Crusader Kings II : The Old Gods

Orochti
Thématique
11 juin
2013
Info sur le jeu
Plateforme
  • PC Windows
  • MAc OS X
  • Linux
ÉditeurParadox Interactive
DéveloppeurParadox Development Studio
Date de sortieOctobre 2014

Paradox Interactive lance son 5ème DLC sous le nom des Anciens Dieux, The Old Gods. Depuis plusieurs mois, les développeurs nous aguichent via de nombreuses vidéos, et notamment le trailer de lancement avec de la musique métal en fond (voir la news).

Les grands fans de Crusader Kings II l'attendaient tel le Messie, il est arrivé. Mesdemoiselles, Mesdames, Messieurs, la vérité sur le DLC se dévoilent aujourd'hui !

Vie ma vie de païen

Le gros intérêt de ce DLC est de déverrouiller les fameux païens situés en Europe orientale et nordique qui jusqu'alors étaient indisponibles. Nous pouvons donc désormais jouer ces païens qui, de par leur culture et leur religion, sont sensiblement différent de l'Europe occidentale et de la population islamique. Pour ce fait, Paradox nous donne accès à différentes religions (Tengri, Norse, Suomenusko, Zoroastre...) et de nouvelles cultures (Coumans, Nordique...).

De plus, pour avoir plus de marge de manœuvre dans le jeu, le plus beau cadeau de ce DLC est la possibilité de jouer dès 867. The Old Gods nous fait donc débuter notre partie, si on le désire, près de 2 siècles avant le jeu de base. Ainsi, la carte a complètement changé, et les grands seigneurs et grandes nations de l'époque ne sont plus du tout les mêmes ! L'Empire de Charlemagne est divisé en 3 royaumes, le royaume d'Italie existe, l'Islam est encore tout naissante et évidemment, les païens sont encore très nombreux à ce moment là. Ainsi, toutes les régions qui se trouvent en Norvège, Finlande, Danemark, Hongrie, Russie jusqu' à l'extrême Orient sont des peuples païens, ou Vikings.

Beaucoup de variétés nous sont proposées pour jouer les païens même si, il faut bien l'avouer, le meilleur choix repose sur celui des Vikings. Faites d'ailleurs attention lors de votre choix ! Dans une de mes parties, avec les Coumans je n'ai pas eu accès à toutes les décisions et événements que le DLC propose, c'est dommage. Rappelons également que l'outil de création de personnage permet également de construire son propre avatar avec cette fois-ci les caractéristiques ajouté par le DLC.

Vivre de pillage et de bière fraîche

Faisons le point maintenant sur le gameplay. Le premier gros changement est sur l'aspect militaire. Chaque armée païenne possède une action supplémentaire : le pillage. Désormais, vos armées qui traverseront les territoires mettront à feux et à sang les différents domaines (et violeront la populace si vous avez un esprit pervers...). Concrètement, cela ressemble beaucoup à une phase de siège, sauf qu'à la fin, la terre est détruite. Première conséquence : vous gagnez de l'or, et du prestige (Ouais !). Deuxième conséquence : l'endroit pillé ne pourra plus fournir d'or ou d'homme à leur propriétaire le temps de la reconstruire. C'est un ajout très intéressant, qui nous fais bien rentrer dans le rôle du personnage bourrin qui n'hésite pas, la hache à la main, à voler les églises et brûler les nonnes... Mais, il révèle un principal défaut. S'il y a un intérêt financier et stratégique dans le pillage, en temps de guerre, le score de guerre ne bouge pas. Il faut donc obligatoirement passé par la bataille et par les sièges pour gagner des guerres. Des sièges qui, au passage, sont plus facile à faire, avec moins de perte d'hommes dans l'ensemble et qui permettent en plus d'emprisonner les personnes présentes à l'intérieur des villes ! Vos cachots vont vite se retrouver peuplés, je vous le dit ! Ceci dit, attention au ravitaillement, qui oblige le joueur à faire des guerres assez rapide du moins au début. Autre détail qui peut avoir son importance, les mercenaires ne peuvent pas piller !

À ce propos, désormais, des hommes peuvent partir à l'aventure avec d'autres pour devenir des petits mercenaires ambulants ayant leur propre ambition et besoin en liberté. Cela permet entre autre d'avoir des révoltes plus intéressantes car plus puissantes. Il est fini le temps où, de droite à gauche, 200 petits péquenots levaient leurs fourches puis rester planter là où ils étaient, sans résultat réel. Désormais, les révoltes sont menées par des chefs paysans, avec une réelle volonté d'indépendance, capable de se déplacer et de faire un bon bloc d'hommes. Un excellent point.

