L'Histoire sur un plateau : Sid Meier's Civilization

19 décembre
2017

...Et ils finirent par évoluer en une espèce appelée homme. Et les premières lueurs d’intelligence apparurent. Les fruits de leur intelligence étaient nombreux : feu, outils, armes, chasse, agriculture et le partage de nourriture, famille, village, et tribu. Mais il faut maintenant un ingrédient de plus : un grand chef pour unir les tribus séparées, pour exploiter le pouvoir du pays, pour bâtir un héritage résistant au temps : la civilisation.

À la tête d'une civilization

Commencer une partie de Civilization, c’est se lancer dans une aventure à travers les âges. Et non des moindres ! En effet, vous allez être en charge d’une civilisation et votre but sera de mener votre peuple vers la grandeur (rien que ça).

Pour y parvenir, vos objectifs seront multiples : coloniser de nouveaux territoires, bâtir de nouvelles cités tout en les développant, avancer sur la pyramide des technologies, accroître le niveau de culture des populations ou encore faire main basse sur les ressources les plus rarissimes du monde.

Bien entendu vous ne serez pas seuls et l’exploration vous mènera à rencontrer certaines civilisations mineures, qui se montreront parfois hostiles à votre développement. Tout comme les civilisations de vos concurrents directs, avec qui vous pourrez guerroyer ou négocier des contrats de toutes sortes, selon vos envies et vos besoins.

L'Histoire sur un plateau : Sid Meier's CivilizationLa Grande Catherine et ses avantages

Civilization vous propose donc d’incarner, au choix, une des six civilisations de départ : l’Egypte, Rome, la Russie, l’Allemagne, les Etats-Unis d’Amérique ou la Chine. Les puristes remarqueront tout de suite la présence d’anachronismes, en permettant le contrôle de civilisations qui n’auraient jamais pu se rencontrer ou en tous les cas qui ont évolué à des époques très différentes.

Cela se retrouve également dans le personnage que vous incarnez. Par exemple, si un joueur choisit de contrôler Rome et un autre la Russie, le jeu fera se côtoyer Jules César (Ier siècle av. J.-C) et la Grande Catherine (XVIIIe siècle). Cette dernière débutera d’ailleurs la partie avec le communisme comme gouvernement, alors même que celui-ci est apparu dans sa forme la plus définie au début du XXe siècle.

Néanmoins, cela ne gêne en rien le plaisir de jouer. Il s’inscrit même assez bien dans ce que propose le jeu, non pas une représentation correcte de ce qu’a été l’évolution de ces civilisations, mais bien la façon dont vous, le joueur, vous les ferez évoluer, selon votre bon vouloir. A partir de là, tout est possible.

Chaque civilisation aura donc ses propres caractéristiques, son propre gouvernement de départ ainsi qu’une technologie spécifique en début de partie. Ainsi, Rome débutera sous un gouvernement républicain, là ou la Russie se verra régie par le communisme. De plus, et à titre d’exemple, la Grande Catherine se verra octroyer une armée supplémentaire et la possibilité de rechercher des technologies ennemies en sacrifiant une de ses unités.

L’ensemble des civilisations offriront différentes façons d’aborder le jeu et le gameplay s’en trouvera ainsi sensiblement modifié.

Le point de départ : la cité

Toutes les grandes civilisations sont nées du regroupement de populations et de communautés ainsi que de la centralisation d’un pouvoir. Ce phénomène est à l’origine des premières cités.

Dans Civilization, vous commencerez la partie avec une cité, qui sera votre capitale, et que vous pourrez placer où bon vous semble sur le plateau de jeu spécifique à votre leader. Vous pourrez par la suite bâtir d’autres villes mais pour cela il vous faudra évoluer dans le jeu et développer certaines technologies.

Une cité est composée d’un centre (la case où elle est posée) et d’une périphérie (les huit cases adjacentes). Elle sera le coeur de votre empire et vous permettra de collecter des points de commerce, des points de production, de culture ou encore des ressources spécifiques, disséminées un peu partout sur le plateau. Autant vous dire que sans elle, vous n’iriez pas très loin. Une technologie particulière vous permettra même de fortifier vos cités, dans le cas où vous auriez comme voisin direct un belligérant en mal de conquête.

L'Histoire sur un plateau : Sid Meier's CivilizationDe nombreux bâtiments disponibles pour chacune de vos cités

C’est dans la périphérie directe de votre ville que vous pourrez également envisager la construction de diverses bâtiments, allant du simple marché, en passant par les ports, bibliothèques, temples jusqu’aux baraquements militaires. Attention cependant, certains édifices sont limités à un élément par ville et tous ne peuvent pas être construits où bon vous semble. Ainsi n’essayez pas de placer votre port dans la montagne, en toute logique celui-ci ne pourra s’installer que sur une case “mer”.

Chaque édifice vous apporte différents bonus mais une fois qu’ils sont installés sur une case, ce que cette dernière produisait avant la construction disparaît. Vous aurez néanmoins la possibilité de détruire et de reconstruire selon vos souhaits.

Les merveilles sont les constructions les plus intéressantes mais leur coût de production vous amènera bien souvent à vous serrer la ceinture plusieurs tours de suite. Après tout, les pyramides de Gizeh ne se sont pas faites sans huile de coude !

L'esploration : une nécessité

Une fois votre capitale installée, prête à produire et à commercer, vous allez très rapidement avoir besoin d’explorer votre environnement afin de saisir de nouvelles opportunités. Cet aspect se retrouve dans le plateau même de Civilization.

L'Histoire sur un plateau : Sid Meier's CivilizationDifférents terrains pour différentes actions.

