L'Histoire sur un plateau : Warfighter: The WWII Tactical Combat Card Game

Contributeur
1er octobre
2018

Seconde guerre mondiale. Les allemands sont là, partout. Pas une route, pas une voie ferrée, pas un dépôt de ravitaillement, pas même un village reculé n’échappent à leur contrôle. L’Europe est acculée, étouffée sous le joug de la puissance nazie.

Mais ça c’était avant.

Votre mission, si vous l’acceptez, traverser les lignes ennemies et briser la confiance des troupes allemandes par tous les moyens. Votre équipe, vos armes, votre équipement ? Vous seul déciderez qui vous accompagnera sur le terrain et quel matériel vous emmènerez dans votre petit baluchon de soldat d’élite. Les combats seront longs et périlleux, les pertes nombreuses mais gardez à l’esprit que vous vous battez pour la paix et la liberté de vos terres. Faites-en votre force.

L'Histoire sur un plateau : Warfighter: The WWII Tactical Combat Card Game

Un jeu de plateau à la croisée des cartes

Warfighter WW2 est un jeu solo ou coopératif dont l’ensemble du gameplay repose sur les cartes. Toutes les actions, les missions, les objectifs, les soldats amis ou ennemis, les armes et les différentes parties de votre équipement se retrouveront dans des decks de cartes respectifs.

Un grand plateau de jeu vous permettra d’intensifier l’immersion et sera d’abord utilisé comme un support aux cartes. Non indispensable, vous pourrez facilement vous en passer. Il propose, en gros, un positionnement spécifique et organisé des decks de cartes, fait office de compte-tours et rappelle différentes notions du jeu (déroulement des séquences d’attaque, rappelle des actions possible, etc.).

Sur ces cartes, vous retrouverez l’ensemble des informations nécessaires au bon déroulement de votre mission. Un vocabulaire spécifique y est utilisé et peut paraître assez repoussant au départ mais le jeu est suffisamment bien fait pour qu’après avoir lu les règles, l’ensemble devienne limpide. Un livret récapitulatif des mot-clefs utilisés vous accompagnera même durant vos missions et vous pourrez facilement vous y reporter si un doute subsiste à un moment donné.

De plus, une flopée de petits jetons vous accompagnera dans vos pérégrinations et vous servira d’indicateurs, de munitions par exemple, de blessures, de localisation de vos soldats ou encore d’expérience acquise sur le terrain.

L'Histoire sur un plateau : Warfighter: The WWII Tactical Combat Card GameUn plateau de jeu utile pour organiser les cartes mais pas indispensable.

Un petit côté « jeu de rôle »

Sur bien des aspects, Warfighter WW2 possède un certain côté « jeu de rôle ». Pour chacune de vos missions, vous allez en effet être totalement libre de choisir quel soldat vous allez incarner, avec ses qualités, ses défauts, son expérience au combat ou son inexpérience.

Vous allez également pouvoir vous équiper comme bon vous semble. À vous de choisir si vous préférez courir les champs et les forêts armé d’un fusil M1, léger et précis ou chargé d’une mitrailleuse M1918, très encombrante mais au combien dévastatrice. À vous de décider si vous remplirez vos poches de trois ou quatre grenades MK2 et d’un couteau vous permettant le combat rapproché ou si vous opterez à la place pour quelques kits de soin, de bottes de qualité ou encore d’une charge explosive en sacoche. Seule votre capacité de chargement vous limitera.

Vous définirez également de quelles compétences supplémentaires vous serez doté ainsi que vos antécédents militaires sur les différents théâtres d’opérations. Tout cela vous permettant de créer sur mesure le soldat que vous aurez choisi d’incarner pour la mission. Celui-ci sera réutilisable pour d’autres missions, avec un équipement et des compétences à chaque fois adaptables.

Au début d’une partie, vous allez au préalable choisir (au hasard ou non) une carte mission. Celle-ci vous indiquera le nombre de points de ressources vous étant alloués. Ce sont eux qui vous permettront de payer le coût de déploiement des soldats ainsi que d’acheter vos armes et votre équipement. La carte mission vous indiquera également le nombre de tours de jeux que vous aurez à votre disposition et le numéro de la localisation sur lequel sera positionné l’objectif. Un petit texte peut vous renseigner sur certaines conditions particulières inhérentes à la mission.

Vous choisirez alors votre objectif, au hasard ou non tout comme la carte mission. Cet objectif peut être de différentes natures. Il peut s’agir de la capture d’un pont, du sauvetage d’un otage, de la destruction d’un dépôt de ravitaillement et bien d’autres choses encore. Vous placerez cet objectif sur la case du plateau de jeu indiqué par la carte mission. Les espaces entre la carte mission et l’objectif représenteront alors les différentes localisations que vous allez devoir traverser afin d’accomplir votre tâche.

