Merveilles de l'Égypte ancienne (1/3) : les trésors funéraires !

Thématique
Égypte ancienne
11 janvier
2019

Les trésors de l'Égypte ancienne n'ont jamais cessé de faire rêver. Que se cache-t-il donc derrière ces trésors sublimes ? Quelle fonction leur était rattachée ? Que révèlent-t-ils ?

Un trésor en Egypte n'est pas composé de pièces de monnaie comme dans l'imaginaire de tous, tel les trésors de pirates qui abondent dans les récits que l'on nous conte. Comme nous l'avions vu dans un précédent article, l'Egypte était une civilisation dont le commerce et les nombreux échanges reposaient sur le principe du troc. La monnaie y a été introduite par les Perses avec la darique d'or. Avant, elle n'existait pas.

Malédictions et pièges dissimulés ? Par des scenarii au suspens haletant et aux scènes spectaculaires, le 7ème Art a su forger l'image d'une Égypte ancienne aux tombes inviolables magiquement protégées par des formules et de multiples stratagèmes ingénieux pour châtier le malheureux y pénétrant.

Merveilles de l'Égypte ancienne (1/3) : les trésors funéraires !Statue de l'Ancien Empire (détail des yeux: cuivre, cristal de roche, coquille, obsidienne).

Admirez le détail des yeux de cette statue, son traitement et la maîtrise technique des différents matériaux utilisés. Anecdote croustillante, il se trouve qu'au XIXème siècle, les ouvriers employés par les archéologues en charge de l'ouverture des tombes et de leur désensablement, lorsqu'ils pénétrèrent dans les tombes, la lumière du jour fit briller dans l'obscurité de la tombe les yeux (réalisés en cristal de roche). Le regard de la statue s'en trouvait si expressif, que les ouvriers, pensant qu'elle prenait vie, quittèrent les lieux horrifiés. Cela participa naturellement aux rumeurs de malédictions.

Entrons désormais dans le vif du sujet, comme a pu le faire le comte de Forbin, écrivain archéologue français, déclarant en pénétrant dans une tombe :

« Je pénétrais dans les entrailles de la terre, dans des palais souterrains, distribués, divisés avec art, soutenus par des piliers, recouverts de stuc et de peintures d'un fini admirable. [...]. Dans ces lieux des ténèbres, je me croyais sous la puissance d'Aladin, sous un charme magique: il semblait que je fusse guide par la lumière de la lampe merveilleuse, et au moment d'être initié à quelque grand mystère. Le Bédouin qui nous suivait, expliquait facilement ces travaux surnaturels. Après le déluge, disait-il, les montagnes étaient plus tendres, les hommes plus puissants, les pierres plus légères: voilà comment furent creusés ces puits de la mort, comment furent élevées ces grandes mosquées qui peuplent notre désert ».

Chronologiquement, nous allons découvrir dans cet article trois trésors : tout d'abord le trésor de la tombe de Toutânkhamon, puis celui des tombes de la nécropole royale de Tanis et enfin le trésor de la reine Amanishakheto à Méroé au sud de l'Egypte ancienne (actuel Soudan).

Le trésor de la tombe de Toutânkhamon à Thèbes ouest


Merveilles de l'Égypte ancienne (1/3) : les trésors funéraires !Tombe de Toutânkhamon (reconstitution), Vallée des Rois.

Cette tombe, inviolée et intacte, découverte par l'archéologue anglais Howard Carter et Lord Carnarvon le 4 novembre 1922, est célèbre pour son trésor et la malédiction qui aurait touché quiconque ayant violé sa tombe. L'or, le lapis-lazuli, la cornaline, la turquoise, l'albâtre, les bois d'essences diverses participent de cette richesse éblouissante et de cette fascination que provoque ce célébrissime trésor. Un véritable enchevêtrement d'objets et de mobilier de toutes sortes nécessaires à la survie du jeune roi dans l'au-delà remplissait les différentes pièces.

