Grande femme de l'Histoire : Christine de Pisan

Sydfire
P'tit Suisse n°2
Thématique
18 juin
2018

La poétesse, érudite et essayiste française Christine de Pisan (1360-1430) reste connue plus de cinq siècles après sa mort pour ses écrits défendant les femmes, parmi lesquels La cité des dames est le plus notoire.

Grande femme de l'Histoire : Christine de PisanChristine de Pizan écrivant dans sa chambre (1407)

De Pisan compte parmi les intellectuels les plus importants de son époque et certainement la femme écrivaine la plus connue de l'époque médiévale. Dans ses écrits philosophiques et ses commentaires, elle était résolue à soutenir le droit de la femme, de poursuivre ses études et d'occuper une place importante dans la société. Ses nombreux poèmes, essais et livres, largement diffusés et lus de son vivant, ont influencé les lecteurs de toute l'Europe grâce aux nombreuses éditions traduites.

Parmi ses œuvres les plus remarquables pour la défense du rôle des femmes dans la société médiévale européenne, La cité des dames raconte aux lecteurs les accomplissements des femmes de l'histoire, donnant aux hommes et aux femmes du Moyen-âge un sens des possibilités que ces dernières peuvent atteindre lorsqu'elles ont accès à l'éducation et aux libertés sociales.

L’article abordera tout d’abord le parcours intellectuel de l’écrivaine. Puis, dans un second temps, nous nous focaliserons sur les divers enjeux sociaux à travers ses écrits.

Une éducation à la cour

Née à Venise en 1363, Christine de Pisan était la fille du savant italien Thomas de Pisan, un homme très instruit qui avait été nommé astrologue à la cour de Charles V de France.

En 1369, la petite de Pisan, âgée de cinq ans, se rendit de Venise à la cour de France, où elle fut éduquée par son père dans des matières académiques telles que la littérature, le grec et le latin.

En raison des nombreux intérêts intellectuels de son père, la jeune de Pisan avait une vaste bibliothèque familiale qui comprenait non seulement des livres sur la littérature, l'histoire, les classiques et l'astrologie, mais aussi sur les progrès scientifiques, la religion et les travaux engagés dont les arguments philosophiques en cours en France à l'époque.

En 1380, la même année de la mort du roi de France Charles V, de Pisan, âgée de quinze ans, épouse Étienne du Castel, notaire de 24 ans et membre de la cour de France qui avait été élevé en Picardie. Le couple ayant trois enfants, jouissait d'une relation dans laquelle le respect mutuel jouait un rôle important ; Castel encourageait l'intelligence de sa jeune épouse et son penchant pour la poésie et l'expression de soi, tandis qu'elle appréciait son comportement doux et sa loyauté.

Tragiquement, lors d'une vague de peste bubonique qui ravageait alors l'Europe, Castel mourut en 1389 lors d'un voyage à Beauvais avec le roi, laissant de Pisan, âgée de 25 ans, élever seule sa fille et ses deux fils. Malheureusement, ses responsabilités ne s'arrêtent pas là : elle doit également assumer les dettes financières de son mari, qui font l'objet d'un litige prolongé, ainsi que soutenir sa mère, maintenant veuve et endettée, et une nièce.

Comme la mort de son père en 1386 avait rompu les liens familiaux avec le nouveau monarque français, le roi Charles VI, il y avait peu de soutien familial. Bien que le monarque anglais Henri IV et le dirigeant milanais Gian Galeazzo Visconti offraient tous deux une place au sein de leur cour, la poétesse n'avait aucun désir de quitter sa France bien-aimée. Au lieu de cela, elle a décidé de compter sur son esprit, son intelligence et son amour des mots et de la poésie, devenant ainsi l'une des premières écrivaines professionnelles françaises.

Heureusement pour Christine, beaucoup de personnes au pouvoir connaissaient et respectaient ses talents, et elle a pu obtenir la protection de la reine de France, Isabelle de Bavière, et de plusieurs nobles, dont le comte de Salisbury et Philippe le Téméraire, duc de Bourgogne, ce qui lui a permis de subvenir aux besoins de sa famille.

Grande femme de l'Histoire : Christine de PisanChristine de Pisan offrant ses Épîtres du Débat sur le Roman de la Rose à la reine de France Isabeau de Bavière.

Des écrits engagés ?

De Pisan a rédigé le guide moral Le livre des faits et bonnes mœurs du sage roi Charles. Ce travail, bien qu'approprié à son époque, ne s'est pas avéré aussi utile aux générations suivantes en raison de son style ouvertement moralisateur et complexe. Son livre de paix est plus populaire et traite de la manière dont les princes devraient être éduqués. La vision médiévale de la société était que, plutôt que la mobilité ascendante, les gens étaient nés dans un lieu particulier, et que leur devoir était de remplir les fonctions que ce lieu particulier exigeait.

Grande femme de l'Histoire : Christine de PisanChristine de Pisan faisant la lecture à des hommes.

