Spirit of War : The Great War

Zglub
16 avril
2015
Info sur le jeu
Plateforme
  • PC Windows
  • iOS
  • Android
ÉditeurPlug In Digital
DéveloppeurG-OLD
Date de sortieMars 2015

Réalisé en utilisant le moteur Unity, Spirit of War : The Great War se présente comme un petit jeu indépendant voulant faire revivre des batailles au cours de la Première Guerre mondiale, période de centenaire oblige… Distribué pour une dizaine d'euros, ce jeu n'est cependant pas une simulation historique. Dès lors, que penser de ce petit soft ?

Esprit…es-tu là ?

Le jeu n'est donc pas à proprement parler une reconstitution d'affrontements s'étant déroulé il y a un siècle. Il s'agit plutôt de mettre en présence des unités « génériques » devant représenter les unités ayant combattu réellement. Le jeu est en 3D, au tour par tour classique. Chaque unité disposant d'un certain nombre de points d'action qu'elle pourra utiliser chaque tour pour se déplacer, changer d'orientation, embarquer ou débarquer d'un transport, ou réaliser une attaque (les unités ayant accumulé suffisamment d'expérience pourront même réaliser deux attaques par tour).

Le jeu se déroule sur une carte recouverte d'hexagones, qui vont réguler le mouvement et l'attaque des unités. Chaque type d'hexagone coûte un certain nombre de points d'action aux unités pour s'y déplacer. De plus, les unités n'ont pas le même nombre de points d'action par tour. Ainsi, l'infanterie dispose de 5 points, tandis que l'artillerie n'en a que 3, et donc aura moins de possibilité de déplacement à chaque tour. Bien entendu, cela est compensé par une possibilité d'attaquer à plus longue portée que l'infanterie (limitée elle aux hexagones adjacents) ainsi que par un plus grand nombre de dégâts occasionnés.

Graphiquement, le jeu s'en sort plutôt bien, avec des unités joliment modélisées et des animations fluides, que ce soit au niveau du déplacement ou des combats. Les uniformes sont assez fidèlement représentés.

Au niveau du contenu, le jeu comprend deux campagnes. Une pour la Triple Alliance, et l'autre pour la Triple Entente. Chaque campagne débutant à l'été 1914. La deuxième mission de la première campagne a lieu à l'automne, et la troisième en hiver, offrant ainsi un terrain de jeu différent à chaque fois (les décors sont très beaux, y a pas à dire). L'objectif de chaque mission est le même : s'emparer de la base adverse, et ainsi le priver de la construction de nouvelles unités.

Test de Spirit of War : The Great War  Test de Spirit of War : The Great War  Test de Spirit of War : The Great War  Test de Spirit of War : The Great War

Mécanique de l'esprit

Concrètement, le jeu est donc un tour par tour traditionnel. Le premier joueur fait agir ses unités (par le biais des points d'action). Il peut également, du moins à partir de la deuxième mission de chaque campagne, construire des unités à l'intérieur de sa base. En effet, à chaque tour, le joueur va collecter de l'argent, qui va lui permettre d'acheter de nouvelles unités, qui arriveront au tour suivant. Le choix offert est assez conséquent. Le joueur pourra ainsi acheter de l'infanterie classique, de la légère, des unités de mitrailleuses, des sapeurs (qui pourront creuser des tranchées) mais également de l'artillerie (légère, moyenne ou lourde), de la cavalerie, des véhicules blindés (eux aussi très bien modélisés), mais également, lorsque le scénario le permet, de l'aviation, et apparemment aussi des unités navales, bien que je n'aie pas encore eu de mission avec des zones navales. Bien entendu, le coût de ces unités varie selon ce que l'on veut construire. Ainsi, l'infanterie est assez bon marché, tandis qu'un véhicule blindé coûtera bien plus cher. Le joueur devra donc choisir avec prudence ce qu'il veut produire.

Au niveau du système de combat à proprement parler, l'infanterie attaque les hexagones adjacents, tandis que l'artillerie peut pilonner à deux ou trois hexes de distance. A noter qu'un soupçon de tactique est présent dans le jeu, car selon le côté d'où viendra l'attaque, l'unité en défense subira plus de pertes. De même, une unité totalement encerclée aura peu de chances de survie. Bref, il conviendra de mener ses attaques judicieusement, pour faire le plus de dégâts possibles en un seul tour.

Une fois que le joueur a fait agir ses unités, l'ordinateur fait de même. Notons que l'intelligence artificielle s'en sort relativement bien, et préfèrera grouper ses forces pour mener une offensive efficace plutôt que d'envoyer des unités isolées au feu, quitte à retarder son assaut d'un tour.

Bref, vous l'aurez compris, Spririt of War est à aborder comme un jeu « défouloir », comme le fût Command and Conquer en son temps. Il s'agit d'envoyer ses troupes massacrer les troupes adverses dans le but de s'emparer des installations ennemies. La Première Guerre mondiale n'est que le prétexte à cette baston géante. Le jeu aurait tout aussi bien pu se dérouler dans un univers médiéval-fantastique ou dans un univers post-apocalyptique, façon Warhammer 40K.

Néanmoins, le jeu reste sympathique à petite dose, lorsque l'on a envie de se défouler quelques minutes sans se prendre la tête. Pour le prix, je dirais que c'est un petit jeu honnête, sans grande prétention, destiné simplement à divertir un joueur occasionnel.

6.0
Spirit of War : The Great War

Utilisant (de façon très éloignée) le cadre de la Grande guerre, Spirit of War offre un petit jeu sans prétention mais qui peut présenter quelques beaux défis pour les joueurs cherchant simplement à se divertir quelques minutes (voire plus si affinités). Vu le prix, il n'y aurait pas de raison de s'en priver. Par contre, si vous cherchez une simulation réaliste des affrontements de ce conflit, passez votre chemin.
Intérêt historique :Attention, je ne veux pas descendre le jeu. Simplement, à part la date indiquée au début de chaque mission et les représentations des unités, il n'y a pas vraiment de rattachement avec le déroulement de ce conflit. Encore une fois, il ne s'agit pas d'une simulation réaliste, mais simplement un petit wargame ni plus, ni moins.
  • +Beaux graphismes
  • +Facile à prendre en main grâce à une aide de jeu intégrée
  • +Permet des parties rapides.
  • +Variété d'unités
  • +Son prix
  • -Répétitif
  • -Manque de lien avec la réalité historique
  • -Quelques bugs qui occasionnent un retour Windows

  • Zglub Le Wargamer belge, Ancien membre d'HistoriaGames
  • "La guerre! C'est une chose trop grave pour la confier à des militaires." G. Clémenceau