Tropico 6 : Le renouveau tant attendu pour une saga qui s'essoufle ?

Roi de Dreamland
Thématique
Piraterie, Époque contemporaine, Guerre froide
1er février
2019
Info sur le jeu
Plateforme
  • PC Windows
  • Mac oS X
  • Linux
  • PlayStation 4
  • Xbox One
ÉditeurKalypso Media
DéveloppeurLimbic Entertainment
Date de sortieMars 2019

Après un épisode 5 des plus corrects, mais ayant laissé les fans de la série sur leur faim, Tropico et son incontournable « El Presidente » sont de retour après 5 ans d’attente et remettent le couvert pour un sixième opus.

Face aux critiques concernant le manque de nouveautés entre deux épisodes de la série, les développeurs ont cherché à innover pour proposer du neuf. Mais avec un type de jeu qui offre une place limitée à la nouveauté, et avec une recette rôdée à ce point, difficile d’apporter des concepts de gameplay révolutionnaires et inédits après cinq jeux déjà publiés.

À quelques semaines d’une sortie annoncée, puis retardée à plusieurs reprises, les joueurs peuvent actuellement se faire les dents sur une bêta, encore susceptible d’évoluer d’ici le 29 mars. À travers cette preview, nous allons prendre la température et tenter d’estimer la valeur de ce Tropico 6. C’est parti !

Un lancement mouvementé, à la limite du chaotique

Le développement de Tropico 6 ne fut pas de tout repos. L’épisode précédent, le cinquième de la saga, était correct. Loin d’être un mauvais jeu, il avait toutefois été pointé du doigt pour l’important nombre de DLC payants lui étant dédiés, et aussi et surtout pour son manque de nouveautés majeures par rapport à son prédécesseur.

Pleinement conscient de ces critiques, les développeurs et le service du marketing ont tenté de prendre les devants. La communication autour de la sortie de Tropico 6 fut ainsi centrée, sans la moindre surprise, sur les nouveautés majeures prévues par cet opus.

Mais lorsque Simon Hellwig, le PDG de Kalypso Media, tweete publiquement pour dire que le jeu est à son goût « bon, mais pas encore excellent », et qu’il souhaite que les développeurs planchent dessus pour le rendre encore meilleur d’ici sa sortie, cela ne renvoie pas nécessairement un bon signal aux joueurs dans l’attente.

Conséquence logique de cette annonce, la sortie a de nouveau été repoussée au 29 mars, dans le but de laisser à l’équipe plus de temps pour peaufiner son produit, et potentiellement y ajouter davantage de contenu. Les développeurs ont également annoncé qu’ils allaient profiter de ce délai supplémentaire pour étudier plus en détail le feedback de la communauté et les retours sur la bêta, en vue d’y apporter des réponses qui satisferont les joueurs. Cela sera-t-il suffisant ? Impossible de répondre à cette question aujourd’hui, mais en tout cas, nous l’espérons sincèrement !

Tropico 6 ou Tropico 5.5 ?

En l’état actuel, et après une trentaine d’heures de jeu passé sur la bêta en mode « bac à sable », force est de constater que Tropico 6 est agréable à prendre en main. Les tutoriels sont assez clairs et permettent de rapidement se mettre dans le bain pour quelqu’un qui a déjà joué à Tropico 5.

On retrouve sans la moindre surprise l’humour potache et caractéristique de la saga, avec ses accents de dictature des Caraïbes et sa galerie de personnages aux clichés exacerbés, allant du militariste au révolutionnaire communiste en passant par le représentant de la Couronne qui ne pourrait pas être davantage « British » dans son comportement.

Oui, El Presidente, son lourdingue lèche-botte de Penultimo et tout le reste de la clique sont bien de retour, et l’on prend plaisir à les retrouver. Mais est-ce bien suffisant ? Clairement pas. Une fois de plus, la nostalgie est loin de tout faire.

Tropico 6

Les nouveautés présentées par les développeurs à ce jour pèsent en fait bien peu face aux similitudes que l’on retrouve par rapport à Tropico 5. En l’état actuel, on a donc bien plus affaire à une sorte de Tropico 5.5 qu’à un vrai Tropico 6... Mais Tropico 5 n’était-il pas lui-même un Tropico 4.5 ? Toujours est-il qu’à 50 euros, ça fait légèrement cher la grosse mise à jour.

On retrouve donc quelques améliorations, çà et là, dans le gameplay existant, comme une vue dézoomée pour mieux utiliser les filtres et optimiser vos constructions. Les principales nouveautés résident alors dans le concept d’archipel, à savoir que vous pourrez dorénavant construire sur plusieurs îles et les relier par des viaducs. Sympathique, ce système vous permettra de vous étendre davantage, mais il reste terriblement accessoire, et clairement insuffisant pour justifier à lui seul un nouveau jeu.

Outre l’ajout des archipels, on notera également de nouvelles factions, un nouveau système de quêtes, la possibilité de nommer des ministres, et l’apparition d’un personnage appelé « le négociant » qui vous permettra de dépenser l’argent de votre compte en Suisse pour obtenir divers bonus.

C’est globalement la jouabilité et la totalité de l’interface utilisateur qui sont rendues plus efficaces et plus lisibles dans Tropico 6. Il sera également offert davantage de libertés en matière de politique internationale pour le joueur, avec notamment la possibilité de faire des discours et des promesses de campagne à sa population.

Tropico 6

Hormis cela, il y a également d’autres concepts déjà présents dans Tropico 5 qui ont été remaniés et que l’on retrouve ici, utilisés différemment. Néanmoins, ils ne constituent pas à proprement parler de véritables nouveautés. On peut par exemple citer les licences commerciales qui s’achètent désormais une par une pour chaque nouvelle voie que vous voulez ouvrir, et dont le prix augmentera de façon exponentielle. C’est différent du système de voies commerciales de Tropico 5, mais ce n’est en rien novateur.

