Assassin's Creed III

Orochti
Thématique
Guerre d'Indépendance américaine
4 janvier
2012
Info sur le jeu
Plateforme
  • PC Windows
  • PlayStation 3
  • Xbox 360
  • Wii U
ÉditeurUbisoft
DéveloppeurUbisoft Montréal
Date de sortieOctobre 2012 (PS3, Xbox 360)
Novembre 2012 (PC, Wii U)

La série des Assassin's Creed s'est toujours voulu être une trilogie. À la surprise de tous, Ubisoft nous a proposé deux épisodes intermédiaires tournés autour du personnage d'Ezio, mettant en pause le scénario original de la série, avec Assassin's Creed : Brotherhood et Assassin's Creed : Revelations. Si beaucoup de joueurs ont crié que c'était un coup marketing pour les éditeurs afin de gagner plus d'argent, je pense qu'il s'agissait en réalité d'une réelle stratégie afin de sortir le troisième épisode vers fin 2012, afin de concorder avec l'histoire du jeu et la rumeur de la fin du monde.

Toujours est-il qu'Assassin's Creed III se présente comme le gros blockbuster d'Ubisoft du moment sur les consoles HD puis sur PC Windows, et pour la première fois de la série, sur la nouvelle console HD de Nintendo, la Wii U. Ce test a d'ailleurs été réalisé sur la version Xbox 360.

Cet épisode est aussi un épisode qui conclut la série, et qui doit donner une réponse à beaucoup de questions. Est-ce qu'Ubisoft a respecté son contrat ? Le jeu est-il LE jeu de la série Assassin's Creed ? Réponse dans ce test !

Desmond, rentre dans l'animus tout de suite !

Nous contrôlons toujours le personnage de Desmond Miles, assassin des temps modernes, au côté de toute son équipe : Rebecca et Shaun des épisodes précédents et désormais un nouveau personnage qui était apparu dans Assassin's Creed : Revelations. Dans le même épisode, nous apprenions que nous devons voyager vers l'Amérique, afin de trouver les réponses à nos questions, et surtout, de sauver le monde de la fin du monde du 21 décembre 2012. La petite équipe se dirige vers une grotte qui daterait de la Première Civilisation, et où il existerait un moyen de protéger la terre des éruptions solaires. Le seul hic, c'est qu'il faut une clé pour ouvrir une porte (High-tech hein, sinon, c'est ridicule) et pour trouver cette fameuse clé, Desmond doit retourner de nouveau dans l'animus pour rejoindre un de ses ancêtres qui l'avait. Il faut bien comprendre alors à ce moment que la lignée d'Altair est une lignée importante, où chaque protagoniste avait un rôle à jouer pour permettre à Desmond de réaliser son œuvre.

A l'intérieur de l'Animus, nous contrôlons tout d'abord un personnage du nom d'Haytham. C'est un personnage assez mystérieux, qui a un rôle très important le long du jeu, et qui se trouve avoir un lien avec le deuxième personnage contrôlable du jeu, Connor. Après plusieurs séquences de jeu en compagnie de ce cher Haytham qui nous explique grosso-modo comment jouer, avec à la clé une grosse révélation..., nous prenons le contrôle de Ratohnhaketon dit Connor,  un jeune homme mi-amérindien par sa mère, mi-britannique par son père. Nous jouons le personnage tout d'abord dans sa jeunesse avant même qu'il devienne un assassin. Durant son aventure, il participe à bon nombre d'actions, devenant capitaine de navire, chasseur, architecte, commerçant etc.. Mais surtout, nous jouons Connor en plein milieu de la guerre d'indépendance de l'Amérique. Alors que le peuple réclame sa liberté, l'empire britannique  tente de garder l'ordre dans tout ça. Liberté, Ordre, ne cherchez plus, le conflit entre Templier et Assassin est présent.