Merveilles de l'Égypte ancienne (1/3) : les trésors funéraires !Carter et Callender enlèvent et enveloppent les derniers objets de la tombe.
Merveilles de l'Égypte ancienne (1/3) : les trésors funéraires !Masque funéraire de Toutânkhamon, v. 1325 av. J.-C., Le Caire, musée égyptien.

Malédiction ou simples coïncidences malheureuses, le canari de Carter fut mangé par un cobra. Immédiatement, un lien fut fait entre ledit cobra et l’uræus (cobra que l'on trouve au devant des couronnes, protégeant le pharaon). Autre fait surprenant qui contribua à amplifier la rumeur d'une malédiction, lorsque que Carnarvon mourut, on raconte que les lumières du Caire s'éteignirent sans raison. Serait-ce la puissance vengeresse de Toutânkhamon, roi ayant régné environ de 1334 à 1325 avant J.-C. ?

Pièce maîtresse du trésor de Toutânkhamon, son masque funéraire pesant 11 kilogrammes témoigne d'une grande maîtrise technique. La finesse du travail, la qualité d'exécution et la richesse des matériaux nous offre un aperçu du savoir-faire des orfèvres de l'Egypte ancienne. Chaque matériau a une symbolique bien particulière. L'or symbolise la chair des dieux, l'argent représente leur ossature et le lapis-lazuli symbolise quant à lui la pilosité : les sourcils et la barbe postiche notamment.

Merveilles de l'Égypte ancienne (1/3) : les trésors funéraires !Trône de Toutânkhamon, v. 1325 av. J.-C., Le Caire, musée égyptien.

Le trésor de Toutânkhamon fait entrevoir la richesse et le luxe inouïs des souverains du Nouvel Empire (1550-1050 av. J.-C.). Son trône en bois recouvert de feuilles d'or, d'argent, de faïence, de cornaline, de calcite ainsi que de pâte rouge, conservé au musée du Caire en est l'illustration. Ce trône de parade représente Toutânkhamon et son épouse Ânkhesenamon.

Le mobilier accompagne le défunt dans l'au-delà, dans sa nouvelle vie – puisque les Égyptiens ont une conception cyclique du temps -. La vie terrestre sert à préparer la vie dans l'au-delà.

Témoins exceptionnelles de l'Egypte ancienne, deux trompettes, l'une en argent, l'autre en bronze ont été retrouvées dans le trésor de Toutânkhamon. En 1939, un Britannique eut la chance de jouer avec sur les ondes de la BBC et d'en faire profiter ainsi des millions d'auditeurs.

Les trésors de la nécropole royale de Tanis


Merveilles de l'Égypte ancienne (1/3) : les trésors funéraires !Masque funéraire de Psousennès Ier, v. 1000 av. J.-C., Le Caire, musée égyptien.

L'égyptologue français Pierre Montet découvre en 1939 des tombes royales inviolées de souverains de la XXIème et de la XXIIème dynastie, qui révèlent au monde de l’égyptologie l’importance du site, et met en lumière une période alors presque inconnue. Le conflit mondial occulte néanmoins cette découverte.

En effet, le matin du 27 février 1939, Pierre Montet parvint à se glisser dans la tombe du roi Osorkon II, il n'était malheureusement pas le premier visiteur ! Depuis longtemps, des pillards avaient pénétré dans le caveau pour dérober des objets précieux. Cependant, une surprise attendait les archéologues: Osorkon II n'était pas seul dans sa dernière demeure ! Sa sépulture avait été rouverte plusieurs fois pour abriter de hauts personnages.

Merveilles de l'Égypte ancienne (1/3) : les trésors funéraires !Cercueil de Chéchonq, v. 890 av. J.-C., Le Caire, musée égyptien.

Merveilles de l'Égypte ancienne (1/3) : les trésors funéraires !Bracelet de Chéchonq II, v. 930 av. J.-C., Le Caire, musée égyptien.

