Deadfall Adventures : Heart of Atlantis

Le_Moine
Thématique
10 novembre
2014
Info sur le jeu
Plateforme
  • PC Windows
  • PlaySTation 3
  • XBox 360
ÉditeurNordic Games
DéveloppeurThe Farm 51
Date de sortie
  • Novembre 2013 (PC, Xbox 360)
  • Octobre 2014 (PS3)

The Farm 51, c'est un studio polonais fondé par un ancien de PeopleCanFly (série des Painkiller) et un journaliste. Ce studio s'est fait remarquer en lançant la franchise NecroVision, une version fantastique de la Première Guerre mondiale, ou en collaborant sur Two Worlds II ou encore The Witcher.

Toujours dans la volonté de proposer des FPS sortant un peu des sentiers battus, The Farm 51 a lancé Deadfall Adventures l'an passé sur PC et Xbox 360. Cette année le jeu est de retour dans une version « améliorée » nommée Deadfall Adventures : Heart of Atlantis. Le jeu n'avait pas vraiment convaincu la presse et les joueurs l'an passé, à voir si sa nouvelle version sera meilleure.

Indiana-Nathan Croft-Quatermain

Deadfall Adventures est basé sur le personne fictif d'Allan Quatermain inventé sous la plume de Henry Rider Haggard. L'auteur est connu pour ses romans d'aventures situés en des lieux exotiques. Son héros, Quatermain a souvent squatté les salles obscures au point d'être au casting du film La Ligue des gentlemen extraordinaires. Et voilà que son nom va être associé à un jeu vidéo. On y retrouve un aventurier en Egypte, alors que la Seconde Guerre mondiale s'annonce en Europe. Il y fait la rencontre de Jennifer Goodwin une somptueuse demoiselle qui est missionnée par les Etats-Unis d'Amérique pour mener des recherches afin de retrouver le cœur de l'Atlantis, un artefact surpuissant qui pourrait changer l'ordre mondial. Pour l'aider, un aventurier à la gâchette facile l'accompagne. Non pas Indiana Jones, non pas Nathan Drake, mais James Lee Quatermain le petit fils du célèbre Allan Quatermain ! James Lee Quatermain est un gros bourrin qui adore l'aventure et l'action, mais qui a aussi de bonnes connaissances en archéologie (ou plutôt en destructions qui donnent lieu à des découvertes archéologiques) grâce au carnet qu'il a hérité de son grand-père, Allan Quatermain ! Comme les méchants nazis s'emparent d'une pièce du puzzle, voici notre duo improbable lancé à leur poursuite dans le monde entier. Mais ils devront faire face à tout un tas d'autres ennemis allant des soldats de l'Armée Rouge (eux aussi à la recherche du « Heart of Atlantis »), des mercenaires arabes à la solde de l'armée nazie et, surtout, des momies qui reviennent à la vie telles des zombies !

Voilà le spitch pour ce Deadfall Adventures : Heart of Atlantis. Pas de réelle originalité pour cette aventure qui va durer environ 7h. On est face à un Indiana Jones-like, ou un Uncharted-like hurleront les pros Sony. Un FPS vraiment très proche de l'esprit « Indie ». On y retrouve les mêmes thématiques, les mêmes types de scènes, et l'humour pas forcément très poussé mais qui fait parfois son effet. Et oui, James Lee Quatermain a toujours une petite phrase à placer histoire de faire sourire le joueur. Une petite « punchline » parfois bienvenue mais qui sent parfois le réchauffé. C'est bien le petit souci de ce Deadfall Adventures, il manque d'originalité. On est loin de NecroVision. Néanmoins, l'aventure est accrocheuse et possède son lot de rebondissements. Il y réside même un petit côté OSS 117, et ça reste sympathique.