Assassin's Creed III propose un vaste environnement terrestre composé des villes de Boston et de New-York, ainsi qu'un environnement magnifique, appelé la Frontière, qui est l'espace naturelle dirons-nous. L'espace de jeu dans chaque environnement est réellement immense, cachant leur lot de secrets et d'aventures. Les décors sont vraiment réussis, et, malgré le changement fort apparent par rapport aux villes européennes ou orientales, avec leur propre architecture, il faut avouer que l'Amérique du XVIIIème sait séduire. Un environnement qui ne plaira peut-être pas à tout le monde, car il faut vite avouer que nous ne retrouvons pas de grands monuments célèbres qu'on pouvait rencontrer jusqu'alors dans la série (Santa Maria Del Fiore, Sainte-Sophie et j'en passe), nous contentant alors que de simples églises [Aymdef est d'ailleurs fort déçu car il ne pourra pas vous proposer de photos sur les monuments historiques d'Assassin's Creed III, comme il l'avait si bien fait pour les autres épisodes. à voir sur notre forum].

Cependant, si Assassin's Creed III ne séduit pas tous le monde par son architecture d'époque, ce sont bien les décors qui nous émerveillent. Il nous est proposé également des environnements maritimes tels que les Caraïbes afin de mener à bien nos expéditions navales qui sont pour le coup de toute beauté. Jamais dans aucun jeu, je n'avais vu des batailles navales aussi belles, aussi réussites dans un environnement paradisiaque, qui peut vite tourner dans un orage. Un énorme coup de chapeau pour Ubisoft.

Test de Assassin's Creed III  Test de Assassin's Creed III  Test de Assassin's Creed III

Assassin's Creed 3.0

La véritable question qu'on se pose avec Assassin's Creed III est : « Est-ce qu'on a là un véritable Assassin's Creed 3.0, et non plus un 2.5+ comme nous en avons eu ? ». Je vous réponds alors tout de suite : Oui, sûr et certain. Nous sommes là devant un nouveau Assassin's Creed, beaucoup mieux travaillé, très complet et très beau. Nous sommes dans la véritable suite, un véritable 3.0 qui nous étonne par sa richesse.

Techniquement, nous passons à une étape supérieure. Les graphismes sont toujours plus réussis, avec de nouveaux décors totalement retravaillés, et un environnement varié. C'est bluffant de réalisme. Autour de nous, le monde prend vie constamment, en proposant de nombreux personnages passant devant notre écran, qui bougent, qui parlent, qui vivent ! Et quand ce ne sont pas des gens, ce sont les animaux de la forêt qui les remplacent. Le plus surprenant dans tous cela, c'est que le jeu n'a pas (ou peu) de ralentissements, et a des chargements assez courts. Le jeu est toujours fluide. À côté de ça, Connor se voit doté de nombreuses nouvelles animations qui sont juste renversantes de réalisme. Une nouvelle palette de mouvement associée à de nombreuses nouvelles armes lui permettent également de montrer comment les développeurs ont vraiment pris soin de leur bébé.

De plus, Assassin's Creed III nous propose un immense choix d'actions. Jamais dans un Assassin's Creed la série avait proposé autant de quêtes annexes. Tout d'abord nous avons le "domaine", qui est en quelque sorte le territoire des Assassins. Nous y retrouvons le "manoir", c'est-à-dire l'endroit où nous vivons, et où seront exposés toutes nos tenues, armes et trophées de l'aventure. C'est aussi à cet endroit que nous allons prendre une casquette de commerçant,  avec un livre de compte qui nous permet de jouer à un mini-jeu de gestion commerciale, où on doit gérer les marchandises, les transports, les lieux. Et ce n'est pas tout, puisque cela permet également à Connor de mettre sa casquette d'artisan et de fabriquer lui-même un étalage d'objet en fonction des ressources récupérées, lors de la chasse, ou lors de la découverte de trésor. De plus, toutes les recettes sont à découvrir soi-même en trouvant des coffres à crocheter (Oui, nous devons crocheter nous-mêmes la serrure !).

Et c'est loin d'être fini ! Pour bien commercer, il faut également avoir une véritable petite industrie à ses cotés ! Ainsi, le jeu propose des missions dit "du domaine", où il s'agit d'aller sauver des gens en détresse qui, en échange s'installent près de chez nous, et produisent pour nous des ressources de toutes sortes. Ces mêmes personnes une fois installées proposeront de nouvelles missions, qui permettent alors de garder un contact entre tous ces individus et de donner un véritable caractère.

