Conflit historique

Guerres napoléoniennes

Histoire
Période historique Époque moderne
Partager

Les guerres napoléoniennes furent une série de conflits militaires qui eurent lieu en Europe lorsque Napoleon était un général des armées françaises et plus tard empereur des français sous le Premier Empire. Appelées aussi les guerres de la Révolution et de l'Empire, elles constituaient en fait un prolongement des guerres de la Révolution française de 1792–1802 opposant la jeune monarchie constituante à l'Europe dynastique, l'Angleterre, la Prusse, la Russie et l'Autriche en tête.

Des débuts en fanfare pour Napoléon Bonaparte

Entre 1796 et 1797 eut lieu la campagne d'Italie, durant laquelle l'armée française d'Italie dirigée par le général Napoléon Bonaparte vainquit les Austro-Sardes (Archiduché d'Autriche et Royaume de Sardaigne). Cette première campagne d'Italie, permit à la France de conquérir une partie de l'Italie et révéla un jeune tacticien corse, âgé de 28 ans à l'époque, qui réussit à anéantir une partie de l'armée autrichienne en l'espace d'une année, alors qu'il n'avait pas une grande expérience jusqu'alors.

Le général Bonaparte enchaîna avec la campagne d'Egypte (1798 et 1801). Il y restera une année avant de retourner en France. Il laissa le commandement de l'armée à Jean-Baptiste Klèber puis à Jacques de Menou de Boussay. Cette campagne avait pour but de freiner le commerce anglais fort lucratif qui passait par l'Egypte pour se diriger vers les Indes orientales. Ce fut un échec pour l'armée française mais Napoléon, parti avant la défaite, en sortit grandi. C'est à cette époque qu'eut lieu la célèbre bataille des Pyramides le 21 juillet 1798 entre l'Armée française d'Orient et les forces mamelouks mais aussi la découverte de la pierre de Rosette en juillet 1799 et les débuts de l'égyptologie.

Napoléon, lors du coup d'état du 18 brumaire (9 novembre 1799) qui marqua le début du Consulat, devint le premier Consul. Le 18 juin 1800, il battit l'Archiduché d'Autriche lors de la bataille de Marengo. L'Autriche dut se soumettre au traité de paix après sa nouvelle défaite à Hohenlinden en décembre 1800. Forte de ce succès, la France est en paix, somme toute relative, sur ses terres, mais reste malgré tout en conflit face à la puissance maritime anglaise.

Troisième Coalition

Le 2 décembre 1804, Napoléon Bonaparte se fit couronner empereur. Napoléon 1er souhaitait neutraliser les Anglais car s'était le seul moyen selon lui d’obtenir une paix définitive. Pour cela il prépara un plan pour envahir l'île. Cela fut avorter lors des batailles du cap Finisterre le 22 juillet 1805 puis de Trafalgar, le 21 octobre 1805 où les forces navales du vice-amiral Neslon, héros national anglais depuis, vainquit celle de Villeneuve. Le Royaume-Uni devint alors la plus grande puissance maritime du monde et cela durant plusieurs décennies.

Sur le continent, Napoléon doit faire face à la Troisième Coalition composée de l'Angleterre, l'Empire russe, l'Archiduché d'Autriche et la Suède. Cette coalition fut mise à mal lors de la bataille d'Austerlitz le 2 décembre 1805. Cette belle victoire française mit fin à la Troisième Coalition après le départ de l'Autriche.

Quatrième Coalition

En 1806, la confédération du Rhin, réunissant tous les petits états indépendants non-prussien d'Allemagne, fut créée par Napoléon. Ne voyant pas cela d'un bon oeil, une nouvelle coalition fit surface avec les mêmes belligérants que la précédente. La Grande Armée française fut de nouveau vainqueur après ses victoires le 14 octobre 1806 à Iéna et à Auerstaedt. La France, avec son imposante armée forte de près d'un million d'hommes, est la grande puissance du continent européen à cet époque. Elle impose un blocus continental à l'Angleterre qui s'en sort malgré tout avec son commerce maritime.

En 1807, Napoléon fit renaître la Pologne en créant le Duché de Varsovie avec l'acquisition des provinces prussiennes de Prusse-Méridionale, de Nouvelle-Silésie et une partie de celle de Nouvelle-Prusse-Orientale après la signature du traité de Tilsitt entre Napoléon 1er et le Tsar Alexandre 1er.

Cinquième Coalition

En 1808, l'Espagne sous tutelle française, aidée par l'Angleterre, se révolta et la guerre d'Espagne commença. Cette guerre qui dura jusqu'en 1814, fut un véritable désastre pour Napoléon qui dut laisser une partie de son armée sur ce front, soit près de 300 000 hommes. En Europe, Napoléon devait faire face à la Cinquième coalition menée par les ennemis de toujours, les Anglais et les Autrichiens. Une nouvelle victoire pour les français, ce conflit se termina en 1809 avec la terrible bataille de Wagram le 5 et 6 juillet (près de 300 000 hommes sur un même champ de bataille).

Lors du Traité de Schönbrunn le 14 octobre 1809, l'Autriche dut céder de nombreuses provinces à la France et son allié le duché de Varsovie, lui faisant perdre une partie de sa population et de son armée. L'Autriche devint aussi le nouvel allié des français. Napoléon épousa Marie-Louise d'Autriche le 2 avril 1810 pensant que cela renforcerait ses nouveaux liens avec son nouvel allié.

La fin d'un grand empire éphémère

En 1812, l'empire français commençait à connaître ses heures les plus sombres : la campagne d'Espagne tourna au désastre et les Russes se firent de plus en plus menaçant notamment envers la Pologne. Pour éviter l'envahissement du Duché de Varsovie et pour les forcer à maintenir le blocus envers l'Angleterre, Napoléon envoya sa Grande Armée en Russie. La Sixième Coalition fit surface réunissant Russes, Anglais, Prussien, Suédois et plus tard Autrichiens.

La campagne de Russie de 1812 fut un échec pour Napoléon tout comme la campagne d'Allemagne en 1813 avec comme point culminant la plus grande défaite de Napoléon à Leipzig, alors que l'armée française était en infériorité numérique.

La Coalition en profita pour envahir la France entre janvier et avril 1804. La France résista tant bien que mal, mais dut rompre sous le nombre des armées des envahisseurs. Napoléon 1er abdiqua et fut exilé à l'île d'Elbe le 3 avril 1804. L'ère des guerres napoléonienne ne prit pas fin pour autant...

En effet, le 1er mars Napoléon refit surface et reprit le contrôle de la situation durant 100 jours. Mais face à une énième Coalition, la France connut une de ses plus célèbres défaites avec la bataille de Waterloo du 18 juin 1815. Napoléon abdiqua une nouvelle fois, le 22 juin 1815 et fut exilé à Sainte-Hélène où il mourut.

  • Aymdef El Présidente, Rédacteur en chef, Testeur, Chroniqueur, Historien Email | Twitter
  • "L'objet de la guerre n'est pas de mourir pour son pays, mais de faire en sorte que le salaud d'en face meure pour le sien." George S. Patton
comments powered by Disqus