Rising Storm 2 : Vietnam, plongée dans l’enfer vert

L'Amiral
Thématique
Guerre du Vietnam
3 juillet
2017
Info sur le jeu
PlateformePC Windows
ÉditeurTripwire Interactive
DéveloppeurAntimatter Games
Date de sortieMai 2017

Je réapparais à côté de mon chef d’escouade avec deux camarades. Je prends mon M16, fixe la baïonnette. Mon écran se grise : les Viets nous tirent dessus. Je commence alors à foncer de rocher en rocher pour capturer l’objectif. Je me lève, lâche quelques rafales… puis un bruit métallique et un écran noir.

Test de Rising Storm 2 : Vietnam  Test de Rising Storm 2 : Vietnam  Test de Rising Storm 2 : Vietnam  Test de Rising Storm 2 : Vietnam

1. La tenue vietnamienne et l'outil de personnalisation du personnage. - 2. Le choix de classe chez les Viets. - 3. Le bon vieux Mosin est de retour. - 4. Le choix de classe chez les Américains.

L’odeur du napalm au petit matin

La description plus haut est représentative de l’expérience de jeu qu’amène le nouvel opus de la franchise Rising Storm. Digne descendant du premier opus, Rising Storm 2 : Vietnam est punitif. Il faut le dire : on est très loin d’un Call of Duty ou d’un Battlefield où une rafale peut blesser mais pas tuer. Rising Storm 2 ne pardonne pas. Les premières parties sont très, très, très punitives. Voire rageantes : la moindre inattention peut être mortelle. Car Rising Storm 2 est avant tout une simulation militaire très exigeante.

Comme son aîné, plusieurs modes de jeux sont disponibles : la suprématie et la conquête. La suprématie fait s’affronter les deux équipes pour le contrôle de cinq ou six points : si une équipe parvient à conserver un plus grand nombre de points reliés entre eux, alors la victoire ne sera que plus rapide. La conquête est un mécanisme connu : les attaquants doivent prendre deux secteurs, puis deux autres, suivant le principe d’une ligne de front. Et ces deux modes de jeux tiennent en haleine.

Test de Rising Storm 2 : Vietnam  Test de Rising Storm 2 : Vietnam  Test de Rising Storm 2 : Vietnam  Test de Rising Storm 2 : Vietnam

5. Les lumières dynamiques sont sympathiques. - 6. Les hélicoptères offrent un point mobile de réapparition. - 7. La suppression est très marquée. - 8. Les informations à l'écran sont affichables en appuyant sur une touche.

Le Vietnam, cet enfer vert (à 64 joueurs)

La guerre du Vietnam est un épisode historique souvent utilisé dans les jeux vidéos. Call of Duty y a trempé le doigt, Battlefield s’est mouillé avec Battlefield Vietnam en 2004... et Rising Storm a fait le grand plongeon.

Deux équipes sont jouables : les Américains (infanterie et US Marines) et les Nord-Vietnamiens (Front de Libération National et Armée Populaire du Nord-Vietnam, en fonction des cartes). Les serveurs peuvent accueillir jusqu’à 64 joueurs, donnant des dimensions gigantesques à certaines parties. Le système d’escouade fait son retour : six joueurs peuvent se réunir dans une escouade, et le chef d’escouade a de nombreux atouts. L’américain peut faire réapparaître ses membres d’escouade sur lui, le nord-vietnamien peut poser un tunnel et ainsi permettre aux membres de son escouade d’y réapparaître.

La dimension réaliste prend tout son sens dans le système de jeu : plus particulièrement dans les conditions de mort. Une balle, un mort... sauf dans certaines parties du corps, qui entraineront un saignement. Le joueur devra alors utiliser un bandage pour faire cesser l’hémorragie.

Les affrontements à 64 joueurs sont très vite prenants, le jeu d’équipe étant favorisé. Il y a, bien sûr, des joueurs individualistes, mais leur espérance de vie est courte. C’est ce point qui fait que Rising Storm est un FPS pas comme les autres : le jeu d’équipe est à la base de la réussite.

Cette dimension est d’ailleurs rendue nécessaire par les différentes classes : par exemple, si un point est tenu par les Viets, l’homme de pointe (qui peut détecter leurs pièges) peut aussi jeter ses fumigènes pour couvrir l’avancée des fusiliers, tout en étant aidé par le grenadier qui avec son « blooper » (lance-grenades) peut neutraliser un défenseur.