Enfin, via le bâtiment de la crique des pirates, il vous sera désormais possible d’envoyer vos pirates et vos commandos pour participer à diverses missions de récupération, d’espionnage, de contre-espionnage... mais aussi au vol de monuments célèbres. Oui, vous avez bien lu. On ignore encore si c’est de cocaïne ou d’ecstasy dont il s’agit, mais les développeurs se sont clairement lâché sur ce coup ! Ainsi, il vous sera possible d’envoyer vos pirates tropiquiens vivre de pitoyables aventures pour voler la Porte de Brandebourg, la Tour Eiffel, Stonehenge, ou encore la Statue de la Liberté... voire même la Maison Blanche ! Rien que ça ! Les bâtiments volés et ramenés sur votre île pourront alors y être rebâtis et ils vous offriront de puissants bonus.

Tropico 6  Tropico 6

Une fois encore, cet ajout est très marrant et s’intègre parfaitement bien dans l’humour absurde et pittoresque de la saga des jeux « Tropico ». De là à être suffisant pour constituer et justifier un nouveau jeu ? La réponse est évidemment négative.

Face à des nouveautés limitées, des similitudes trop nombreuses

Je vous ai plus tôt expliqué dans ces lignes que pour un joueur de Tropico 5, la prise en main de Tropico 6 se ferait sans le moindre encombre. Si c’est positif au niveau de l’accessibilité du titre, cela trahi également de trop nombreuses similitudes entre les deux titres. Et c’est bien là que le bât blesse.

Tropico 6 se prend très vite en main pour le joueur de Tropico 5, car il en reconnaîtra immédiatement l’essentiel du contenu. Pour un joueur chevronné, l’essentiel de la découverte consistera alors en un travail d’adaptation vis-à-vis des quelques nouveautés et différences présentes dans ce titre.

De nombreux éléments de gameplay de Tropico 5 sont donc repris dans Tropico 6, soit en étant copiés à l’identique pour certains, soit en étant légèrement remaniés et améliorés pour d’autres.

Tropico 6

Vous retrouverez ainsi le système des quatre époques différentes avec tout d’abord l’époque coloniale où votre objectif sera de vous maintenir en poste et de prolonger votre mandat de gouverneur jusqu’à être assez puissant pour prendre votre indépendance et cesser d’être une colonie de la Couronne. Succède à cette première époque celle des Guerres Mondiales où vous allez découvrir de nouvelles innovations et de nouveaux bâtiments. Ensuite, viendra l’époque de la Guerre Froide, puis pour finir celle des Temps Modernes qui vous proposera les évolutions les plus avancées.

À travers chacune de ces époques, vous devrez, comme c’était déjà le cas dans Tropico 5, vous frayer un passage et vous maintenir au pouvoir, tout en décidant de la voie à suivre pour votre jeune nation, tantôt entre Axe et Alliés, tantôt entre Bloc Est et Bloc Ouest.

Hormis cela, pas grand-chose à dire, vraiment. Le système de constitution, des décrets et des recherches reste le même, et hormis quelques nouveaux décrets et quelques nouveaux programmes de recherches, il n’y a rien de bien fou à se mettre sous la dent en terme de nouveautés.

Vous l’aurez donc compris, les ajouts majeurs, bien qu’étant très bien pensés, pèsent bien peu dans la balance face à l’énorme sensation de déjà-vu que constitue le reste du jeu par rapport à Tropico 5.

Conclusion : Une version améliorée de Tropico 5 loin de valoir le prix d'un jeu neuf

Bis repetita pourrait-on dire. Attention néanmoins, Tropico 6 n’est pas du tout un mauvais jeu, loin s’en faut. Si l’on devait le juger indépendamment de son prédécesseur, il ne serait pas loin d’être très bon ! La musique et les graphismes sont réussis. La jouabilité est au rendez-vous et la prise en main se fait de façon fluide et agréable.

Néanmoins, ce n’est pas vraiment un nouveau jeu par rapport à son prédécesseur. Certes, les jeux de gestion et les city-builders ne sont clairement pas ceux qui se prêtent le mieux aux grandes nouveautés et à l’expérimentation, mais les similitudes entre Tropico 5 et Tropico 6 restent bien trop nombreuses, et les quelques nouveautés proposées sont insuffisantes pour valoir les 50 euros demandés pour l’achat de ce titre.

B-
Tropico 6

Un patch au prix fort
Tout n’est pas à jeter dans Tropico 6 et il reste malgré tout un bon jeu. Cependant, nous ne pouvons qu’espérer que les développeurs nous proposent davantage de nouveautés d’ici le 29 mars. Dans le cas contraire, nous ne saurions que trop vous recommander d’attendre des soldes, car en l’état actuel, Tropico 6 ressemble à une grosse mise à jour bien trop chère plutôt qu’à un vrai nouveau jeu.
Intérêt historique :On retrouvera ça et là quelques références historiques au contexte de guerre froide et des deux guerres mondiales, mais l'authenticité historique est loin d'être au coeur de la démarche des Tropico.
  • +Des graphismes et une musique qui mettent dans l’ambiance
  • +Quelques améliorations bien senties au niveau du gameplay
  • +Le système d’archipel
  • +Le vol de monuments nationaux, totalement loufoque
  • -Trop peu de nouveautés et trop de similitudes
  • -Le prix, bien trop élevé
  • -La disparition du système de succession

  • Zog Chroniqueur, Historien, Testeur, Youtubeur
  • « Une Europe fédérée est indispensable à la sécurité et à la paix du monde libre. » par Jean Monnet en 1952