Bataille de Gaugamèles

Maréchal de l'Empire
Thématique
Période historique Conquêtes d'Alexandre le Grand
Partager

Lors de la bataille d'Issos, le roi Darius III avait réussi à fuir. Alexandre se mit à sa poursuite et arriva au mois de juillet 331 av. J.-C. sur les bords de l'Euphrate, près de la ville de Thapsaque.

Le roi de Perse se constituait une nouvelle armée à Arbèles (Erbil, au nord de l'Irak actuel) et à Babylone. Se sachant poursuivi par Alexandre, il déploya ses forces le long de l'Euphrate qui constituait, selon lui, la seule voie d'accès pour l'invasion de son empire. Cependant, Alexandre, au lieu de se diriger vers Babylone, décida de passer par le Nord-Est via le Tigre.

Prenant connaissance de cette stratégie, Darius pris la direction de la ville d'Arbèles et s'arrêta à environ 70 km de cette dernière pour choisir le champ de bataille. Il choisit la plaine de Gaugamèles. Avant toute chose, Darius pris le soin de nettoyer la plaine des cailloux pouvant gêner le déplacement de ses chars de guerre.

On se retrouve au début du mois d'octobre 331 av. J.-C., le roi de Perse possédait un net avantage stratégique, celui du nombre. En effet, son armée comptait plus de 270 000 hommes (la cavalerie comprise) avec dans ses rangs quelques centaines de chars et 15 éléphants de guerre prêts au combat. Alexandre ne possédait quant à lui que quelques 40 000 hommes dont environ 7000 cavaliers. La bataille était vouée à une victoire Perse avec toutes ces forces en présence et pourtant ce ne fut pas le cas...

Phase initiale de la bataille de Gaugamèles. Source : The Department of History, United States Military Academy  Phase importante de la bataille de Gaugamèles. Source : The Department of History, United States Military Academy

Évidemment, de fait de son infériorité numérique, la ligne d'Alexandre n'était pas aussi grande et longue que celle de Darius et en conséquence il ne put contourner les flancs des Perses comme à son habitude. Alors, il décida de placer ses unités en échelon, décalées les unes des autres. Ainsi, les unités pouvaient se relayer. Sur son flanc droit, il plaça la cavalerie lourde qui cachait des frondeurs en son sein.

Darius évidemment fut le premier à avancer se sentant en confiance vu sa supériorité. Il ordonna à sa cavalerie de charger les flancs macédoniens. Toutefois, Alexandre avec ses compagnons se déplacèrent sur son flanc droit ce qui contraignit la cavalerie perse à faire de même. Après la charge des cavaliers perses, le roi Perse envoya ses chars contre les unités macédoniennes.

Les phalanges qui s'apprêtèrent à recevoir la charge des chars décidèrent d'ouvrir leurs unités en formant une brèche dans leur rang. Les chevaux s'y introduisirent naturellement au lieu de foncer dans les soldats qui étaient face à eux. Ainsi, la charge des chars perses fut vite mise en déroute car une fois dans la brèche, les soldats macédoniens se précipitèrent sur les conducteurs des chars et les tuèrent.

Alexandre avançait toujours avec ses compagnons, sa cavalerie lourde et ses frondeurs en parallèle du flanc gauche perse. En avançant de la sorte, la ligne de combat s'était étirée, et les unités n'étaient plus en réelle ligne de combat, mais en quasi désordre. Certaines étaient plus avancées que d'autres et d'autres moins.

Quoique qu'il en soit, voyant le mouvement du jeune roi macédoine, Darius décida d'envoyer des troupes à sa rencontre. La cavalerie envoyée contre le roi s'apprêtait à charger mais, contre toute attente, les compagnons et Alexandre changèrent brusquement de direction et laissèrent la place aux frondeurs face à la cavalerie perse qui fût alors stoppée net. Alexandre chargea vers le centre totalement désorganisé mais surtout vers Darius, car il souhaitait combattre contre le roi perse au corps à corps.

Cependant, Alexandre appris que sur le flanc gauche macédonien, ses troupes ne résistaient plus. En effet, les troupes de Parménion étaient en train de céder sous la pression des Perses qui avaient réussi une percée jusqu'à l'arrière garde. Alexandre, alors proche d'atteindre Darius, cessa sa poursuite et décida d'aider ses troupes, ce qu'il réussit à faire. Darius réussit à fuir mais ses troupes, en désordre totale et sans avoir pu recevoir les ordres de replis, sont mises en déroute après quelques heures de combat.

Après cette bataille, Alexandre fût couronné roi d'Asie dans la cité d'Arbèles. De plus, il tomba sur le trésor du roi Darius III, considéré comme l'un des plus importants de tous les temps.

  • HammerHammer Le petit Napoléon, Chroniqueur, Historien, Youtubeur
  • "Ce qui ne me tue pas me rend plus fort." Alexandre III le Grand
  • "Du sublime au ridicule, il n'y a qu'un pas." Napoléon Bonaparte