Analyse d'une oeuvre : Le radeau de la Méduse de Géricault

Sydfire
P'tit Suisse
Thématique
Époque contemporaine
3 septembre
2018

Nom de l'artiste : Jean-Louis-André-Théodore Géricault (1791-1824)
Titre de l'œuvre : Le radeau de la Méduse
Années de création : 1818 - 1819
Technique : Huile, toile sur bois
Dimensions : 491 × 716 cm
Lieu d'exposition : Musée du Louvre, Paris
Numéro d'inventaire : INV 4884

Pourquoi le radeau de la Méduse est-il l'une des œuvres d'art les plus inspirantes ?


Analyse d'une oeuvre : Le radeau de la Méduse de GéricaultAutoportrait de Géricault

Un chef-d’œuvre qui parvient à capturer l'émotion brutale, authentique et brute, Le Radeau de la Méduse est une peinture à l'huile réalisée par le peintre et lithographe romantique Théodore Géricault en 1818.

Achevée alors que l'artiste n'avait que 27 ans, cette œuvre d'art est devenue une icône du romantisme et constitue donc un véritable jalon du parcours artistique européen. Le Radeau de la Méduse est un tableau grandeur nature qui décrit un moment terrifiant et exaltant à la suite du naufrage de la frégate Méduse.

Le public français a été scandalisé lorsqu'il a appris ce qui est arrivé à la Méduse, mais il a été profondément choqué lorsqu'on lui a présenté la version peinte de l'histoire - et ne vous méprenez pas, la communauté artistique française n'a jamais été facilement choquée.

Sans pitié et sans compromis dans la brutalité dépeinte, le désespoir sur la toile est aussi dévastateur que l'histoire derrière le tableau.

En fin de compte, Le Radeau de la Méduse est devenu une source d'inspiration pour tous les jeunes peintres, quelles que soient leurs préférences visuelles, s'élevant rapidement au niveau iconique dont il jouit encore aujourd'hui.

Nous allons maintenant jeter un coup d'œil à son histoire et enquêter sur la portée et la force de son influence sur l'histoire de l'art.

L'événement qui a choqué le public français

Il est logique de commencer par l'événement qui a servi d'inspiration à la pièce, car la connaissance du destin de Méduse est cruciale pour comprendre l'œuvre de Théodore Géricault.

En juin 1816, la frégate Méduse s'embarque avec trois autres navires, mettant le cap sur le port sénégalais de Saint-Louis qui avait été donné aux Français par les Britanniques en signe de bonne foi au roi rétabli, Louis XVIII.

La Méduse a accueilli près de 400 personnes, ainsi que le nouveau gouverneur du Sénégal. Le rôle du capitaine a été confié à Hugues Duroy de Chaumareys, un homme de 53 ans qui n'avait pas été sur un navire depuis vingt-cinq ans et qui n'avait jamais commandé une frégate de sa vie.

Comme le capitaine était inexpérimenté, tout l'équipage de la Méduse était intéressé à voyager aussi vite que possible et se tenait près des côtes africaines pour le faire. La frégate a rapidement devancé les autres navires, mais elle flottait tout simplement trop près du rivage et a inévitablement heurté une barre de sable.

L'équipage a décidé de jeter du poids supplémentaire par-dessus bord dans l'espoir de sortir le navire de la boue et de flotter avec la marée. Cependant, effrayé et inexpérimenté, le capitaine Hugues Duroy de Chaumareys leur interdit de se débarrasser des canons, car il ne voulait pas mettre en colère ses électeurs en France.

Finalement, le navire avait touché le fond de l'océan. Les riches ont eu accès aux canots de sauvetage et ont eu suffisamment d'espace sur les canots de sauvetage, tandis que les 149 personnes restantes ont été forcées de prendre un radeau de fortune qui était attaché par une corde à l'un des canots de sauvetage.

À un moment donné, le radeau a été coupé intentionnellement ou accidentellement. Ce qui a suivi a été un cauchemar de deux semaines de mers orageuses, de meurtres brutaux, de folie et de cannibalisme. De tous les membres d'équipage qui ont été placés sur le radeau, seulement quinze hommes ont survécu à l'épreuve et cinq d'entre eux sont morts peu de temps après leur sauvetage.

Cette tragédie est devenue un événement majeur de l'actualité et un scandale de l'époque, un embarras international dont la cause a été largement attribuée à l'incompétence du capitaine. De Chaumareys a été traduit en cour martiale, puis acquitté parce que les Français craignaient d'être ridiculisés par d'autres nations pour avoir mis en place un capitaine aussi naïf.

Théodore Géricault et Le Radeau de la Méduse

Deux ans après le procès de De Chaumareys, l'artiste Théodore Géricault a révélé sa peinture massive intitulée Le Radeau de la Méduse.

