Crusader Kings II : Sword of Islam

Orochti
Thématique
16 octobre
2012
Info sur le jeu
Plateforme
  • PC Windows
  • MAc OS X
  • Linux
ÉditeurParadox Interactive
DéveloppeurParadox Development Studio
Date de sortieJuin 2012

Crusader Kings II est un très bon jeu, qui a connu un succès considérable, non pas seulement dans une sphère légère entre amateur ou passionné d'histoire, mais également dans la culture vidéoludique entière. Le test ne se portera pas sur le jeu lui-même, le test ayant été déjà fait (voir le test), mais sur un de ces DLC : Sword of Islam.

C'est le premier vrai DLC de Crusader Kings II si nous passons outre les contenus supplémentaires pour rajouter des nouveaux skins, ou encore le Ruler Designer, qui nous permet de créer notre personnage.

Nouveau monde, nouvelle religion...

Le grand intérêt de ce DLC est tout simplement le contrôle des fameux pays d'Orient, et particulièrement, arabes. Tout joueur de Crusader Kings II a déjà subi les attaques de ces valeureux guerriers musulmans, ou encore l'inverse, a osé attaquer ces grands peuples orientaux. C'est normal, car ces derniers contrôlent une bonne partie de la map, qui nous était impossible de contrôler en début de jeu. Paradox Interactive propose alors enfin de prendre le contrôle d'Emir, de Calife ou de Sultan, et de répandre la religion islamique. Et oui, le premier gros changement, c'est la religion ! Oubliez la religion chrétienne, et venez embrasser l'Islam, cette religion naissance, et apprenez les secrets de cette dernière. Comme à son habitude, Paradox Interactive propose un contenu riche pour tout historien, reprenant des caractéristiques réelles. Ainsi, l'Islam est divisé entre le sunnisme et le shiisme, qui ont eux-mêmes leurs hérésies (Zikri par exemple). Si vous avez étudié un peu l'islam, vous devez savoir que cette religion mélange également l'aspect politique, et donc, n'est pas Calife qui veut. Dans le monde musulman, vous n'êtes pas que souverain d'un pays, mais d'une dynastie entière. Ainsi, vous ne verrez pas le nom du pays, ou empire contrôlé, mais bien le nom de votre dynastie. C'est ainsi que le Sultanat de Perse n'apparait pas sur la carte, mais apparait à la place les Seldjoukides (ici non traduit donc Seldjuk). Ce petit changement parait ne pas avoir d'importance, et pourtant, c'est un peu plus complexe que cela.

Dans la politique islamique, vous devrez vous entourer de nouveaux personnages. Vous devez, par exemple, choisir votre Grand Vizir, qui remplace votre conseiller dans le monde occidental. Egalement, vous devrez nommer un Imam afin de guider vos fidèles  vers les bonnes mœurs d'Allah. De plus, la petite nouveauté de cet imam est qu'il peut distribuer l'aumône, afin de vous faire gagner en prestige et piété. La piété qui est devenue bien plus importante du coté de l'Islam, et qui va vous servir pour la plupart de vos actions que je décrirais ci-dessous.

Enfin, l'autre gros intérêt du DLC est qui nous permet de jouer avec de nouveaux personnages d'origines différentes, dans de nouveaux pays qui étaient plus difficile d'accès. Ainsi, nous pouvons gouter à la joie de jouer enfin les Égyptiens, les Turcs, ou encore les Perses. Enfin, nous pouvons dominer l'Egypte, contrôler l'immense empire Perse antique, et surtout, posséder les places fortes des musulmans : Médine et la Mecque. Outre ce fait, vous serez également de l'autre coté du miroir, et devrait vous défendre face aux différentes croisades que les rûms déclarent, pour la libération de Jérusalem. Bien sur, l'attaque est également possible dans différentes Djihads, voire même des shiites. Un revers qui nous fait redécouvrir avec grands plaisirs le jeu, même après des dizaines d'heures. Notons tout de suite que les musulmans ont une tendance guerrière plus aigues que les occidentaux, et que vous vous retrouverez très souvent à guerroyer.

Test de Crusader Kings II : Sword of Islam  Test de Crusader Kings II : Sword of Islam  Test de Crusader Kings II : Sword of Islam

...Nouvelle religion, nouvelles règles.

Comme je l'ai dit, la religion musulmane joue beaucoup également sur la politique, contrairement à la chrétienté. Ainsi, vous devrez jouer un personnage bien plus pieux que vos parties précédentes. Tout d'abord, dans le monde musulman, il n'y a pas d'équivalent au pape ou aux patriarches. Le chef de la communauté, c'est vous, le chef de la dynastie. C'est à vous de bien gérer votre famille et votre califat/sultanat afin de porter aux mieux votre religion. Apparait alors un nouvel outil : la décadence. Cette décadence se calcule selon un pourcentage, allant de 0% à 100%, sachant que plus vous êtes proche de 0, plus votre dynastie est digne. Plus ce chiffre augmente, plus votre dynastie à des risques de perdre sa place aux titres qu'elle porte. Donc, il faudra garder un œil tout au long du jeu à cet outil, afin d'éviter le chaos. Il est très compliqué de comprendre comment fonctionne concrètement la décadence, car elle prend en compte bon nombre de choses et d'événements. Citons par exemple que distribuer des terres à vos fils peut permettre de la baisser, ou alors durant les guerres, les états de sièges, et le moral des troupes la font grimper. En somme, c'est un ajout intéressant, mais bien trop complexe, qu'on ne sait contrôler réellement.

