Company of Heroes : Battle of Crete

L'Amiral
Thématique
Seconde Guerre mondiale
26 janvier
2018
Info sur le jeu
PlateformePC Windows
ÉditeurSCM
DéveloppeurBattle of Crete Development Team
Date de sortieAvril 2010

La Seconde Guerre mondiale a été un théâtre d’expérimentations hors normes pour les techniques de combat, notamment pour une arme qui fit fantasmer de nombreux militaires : les parachutistes.

Le 20 mai 1941, le IIIème Reich lance l’opération Mercure, qui a pour but de capturer la Crète (alors aux mains des Britanniques, Néo-Zélandais et Grecs). L’île est fortement défendue par la Royal Navy, et par 40 000 hommes. Les Allemands lancent donc plus de 25 000 hommes, dont la plupart seront des parachutistes, les Fallschirmjäger.

Le 31 mai 1941, l’île sera en partie capturée et la bataille gagnée par les Allemands, au prix de lourdes pertes : environ 4000 hommes tués, et chez les Britanniques 3500.

Ce mod de Company of Heroes permet au joueur de se plonger dans ces événements si meurtriers, la dernière fois où les parachutistes seront utilisés en masse sans appui naval ou terrestre.

Une idée intéressante et développée...

Consacrer un mod à un front particulier de la Seconde Guerre mondiale est un concept intéressant. Le mod Battle of Crete se propose de reconstituer ces violents combats qui ont été décisifs dans l’adoption de l’utilisation de l’arme aéroportée.

Deux belligérants sont proposés : l’Allemagne et le Royaume-Uni. Les uniformes des unités et leur équipement ont été redessinés pour coller au contexte de l’opération Mercure, ainsi que le gameplay. En tant qu’Allemand, vous n’allez pas pouvoir construire de bâtiments, mais vous débuterez avec seulement un QG. Vos autres bâtiments seront des planeurs en fonction de la doctrine que vous choisissez. Côté anglais, c’est la même chose : le fameux camion de départ est présent, ainsi qu’un deuxième.

Côté troupes, il y a un point intéressant qui permet une meilleure intégration des conditions de combat : en tant qu’Allemand, vous devez demander des sections de parachutistes, qui atterriront avec un simple pistolet. Mais pas de panique : avec eux est parachuté un container contenant 25 de munitions et permettant de les équiper avec un fusil 98k. Mitrailleuses et mortiers sont de la partie, en étant disponibles via le QG. Les Britanniques ont eux des troupes néo-zélandaises (avec le fameux chapeau de brousse) qui sont produites via le camion principal. Rien de bien neuf, si ce n’est qu’ils peuvent construire une position de mitrailleuse Vickers - et la fameuse position de mortier anglaise.

Si vous avez l’habitude de jouer avec les blindés, vous devrez changer votre fusil d’épaule : ce mod tient à représenter fidèlement les combats de l’opération Mercure, où les blindés eurent un rôle presque inexistant. Chez les Britanniques, vous allez pouvoir demander un char Matilda - un seul - alors que chez les Allemands, pour contrebalancer, vous pouvez demander des Panzers II. Le nombre de véhicules blindés réduit permet de se focaliser sur les combats d’infanterie qui sont somme toute les même que dans Company of Heroes.

Test de Company of Heroes : Battle of Crete  Test de Company of Heroes : Battle of Crete  Test de Company of Heroes : Battle of Crete  Test de Company of Heroes : Battle of Crete

1. L'arbre de commandement allemand. - 2. Les Fallschirmjägers arrivent avec un caisson de munitions. - 3. Les soldats néo-zélandais sont aux prises avec les Fallschirmjägers. - 4. Le Panzer II, terreur de l'infanterie.

...Mais qui manque clairement de punch

Sur le papier, Battle of Crete est un excellent mod. Mais après plusieurs parties, le constat est plus mitigé. On en a vite fait le tour, et les six cartes disponibles de base n’aident pas à augmenter la durabilité du jeu.

Les commandants « ancien modèle » (avec seulement 6 options dans chaque) tranchent un peu avec le côté polyvalent de mods comme Europe at War, mais sont très réalistes. Sans gros blindés ni moyens de creuser des tranchées, les parties sont trop lentes ou trop rapides, en fonction de la carte. Du côté de l’IA, cette dernière est assez équilibrée mais a des réactions parfois étranges (comme celles de rassembler toutes ses mitrailleuses et ses mortiers à un endroit). On fait vite le tour des unités et des capacités spéciales. La trame de Company of Heroes reste bien présente, et l’ajout de compétences (dont l’utilisation des planeurs) est bienvenue mais ne parvient pas à enlever le goût d’inachevé.

Test de Company of Heroes : Battle of Crete  Test de Company of Heroes : Battle of Crete  Test de Company of Heroes : Battle of Crete  Test de Company of Heroes : Battle of Crete

5. Le planeur vient d'atterrir. - 6. De même pour celui des troupes d'assaut. - 7. Les cartes sont soignées. - 8. Le Matilda, le Rambo des chars.

7.0
Company of Heroes : Battle of Crete

Il ne faut pas se voiler la face : Battle of Crete est très bien pour restituer l’ambiance des combats de l’opération Mercure, mais le peu de moyens utilisés pour l’opération rendent le mod un peu bancal. Le goût d’inachevé n’est pas à mettre au crédit des développeurs, qui ont fait un magnifique travail, mais plutôt aux attentes des joueurs sur Company of Heroes. Un mod ultra-focalisé sur un épisode défini est bienvenu, surtout quand il est mal connu, mais de là à y passer des dizaines d’heures, il n’y a qu’un pas que je ne franchirai pas. Une dizaine d’heures, c’est d’ailleurs le temps maximal de jeu qu’offre ce mod. Résultat : un mod très sympathique mais dont on fait vite le tour.
Intérêt historique : Rien à redire du côté de l’historicité : toutes les troupes sont fidèlement reproduites (on peut regretter l’absence de soldats grecs) comme les commandants disponibles. Les cartes créées pour ce mod sont très sympathiques et reflètent bien le paysage crétois, tout comme les techniques de combat. On pourra néanmoins se demander pourquoi une frappe d’artillerie navale britannique coûte du carburant et non des munitions.
  • +Théâtre d’opération original
  • +Fidélité historique des unités
  • +Parties nerveuses
  • -Durée de jeu limitée
  • -Peu de cartes
  • -IA parfois étrange