D'autre part, les interactions en ville sont également légions. Nous retrouvons nos fameux points d'observation, présent depuis le premier opus.  Nous retrouvons aussi la chasse aux trésors cachés dans la ville, qui se sont réellement multipliés. De plus, à la place des plumes ou encore des codes d'animus, nous avons les pages d'almanach de Benjamin Franklin à poursuivre. Je dis poursuivre car l'originalité de ces feuilles sont qu'une fois Connor assez proche, elles s'envolent, et nous devons courir après pour les récupérer, un ajout sympathique. Dans le même genre, nous devons aussi trouver des "babioles" qui sont des objets à échanger à un personnage qui nous fournira les mystérieuses lettres du Capitaine Kidd. Ces lettres sont en réalité une chasse au trésor, déjà connue dans la série. Ce sont ces fameux passages de plates-formes qui nous permettent de trouver à la fin une clé. Encore une fois, ce sont des passages très intéressants où la récompense est étonnante et mystérieuse.

Après cette chasse aux mille et un trésors dans la ville, Connor doit également aider le peuple dans des contrats d'assassinats, de messager ou alors de Libération. Ces derniers sont en fait des successions d'événements que nous découvrons par hasard en chemin, dans un événement contextuel. Par exemple, des méchants collecteurs d'impôts frappent à la porte, tuez-les pour aider le peuple. L'originalité des ces missions "libération" sont qu'elles suivent une logique. Par exemple, après l'incendie de New-York de 1776, le peuple devient malade et nous devons par exemple brûler des draps contaminés, ou emporter des gens près d'un médecin. Enfin, nous retrouvons les forts des Templiers qu'il faudra libérer, en tuant le capitaine des gardes, brûler les réserves de poudres et hisser le drapeau américain. De plus, nous retrouvons même un système de gestion de nos assassins, sur une carte, avec des missions pour les faire devenir Maîtres Assassins. Ainsi, Assassin's Creed III a réussi à mettre en un seul jeu tous les ajouts des anciens opus, ce qui le rend incroyablement riche.

En ce qui concerne le gameplay lui-même, Connor est toujours facile à manier, et il est plaisant de voir une animation toujours aussi bien détaillé. Les phases de combat ont été un peu modifiées, les rendant beaucoup plus nerveux. En effet, désormais, nous avons 3 actions en combat : attaquer, percer la défense de l'adversaire, et riposter. Ah ! La riposte est  très importante car capitale pour les combats. En effet, les combats vont surtout se résumer à appuyer sur le bouton de riposte puis sur un autre bouton pour choisir une nouvelle action : attaquer, désarmer ou pousser la cible. Il faut savoir que chaque ennemi peut contrer complètement ces différentes attaques, et il est donc important de faire le bon combo pour réussir à perdre le moins de vie. D'ailleurs, à ce propos, nous avons également un changement. Oublions nos vieilles potions magiques, car désormais nous avons une barre de vie qui se régénère toute seule. On pourrait penser alors que cela facilite le jeu, il n'en n'est rien. En effet, il nous est désormais impossible de se soigner en combat, ce qui rend la tache ainsi plus compliquée. Les combats en eux-mêmes ne sont pas super difficiles, mais sont surtout plus endurants et plus nerveux. Lors d'un conflit ouvert, ce n'est pas un ou deux soldats qui débarquent, mais bien une armée. Vous tuez facilement entre 20 à 30 gardes pour chaque conflit que vous ouvrez. Les combats sont assez nerveux car il faut apprendre à gérer les bonnes ripostes, les attaques, les enchaînements et surtout à se protéger des tirs de l'armée. D'autre part, le jeu nous propose de nombreux nouveaux outils et armes. Nous avons désormais un arc qui remplace une arbalète, des collets qui sont des pièges à poser au sol, des bombes fumigènes, des mines et un objet bien sympathique : la dague à corde. Cette dague à corde permet à la fois de rapprocher la cible vers vous pour tuer vos ennemis mais aussi à pendre des soldats. Connor a également abandonné le petit pistolet caché, pour avoir son véritable pistolet de poche. Toutes ces armes sont disponibles chez les marchands, qui nous vendent soit des armes, tenues et des cartes, soit des munitions pour nos armes.