Celui-ci, différent à chaque partie, s’installe en fonction du nombre de joueurs, en assemblant, faces cachées, une multitude de tuiles “terrain” piochées au hasard. La seule tuile visible sera celle de votre civilisation de départ.

Explorer devient donc très rapidement indispensable et ce sont vos armées que vous allez envoyer en éclaireur. Un bataillon explorera et dévoilera une tuile terrain en utilisant une action de déplacement. Vos armées commenceront d’ailleurs la partie avec une vitesse d’expédition (comprendre un nombre de cases autorisées pour le déplacement) de deux et ne pourront se déplacer sur les cases d’eau. Mais vous aurez l’opportunité de rechercher des technologies améliorant cela, comme la navigation, la voile ou encore l’équitation.

En explorant les terres inconnues, vous découvrirez de nouvelles ressources, des lieux parfaits pour l’installation de nouvelles cités mais vous pourrez également tomber sur des civilisations mineures regroupées au sein de villages. Certains seront pacifiques, d’autres beaucoup moins. Faites alors attention d’avoir suffisamment de forces au sein de vos armées si vous souhaitez vous lancer dans un combat.

L'Histoire sur un plateau : Sid Meier's CivilizationAux armes !

Ceux-ci, même s’ils peuvent être évités, se résolvent très simplement. Chaque joueur opposera à son adversaire des cartes unités de sa main (artillerie, infanterie ou cavalerie) en choisissant d’ouvrir un front ou d’en attaquer un déjà créé par son adversaire.

Un village barbare vaincu vous rapportera différents butins, du pion ressource aux personnalités (artiste, bâtisseur, général, humaniste, industriel ou scientifique), qui une fois placées dans une de vos villes, vous apportera des bonus conséquents. En revanche, lorsque vous battrez un joueur, vous aurez la possibilité de lui voler de l’argent, de la valeur commerciale, de vous inspirer de sa culture ou d’une de ses technologies.

Vos armées vous permettront également de créer un blocus sur les cités étrangères. En positionnant un pion armée dans l’une des cases de la périphérie d’une de ces villes, vous empêcherez ainsi cette dernière de bénéficier de ses effets.

Mais il n’y a pas que les armées qui jouent un rôle important dans l’exploration, les colons sont eux-aussi indispensables. Ce sont eux qui vous permettront de fonder de nouvelles métropoles et ce sont également eux qui vous permettront d’exploiter des zones très éloignées de vos bourgades, parfois même au détriment de leur bénéficiaire d’origine.

L'Histoire sur un plateau : Sid Meier's CivilizationUn colon, une armée, le départ vers de vastes conquêtes...

La pyramide des technologies

Pour rivaliser avec vos adversaires directs, vous aurez besoin de progresser socialement, économiquement, politiquement et technologiquement. Cela passe par la pyramide des technologies.

L'Histoire sur un plateau : Sid Meier's CivilizationA vous de gravir les marches de la recherche !

À chaque tour de jeu, vous aurez la possibilité, mais non l’obligation, de rechercher une nouvelle technologie, à partir de votre puissance commerciale. Chaque technologie recherchée aura un coût en point de commerce et vous offrira diverses avancées bénéfiques à votre peuple.

Certaines vous permettront même de changer de gouvernement si vous le souhaitez, modifiant ainsi radicalement votre façon de jouer ou encore vous octroieront des capacités spéciales, utilisables en dépensant les pions ressources nécessaires.

Mais comme toute bonne pyramide digne de ce nom, vous aurez besoin d’installer une base solide si vous voulez monter les échelons de l’avancée technologique. Ainsi, deux technologies de niveau un seront nécessaires à la recherche d’une seule technologie de niveau deux et ainsi de suite.

La victoire à portée de main

Dans Civilization, vous aurez quatre façons différentes de remporter la partie.

  • La première est la victoire culturelle. Elle s’obtient en consacrant ses cités aux arts et en accumulant le plus de culture possible. Cela vous permettra ainsi d’avancer sur l’échelle de culture et de débloquer des événements culturels variés.
  • La deuxième façon de gagner est la victoire technologique. Elle s’obtient en terminant la pyramide des technologies de façon à atteindre le niveau cinq, qui correspond à la conquête de l’espace.
  • La troisième victoire est la victoire économique et survient lorsqu’un joueur devient la première puissance à amasser quinze pièces d’or. Les pièces sont une mesure de la puissance économique d’une civilisation et en posséder la rend plus efficace.
  • Et enfin, vous assurerez la victoire militaire en capturant la capitale d’un adversaire (certainement la plus difficile).

Civilization est donc un jeu intéressant sur bien des aspects. Il est vrai qu’il pourra donner des cheveux blancs aux historiens les plus sensibles à la véracité historique mais il demeure néanmoins une très bonne expérience ludique.

À travers ses mécanismes de jeu simples et fluides, il offre une vision claire, bien que succincte, de l’évolution d’une civilisation et des différentes étapes nécessaires à sa grandeur.

Il est à noter néanmoins que le jeu à deux joueurs peut vite s’avérer déséquilibré si l’un des deux prend le dessus militairement. Ce dernier contrôle ainsi l’ensemble des territoires, empêche tout mouvement à son adversaire et fonce tête baissée vers la victoire, sans aucune résistance. Une modification personnelle des règles ou l’extension « Sagesse & Stratégie » seront en mesure de pallier à ce soucis d’équilibrage.

Reste à noter que les fans de la version vidéoludique ne seront absolument pas désorientés. Alors, écran ou plateau de jeu, à vous de choisir !

  • Hurukan Chroniqueur
  • "Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer" Beaumarchais dans le Barbier de Séville.