Le DLC propose également beaucoup de nouveaux événements en jeu, dont certains possèdent un texte trop longs dont on ne peut pas lire la suite. Une erreur de la traduction française... Cependant, grâce à ces ajouts, qui nous donnent également un tout nouveau lot d'illustration, cela nous permet de nous baigner dans l‘univers musulman. Egalement, vous, chef de la dynastie, plus que tout autre devra respecter les cinq piliers de l'Islam, et notamment le ramadan, et surtout le Pèlerinage à la Mecque. Ces derniers gros événements proposent une succession de choix à faire, très intéressant.  Outre ce fait, rappelons rapidement l'ordre des Assassins qui se crée, et qui, pour le coup, à souvent des impacts dans votre règne, plus ou moins long...

La piété est mise en œuvre dans ce DLC. D'une part, vous en gagnez beaucoup plus, et heureusement, au vu de ses nombreuses utilisations. La piété peut servir tout d'abord pour modifier les lois de la couronne, à la place du vote des vassaux. Un choix plus autoritaire, qui ne sera pas forcément aux goûts de vos vassaux. La piété sert également à déclarer la guerre à vos voisins, car dans le monde arabo-musulman, les conquêtes sont très nombreuses et très facile à faire. Oubliez les casus belli, si le territoire qui vous intéresse touche votre territoire, il vous est alors possible de déclarer la guerre, aux prix de quelques points de piété tous les mois ! Ainsi, vous serez toujours en guerre, bien plus que dans le monde occidental. Notons également que l'armée que vous pourrez sortir a considérablement augmenté, allant généralement du double, voire au triple de l'armée occidentale. Cette armée va vous être très utile, et surtout nécessaire pour mener différents fronts.

Test de Crusader Kings II : Sword of Islam  Test de Crusader Kings II : Sword of Islam  Test de Crusader Kings II : Sword of Islam

En somme... ?

Que penser donc au final de ce DLC ? Hé bien, la première remarque à faire est un problème temporel. Crusader Kings II se déroule de 1066, avec l'attaque de Guillaume de Normandie, jusqu'à la fin de la guerre de Cent ans, vers 1453. De plus, c'est une période médiévale très intéressante, avec un fort développement économique et culturel. Enfin, les fameux événements des croisades à donner naissance au jeu, sur les Rois Croisés. Un choix en somme justifié pour le monde occidentale, mais moins pour le monde islamique. En effet, le véritable essor de l'Islam se déroule après la mort de Mahomet, dans les années 630/640 où l'expansion musulmane a remonté toute l'Afrique du Nord, possédant la Sicile, l'Espagne et remontant jusqu'à Poitiers, où Charles Martel les arrêta en 732.  Certes, l'expansion musulmane est toujours forte durant la période de jeu, mais la partie la plus intéressante est déjà passée... De plus, c'est triste de passer à coté de grandes dynasties comme les Omeyyades, ou les Abbassides.  M'enfin, nous ne pouvons pas leur reprocher cela non plus, après tout, ils ne peuvent pas changer les dates en jeu.

Une autre critique qu'on pourrait faire à ce DLC est ce fameux système de décadence, qui est complexe, et finalement peu expliqué. Aucun tutoriel pour nous prévenir des changements, et des caractéristiques du monde arabe. M'enfin, nous étions déjà habitué auparavant par le jeu de base. Cependant, nous apprenons rapidement à maitriser le jeu et à prendre du plaisir à jouer cette nouvelle civilisation, finalement peu commune dans les jeux vidéo.

Test de Crusader Kings II : Sword of Islam  Test de Crusader Kings II : Sword of Islam  Test de Crusader Kings II : Sword of Islam

Test de Crusader Kings II : Sword of Islam  Test de Crusader Kings II : Sword of Islam  Test de Crusader Kings II : Sword of Islam

9.0
Crusader Kings II : Sword of Islam

Le 1er d'une longue série
Sword of Islam est un DLC plus qu'excellent, qui nous permet de donner un plus très important au jeu de base Crusader Kings II. Visitant une civilisation méconnue, une religion riche, et une nouvelle vision de l'occident du coté musulman, ce DLC est obligatoire pour tout joueur ayant adoré le titre. De plus, les développeurs ont vraiment travaillé l'ambiance, et les réalités politico-religieuses du monde musulman, ce qui est une performance et encore une fois, un travail de grands historiens.
Intérêt historique :
  • +Nouvelle interface
  • +Nouveaux événements
  • +Nouvelle civilisation rare dans les jeux vidéo
  • +La réalité historique
  • +Avoir 4 femmes
  • -Décadence complexe, et peu expliquée
  • -La traduction française mal intégrée

  • Orochti Le Chti templier, Ancien membre d'HistoriaGames
  • "Tu dois aimer la France, car la nature l'a faite belle, et son histoire grande." Ernest Lavisse
  • "Eureka !" Archimède