Parlons un peu des batailles navales. Nous nous souvenons tous de ce trailer présenté à L'E3 nous montrant Connor, Capitaine de l'Aquila, dans un combat magistral. Hé bien, que dire de plus qu'elles sont magnifiques ? L'environnement est très réussi, avec un rendu de l'eau et des vagues super bien réalisées. Le navire lui-même est superbe, toujours en mouvement, possédant une petite palette d'actions assez complète. Le navire peut être d'ailleurs modifié en achetant des améliorations au port. Les missions navales sont assez variées, même si on se doute que les combats sont toujours présents. Mais, Ubisoft a réussi à faire un mini-jeu très complet, impressionnant, où on ne trouve rien à redire. L'une des plus grandes réussites du jeu, clairement.

Et, enfin, Desmond sort de l'animus pour servir à quelque chose ! Nous avons toujours nos balades habituelles où nous pouvons discuter avec notre équipe, pour les connaître plus, et lire nos e-mails. Mais, désormais, Desmond doit montrer ses talents d'assassin, en cherchant des sources d'énergies. Ainsi, le jeu propose 3 phases dans notre époque, où nous contrôlons Desmond : grimper sur un immeuble, poursuivre un homme, ou se battre. Ce sont des phases assez réussies, plaisantes à jouer, qui se démarquent. À la fin de ces missions, il faut faire un petit parcours qui nous permet d'en savoir un peu plus sur l'histoire de la Première Civilisation et surtout de Minerve et Junon.

Test de Assassin's Creed III  Test de Assassin's Creed III  Test de Assassin's Creed III

Connor, suit le Credo des Assassins… Quel Credo ?!

Mais, car oui, il existe bien un « mais » le jeu propose un problème et un problème de taille. Moi, qui suis un fan de la série de la première heure, qui ai creusé tout de même le background des différents opus, je ressors de cet Assassin's Creed III un poil déçu. Il existe plusieurs raisons à cela, que je vais essayer d'expliquer simplement et clairement.

La première raison est que je me suis longtemps ennuyé pendant toute la première moitié du jeu où nous jouons Haytham. Les séquences sont assez réussis, mais trop dirigiste ! À aucun moment, nous avons la liberté de nous déplacer en ville, de voyager… Nos possibilités sont assez réduites, et même pire que ça, nous sommes téléportés de lieux en lieux directement, pour accomplir notre mission. Mais, la richesse d'Assassin's Creed n'est justement pas de se déplacer nous même, dans les environnements de missions en missions, en accomplissant les quêtes annexes au passage ? Alors, ces séquences ne sont pas ratées non plus, mais bon, j'en ai encore un mauvais arrière-goût. De plus, il faut bien comprendre que nous jouons 3 séquences avec Haytham sur les 12. Soit le quart du jeu et cela sans réelle liberté. Mais, ce n'est pas fini ! On pourrait croire qu'une fois les séquences terminées, nous pouvons souffler et se dire « Bon, allez, le didacticiel était un peu long, mais ce n'est pas grave », surtout que la grosse révélation de la séquence 3 nous redonne un peu d'espoir, mais on s'aperçoit en fait que l'introduction continue. Nous jouons Connor d'abord durant son enfance, puis son adolescence, jusqu'au moment où il rencontre Achille et deviens un Assassin. Mais, encore une fois, ce sont des séquences assez dirigistes, où on ressent un véritable manque de liberté ! Il faut bien comprendre que durant certains passages, le jeu nous oblige à marcher et seulement marcher ! Tout le reste est bloqué ! Le véritable moment où on commence réellement à jouer à Assassin's Creed III, et qu'on retrouve enfin les codes de la série, est à la séquence 6, soit à la moitié du jeu. Vous trouvez ça normal, vous, de jouer une introduction jusqu'à la moitié du jeu ? Et bien moi non ! Si les séquences avec Haytham étaient assez intéressantes, celle de Connor sont assez niaises, sans réels intérêts, et assez désordonnées.