Là où The Farm 51 a voulu innover c'est en offrant un côté exploration/réflexion à son FPS. Ainsi, comme dans Tomb Raider ou dans Uncharted, on trouve un lot d'énigmes à résoudre et de puzzles. Un tas de trésor est à trouver également en explorant les différents coins des niveaux parfois en monde semi-ouvert. Les énigmes ne sont pas toutes faciles mais sont assez simples à résoudre, d'autant plus que le carnet d'Allan Quatermain contient toutes les solutions. Certes, ces dernières ne sont pas toujours explicites mais au final on y arrive sans encombre. Parfois on se surprend même à foncer directement sur la solution de l'énigme tant celle-ci est évidente ou possède un petit goût de déjà vu. En tout cas, cet aspect explorateur confère à Deadfall Adventures : Heart of Atlantis un côté plus original et attrayant qu'une grande partie de ces FPS qui se contentent de nous faire défourailler tout un tas d'ennemis. Les trésors à trouver ont leur importance car ils permettent de déverrouiller des améliorations de compétences. Divisés en 3 secteurs, ces trésors vous offriront la possibilité d'améliorer votre santé, les capacités de votre torche et vos capacités de tir. Une torche ? Oui, c'est l'arme ultime contre les momies ! Néanmoins les piles et sa puissance nécessitent leur lot de modifications afin de venir à bout de certains types de momies bien plus coriaces que la simple momie dont les bandelettes pendent. Cette arme confère d'ailleurs à Deadfall Adventures un petit côté Alan Wake, où il fallait chasser les esprits à coups de lampe-torche.

Momie cool

Comme expliqué plus haut, le nouveau jeu de TheFarm 51 est un FPS. Un type de jeu qui mise tout sur les gunfights et ici, les développeurs n'ont pas su proposer quelque chose d'aussi détonnant que dans NecroVision ou dans leur remastered HD de Painkiller. Si les combats sont assez sympathiques ils manquent clairement d'intensité et de bestiaire. On est très loin de la jouissance ressentie sur Wolfenstein : The New Order ici. Sans être fade, les combats manquent de saveurs. Pourtant TheFarm 51 a voulu bien faire en proposant des pièges interactifs pour cramer plus facilement les momies ou planter les soldats adverses. Mais les armes manquent d'un petit quelque chose pour offrir un rendu plus palpitant et des sensations de jeu plus poussées. Au final, les gunfights sont un peu mous. Le faible arsenal y est peut-être aussi pour quelque chose. Dommage.

Graphiquement parlant, Deadfall Adventures : Heart of Atlantis est loin des standards actuels et des ténors du genre. Mais n'oublions pas que le jeu est développé par un « petit » studio et qu'il sort uniquement en dématérialisé sur Playstation 3. Dopé à l'Unreal Engine 3, la réalisation de ce Deadfall est assez inégale. Si le rendu est un peu meilleur que sur Xbox 360/PC (un PC classique) ce n'est pas encore la claque graphique. Pire, certains décors sont assez médiocres. On pensera notamment à ce soleil ultra pixelisé ou ces caisses grossièrement modélisées. A l'inverse, certains paysages et effets de lumières sont de bonne facture. Un résultat moyen plus donc, mais qui met à l'amende pas mal de jeux du PSN, même s'il ne faut pas oublier que le titre est sorti en version physique l'an passé sur PC/Xbox 360. Le gros plus de ce Deadfall réside dans la variété des décors. De l'Afrique à la jungle centre-américaine en passant par New York et le cercle polaire, le jeu diversifie ses paysages. De quoi conférer au jeu, un bon point du point de vue de la réalisation.

Le plus gros défaut de la version 2013 de Deadfall Adventures c'était ses problèmes techniques. Ici, pour cette version Heart of Atlantis, TheFarm51 a fait du bon boulot. Et pourtant, on le sait, l'architecture de la PS3 est plus difficile à manier que les autres supports. Les bugs étaient légion dans les précédentes versions et ici sont assez peu nombreux. Juste des checkpoints mal placés, comme par exemple juste après un piège. Et si vous avez le malheur d'éteindre votre console puis relancer le jeu par la suite, vous vous retrouverez pile derrière le piège qui aura été réactivé... à vous de ruser pour essayer de le passer, sinon il faudra refaire tout le niveau. Par contre, le framerate est parfois mauvais. Lors de certains combats ou moments intenses en actions, on sent que le jeu souffre. Étrange, quand on voit que sur le niveau du « wagon » le framerate est stable alors qu'on file à toute vitesse et qu'on canarde en même temps. Bref, un travail a été fait sur cette version PS3, certains puzzles étant même repensés.