Il s'agit d'une découverte majeure mettant au jour quatre sépultures intactes (celle des pharaons Chéchonq III et Chéchonq II, Psousennès Ier et Amenemope et du général Oudebaounded) mais dont personne ne parlera en Europe à cause de la situation géopolitique de l'époque. Cette découverte sensationnelle, bien que tue, fut bien plus importante que celle de Toutânkhamon ! Le masque funéraire de Psousennès est qualitativement comparable à celui de Toutânkhamon.

Le cercueil de Chéchonq à tête de faucon ainsi que les petits cercueils à viscères remplaçant les vases canopes conventionnels, le bracelet en lapis-lazuli ainsi que l'abondante vaisselle d'or rivalisent avec les richesses du Nouvel Empire.

Le trésor de la reine Amanishakheto à Méroé

Le royaume de Méroé se situe directement au sud de l'Egypte (actuel Soudan), appelé aussi Nubie. Le terme « Nubie », se dit -nbw en égyptien ancien signifiant l'or qui était importé de Nubie vers l'Egypte.

Un véritable ensemble de pyramides, pointues et très fines sont présentes à Méroé dont la plupart des monuments étaient encore bien visibles au XIXème siècle. Amanishakheto, reine guerrière ayant vécu vers 20 av. J.-C., réussit à négocier un traité avec Auguste pour maintenir son royaume. Son trésor d'Amanishakheto a été découvert en 1835 par l'aventurier italien Giuseppe Ferlini qui vendit la plupart du trésor aux rois de Bavière et de Prusse.

La découverte du trésor est une anecdote à elle seule !

Merveilles de l'Égypte ancienne (1/3) : les trésors funéraires !Relevé des pyramides de Méroé par l'égyptologue allemand Lepsius.


Merveilles de l'Égypte ancienne (1/3) : les trésors funéraires !Bracelet à décor en relief de déesses ailées, v. 10 av. J.-C., Munich, Staatliches Museum Ägyptischer Kunst.

Découverte en 1832 par l'explorateur Giuseppe Ferlini, celui-ci avait l'intention « d'apporter quelque bénéfice à l'histoire au moyen de quelque découverte ». Dans ce but, il contacta un marchand albanais de Khartoum, Antonio Stefani, qu'il chargea de se procurer du matériel et des chameaux. Les deux associés effectuèrent des fouilles sur plusieurs sites avant de parvenir aux ruines de Méroé. Le lieu était alors déjà connu et les pyramides en avaient été dessinées par de précédents voyageurs.


Merveilles de l'Égypte ancienne (1/3) : les trésors funéraires !Bracelet à fermoir, v. 10 av. J.-C.

Ferlini choisit la plus grande des pyramides et la fit démonter pierre par pierre par ses ouvriers. Ces derniers mirent alors au jour une chambre rectangulaire, située d'après le récit de la découverte dans la partie supérieure de la construction. Ferlini découvrit de nombreux objets précieux, dont des bijoux. Craignant les voleurs, il dissimula les objets précieux dans des sacs de cuir et les enterra à proximité de son campement. Il fit poursuivre le démontage de la pyramide et y découvrit, sous la précédente chambre, une niche contenant deux vases de bronze. Enfin, la pyramide fut arasée.

Les pièces d'orfèvrerie découvertes sont exceptionnelles et d'une grande richesse dans les motifs et les influences. Elles caractérisent l'art dit méroïtique. Les bracelets à fermoir au décor géométrique, à décor de relief de déesses ailées, les chatons de bagues en or et bien d'autres œuvres délicatement réalisées sont pour l'essentiel conservés à Munich et Berlin.

  • Crobate Chroniqueur
  • "Que ton coeur ne soit pas altier à cause de ce que tu sais; n'emplis pas ton coeur du fait que tu es un savant. Discute avec l'ignorant de la même façon qu'avec de l'homme ayant des connaissances; car on n'a jamais atteint les limites d'un art, et nul artisan n'est pourvu d'excellence. Une parole heureuse peut être dissimulée plus que l'émeraude, on peut la trouver parmi les servantes penchées sur la meule." - (Max. 1). L'art de vivre du vizir Ptahhotep.