Pourquoi dis-je que les séquences avec Connor au début sont plus que moyenne ? Parce que nous ne comprenons pas exactement ce qu'il se passe, et pire que tout, on ne retrouve pas des éléments essentiels pour un Assassin's Creed. Toute l'éducation de Connor est déjà mise de coté, et pourtant, on joue Connor enfant. On ne sait pas exactement ce qu'il apprend, comment fonctionne le village, leurs chefs, la mère de Connor… Non, rien n'est expliqué. C'est juste plus tard, qu'on découvre que Connor avait acquis cette faculté, ou cette information, déjà auparavant. Par exemple, et c'est flagrant pour moi, Connor connaît l'existence de son père, et son identité. Mais, comment le sait-il ? Est-ce sa mère qui lui en a parlé ? Est-ce Achille ? Ou alors, l'a-t-il découvert de lui-même ? On ne sait pas. On découvre juste à un moment, que Connor connaît la vérité sans que l'on sache comment. Moi, j'ai trouvé ça choquant car j'ai l'impression d'avoir loupé des épisodes.

Mais, le pire, c'est la rencontre avec Achille. On sent clairement qu'à ce moment, Connor va devenir un Assassin grâce à ce mystérieux personnage. Et là, je n'hésite pas à dire que ce passage est la plus grosse erreur d'Ubisoft dans le scénario. Accrochez-vous bien : Connor devient un Assassin, et tout le passage de son entraînement, de son enseignement, et de tout son savoir se fait en 6 mois, et c'est une séquence passée. En somme, vous rencontrez Achille, et vous avez un magnifique « 6 mois plus tard… » et voilà, Connor est devenu un Assassin. Connor débloque tous ses mouvements d'un seul coup, toutes ses armes après une ellipse... Devenir un assassin est une formation de longue haleine, qu'on apprend au fur et à mesures du temps, il y a un rituel… Rappelez-vous Altair qui durant toute son aventure réapprend le Credo des Assassins, ou encore Ezio, où on débloque tout doucement sa panoplie de mouvement. Hé bien là, Connor, en 6 mois, dans une ellipse, apprend tout d'un coup.

Test de Assassin's Creed III  Test de Assassin's Creed III  Test de Assassin's Creed III

Un autre point qui me désole, c'est que je me demande pourquoi on est un Assassin. Durant toute son aventure, Connor est le seul véritable Assassin. On a l'impression que l'ordre est détruit, qu'il n'existe plus rien. Pourtant, c'est faux. L'ordre des Assassins a certes perdu de sa splendeur et Achille ne nous l'explique même pas réellement pourquoi. Encore une fois, une question sans réponse. Achille, notre maître serait un assassin, mais, comme il ne fait rien, il parait un homme comme un autre. Après, oui, nous pouvons recruter des recrues pour les former. Problème, ils ressemblent plus à des mercenaires gratuits que de vrais assassins. De plus, ces recrues ne portent même pas la tenue des Assassins. Ils restent en civil. Comment suis-je censé ressentir un ordre renaissant ? Non, le problème est que Connor est un Assassin car le jeu s'appelle Assassin's Creed. Même le combat entre Assassins et Templiers est peu ressenti. Nos cibles semblent être avant tout une affaire de vengeance, voire même simplement parce que cet homme est méchant donc, on doit le tuer et par un heureux hasard, il s'agit d'un templier.