Pour ce qui est de la bande son, le résultat est plutôt sympathique. La VOSTF est de qualité, et les dialogues sont assez respectueux du style de jeu. Les musiques sont en adéquation avec l'action, et se fondent bien dans le décor. On notera juste le doublage d'un des méchants allemands qui a été fait... avec l'accent russe. Un faux pas vraiment dommageable et qui fait perdre un peu d'immersion au début du jeu. Les bruitages sont assez bien rendus, sans non plus être dignes d'un « THX ».

Du côté des nouveautés, Deadfall Adventures : Heart of Atlantis propose un tout nouveau mode survie sur PS3. Ce qui était un DLC pour les versions 2013, est un mode de base pour cette mouture Playstation 3. Un petit plus vraiment sympathique qui montre bien que l'expertise de TheFarm51 réside dans le FPS ! Les gunsfights sont un peu plus intéressants que dans le mode histoire, mais manquent, néanmoins, encore de nervosité. Un petit plus qui fait penser au mode zombie de Call of Duty et qui rajoute de la durée de vie. Seul ou en coop, c'est un plus indéniable. Le multijoueurs bénéficie aussi d'ajouts mais reste fondamentalement le même. Il propose toujours 11 modes (classiques) et 5 classes, le tout réparti sur une dizaine de maps. Plutôt intéressant sur le papier, et techniquement fiable, il est cependant trop vide pour être indispensable.

Enfin, parlons histoire. Deadfall Adventures : Heart of Atlantis s'implante dans un contexte historique où la Seconde Guerre mondiale s'installe et où les armées du monde entier font une course à l'armement. D'où la recherche de l'artefact dans le jeu car il rendrait nettement plus fort quiconque le possédant. Mais le jeu ne propose rien de vraiment historique, malheureusement, en dehors de cette toile de fond. Nazis et Russes y sont ici plus pour installer leur stature de méchants qu'autre chose. Et, contrairement au dernier Tomb Raider, Deadfall ne s’intéresse pas vraiment aux mythes et aux civilisations abordées au cours du jeu. Pire, les experts en armement frôleront la crise cardiaque en voyant des russes équipés de kar.98, des mercenaires arabes à la solde des nazis utilisant des Thompson etc... Non, l'Histoire n'est vraiment pas un terrain que les développeurs ont voulu développer. Et c'est bien dommage.

Deadfall Adventure  Deadfall Adventure  Deadfall Adventure  Deadfall Adventure

6.5
Deadfall Adventures : Heart of Atlantis

Deadfall Adventures : Heart of Atlantis, proposé à 20€ sur le PSN, est un petit FPS sympathique. Une aventure par si originale mais prenante. Des sources d'inspiration nombreuses et parfois clairement évoquées (comme Indiana Jones) qui ôtent un peu de personnalité au nouveau titre de TheFarm 51. On regrettera que le studio n'a pas su apporter plus de soin aux gunfights de son titre ainsi qu'à la réalisation de celui-ci. Pas mauvais mais pas aussi bon que le laisser paraître le projet sur le papier.
Intérêt historique :
  • +Aventure prenante
  • +L'atmosphère générale
  • +Le mode survie
  • +Utilisation de l'environnement
  • -Réalisation inégale et moyenne
  • -Pas de développement historique
  • -Multijoueurs dispensable
  • -Chutes de framerate
  • -Gunfights pas au top

  • Le_Moine Fan de Rallye et des brunes, Ancien membre d'HistoriaGames
  • « La fin de l’espoir est le commencement de la mort. » De Gaulle
    « If in Doubt, flatout. » Colin McRae