Analyse d'une oeuvre d'Adam's Venture : Les Ambassadeurs d'Holbein

Thématique
Époque moderne
27 août
2018

Nom de l'artiste : Hans Holbein le Jeune (1497-1543)
Titre de l'œuvre : Les Ambassadeurs
Année de création : 1533
Technique : Huile sur panneaux de chêne
Dimensions : 207 x 209 cm
Lieu d'exposition : Londres, National Gallery
Numéro d'inventaire : NG1314

Analyse d'une oeuvre d'Adam's Venture : Les Ambassadeurs d'HolbeinHans Holbein le Jeune, les Ambassadeurs, 1533, huile sur panneaux de chêne, Londres, National Gallery.

Quel est donc ce tableau apparaissant ici dans le jeu Adam's Venture: The Search for the Lost Garden ? Accroché au mur, à côté de la cheminée aux bûches crépitant sous les flammes voraces, celui-ci se démarque du décor ambiant par sa couleur de fond verte. Cet homme, élégamment vêtu et accoudé à un meuble, n'est en réalité pas l'unique personnage de cette scène.

Seule une moitié du tableau est révélée ici dans Adam's Venture, emputant ainsi le tableau original de ce qui fait son originalité: une image en anamorphose, sur laquelle nous nous attarderons par la suite. Ce tableau n'est autre que Les Ambassadeurs d'Holbein conservé à la National Gallery de Londres.

Description et analyse


Analyse d'une oeuvre d'Adam's Venture : Les Ambassadeurs d'HolbeinBroche ornée d'un crâne.

Placés devant un rideau de velours vert, deux hommes portant la barbe, richement vêtus et accoudés à un meuble constitué de deux étagères supportant de nombreux objets hétéroclites, fixent de leur regard le spectateur.

Ces deux hommes sont deux diplomates français: l'ambassadeur de France en Angleterre – et commanditaire de ce tableau - Jean de Dinteville (à gauche) et l'évèque de Lavaur (dans le Tarn) Georges de Selve (à droite), qui joua également un rôle d'ambassadeur. L'identification de ces deux personnages a été longue. On doit l'actuelle à Mary F. S. Hervey (1853-1920) qui l'établit en 1895.


Analyse d'une oeuvre d'Adam's Venture : Les Ambassadeurs d'HolbeinDague au fourreau ciselé.

Le manteau de fourrure noir au revers blanc du personnage de gauche révèle par son luxe le statut social de son porteur. La couleur de la soie contraste fortement avec le noir de son manteau. Il porte un béret sur lequel est épinglée une broche à la représentation de crâne. Il tient dans sa main droite une dague dans un fourreau soigneusement ouvragé. Chaque détail de la ciselure y est visible. La garde d'une épée est également visible de son côté gauche.


Analyse d'une oeuvre d'Adam's Venture : Les Ambassadeurs d'HolbeinMédaillon de l'Ordre de Saint-Michel et garde de l'épée.

Dernier détail, il porte un collier dont le médaillon représente un personnage ailé terrassant un dragon déjà au sol; il s'agit de l'Archange saint Michel. Ce collier n'est autre que celui de l'Ordre de Saint-Michel, plus haute distinction de la chevalerie française.

Le personnage de droite, érudit et religieux, porte un manteau noir et brun que l'absence de couleurs contrastées fait paraître plus sobre et plus austère que celui de son acolyte. Il observe la même pose et tient seulement dans sa main droite une paire de gants en cuir souple.

Sur l'étagère supérieure, de la gauche vers la droite, sont visibles une sphère céleste, un cadran de berger qui n'est autre qu'un cadran solaire cylindrique portatif, deux quadrants qui sont soit des intruments d'astronomie, de navigation ou de géodésie (science destinée au tracé des cartes), un bloc gnomique (dans ce cas polyédrique) présentant plusieurs cadrans solaires, et enfin, un livre à reliure rouge sur lequel est positionné un instrument de mesure astronomique que l'on nomme un torquetum. Ce dernier objet, complexe, permet de fixer l'heure et la date en calculant précisémment la position des corps célestes. Chacun de ces objets est minutieusement représenté dans ses moindres détails.

Analyse d'une oeuvre d'Adam's Venture : Les Ambassadeurs d'HolbeinEtagère supérieure.

L'étagère inférieure, de la gauche vers la droite, supporte quant à elle un globe terrestre dont l'Europe, en jaune, est visible selon l'état des connaissances de l'époque. En ce qui concerne le livre à reliure rouge, les détails sont si minutieux que le contenu en est lisible. Il s'agit d'un livre de mathématiques. Viennent ensuite une équerre, un compas, un luth qui est l'instrument à cordes pincées par excellence de la Renaissance, et enfin, un livre de cantiques sur lequel les notes des portées sont lisibles, et quatre flûtes à bec en bois soigneusement rangées dans leur étui de cuir.

Analyse d'une oeuvre d'Adam's Venture : Les Ambassadeurs d'HolbeinEtagère inférieure.

Les deux étagères surchargées donnent l'impression d'être encombrées. Les nombreux objets hétéroclites qui les garnissent sont en réalité soigneusement disposés. Leur présence n'est pas anodine. Ils sont toutes les marques du pouvoir et du savoir. Ces objets figurent les quatre sciences mathématiques que sont la géométrie, l'arithmétique, l'astronomie et la musique, que l'on appelle le quadrivium.