Les Templiers sont certes présents, leurs préceptes sont là, et on retrouve beaucoup leur philosophie durant l'aventure. A contrario, celle des Assassins, non. En somme, durant le jeu, j'ai eu l'impression de jouer plus un homme surdoué et ultra athlétique, auquel on lui a donné le nom d'Assassin, rien de plus. Le Credo a été oublié, et ce qui faisait d'un homme un Assassin a été perdu aussi. Je trouve cela désolant. Un autre exemple, à un moment de l'aventure, Connor se retrouve bêtement en prison. pour le fait qu'un Assassin se retrouve en prison est une antithèse ! Ubisoft nous avait tout de même appris à « être une lame dans la foule », non ? Même Ezio, malgré son grand âge, arrive à s'échapper dans la scène d'introduction d'Assassin's Creed Revelations. Comment expliquer ça ? Je ne vois qu'une seule solution : la déchéance des Assassins. Alors, peut-être était-ce voulu depuis le début, de montrer finalement la fin de cet ordre, de la chute de cet ordre au fur et à mesure du temps qui passe. Un ordre qui serait devenu anachronique, là où au contraire les Templiers gagneraient en puissance dans le monde d'aujourd‘hui. Cela peut-être une explication, mais j'ai de réels doutes que les développeurs voulaient ça.

Comme vous le savez, le scénario se déroule durant le contexte de l'indépendance de l'Amérique. On y rencontre de grands personnages tels George Washington ou  Benjamin Franklin. S'il est vrai que dans les Assassin's Creed, jamais les Assassins n'avaient un objectif défini avec le contexte politique, ne les approchant juste de temps en temps qu'afin d'amener les faits vers leurs propres intérêts. L'objectif des Assassins est toujours les Templiers, et rien d'autre. Les événements autour d'eux ne les concernent pas sauf si les Templiers agissent dedans. Dans ce troisième épisode, ceci est respecté. Le véritable problème, c'est la succession d'événements. Les séquences sont très bien faites, et réussies. Mais sont présentes qu'à partir de la séquence 6 jusque la séquence 10 à peu près (Les 2 dernières séquences servent à conclure le jeu). En 4 séquences, nous sommes censés avoir fait toute la révolution américaine, du Tea Party à l'indépendance des colonies. Sauf, qu'en réalité, nous avons du mal à suivre ! On nous explique tellement peu de chose, et le seul moyen pour réellement suivre l'histoire, c'est de lire le Codex (toujours très complet). Depuis quand dans un Assassin's Creed sommes-nous obligé de lire le Codex pour comprendre ? Le Codex doit être un complément, et non pas notre livret de route ! Au final, lorsqu'on joue au scénario principal d'Assassin's Creed III, nous suivons que les ordres qui nous sont indiqués, sans vraiment comprendre pourquoi on fait ça. On participe à des batailles, et on se rend compte après dans le Codex qu'en fait, c'était très important. Le véritable problème vient du fait qu'il nous manque à chaque fois un épisode. Il nous manque à chaque fois des éléments, comme si lorsque le scénario avait été écrit entièrement, les développeurs ne pouvant pas tout mettre, ont effacé certaines parties. Je ne dis pas que nous aurions dû avoir toute l'histoire de l'indépendance américaine, évidemment, mais j'aurais aimé plus de liens et d'explications entre tous nos épisodes.

Même les épisodes avec Desmond manquent de profondeur. Depuis le premier Assassin's Creed, Desmond a été mis au second plan, et les phases avec lui étaient nulles ou quasi-nulles. Dans cet épisode, on joue 3 séquences originales, ce qui représente un bond de géant pour la série qui n'avait su mettre que Desmond dans le coma en attendant. Cependant, nous sommes là face au dernier épisode, et qu'on le veuille ou non, Desmond est la clé de la série. Ne jouer que 3 petites séquences, certes sympathiques, mais sans plus, qui sont très faciles, n'est pas suffisant. Je pense que nous étions nombreux à attendre plus d'action avec Desmond, qui est aussi un Assassin. Mais au final, Ubisoft a décidé d'utiliser Desmond comme simple personnage secondaire, qui ne sert qu'à jouer ses ancêtres. Encore là un point décevant.

