Bataille de Bunker Hill

Maréchal de l'Empire
Thématique
Période historique Guerre d'indépendance américaine
Partager

Le premier affrontement entre les troupes britanniques et les insurgents des Treize colonies eut lieu à  Lexington et Concord, le 19 avril 1775. Ce fut une victoire mineure pour les rebelles américains, mais cela signifia également le début de la guerre d'indépendance américaine.

À la suite de la bataille de Lexington et Concord, les Anglais se réfugièrent dans la ville de Boston, alors que les troupes américaines grossissaient à vue d'œil. Le colonel Gage, commandant de la garnison à Boston reçut le renfort du général britannique William Howe avec quelques 4000 hommes.


La bataille de Bunker Hill par Percy Moran (1909)
Library of Congress : www.loc.gov

Afin de contrecarrer une sortie des Anglais, le colonel américain William Prescott se plaça sur la presqu'île de Charlestown et se fortifie sur Breed's Hill, une hauteur dominant la baie.

C'est alors que le général Howe décida de marcher contre ces insurgents et débarqua de l'autre côté de la presqu'île avec 2 500 soldats pendant que les navires britanniques l'appuyèrent en pilonnant les rebelles américains.

Dans la nuit du 16 au 17 juin, Prescott et ses hommes établirent leur défense sur la hauteur de Breed's Hill. Toute la nuit les américains construisirent des fortifications et creusèrent des fossés. Tôt le matin, après avoir vu au loin les fortifications en finition, les navires britanniques patrouillant le long de la presqu'île - pendant que Howe se trouvait de l'autre côté - firent feu sur les Américains. Mais en vain, il s'avéra que les canons ne tiraient pas assez hauts pour pouvoir atteindre les troupes du colonel Prescott.

Le général Howe devait faire en sorte de faire tourner le flanc gauche des Américain pendant qu'un de ses seconds, le général Pigot, sur le flanc gauche côté britannique devait lancer un assaut sur les fortifications. Le but étant de prendre les Américains à revers. Le temps que les troupes anglaises se mirent en place et que les débarquements furent effectués, les tuniques rouges étaient sur le pied de guerre en début d'après-midi.

Les trois assauts

    
Plan des trois assauts lors de la bataille de Bunker Hill
Source : United States Military Academy - Wikimedia Commons [1] [2] [3]

En face du centre anglais, se trouvaient les hommes de Reed et Stark. Howe ordonna que les grenadiers s'en prennent à leurs troupes, pendant que le général Pigot mène un assaut sur les fortifications.

Le premier assaut se fit donc de la sorte, mais Reed et Stark avaient construit avec les miliciens une longue barricade qui les protégeait efficacement face aux assauts des grenadiers anglais. La première vague de soldat Britannique fut refoulée. Désemparés, ces derniers se rassemblèrent dans une plaine, non loin de là, où le général Howe les fit se reformer.

Les tuniques rouges lancèrent une nouvelle attaque mais en vain. La tactique de combat des Américains avait de quoi les déboussoler. Les rebelles n'agissaient pas vraiment comme dans une bataille rangée mais plutôt comme lors d'une embuscade, tirant quand ils le voulaient, rechargeant et n'avançant pas forcément en ligne. Le second assaut fut lui aussi repoussé.

Pendant ce temps, des tireurs américains étaient embusqués dans la ville et fit feu sur les soldats portant l'uniforme de la couronne. C'est alors que la marine britannique fit feu sur la ville de Charlestown et plusieurs centaines de bâtiments furent rasés.

Après s'être reformé une nouvelle fois dans une plaine, les Britanniques lancèrent un dernier assaut et cette fois-ci ils réussirent à s'emparer de la fortification à la force des baïonnettes car les troupes américaines sont tombées en pénurie de munition. N'ayant pas d'autre choix, les hommes se sont affrontés au corps-à-corps. Les Anglais capturèrent la fortification et les Américains se replièrent de la Péninsule.

La victoire peut être considérée comme anglaise même s'il s'agit d'une victoire à la Pyrrhus, car le bilan humain va à leur défaveur. En effet, en terme de pertes humaines, ce fut les troupes royales qui en eurent le plus. Ils comptent 1054 victimes (dont 228 morts) sur les 2 500 hommes engagés au début de la bataille. Alors que les Américains ne comptent à peine que 371 victimes (dont 140 morts).

C'est à l'occasion de cette bataille que cette célèbre citation aurait été prononcée : « Ne tirez que quand vous verrez le blanc de leurs yeux ! ».

Plan de la région de Boston (1775) durant la bataille de Lexington et Concord et le siège de Boston. Echelle : 1:120 000.
Auteur : J. DeCosta
Source : Library of Congress - http://memory.loc.gov/



Une carte illustrée de la bataille terrestre sur la péninsule de Charlestown, avec les collines de Bunker et Breed. Carte datée de 1875.
Auteur : George E Ellis
Source : US Army images


  • HammerHammer Le petit Napoléon, Chroniqueur, Historien, Youtubeur
  • "Ce qui ne me tue pas me rend plus fort." Alexandre III le Grand
  • "Du sublime au ridicule, il n'y a qu'un pas." Napoléon Bonaparte