Une lecture plus minutieuse du tableau arrête notre regard sur un détail savoureux. Dans l'angle supérieur gauche, un crucifix à moitié dissimulé derrière le rideau de velours vert apparaît à notre oeil, qui n'est pas sans nous rappeler le contexte religieux particulièrement troublé à cette époque.

En effet, le luthéranisme se diffuse dans toute l'Europe, de solides tensions existent entre le roi d'Angleterre Henri VIII et l'Eglise de Rome. La naissance de l'Eglise anglicane un an après la réalisation de ce tableau entérine un tournant dans l'histoire de la chrétienté en Europe au XVIème siècle.

Analyse d'une oeuvre d'Adam's Venture : Les Ambassadeurs d'HolbeinCrucifix dans l'angle supérieur gauche.

Et puis enfin, qu'est-ce donc que ce motif informe étiré dans la partie inférieure du tableau ? Il s'agit d'une image en anamorphose. C'est une déformation d'image jouant sur l'optique et notamment ici d'un rétrécissement visuel. Pour l'observer convenablement, il suffit de changer son point de vue et de se placer à la droite du tableau, au niveau de la tranche. En lien avec le crucifix que nous avons précédemment évoqué, cette figure cachée au premier regard est en fait un crâne. Elle clôture la lecture de ce tableau.

Bien plus qu'une simple figuration ou qu'une simple prouesse technique, cette image renvoie aux vanités humaines. Il s'agit d'une mise en garde, d'un rappel subtil comme il est fréquent dans les programmes iconographiques de la Renaissance. Cette représentation de crâne relève de ce que l'on nomme des memento mori : "souviens-toi de la mort" !

Analyse d'une oeuvre d'Adam's Venture : Les Ambassadeurs d'Holbein  Analyse d'une oeuvre d'Adam's Venture : Les Ambassadeurs d'HolbeinAnamorphose du crâne : Celui-ci se voit depuis la tranche du tableau.

L'aspect au demeurant très frontal de la composition est cependant amoindrie par la présence d'un complexe jeu de motifs géométriques au sol qui contribue à approfondir le champ de la scène par une impression de perspective. De plus, ce format de double portrait permet au regard du spectateur de se recentrer sur les étagères garnies d'objets et de s'y focaliser.

Dernier élément important, Holbein, peintre de la Renaissance du Nord et peintre officiel de la cour d'Angleterre sous le roi Henri VIII, signe son tableau en bas à gauche par: IOANNES HOLBEIN PINGEBAT 1533.

Analyse d'une oeuvre d'Adam's Venture : Les Ambassadeurs d'HolbeinComposition du tableau.

Conclusion

Ce tableau très complexe et très riche par son iconographie recherchée est une véritable mine de détails dont la lecture de chacun d'entre eux est minutieuse. Chaque élément représenté, chaque objet à une signification, une symbolique particulière. Rien n'est anodin, tout est savamment disposé.

Portrait double et non pas portrait unique du commanditaire, cela confère à cette oeuvre une grande originalité et est en outre considérée comme pionnière du genre du portrait double en Europe du Nord. Les Ambassadeurs d'Holbein ne pourraient-ils pas être considérés comme une célébration des valeurs de l'Humanisme du XVIe siècle?

Si l'on y prête une attention particulière, on remarque que l'art s'immisce dans les décors de jeux vidéo, que ce soient des sculptures, des tableaux ou encore des objets archéologiques ou objets d'art de diverses époques. Simplement décoratifs, éléments servant la narration, supports à des énigmes, objets de quêtes à collecter, ou encore passages dissimulés vers des dimensions parallèles permettant d'étendre le jeu à d'autres univers (pour ce qui concerne les peintures), l'art est partout.

D'oeuvres mondialement célèbres à d'autres plus inconnues, elles ponctuent l'environnement de jeu du joueur. Peut-être en avez-vous déjà rencontrées, remarquées, reconnues ou encore vous ont-elles sans doute interpellées ?

Ainsi, les développeurs d'Adam's Venture agrémentent le cadre dans lequel évolue le joueur par quelques oeuvres dont nous découvrirons les suivantes dans de prochains articles. Vous remarquerez que très souvent, les quelques oeuvres choisies pour servir le décor d'un jeu n'apparaissent pas seulement à un seul et même moment du scénario mais à plusieurs reprises dans des lieux différents.

Pour approfondir

  • FERRIER J.-L., Holbein les Ambassadeurs, anatomie d'un chef-d'oeuvre, Paris, éditions Denoël, coll. « Bibliothèque Médiations », 1977.
  • BUTOR M., « Un tableau vu en détail », Répertoire III, Paris, éditions de Minuit, 1975, p. 33-41.
  • FOISTER S., Ashok Roy et Martin Wyld, Making & Meaning : Holbein's Ambassadors, Londres, Yale University Press, 1997.
  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Ambassadeurs
  • Crobate Chroniqueur
  • "Que ton coeur ne soit pas altier à cause de ce que tu sais; n'emplis pas ton coeur du fait que tu es un savant. Discute avec l'ignorant de la même façon qu'avec de l'homme ayant des connaissances; car on n'a jamais atteint les limites d'un art, et nul artisan n'est pourvu d'excellence. Une parole heureuse peut être dissimulée plus que l'émeraude, on peut la trouver parmi les servantes penchées sur la meule." - (Max. 1). L'art de vivre du vizir Ptahhotep.