Au-delà de l'aspect de l'histoire, il faut également avouer qu'Assassin's Creed III est rempli de bugs. Les anciens opus en avaient déjà, par exemple les problèmes de clipping étaient présents depuis le tout premier, mais là, on a atteint un paroxysme de bugs rarement atteint dans la série ! Souvent, nous voyons l'ombre des personnages ou des monuments apparaître tout d'un coup, ou alors carrément des monuments. Parfois, dans un tournant de rue, vous verrez carrément des personnages spawner devant vous. C'est assez choquant de voir cela tout de même, sachant que ce sont des bugs tout de même assez vieux et récurent dans la série… Autre problème, les collisions qui restent assez aléatoires. Parfois tout va bien, d'autres fois, c'est la fièvre du samedi soir. Il m'est même arrivé plusieurs fois de traverser le décor, et le sol. Bien sur, les bugs restent minoritaires, mais tout de même, ils sont présents.

Test de Assassin's Creed III  Test de Assassin's Creed III  Test de Assassin's Creed III

Une véritable conclusion d'une série ?

Concluons ce test. Que penser d'Assassin's Creed III au final ? Après avoir joué plus de 40 heures dessus, j'ai eu un avis très mitigé. Nous sommes là en face d'un des meilleurs jeux vidéo créés par Ubisoft, c'est certain. C'est un jeu qui possède des graphismes superbes, une bande son magistralement joué, un gameplay riche et varié… Du véritable bonheur. De plus, il existe un mode multijoueur toujours aussi original qui prolonge la durée de vie et ajoute du fun au titre. Cependant, à coté de ça, nous avons une histoire bancale. Ce jeu n'est pas n'importe quel jeu. Il s'appelle Assassin's Creed III. C'est le troisième épisode, voire le cinquième, d'une longue série très renommée. C'est aussi l'épisode qui conclut toute l'histoire. Et pourtant, le fan de la première heure se retrouvera déçu. Tous les éléments pour faire un excellent jeu vidéo sont là, mais l'histoire de la série ne suit pas. Un peu comme un immense gâteau à la fraise, magnifique, mais où les fraises n'auraient pas de goûts. Voilà ce que je retiens de cet opus.

Cependant, ne croyez pas que je ne le conseille pas, loin de là. Ce jeu est un must-have pour tous, autant pour les fans, que pour les autres joueurs. Ceux qui ne se sont jamais intéressés à l'histoire de la série, ou qui passent outre mesure le scénario, vont adorer le jeu, et ils ont raison. Par contre, si vous suivez le scénario, l'histoire, l'univers d'Assassin's Creed, vous aurez un petit goût amer à la fin.

En ce qui concerne la réalité historique, il faut avouer qu'encore une fois, Ubisoft est très bien entouré, nous proposant un jeu assez fidèle à la réalité historique, avec des tenues d'époques, des bâtiments historiques et des événements bien suivis. De plus, le Codex nous donne toujours une base très enrichissante de connaissances qui nous permet d'en connaître plus. En plus de cela, le jeu propose via le personnage de Shaun une véritable critique de l'histoire américaine, qui fera sourire sans doute les historiens européens. Cependant, il ne faut pas oublier que l'histoire principale reste une fiction, qui se sert de l'Histoire pour écrire une nouvelle histoire. Les Templiers et les Assassins n'existent pas aux XVIIIème.

7.5
Assassin's Creed III

Un des meilleurs jeux vidéo créé jusqu'alors par l'équipe d'Ubisoft Montréal. En plus d'être complet et très riche, Assassin's Creed III propose un univers graphiquement magnifique, et une bande son de qualité, sans parler d'un Gameplay aux petits oignons. Un must-have pour tous joueurs. Cependant, attention aux fans de la série qui peuvent se retrouver déçu par ce titre, notamment en raison  d'un scénario bancal.
Intérêt historique :
  • +Graphisme et animation
  • +Gameplay complet
  • +Bande-son
  • +Batailles navales
  • -Bugs présents
  • -Un scénario trop peu approfondi
  • -Desmond pas assez développé
  • -Âme d'Assassin's Creed disparu ?
  • -Une introduction beaucoup trop longue

  • Orochti Le Chti templier, Ancien membre d'HistoriaGames
  • "Tu dois aimer la France, car la nature l'a faite belle, et son histoire grande." Ernest Lavisse
  • "Eureka !" Archimède