Les Américains ont plusieurs classes, chacune ayant ses armes spécifiques : le fusilier, armé de son M16 ou du M14 et de grenades, est la pierre angulaire des troupes. L’homme de pointe, utilisant la vénérable M3 Grease Gun, peut couvrir les avancées avec ses fumigènes et désamorcer les pièges viets. L’ingénieur de combat peut réchauffer l’atmosphère avec son lance-flammes tandis que l’opérateur radio doit suivre le commandant pour apporter du soutien. Les Viets ont eux les même classes mais avec des armes différentes, allant de l’AK47 à la MAT49 française en passant par le vénérable Mosin-Nagant.

Tout comme Rising Storm, le commandant fait son retour et peut appeler de l’artillerie aux coordonnées marquées par les chefs d’escouade, un AC-47 (avion d’appui au sol), un avion de reconnaissance ou une frappe de napalm. Chez les Viets, le commandant peut demander de l’artillerie, un redéploiement rapide, une reconnaissance ou l’appui de missiles anti-aériens. La multitude de classes amène donc une nécessité de coopération.

Test de Rising Storm 2 : Vietnam  Test de Rising Storm 2 : Vietnam  Test de Rising Storm 2 : Vietnam  Test de Rising Storm 2 : Vietnam

9. Le tableau des scores ne donne pas le nombre de morts du joueur (pratique). - 10. Gros plan sur quelques Vietminhs. - 11. La jungle... - 12. Les Marines attaquent.

Le Vietnam comme si vous y étiez

L’ambiance est primordiale dans Rising Storm 2. Les graphismes sont corrects, même en minimum pour les PC les plus anciens. Les cartes sont très variées : de la jungle luxuriante à la ville d’Hue, l’ambiance est au rendez-vous. Quelques cartes communautaires sont déjà présentes sur le Steam Workshop mais leur développement n’est pour l’instant qu’en alpha. Les effets de suppression, les tirs d’artillerie, tous les ingrédients rendent l’ambiance particulièrement prenante. Les quelques musiques d’époque y participent ainsi que les remarques des différents soldats.

Ces points et la volonté affichée de réalisme du jeu en font un deuxième opus excellent qui replonge les joueurs dans une guerre déjà explorée dans le jeu vidéo. De nouvelles cartes ainsi que des DLC sont prévus qui devraient donner un coup de fouet à ce jeu déjà très bon.

Test de Rising Storm 2 : Vietnam  Test de Rising Storm 2 : Vietnam  Test de Rising Storm 2 : Vietnam  Test de Rising Storm 2 : Vietnam

13. L'environnement joue un grand rôle. - 14. L'artillerie viet tombe avec ses gerbes de phosphore blanc. - 15. Le lance-flammes est bien pratique pour nettoyer les tunnels. - 16. Le Vietnam, c'est aussi une humidité et une brume infernales.

9.0
Rising Storm 2 : Vietnam

Rising Storm 2 : Vietnam est un excellent jeu, dans la digne lignée de son prédécesseur. L’ambiance est parfaite, les graphismes sont très corrects (sans être à la pointe non plus, certaines textures pourraient être améliorées) et le style de jeu est atypique tout en étant très poussé. La communauté sur ce jeu est assez exigeante mais très communicative : la communication en vocal est la règle de base pour améliorer (et gagner) une partie. Les cartes sont très intéressantes et détaillées, et les modes de jeu sont eux aussi très bons. Enfin, les différentes armes sont bien modélisées, et l’aspect réaliste fait le reste : oubliez les longues rafales au M16 ou avec l’AK ! La personnalisation de l’uniforme du soldat en fonction des niveaux est sympathique mais n’est pas non plus LA fonction de l’année. La difficulté est au rendez-vous : bien souvent, le joueur ne verra pas d’où vient la balle qui mettra fin à la vie de son personnage… en résumé, pour le prix de 22,99€, ce nouvel opus de Tripwire vaut clairement le coût.
Intérêt historique :Vous êtes au Vietnam. C’est sale, c’est luxuriant, c’est tropical. Mais c’est la guerre, et Rising Storm est très poussé sur le niveau historique. Les armes, les uniformes, les batailles et les cartes sont on ne peut plus réalistes.
  • +Les graphismes (efficaces mais pas exceptionnels)
  • +Le réalisme historique
  • +Le jeu en équipe quasi-obligatoire
  • +Les cartes excellentes
  • -Les serveurs vite pleins
  • -Le ping parfois moyen
  • -La mort facile est un peu rageante parfois
  • -Encore quelques crashs du jeu