Bataille d'Issos

Maréchal de l'Empire
Thématique
Période historique Conquêtes d'Alexandre le Grand
Partager

Après la victoire d'Alexandre lors de la bataille du Granique, le roi de Macédoine conquit l'Asie Mineure. Alors qu'Alexandre se trouvait à Tarse (en Turquie actuelle), il fut atteint d'une maladie et fut contraint d'y rester plusieurs semaines. Dans le même temps, il apprit que le roi Darius III était en train de rassembler une armée aux abords de Babylone.

Il y avait un avantage certain pour Darius, car il disposait du soutien de la flotte perse dans la mer méditerranée. Si le roi Perse pouvait attendre le Golf d'Issos, cette flotte aurait pu lui apporter du ravitaillement en plus de lui donner la possibilité de débarquer derrière les lignes macédoniennes.

Toujours à Tarses, Alexandre envoya une partie de son armée commandée par Parménion aux abords d'Issos. Ce dernier détenait la passe de Jonah. Courant octobre, Alexandre reçut des informations notifiant que l'armée perse s'était réunie en Syrie. Il décida de rallier et de rassembler son armée pour marcher contre son ennemi.

Darius III, désireux de livrer bataille, savait très bien que Parménion détenait la passe de Jonah. En conséquence le roi Perse décida de prendre une route plus au Nord. Il captura Issos sans rencontrer de résistance et trouva tous les blessés et malades de l'armée d'Alexandre. Il donna l'ordre de tous les tuer. À ce moment, il comprit que son armée se trouvait derrière celle d'Alexandre et qu'il avait également coupé leur ligne de ravitaillement. Il prit l'initiative de prendre une position défensive le long de la rivière Pinaros.

Dispositif initial de la bataille d'Issos  Engagement décisif de la bataille d'Issos
Plans de la bataille d'Issos, par Frank Martini. Cartographer, Department of History, United States Military Academy, Ancient Warfare Atlas Index at The Department of History, United States Military Academy.

La bataille

Darius a positionné son armée derrière le Pinaros sur plusieurs lignes, dans un faible espace. Il ordonna à de nombreuses unités (infanterie/cavalerie mélangées) de tenir et de surveiller la rive gauche. Il compta aussi arrêter les unités d'Alexandre qui ont pris soin de s'aventurer dans les monts pour tomber sur les Perses à un moment propice de la bataille. Mais juste avant les premiers combats, Darius ordonna à son détachement d'unité - qui se tenait sur la rive gauche - de venir au-devant des troupes de Parménion.

Dès que les troupes perses se mirent en marche pour assurer leur objectif, Alexandre le Grand réussit à voir la disposition des Perses. Il ordonna à sa cavalerie thessalienne de rééquilibrer leurs forces au niveau des unités de Parménion, car une imposante cavalerie Perse les menaçait. Il protégea aussi ses archers et envoya des unités légères à l'encontre de troupes ennemies qui se trouvaient aux environs du mont Amanus pour les repousser. Les troupes légères macédoniennes réussirent à culbuter sans trop de soucis les troupes ennemies et vinrent se reformer à la ligne de bataille face au gros de l'armée perse.

Alexandre ordonna à ses unités d'avancer lentement. En faisant cela, il pensait en tirer deux avantages. Le premier, son armée restait organisée et ne rompait pas ses rangs et le deuxième avantage était de forcer Darius à avancer. Mais quoique fasse le roi de Macédoine, le roi de Perse resta immobile sur ses positions. Commençant à arriver à une distance proche des unités ennemies, Alexandre sans même avertir ses fantassins, chargea à la tête de sa cavalerie lourde et légère contre le flanc gauche ennemi. La stupéfaction était dans les deux camps. Une surprise totale. Alexandre culbuta le flanc gauche de Darius, tous prirent peur et fuirent le champ de bataille après avoir été poursuivis sur une longue distance pour être sûr qu'ils ne reviennent pas sur le champ de bataille. Ceci fait, l'aile droite macédonienne se rabattit sur la gauche des troupes perses.

Darius, voyant son flanc gauche s'effondrer, fut pris de panique et décida de fuir entraînant avec lui une grande partie de son armée. Plus aucunes unités ne voulaient défendre la position défensive que tenait Darius. Alors l'armée perse se replia dans le plus grand désordre qu'il soit.

Cependant, sur le centre et le flanc droit de Parménion, des hoplites grecs – qui étaient dans l'armée perse - chargèrent les macédoniens. Le combat fut particulièrement violent et de nombreuses pertes se fit sentir dans les rangs de Parménion. Ces derniers commençaient à faiblir face aux hoplites. Heureusement, après sa charge impétueuse Alexandre revint rétablir les combats à son avantage. Les mercenaires grecs qui étaient alors entourés, réussirent à percer les lignes macédoines et à s'enfuir. Alexandre ne jugea pas utile de les poursuivre.

Ainsi, les Perses perdirent plusieurs dizaines de milliers d'hommes alors que l'armée d'Alexandre compta quelques centaines d'hommes tués et quelques milliers de blessés. À la suite de cette bataille le roi de Macédoine se lança à l'assaut de la Phénicie et de l'Egypte alors que le roi de Perse fut déshonoré.

  • HammerHammer Le petit Napoléon, Chroniqueur, Historien, Youtubeur
  • "Ce qui ne me tue pas me rend plus fort." Alexandre III le Grand
  • "Du sublime au ridicule, il n'y a qu'un pas." Napoléon Bonaparte