Vous gagnerez la partie une fois que les conditions de victoire indiquées par l’objectif seront remplies. Vous la perdrez si tous vos soldats sont morts ou si l’objectif n’a pas été atteint avant la fin des tours de jeux alloués.

L'Histoire sur un plateau : Warfighter: The WWII Tactical Combat Card GameLe soldat Scanlan équipé de sa mitrailleuse M1918, de ses chargeurs et de son outil à creuser des tranchées.

Les petits soldats de plomb...

Une fois la mission définie, il est grand temps de former, d’équiper vos forces et de partir à l’assaut de votre objectif. Warfighter WW2 met à la disposition du joueur trois types de soldats alliés distincts.

D’abord, vous pourrez sélectionner des « soldats joueurs ». Ce sont ceux que vous pourrez modeler entièrement à votre guise et qui posséderont pendant le jeu une main de cartes action à jouer. En gros, chaque joueur choisit et incarne son « soldat joueur ».

Ensuite, vous aurez à votre disposition les « soldats non-joueurs ». Ce sont des soldats qui ne seront pas personnalisables. Ils possèdent de base leur équipement ainsi que leurs compétences et à la différence des « soldats joueurs », ces derniers ne possèderont pas de cartes action à jouer. Leurs actions seront limitées au mouvement, à l’attaque, au déplacement et à quelques autres actions mineures. Ils ont l’avantage de coûter moins cher à déployer, tout en conservant une force de frappe conséquente.

Le troisième type de soldat est le « soldat escouade », autant dire la bleusaille, la chair à canon que vous enverrez bien souvent en première ligne. Il coûte encore moins cher à déployer et ne possède rien d’autre que ce qui est indiqué sur sa carte. Il permet généralement de combler les points de ressource lorsqu’il en reste à déployer.

L'Histoire sur un plateau : Warfighter: The WWII Tactical Combat Card GameLes cartes actions permettant de réaliser un bon nombre d'actions spéciales.

... à l’attaque de l’objectif

À votre tour de jeu, plusieurs actions seront disponibles. De base, un soldat possède deux actions par tour. Mais certaines compétences ou cartes spéciales permettront d’en posséder davantage. Au début du premier tour, chaque « soldat joueur » va tirer un nombre de cartes action équivalent à son niveau de santé. Puis toutes les actions des soldats peuvent être utilisées comme bon leur semble, dans l’ordre de leur choix.

Vos soldats pourront ainsi se déplacer, attaquer, recharger, engager l’ennemi au corps-à-corps, jouer une carte action ou une carte localisation, se transmettre de l’équipement ou encore défausser et repiocher des cartes actions.

Les cartes actions sont en quelque sorte des cartes bonus. Certaines vous permettront par exemple de recharger gratuitement votre arme, d’autres amélioreront la précision de votre arme sur un tir, d’autres encore renforceront votre couverture sous le feu ennemi. Certaines sont gratuites et d’autres requièrent un coût spécifique pour être jouées. Dans le deck des cartes actions, vous pouvez également trouver des cartes de support, comme les supports d’artilleries ou l’appui d’un sniper. Ces dernières se jouent comme des cartes actions basiques.

L’ensemble de ces actions vous permettront bien évidemment d’avancer jusqu’à votre objectif et de le mener à bien en supprimant tous les ennemis que vous pourrez croiser sur votre chemin. Pour avancer jusqu’à votre objectif, vous aurez besoin de tirer des cartes localisations.

Une fois que vous en aurez en main, vous serez libres de les poser en jeu quand bon vous semblera, dans les espaces libres entre la carte mission et la carte objectif. Vous tracerez ainsi un chemin et vous pourrez vous déplacer de localisation en localisation. Mais attention, dès que vous poserez une carte localisation, vous découvrirez quels soldats ennemis se trouvent dans les parages.

Selon les points d’opération alloués à votre mission, vous tirerez au hasard depuis le deck hostile des soldats ennemis jusqu’à la valeur indiquée par la carte localisation. Libre à vous par la suite de les attaquer à distance ou en combat rapproché en vous déplaçant de lieu en lieu.

Les attaques se résolvent, tout comme bon jeu de plateau digne de ce nom, à travers le bon vieux lancé de dés. Lorsque vous aurez sélectionné l’ennemi à attaquer, vous vous reporterez à la carte de votre arme pour voir comment vous allez devoir résoudre cette attaque. De base, vous allez toujours lancer un dé à six faces pour voir si vous arrivez à passer outre la valeur de couverture de l’unité adverse, indiquée dans le coin inférieur gauche de sa carte. Puis vous allez lancer au minimum un dé à dix faces afin de savoir si votre tir a atteint son but. Pour cela, il faudra vous reporter à la carte de votre arme et comparer votre lancé de dé avec le tableau indicatif de portée et de frappe.

