Bataille de Cannes

Maréchal de l'Empire
Thématique
Thématique
Période historique Guerres puniques
Partager

En 218 av. J.-C., Hannibal décida de se lancer à l'assaut de la Grande Rome lors de la seconde guerre punique. Avec ses troupes, il passa par l'Espagne et réussit à traverser les Alpes pour arriver dans les vallées du Pô. Région où il remporta différents succès militaires sur l'armée romaine telle que la bataille du Tessins et la bataille de Trebbia.

Puis, par la suite, il attaqua l'armée romaine et ne tarda pas à l'écraser au lac Trasimène. Des peuples celtiques qui étaient sous le joug des romains n'ont pas hésités à se rallier à Hannibal grâce à ses séries de victoires sur les Romains.

Deux ans après ces événements, de nouveaux consuls furent élus : Lucius Aemilius Paulus et Caius Terentius Varro. Après quelques temps de négociation entre les deux consuls, ces derniers décidèrent de mener une bataille décisive contre les troupes d'Hannibal. L'affrontement eut lieu près de Cannae, en Apulie, dans le Sud-Est de l'Italie.

Forces en présence

  • Carthage : 55 000 hommes dont 40 000 soldats d'Infanterie lourde, 6000 soldats d'Infanterie légère et 8000 cavaliers.
  • Rome : 80 000 hommes : 8 légions romaines, 8 légions alliées et 5000 cavaliers.

  Phase initiale et finale de la bataille de Cannes, par Mr H.Frank Martini. Cartographer, Department of History, United States Military Academy [Public domain], via Wikimedia Commons

L'affrontement

La bataille eut lieu le 2 août 216 av. J.-C., les Romains étaient positionnés de manière dite « classique » par les nouveaux consuls. Trois lignes de combat, avec au centre les légionnaires romains et sur les flancs la cavalerie.

Hannibal tenta quant à lui une toute autre stratégie. L'armée du général punique avait dans ses rangs des Gaulois, Ibères, Africains et Numides. Il les avait placé ingénieusement. Il pensait qu'en détruisant la cavalerie romaine, il aurait la victoire.

Les troupes s'avancèrent, les infanteries (Puniques et Romaines) étaient l'une en face de l'autre. Mais le général carthaginois décida de déployer son infanterie sur une seule et unique ligne à la différence des romains. Les troupes chargèrent...

Le rapport de force n'était pas en faveur des puniques toutefois, la cavalerie d'Hannibal avait réussi à intercepter les cavaliers ennemis. Pendant ce temps, côté infanterie, la ligne punique avait commencé à déborder celles des troupes d'infanteries romaines. Mais ces dernières avaient l'avantage du nombre. Côté flancs, la cavalerie romaine avait été très vite annihilée. Ainsi, après cela, la cavalerie punique chargea de dos les légions romaines. Un piège meurtrier qui se referma sur les troupes de la république. La bataille, par la suite devint un véritable massacre.

Sur les 80 000 Romains, environ 45 000 perdirent la vie et plus de 20 000 furent fait prisonniers. Et le reste réussi à s'échapper. Toutefois, parmi les rangs des morts romains y figuraient le nom du consul « Paul Emile » (Lucius Aemilius Paulus).

Conséquences

À la suite de cette bataille, Hannibal ne profita pas de sa victoire pour partir à l'assaut de Rome dû au mur de Servien, que Hannibal ne pouvait abattre à cause d'un manque de matériel de siège. Quoiqu'il en soit la victoire du général punique ne fut pas exploitée et il resta une décennie au sud de l'Italie avant de revenir en Afrique.

Selon la légende, un des membres de l'État-Major dit à Hannibal : « Hannibal, scis vincere, victoria uti nescis » ce qui signifie « Hannibal, tu sais vaincre, mais tu ne sais pas utiliser ta victoire ! ».

  • HammerHammer Le petit Napoléon, Chroniqueur, Historien, Youtubeur
  • "Ce qui ne me tue pas me rend plus fort." Alexandre III le Grand
  • "Du sublime au ridicule, il n'y a qu'un pas." Napoléon Bonaparte