Désireux de se faire un nom, le jeune peintre avait fait des recherches approfondies sur le sujet en lisant un pamphlet écrit par deux des survivants. Il s'est rendu dans les hôpitaux et les morgues pour étudier les mourants et les morts, après quoi il a mis en place un radeau reconstruit sur la mer pour voir comment il roulait sur les vagues. Géricault a même coupé des morceaux de corps prélevés à la morgue locale qu'il a laissés se décomposer dans son atelier pour ensuite les utiliser comme références.

Théodore travaillait aussi à partir de modèles vivants et, fait intéressant, l'artiste Eugène Delacroix était l'un d'entre eux. Le modèle de Delacroix est le cadavre allongé face contre terre, bras tendus, au centre de la composition.

Cependant, il y avait beaucoup d'incohérences dans la représentation malgré le fait que le peintre a fait une enquête aussi approfondie sur ce qui s'est vraiment passé. Beaucoup de ces divergences ont été faites intentionnellement pour des raisons d'effet dramatique et d'équilibre compositionnel.

Au Salon de 1819, le tableau a été rebaptisé The Scene of a Shipwreck (la scène d’un naufrage) afin d'éviter les réactions sévères du gouvernement français ; une décision quelque peu surprenante compte tenu de l'obsession et du dévouement de Géricault à la création de l'œuvre d'art.

Initialement incapable de trouver un acheteur dans son propre pays, Théodore a exposé le tableau en Europe continentale et en Angleterre. Un nombre stupéfiant de plus de 40 000 personnes sont venues voir le travail à Londres et il a été vu avec une fascination effrayante.

Finalement, l'œuvre s'est vendue et elle a été sauvée par le gouvernement français d'un groupe de noblesse française qui avait l'intention de la découper et de la vendre au coup par coup. Le tableau peut maintenant être vu au Louvre. Il convient de noter que Géricault est décédé environ cinq ans après son achèvement à l'âge de trente-deux ans.

Analyse du Radeau de la Méduse

Le Radeau de la Méduse est une peinture romantique iconique qui a introduit le mouvement qui a effectivement remplacé le néoclassicisme. En tant que telle, la pièce contenait toutes les caractéristiques qui définissaient ce que le romantique signifiait.

Son style s'appuie sur le drame et la fluidité du mouvement baroque et utilise des coups de pinceau lâches, une palette de couleurs fortes et sombres, le contraste net des poses claires et sombres et des poses dramatiques.

Comme presque tous les peintres néoclassiques et romantiques, Géricault a été fortement influencé par Michel-Ange et a donc peint des corps idéalisés et musclés, ce qui dans ce cas est une forte contradiction avec l'apparence réelle des hommes. Le ciel et l'eau sont aussi définitivement romantiques dans la nature, car ils dépeignent le drame, l'ombre et la lumière, transmettant les forces fortes dont ces malheureux humains sont à la merci.

La taille massive de la peinture est en accord avec les pièces historiques traditionnelles et leurs échelles, bien que le sujet fût d'actualité et, contrairement à la plupart des peintures historiques, il n'y a pas de héros clairement définis - au lieu de cela, on nous présente des victimes.

La caractéristique la plus frappante du Radeau de la Méduse est sans doute l'imbrication des triangles, caractéristique commune aux peintures de la Renaissance et du Baroque, ainsi qu'un indicateur clair et net de la formation académique de Théodore Géricault.

Analyse d'une oeuvre : Le radeau de la Méduse de Géricault

L'action est organisée en deux formes pyramidales distinctes avec deux pics clés : la vague qui peut ou non engloutir les survivants sur le radeau (à gauche) et le drapeau dans le coin supérieur (à droite) qui est hissé dans un dernier geste d'espoir. Les deux pyramides servent à isoler les deux possibilités distinctes : sauvetage ou massacre.

De plus, les gens sur le radeau sont subtilement divisés en quatre groupes séparés ; les morts et les mourants sont au milieu (rouge), puis il y a ceux qui luttent pour se lever (bleu), un troisième groupe est composé de trois figures blotties les unes contre les autres par le mât (jaune) et le quatrième groupe est coiffé par l'homme africain qui balance le drapeau en désespoir de cause (vert).

Analyse d'une oeuvre : Le radeau de la Méduse de Géricault

En étudiant le tableau de gauche à droite, il est évident que nous sommes plongés dans un drame émotionnel. La meilleure preuve en est le père découragé qui s'accroche au corps de son fils mort au premier plan.

Pourquoi le radeau de la Méduse est-il si inspiré ?

Au cours des deux derniers siècles, il n'a jamais été contesté que le chef-d'œuvre de Théodore Géricault est un véritable repère de la peinture moderne et qu'en tant que tel, il a eu une influence massive sur de nombreuses peintures ultérieures.

Cependant, énumérer toutes les raisons pour lesquelles il est si crucial est un défi de taille que nous allons maintenant essayer d'accomplir. Tout d'abord, Le Radeau de la Méduse a réussi à faire ce que chaque peintre souhaite réaliser avec son œuvre - inspirer un nouveau mouvement, donner naissance à un nouveau style qui prendra le dessus sur la scène.

