Les Aventures de Jack Aubrey

Discab
8 septembre
2014
Info sur le livre
Titre originalLes Aventures de Jack Aubrey
AuteurPatrick O'Brian
ÉditeurPresses de la Cité et Omnibus
GenreRoman
Sortie1969 - 2004
Nombre de tomes11

En cette rentrée scolaire pour les uns, la reprise du boulot pour les autres, je décide pour ma part de prendre le large ! Pas beaucoup de soleil par chez nous, tant pis, un petit tour dans les eaux méditerranéennes me ferait le plus grand bien. C'est qu'avec le Let's Play en cours sur Rome 2, il m'arrive parfois de m'éveiller la nuit avec l'envie soudaine d'assiéger Carthage ! Ma résolution est prise, je naviguerai sur la Grande Verte. C'était sans compter sur l'administration tyrannique d'HistoriaGames qui a la ferme intention de me remettre au travail... Moi qui croyais vivre en démocratie, je commence à comprendre mes collègues lorsqu'ils me conseillent de chuchoter dans les couloirs. Bref, à chaque chose malheur est bon (parait-il). Puisque je resterai là à regarder la pluie d'automne obscurcir ma fin d'été, alors c'est par le livre qui j'irai voguer ! Et quel meilleur compagnon que Jack Aubrey pour me servir de guide dans ces mers contestées à l'heure du Premier empire ? Ainsi, je pourrai observer le spectacle de ces magnifiques vaisseaux anglais anéantissant la flotte du nabot-naparte ! (J'espère maintenant que Hammer, notre cher Youtuber, ne lira jamais cette chronique, sans quoi je risque la guillotine...)

Hey ! Ne vous sauvez pas ! Vous oui, comment ça le roman maritime vous gonfle ? Ça ne vous passionne pas de suivre le quotidien d'une centaine d'hommes, enfermés des mois dans une boite de bois, dont la vie se résume à cirer le pont et à prendre la mesure du vent ? Je comprends... Mais c'est que vous n'avez jamais lu O'Brian. Laissez-moi vous parler du personnage.

Patrick O'BrianNé en Angleterre en 1914, de son vrai nom Richard Patrick Russ, O'Brian fut un enfant passionné par la mer. Mais à l'instar d'un Hubert Selby Jr, sa santé fragile l'empêche de faire carrière dans la marine et il sera déclaré inapte pendant la Seconde Guerre mondiale. C'est une histoire très différente que nous raconte pourtant l'auteur. Conducteur d'ambulance, il aurait ensuite intégré les services secrets pour être envoyé en mission en France. C'est qu'O'Brian aura longtemps conté aux journalistes une biographie largement inventée, jusqu'à affirmer qu'il était non pas anglais, mais irlandais ! La raison de cette histoire ? Peut-être pour dissimuler son premier mariage et la femme qu'il a abandonné après avoir eu d'elle une enfant handicapée. Ou peut-être encore son aversion marquée pour la pauvreté de ses origines. Quoi qu'il en soit, il quitte le Royaume-Uni pour le sud de la France où il s'installe avec sa seconde femme. Il vivra d'abord et surtout de traductions, malgré quelques textes préfigurant la série des Aubrey-Maturin. Il dira à ce sujet : « La traduction est une promenade tranquille sur un chemin clairement balisé et de longueur définie. L'écriture serait plutôt une course à tombeau ouvert sur une corde raide sans l'assurance qu'on a tendu en dessous de vous un filet de sécurité. » C'est à la fin des années 60, alors que vient de mourir un grand spécialiste du roman maritime, C. S. Forester, qu'un éditeur américain propose à O'Brian d'écrire un livre pour adulte sur la mer. Quelque chose de plus mature que la production de l'époque. Et voilà notre auteur parti pour l’œuvre de sa vie, à laquelle il consacrera près de 35 ans.

Les aventures de Jack Aubrey, c'est une série de 21 romans dont l'intrigue couvre toute la période du Premier Empire, et plus encore. Certains d'entre vous ont certainement déjà rencontré les personnages qui peuplent cette fresque épique puisqu'un très bon film a été tiré des livres d'O'Brian : Master and Commander de Peter Weir. Si on conseille généralement de lire un livre avant d'en voir son adaptation, ce cas-ci contrevient à la règle et je considère le film comme une très bonne introduction à votre lecture. L’œuvre littéraire est en effet si conséquente que l'intrigue du film n'est qu'un infime fragment de la richesse scénaristique des romans.

Le personnage principal, Jack Aubrey, est un capitaine talentueux et extrêmement chanceux, ce qui lui vaut la sympathie de son équipage dans un monde où les superstitions sont prises très au sérieux. Il rencontrera très rapidement Stephen Maturin, un érudit plutôt frêle, médecin de son état, mais également espion et proche de certains milieux irlandais. On reconnaîtra sans soucis un personnage qu'avait déjà créé O'Brian... pour lui même. La force du duo, qui sera au centre de toute la série, réside dans sa foncière opposition. Là où Aubrey est un marin aguerri, respectueux des usages militaires et homme de caractère, Maturin représente pour sa part la fibre intellectuelle, le refus de la soumission à un système arbitraire et une méconnaissance totale de la marine. C'est en suivant Maturin dans ses premières traversées que le lecteur plongera petit à petit dans la vie du marin à la grande époque des voiliers. Car apprentissage il y a, et vous ressortirez à coup sûr avec la tête pleine de termes nautiques plus alambiqués les uns que les autres. La documentation rassemblée par l'auteur est d'une richesse incontestable.

Patrick O'BrianLe style pour sa part n'est pas en reste. Le vocabulaire très riche (forcement, étant donné le sujet) est servi par une réelle maîtrise d'un anglais un peu vieillie que la traduction française rend très bien. Un régal.

Je ne vous en dirai pas plus sur l'histoire en elle-même, le film, encore une fois, se chargera très bien de vous faire découvrir ce monde particulier. Mais si vous n'êtes pas cinéphile, aucune inquiétude, il n'est pas difficile d'entrer dans le roman. Suivez de près Maturin, il est au début aussi perdu que le lecteur. Alors, convaincu ? Alors embarquez sans attendre, et lorsqu'approchant du vaisseau ennemi, vous verrez les servants de canon braquer vers vous les bouches cracheuses de feu, souvenez-vous de l'injonction du colonel Lepic à ses grenadiers au cours de la bataille d'Eylau : « Haut les têtes, messieurs, la mitraille c'est pas de la merde ! »

Verdict

Certainement un des plus grands auteurs de romans maritimes, O'Brian nous livre avec ses Aventures de Jack Aubrey un chef-d'œuvre absolu. Qu'ajouter de plus ? Il suffit de lire le premier roman de la série pour s'en rendre compte. Allez-y, tout simplement.

  • Discab Ancien membre d'HistoriaGames
  • "D'abord, apprenez que je ne suis point le défenseur du peuple ; jamais je n'ai prétendu à ce titre fastueux ; je suis du peuple, je n'ai jamais été que cela, je ne veux être que cela ; je méprise quiconque a la prétention d'être quelque chose de plus." Maximilien Robespierre