De Pisan croyait en une société ordonnée et, contrairement à la vision que le philosophe politique italien Nicolas Machiavel mettrait en exergue dans Le Prince un siècle plus tard, elle soutenait que les hommes de pouvoir, en particulier les princes, ont l'obligation de mener une vie honnête et morale, de soutenir l'Église catholique et de maintenir le statu quo. D'autres longs écrits comprennent une biographie de Charles Quint publiée à Paris en 1404 sous le titre Le livre des faits et bonnes meurs du roi Charles Quint.

Au cours de sa vie, ses écrits en vers se sont propagés dans toute l'Europe et en Angleterre, comme le long poème Le livre de la mutation de fortune et Le chemin de longue étude.

Complexes, stylisées et verbeuses, ces œuvres plus longues ont été éclipsées en popularité par les nombreux poèmes, ballades et rondeaux plus courts qu'elle a écrits au début de sa carrière, la plupart entre 1393 et 1400. Exprimant ses émotions, en particulier la tristesse, l'incertitude et la désolation qu'elle a endurées après la mort de son mari bien-aimé, de nombreuses œuvres plus courtes de Pisan ont été republiées pour les générations successives de nouveaux lecteurs dans les siècles qui ont suivi sa mort.

Dans les versets de Pisan, plus longs et plus généraux qu'elle a écrits durant sa vie d'écrivain, elle a gagné en sophistication, là où elle a perdu en popularité. Elle a expérimenté avec des thèmes littéraires et le style, créant des poèmes à plusieurs niveaux avec des significations souvent obscures pour un lecteur non scolarisé dans le milieu social et les questions intellectuelles de son époque. La prose de Pisan ne s'adresse pas au lecteur général ; elle est complexe sur le plan stylistique, stimulante sur le plan intellectuel et reflète ses vastes connaissances et intérêts. En revanche, ses histoires en prose, sa biographie de Charles Quint et ses essais politiques ont été salués par des générations de critiques.

Parmi ses contemporains, de Pisan a souvent été comparée aux auteurs classiques Virgile, Cicéron et Caton en raison de ses capacités techniques et de l'intelligence qui se révèle tout au long de son œuvre.

Conclusion

Actuellement considéré comme l'une des œuvres fondatrices de la littérature féministe, ses écrits ont servi de source pour tous ceux qui soutiennent que les femmes méritent le même droit à l'éducation que les hommes parce qu'elles sont capables d'atteindre des réalisations similaires.

Pour certains opposants, son argument selon lequel les femmes étaient socialement et intellectuellement égales aux hommes était considéré comme une menace, et des efforts, éventuellement discrédités, ont été faits pour montrer que La cité des dames était une réécriture plagiée d'une œuvre antérieure de l'écrivain italien Giovanni Boccaccio intitulée De claris mulieribus.

À travers son ouvrage Le livre du trésor de la cité des dames, Christine présente ce qu'elle considère comme trois classes de base des femmes : les femmes nobles et aristocratiques, les femmes de la cour et de la petite noblesse, et les femmes des classes marchandes et artisanales en pleine croissance. Les femmes ordinaires n'ont pas été incluses parce que leur manque d'alphabétisation de base les excluait du public de lecture. De plus, elle examine également la source de l'affaiblissement du statut social des femmes et donne des conseils aux lecteurs sur la façon d'améliorer l'éducation et le statut social.

Grande femme de l'Histoire : Christine de PisanMiniature tirée d'un manuscrit de La Cité des dames.

Selon elle toujours, toutes les femmes ont le droit d'obtenir une scolarité suffisante pour leur permettre d'utiliser leurs talents naturels pour leur propre bénéfice et celui de la société, et surtout pour devenir des citoyennes instruites et sophistiquées, capables de reconnaître la corruption parmi les personnalités politiques. Dans le prologue du livre du trésor de la cité de dames, elle écrit : « S'il était d'usage d'envoyer les petites filles à l'école et de leur enseigner les mêmes matières qu'on enseigne aux garçons, elles apprendraient tout aussi bien et comprendraient les subtilités de tous les arts et sciences ».

Dans l’Avision de Christine, publié en 1405, elle écrit qu'un homme lui a dit un jour que les femmes instruites étaient inconvenantes parce qu'elles étaient si peu communes. Son esprit vif se reflète dans la réponse qu'elle lui a donnée : les hommes ignorants sont plus offensants ; ils sont encore plus inconvenants parce qu'ils sont si courants.

Bibliographie

  • Régine Pernoud, Christine de Pisan, Calmann-Lévy, 1982.
  • Simone Roux, Christine de Pizan. Femme de tête, dame de cœur, éd. Payot & Rivages, Paris, 2006.
  • Suzanne Solente, Le livre des Fais et bonnes meurs du sage roy Charles V, Paris, H. Champion, 1936-1940.
  • Thérèse Moreau (éd.), La Cité des Dames, texte traduit par Thérèse Moreau et Éric Hicks, Stock, collection Moyen Âge, 2005.
  • sydfireSydfire P'tit Suisse n°2, Chroniqueur
  • "En politique le choix est rarement entre le bien et le mal, mais entre le pire et le moindre mal." Machiavel