Théodore Géricault a réussi à le faire, car son chef-d'œuvre était le bris d'égalité qui a permis au romantisme de surmonter la nature de pierre du néoclassicisme, dirigeant le cours de l'histoire de l'art français.

Le Radeau de la Méduse a également été l'une des premières pièces à présenter une critique sociale et gouvernementale subtile, montrant que les artistes peuvent avoir une voix extrêmement forte s'ils désirent l'élever. Beaucoup de pièces et de mouvements ultérieurs étaient basés sur la critique d'une sorte ou d'une autre et Le Radeau de la Méduse était souvent l'inspiration pour un tel acte.

La composition de la pièce est également très inspirante, car cet aspect du Radeau de la Méduse a été disséqué un nombre incalculable de fois, comme ce fut le cas pour les plus grandes peintures réalisées bien avant la naissance de Théodore Géricault.

Analyse d'une oeuvre : Le radeau de la Méduse de GéricaultPosition de l’Argus

Cette composition magistrale a fortement influencé l'histoire de l'art et beaucoup de ses représentants, les incitant à faire le plus d'efforts possible pour construire une expérience visuelle parfaite.

En plus de cela, Géricault a également permis à sa composition de faire partie du récit. Les deux éléments séparés de la composition picturale font référence à deux possibilités que les hommes condamnés du radeau doivent envisager : le sauvetage ou la mort.

Artistes remarquables qui ont été inspirés par cette œuvre d'art

En raison de l'impact qu'il a eu sur la scène européenne, il n'est pas surprenant que de nombreux jeunes auteurs aient créé leurs propres versions et interprétations du Radeau de la Méduse. Peu de temps après son ascension, les épaves et les mers orageuses sont devenues l'un des sujets de prédilection des peintres romantiques.

Des pièces qui ont été influencées par Géricault :

Analyse d'une oeuvre : Le radeau de la Méduse de GéricaultSunset at Sea after a Storm de Francis Danby (1824).
Analyse d'une oeuvre : Le radeau de la Méduse de GéricaultLa Barque de Dante d'Eugéne Delacroix (1822).
Analyse d'une oeuvre : Le radeau de la Méduse de GéricaultA Disaster at Sea de J. M. W. Turner (1835).

Des décennies après la mort de Théodore, les artistes essayaient encore de retrouver l'émotion de Méduse, comme ce fut le cas avec The Gulf Stream de Winslow Homer (1899). Gustave Courbet a également pris de nombreuses décisions visuelles et créatives en enquêtant sur Le Radeau de la Méduse. Honoré Daumier et Édouard Manet ont également vu en Théodore Géricault une source d'inspiration, reconnaissant qu’il était un véritable stimulant et une ressource précieuse.

Le Radeau de la Méduse a également inspiré de nombreux auteurs avant-gardistes et contemporains. Max Ernst, Vik Muniz, Sandra Cinto, Louise Fishman et Kristin Baker ont tous créé leurs propres variations. Martin Kippenberger en a fait une vaste série d'autoportraits et Paul McCarthy l'a proclamé l'une de ses pièces préférées. Frank Stella, Jeff Koons et Peter Saul ont également créé des œuvres d'art qui font référence à la peinture de Théodore.

Tous ces artistes qui choisissent de réinterpréter ou d'adapter The Raft, peu importe le moment où ils ont créé leur art, est un indicateur clair de la capacité de Géricault à capter l'imagination d'innombrables générations.

Bibliographie

  • Denise Aimé-Azam (préf. Pierre Daix), Géricault : l’énigme du peintre de La Méduse, Paris, Éd. Perrin, 1983, 379 p., in-8° (ISBN 2-262-00304-1). — Bibliogr. p. 371-379. Rééd. en 1991 (Paris, même éd.).
  • Bruno Chenique, « Les Esquisses du Radeau de La Méduse », La Méduse : feuille d'information de l'Association des Amis de Géricault, Levallois-Perret,‎ 1999, p. 2-3 (ISSN 1279-1296). — Lettre d’Hippolyte Bellangé à Eugène Delacroix concernant une étude (non localisée) du Radeau de La Méduse.
  • Hélène Masson-Bouty et Pascale Perrier, Tempête dans l’atelier de Géricault : Le Radeau de La Méduse, Paris, Oskar éd., coll. « Culture & société / Art », 2010, 126 p., in-8° (ISBN 978-2-3500-0599-7). — Roman pour la jeunesse. Dossier documentaire, lexique.
  • Lorenz Eitner, « Dessins de Géricault d’après Rubens et la genèse du Radeau de La Méduse », Revue de l'Art, Paris, Ministère de l’Éducation nationale, vol. 14,‎ 1971, p. 51-56. — Publié sous l’égide du Comité français d’histoire de l’art.
  • sydfireSydfire P'tit Suisse, Chroniqueur
  • "En politique le choix est rarement entre le bien et le mal, mais entre le pire et le moindre mal." Machiavel