Bataille de Poitiers

Maréchal de l'Empire
Thématique
Thématique
Période historique Moyen-âge
Partager

La bataille de Poitiers eut lieu à la suite des conquêtes musulmanes. Les Maures après de nombreuses razzias et batailles avaient réussi à mettre la main sur la Péninsule Ibérique en 711 et sur la ville de Narbonne en 720. Ensuite, les Maures continuèrent leur expansion vers la Septimanie.

Toutefois la ville de Toulouse résista à l'envahisseur. Le dirigeant de cette ville n'est autre qu'Eudes, le duc d'Aquitaine. Celui-ci décida de rompre le siège le 9 juin 721. C'est la bataille de Toulouse, remportée par Eudes qui arrêta momentanément les campagnes omeyyades en Europe de l'Ouest pendant un peu plus d'une décennie.

Bataille de Poitiers par Charles de Steuben
Bataille de Poitiers par Charles de Steuben (1837)
Huile sur toile, Musée du Château de Versailles.

Cependant, le Duc à un dilemme face à lui : Charles Martel, fils de Pépin II, et les Musulmans dans la région. Le premier s'apprêtait à l'attaquer pour mettre la main sur son domaine. Et de l'autre, les Maures menaient des razzias. Eudes décida alors de s'allier avec le gouverneur Munuza, subordonné hiérarchique du gouverneur d'Al-Andalus (Abd al-Rahman), en mariant sa propre fille avec lui. En 732, Munuza refuse d'attaquer les Chrétiens tel qu'ordonné par Abd al-Rahman qui n'apprécia guère cela. Il se lança à sa poursuite et le fit tuer.

Un nouveau gouverneur fut alors nommé qui se lança, non pas à une nouvelle conquête, mais surtout à des pillages en 732 au niveau de l'Aquitaine. Eudes tenta comme il pouvait de repousser ses pilleurs qui avaient soifs de razzia mais en vain car il fut battu entre la Garonne et la Dordogne. En aucun cas, les Maures voulaient conquérir les territoires des Francs, ils pillèrent plutôt tous les centres religieux qu'ils trouvèrent ainsi que les villes de Bordeaux et Agen. Puis, ils arrivèrent à Poitiers où ils atteignirent l'église Saint-Hilaire qu'ils pillèrent, elle-aussi. Leur objectif à ce stade était d'atteindre la ville de Tours où se trouvait un monument religieux très important des Francs : la Basilique Saint-Martin de Tours.

Eudes est défait, il fit donc appel à son ancien ennemi Charles Martel qui traversa la Loire rapidement car il s'était déjà préparé à bondir sur Eudes autrefois. Les armées étaient non loin l'une de l'autre car une semaine avant la bataille plusieurs escarmouches eurent lieu. Puis enfin, vint le 25 octobre 732, jour de la célèbre bataille de Poitiers, symbole historique, qui est sujet à débat parmi les historiens. En voici, le déroulement comme le laisse penser les sources.

La bataille

Les deux armées s'étaient retrouvées sur une ancienne voie romaines qui se trouvait entre Châtellerault et Tours, à Moussais. Quand les armées furent l'une en face de l'autre, l'armée musulmane était quelque peu désemparée face à l'attitude des Francs. Ils étaient immobiles, disciplinés prêt à encaisser les chocs. Alors que les troupes arabo-berbères d'Abd Al-Rahman étaient indisciplinées et n'attendaient que d'attaquer.

Les ordres furent donnés, la cavalerie musulmane chargea, criant et bêlant mais les Francs restèrent de marbre, encaissèrent la force de la charge et repoussèrent les troupes ennemies. Entre-temps, Charles Martel avait donné l'ordre à plusieurs unités de contourner l'ennemi pour qu'ils s'attaquent au camp des envahisseurs où se trouvait leur butin mais également les familles des berbères qu'ils amenaient toujours avec eux. Très vite, les troupes musulmanes furent repoussées et dans la bataille le gouverneur arabe trouva la mort. Selon d'autres sources, il aurait pris la fuite pour Narbonne. Le reste de l'armée se replia.

Contrairement au titre de la bataille, elle ne s'est pas déroulée à Poitiers mais près du hameau de Moussais, renommé ensuite Moussais-la-bataille, sur l'actuelle commune de Vouneuil-sur-Vienne.

Conséquence

À la suite de cette bataille, Charles Martel continuera de poursuivre les troupes arabes et réussira à les vaincre plusieurs fois mais échouera au siège de Narbonne. Toutefois après avoir écrasé le gros des troupes musulmanes, ces derniers cesseront leurs attaques sur la Gaule.

  • HammerHammer Le petit Napoléon, Chroniqueur, Historien, Youtubeur
  • "Ce qui ne me tue pas me rend plus fort." Alexandre III le Grand
  • "Du sublime au ridicule, il n'y a qu'un pas." Napoléon Bonaparte