HistoriaRecords vol.15 - Bay of Pigs par Civil War

Maréchal de l'Empire
Thématique
Guerre froide
8 février
2019

Pour ce nouvel épisode d’HistoriaRecords nous vous proposons le titre suivant : Bay of Pigs du groupe Civil War.

Peut-être que le nom ne vous dit rien, mais que le style musical vous parle plus. Si vous nous suivez, ou que vous êtes amateur de rock, de métal (et de toutes ses déclinaisons), vous pouvez sentir une patte d’Heavy Metal mélangé à du Power, un peu comme Sabaton.

Plus particulièrement Civil War s’est formé à la suite d’une scission au sein du groupe suédois Sabaton avant la sortie de leur album Carolus Rex en 2012.

À l’aube de cette nouvelle aventure, ils étaient 4. Les deux anciens guitaristes de Sabaton ainsi que le batteur et le claviériste très vite rejoint par deux nouveaux membres : le bassiste Stefan Eriksson et le frontman Nils Patrick Johansson.

Pour leurs premiers albums : The Killer Angels (2013), Gods and Generals (2015) et The Last Full Measure (2016), ils furent bien accueilli par le public et la presse ce qui leur vaudra le fait d’être encadré par le très célèbre label (pour les métalleux) : Napalm Records.

De la même manière que leur ancien groupe, leur thème musical tourne autour d’anecdotes historiques ou de faits de guerre. On notera le nom de leur groupe faisant référence à la Guerre civile américaine (Guerre de Sécession) ou encore à leurs habits de scène qui s’inspire intensément de cette période de l’histoire des Etats-Unis.

Autre particularité de ce groupe : la voix du chanteur. Elle est particulièrement aigüe. Sa voix arrive à couvrir plusieurs octaves, comme le chanteur Rob Halford de Judas Priest.

Voici les paroles de Bay of Pigs tiré de leur album Gods and Generals :

It's time to invade
The Bay of Pigs

They're out for blood tonight they're the widowmakers
Killer elite Cuba invaders
A motley crew in the line of fire

A raging horde of criminal pilgrims
Murder patrol of heavy drug addicts
Burning wheel on the road to ruin

This is the dark chapter of freedom
But no one cares where is the reader now
The words are gone somehow but I just can't take it so

Break the chains one final time
We'll see you on the other side
The revolutions bound to fail
And God is on your side
They aimed to take the residence
But left by their own president
Failure is what people say
About the Bay of Pigs

The Bay of Pigs
The Bay of Pigs

So have you seen the news have you felt desire
The lust to kill to turn on the pyre
Tell me son: Do you even bother

Sometimes it drives me mad that I don't know
The secret script to the questions of our lives
Please don't say that I am a liar

You know
Back in the days they remembered the world war
It was for real and just like a time bomb
Why can't we find another way these boys were on top so

Break the chains one final time
We'll see you on the other side
The revolutions bound to fail
And God is on your side
They aimed to take the residence
But left by their own president
Failure is what people say
About the Bay of Pigs

What a slaughter

This is the dark side of the story
Hookers of greed power horny
Ooh
Let's find another war

You better break the chains one final time
We'll see you on the other side
The revolutions bound to fail
And God is on your side
They aimed to take the residence
But left by their own president
Failure is what people say
About the Bay of Pigs

The Bay of Pigs
Pigs
Pigs

The Bay of Pigs
Pigs
Pigs

The Bay of Pigs

Il est vrai que comprendre les lyriques d’une chanson de métal n’est pas toujours une chose aisée. Déjà, qu’est-ce que l’événement historique : « La baie des cochons » ?

Contexte historique

Avec l’arrivée de Fidel Castro au pouvoir cubain, l’ensemble du territoire se retrouve nationalisé. Les révolutionnaires se rapprochent du bloc soviétique créant des relations tendues et complexes avec leur quasi-voisin géographique : les États-Unis d’Amérique.

Par derrière, le gouvernement américain décida de lancer un embargo total à l’encontre de Cuba et tenta de faire chuter Castro.

La baie des cochons est l’un de ces exemples. La CIA avait formé pas moins de 1 500 Cubains contre la politique de Castro afin de pouvoir mettre en place une nouvelle autorité politique temporaire avec une possibilité d’aide militaire américaine.

Cette opération fut un échec. D’une part, les forces aériennes et militaires cubaines avaient été négligées alors qu'elles auraient pourtant pu avoir une importance non négligeable, et d'autre part il y a eu un non-ralliement de la population à ces « nouveaux » révolutionnaires.

Cet échec a amené à un rapprochement de Cuba avec l’URSS et la célèbre « crise des missiles ».

La chanson

Nombreux sont ceux qui ne voient pas le même sens dans les paroles de cette musique, mais ce que je retiendrai se concentre en trois lignes :

But left by their own president
Failure is what people say
About the Bay of Pigs

La manière dont est tournée la phrase évoque la mise en évidence de cette opération aux yeux du monde. À en croire mon résumé historique, la baie des cochons est considérée comme un échec. Ce qui –techniquement- est vrai.

Mais d’un point de vue géopolitique, cela met aussi en évidence l’attitude des États-Unis prêts à tout pour tenter d’éradiquer du globe la menace communiste en y plongeant l’humanité dans ses heures les plus sombres.

Une autre lecture est possible. On peut aussi interpréter cette partie de la musique comme l’événement historique qui va progressivement faire chuter le bloc soviétique ou, après une crise mondiale d’ampleur exceptionnelle, va amener à un désamorçage long et progressif de cette guerre froide.

Si j’ai fait le choix de cette musique pour ce nouveau volume d'HistoriaRecords c’est que dans mon cas, j’ai du mal à savoir « pour qui » le groupe prend le plus parti et « quelle version » des faits ils veulent montrer. Il serait donc intéressant de savoir comment vous interprétez la chose et comment vous l’expliqueriez.

  • HammerHammer Le petit Napoléon, Chroniqueur, Historien, Youtubeur
  • "Ce qui ne me tue pas me rend plus fort." Alexandre III le Grand
  • "Du sublime au ridicule, il n'y a qu'un pas." Napoléon Bonaparte