Avec la mitrailleuse M1918A2 (visible plus haut), vous avez par exemple le choix entre le mode semi-automatique (vous lancerez 1 dé d’attaque) ou le mode automatique (vous lancerez 3 dés d’attaque). À une distance de deux localisations, vous touchez avec un lancé de dé égal à 9 ou plus. À une distance de une localisation, vous toucherez avec un lancé de 8 ou plus et en combat rapproché, dans le même lieu que votre ennemi, avec un lancé de 7 ou plus. La valeur de rechargement de 2 indique que si un dé affiche une valeur de 2, vous devez dépenser une action afin de recharger votre arme et vous perdez un chargeur. En mode automatique, vous aurez ainsi plus de chance de toucher votre cible mais également de devoir recharger votre arme.

Si les deux lancés, de couverture et de frappe sont victorieux, vous infligez une perte à l’ennemi, en sachant qu’une carte ennemie peut représenter plusieurs soldats. Si uniquement l’un des deux lancés est une réussite, vous clouez l’ennemi au sol avec un jeton de « suppression » et si vos deux lancés sont des échecs, alors votre tir a manqué sa cible.

Une carte ennemie est retirée du jeu une fois que tous les soldats y étant représentés sont éliminés et vous remportez le nombre de points d’XP y étant indiqués. Ceux-ci vous serviront durant la bataille à réaliser des actions spéciales nécessitant de dépenser des points d’expériences.

L'Histoire sur un plateau : Warfighter: The WWII Tactical Combat Card GameLa carte mission et la carte objectif, séparées par les localisations à découvrir. Ici, les ruines ont été découvertes par le soldat numéro 3 et elles sont occupées par un bataillon de deux soldats allemands.

La réplique ennemie


L'Histoire sur un plateau : Warfighter: The WWII Tactical Combat Card Game
L'Histoire sur un plateau : Warfighter: The WWII Tactical Combat Card GameLes cartes localisation permettent à vos soldats de se déplacer vers l'objectif. Mais soyez prudents, elles renferment bien souvent des ennemis coriaces.

Seulement, les Allemands étant plutôt coriaces, ils ne se laisseront pas faire sans répliquer. Une fois que toutes les actions des soldats alliés sont utilisées, le tour des soldats ennemis survient. Au début de cette phase de jeu, des renforts ennemis peuvent être appelés sur chaque localisation le spécifiant et seulement si un soldat allié y est présent. Il faudra alors faire attention au positionnement de ses soldats à la fin de chaque tour et veiller à ce que ces derniers ne se retrouvent pas éparpillés seuls au milieu d’un bois ou en plein champs.

Les soldats hostiles qui n’ont pas été touchés ni cloués au sol par les attaques précédentes vont ouvrir le feu sur vos troupes. Le système d’attaque est exactement le même que pour les joueurs. Vous vous reporterez à la carte de l’unité hostile en question et ce sera à vous de lancer les dés. Soit le tir ennemi touchera sa cible, soit il clouera au sol un de vos soldats (jeton « suppression »), soit il manquera.

Un soldat allié touché recevra une blessure, qui aura l’inconvénient de réduire de une carte votre main de cartes action. Vous pourrez tenter de soigner cette blessure une fois seulement. Si vous y arrivez, elle est retirée, sinon elle ne sera que réduite et vous la conserverez jusqu’à la fin de la partie.

Si un soldat ennemi est trop loin pour ouvrir le feu, il se rapprochera d’une localisation pendant ce tour.

La séquence de jeu des troupes hostiles s’achève toujours par l’avancement du compte tours et un nouveau tour commence avec les nouvelles actions de vos propres troupes.

L'Histoire sur un plateau : Warfighter: The WWII Tactical Combat Card GameLe soldat Delay a été blessé et souffre d'une blessure sérieuse. Il pourra tenter de la soigner avec le kit de premiers secours.

Un bon jeu tactique et historique

Warfighter WW2 s’adresse donc avant tout aux amateurs du genre. Le jeu est assez complexe et il faudra quelques parties avant de maîtriser l’ensemble des règles sans avoir à retourner mainte et mainte fois dans le livret de quarante pages les regroupant. Il reste cependant accessible par le fait qu’à travers son gameplay centré sur les cartes, il simplifie également bon nombre de mécanismes inhérents à ce type de jeu, comme les déplacements par exemple, pour ne citer qu’eux.

Du point de vue historique, Warfighter WW2 vous entraînera avec une immersion certaine au cœur de la Seconde Guerre mondiale. Les armes et équipements sont fidèles à la réalité, tout comme les différents objectifs proposés. Les combats ne pardonnent rien. Le moindre oubli lors de la préparation et le moindre raté en cours de mission pourront être dévastateurs pour vos soldats, reflétant ici encore la dureté des combats de l’époque.

Alors, serez-vous prêt à relever le défi ? Une chose est sûre, l’Europe a besoin de vous !

  • Hurukan Contributeur
  • "Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer" Beaumarchais dans le Barbier de Séville.