avoir ses propres terres, sous le regard amusé de Lu Zhi.

Après une nuit courte, des éclaireurs apportèrent des informations à Lu Zhi et indiquèrent l'emplacement de brigands, dirigés par un certain Gaotang Wei. Celui-ci se trouvait non loin de la cité, à quelques jours de marche.

Disposant uniquement de deux groupes armés de haches, selon les rapports des éclaireurs, la bande de Gaotang Wei ne devrait pas poser de soucis. Malgré tout, Lu Zhi souhaita offrir une récompense de 1000 Wu Zhu à Liu Bei s'il réussit promptement sa mission.

Sans tarder, Liu Bei prit congé de Lu Zhi, rejoignit ses troupes et se mit en marche afin de respecter son engagement.

Total War : La Chronique des Trois Royaumes

Arrivé à quelques encablures de la bande à Gaotang Wei, Liu Bei ordonna à ses hommes de prendre position.

L'objectif était simple : prendre en tenaille l'ennemi. C'était une tactique qui avait de tout temps fonctionné. Pour cela, l'infanterie devait se charger d'occuper les bandits au corps à corps, pendant que la cavalerie les contournaient pour surgir par derrière.

Ce fut un bain de sang. La victoire laissa à Liu Bei un goût amer. Il avait perdu quelques hommes durant l'affrontement, 55 pour être précis, dont de nombreux miliciens armés de Ji qui n'ont pu faire le poids face aux haches des bandits.

Mais l'adversaire a complétement été anéanti par les charges des cavaliers. Ceux-ci avaient fait le gros du travail, ils commençaient tout doucement à prendre de l'expérience. La promesse d'une augmentation de leur solde devait les enthousiasmer, à moins que le discours de Liu Bei avant le combat les avaient galvanisé. En tout cas, c'est ce que Liu Bei croyait...

Gaotang Wei parvint à s'échapper, en compagnie de sept bandits survivants. Les 32 autres bandits restants furent rançonnés une fois que Liu Bei arriva à la petite cité de Henei.

Été 183

Un après-midi, alors qu'il faisait une chaleur écrasante, Lu Zhi accueillit Liu Bei dans son salon de thé, avec une nouvelle missive impériale en main.

Des rapports inquiétants faisaient état de banditisme près du bourg de Pingyuan, dans le comté d'Anxi, et ceux-ci ne pouvaient être ignorés. Lu Zhi demanda à Liu Bei de s'y rendre immédiatement afin d'enquêter sur ce problème. Bien entendu, une récompense de 1000 Wu Zhu l'attendait.

Après s'être bien reposé, et avoir recruté quelques volontaires supplémentaires, l'armée de Liu Bei fit route vers l'Ouest, le long du fleuve Jaune, afin de rejoindre le comté d'Anxi.

Le long du chemin, des rumeurs nous parvenaient régulièrement. Elles concernaient trois frères Zhang du comté de Julu qui rassemblaient des partisans à leur cause. On racontait qu'un jour, alors qu'un des frères cueillaient des herbes, il reçut la visite d'un viel homme qui lui remit un ouvrage de trois tomes, l'Art indispendable pour une Grande paix. Quiconque détenait ces livres entre ses mains était capable d'apporter la paix à l'humanité, disait-on. Le groupe se faisait appeler les Turbans jaunes, en référence aux foulards qu'ils s'enroulaient sur la tête.

Automne 183

L'armée de Liu Bei s'apprêtait à rentrer dans le Pingyuan. Mais avant d'y fouler les pieds, nous devions négocier un droit de passage avec le représentant de l'empereur, qui détenait la région, afin d'éviter tout malentendu. Cet administrateur fut particulièrement généreux. En voyant notre armée et en entendant l'ambition de Liu Bei d'en finir avec les brigands, il accepta sans ménagement et accorda même un petit revenu, pendant dix saisons, pour maintenir à bon niveau le ravitaillement des troupes.

À peine arrivé dans le Pingyuan, Liu Bei fut averti par les habitants qu'un groupe de bandits cherchait à l'arrêter. Un certain Lang Jian se trouvait à leur tête. Ils n'étaient armés que de Ji et ne devraient pas poser trop de problèmes aux hommes de Liu Bei.

Mais ce n'est pas tout. Dans le village, nous aperçûmes trois hommes sur la place centrale. Ils étaient attachés à des billots et un bourreau se tenaient au-dessus d'eux. Leur crime fut d'avoir écrit des graffitis à la gloire des Turbans jaunes dans tout le village. Ces histoires de Turbans jaunes commençaient à devenir incontrôlables...

Lu Zhi

Lu Zhi a pour prénom social : Zigan. Plutôt grand, le son de sa voix était comme celui d'une cloche géante. Il est connu comme l'un des savants les plus éminents de l'époque, notamment pour son étude des textes sur les rituels chinois et son aide à la compilation de l'histoire des Han orientaux.

Lorsque la rébellion du Turban jaune a éclaté, Lu Zhi est nommé Général de la Maison du Nord. Il prit alors le commandement des Cinq Régiments de l'Armée du Nord.