Les païens ont différents moyens de déclarer la guerre. Il y a notamment la manière classique, c'est à dire l'invasion du territoire. Mais aussi la conquête de titre du territoire voisin, reprise de Sword of Islam. Et enfin, la petite nouveauté : l'assujettissement. L'objectif, très simple, est de soumettre le chef adverse. Il est possible de déclarer ce genre de guerre tous les 10 ans, et d'obtenir la totalité ou la quasi-totalité des territoires de l'ennemi. Une sorte de vassalisation forcée. Cependant, n'oubliez pas que les chefs garderont leur territoire et par conséquent, ils auront une forte volonté d'indépendance. Bien sur, vous avez aussi la possibilité de déclarer la guerre pour un territoire de jure ou une revendication quelconque. Ce vaste panel permet aux joueurs de toujours être en guerre. Et pour cause ! Pour certaines nations, notamment les Vikings, les moments de paix vous feront perdre du prestige si elle dure trop longtemps ! Donc, versez le sang ! Vous le devez !

Amen... toi, monothéiste pourri !

Le second gros point du DLC concerne la religion. Les joueurs ont l'habitude de connaître une rivalité entre deux religions : le catholicisme et l'Islam. Je mets à part l'orthodoxie qui est un cas particulier relevant surtout de l'Empire Byzantin. En revenant en 867, il faut ajouter à cela les païens qui représentent une multitude de religions qui peuvent s'opposer les unes des autres ainsi qu'aux religions principales. Chaque religion possède ses propres atouts, qui jouent en général sur l'armée. Par exemple, il y a des bonus pour le nombre d'hommes maximum dans une armée, un meilleur moral, ou alors la possibilité de traverser les fleuves avec des navires.

Malgré tout, il est clair que la religion païenne n'est pas faite pour durer. Paradox propose alors au joueur d'être capable de réformer la religion sur un système très similaire à Legacy of Rome. En effet, chaque religion possède 5 lieux saints, comme le pouvaient être Antioche, Rome, Jérusalem, Constantinople et Alexandrie. Si le joueur possède au moins 3 de ces cités, 750 point de piété et que sa religion possède plus de 50% d'autorité morale, il pourra réformer la religion. Dans cette réforme, un chef religieux apparaît, les bonus précédents sont améliorés et vous pouvez désormais déclarer des guerres saintes ! Ceci dit attention, une fois la réforme faite, il faudra reconvertir tous vos territoires qui seront divisés par l'ancienne et la nouvelle religion ! Certains de vos vassaux risquent de ne pas apprécier, donc agissez judicieusement. Ainsi, le DLC propose un objectif religieux très intéressant, sans pour autant être indispensable. L'idée d'avoir pour chaque religion leur propre caractéristique bonus est excellente, encore une réussite même si on sent un peu le copier/coller de Legacy of Rome.

Thor approuve ce DLC

En conclusion, nous sommes là encore une fois face à un DLC de qualité. Je trouve qu'il est très proche dans sa comparaison avec Sword of Islam. Cependant il est proposé à un pris plus élevé pouvant en rebuter plus d'un. Pourtant, il propose tout autant de contenu. Il permet de jouer une culture différente, avec leur avantage, et leur défaut. Il se place donc comme étant le second DLC à posséder avec Sword of the Islam, sur un même pied d'égalité.

Le travail historique de Paradox Interactive est encore des plus impressionnant quand on pense qu'ils ont du retravailler toute la carte depuis 867, avec les personnages et les territoires ! L'interface a été revue, des nouvelles décisions et événements sont apparus, des nouveaux royaumes et empires peuvent être créés... En somme, de longues heures de jeu vous attendent !

Le seul point qui me chagrine est que le schisme de 1054 qui divise la chrétienté entre le catholicisme et l'orthodoxie est absent (Legacy of Rome ?), mais ce n'est qu'un petit détail. L'apparition du schisme du coté islamique est bien présente, ainsi que les autres événements de l'époque.

9.0
Crusader Kings II : The Old Gods

Le 6ème DLC
Malgré 5 DLC, Paradox Interactive nous surprend toujours par de nouveaux contenus riches, qui savent séduire les joueurs. The Old Gods propose de jouer des nouveaux peuples aux cultures différentes des unes des autres, tout en revenant à l'année 867 ! Associé au patch 1.10 qui apporte notamment une grande modification des technologies, Crusader Kings II fait peau neuve et promet de très longues heures.
Intérêt historique :
  • +Vikiiiings !
  • +Culture et religion bien pensées
  • +Interface remodelée
  • +De meilleures révoltes
  • +Nouvelle carte en 867
  • -Partie plus intéressante en païens nordique qu'avec les autres cultures
  • -Pas de Fus Roh Dah
  • -Un peu trop cher

  • Orochti Le Chti templier, Ancien membre d'HistoriaGames
  • "Tu dois aimer la France, car la nature l'a faite belle, et son histoire grande." Ernest Lavisse
  • "Eureka !" Archimède