Loin des hommes

Discab
Thématique
Guerre d'Algérie
16 janvier
2015
Info sur le film
Titre originalLoin des hommes
Durée110 min
GenreDrame, historique
RéalisateurDavid Oelhoffen
Sortie14 janvier 2015
Partager

Ce mercredi a vu arriver dans nos salles obscures le nouveau film de David Oelhoffen : Loin des hommes. Après Nos retrouvailles, un premier long-métrage qui interrogeait la relation père-fils, le réalisateur quitte l'environnement urbain pour le désert stérile. Car si je vous dis : mer de sable et de gravier à perte de vue, personnages solitaires et désespérés, chevaux, fusils et villages en ruines, vous penserez forcement à un bon vieux western des familles. Eh bien oui... et non. Oui car, dans l'esprit, il s'agit bien d'un western. Mais un western français, où l'Algérie de 1954, l'Algérie en guerre, serait notre Mexique.

Synopsis

1954. Alors que la rébellion gronde dans la vallée, deux hommes, que tout oppose, sont contraints de fuir à travers les crêtes de l’Atlas algérien. Au cœur d’un hiver glacial, Daru, instituteur reclus, doit escorter Mohamed, un paysan accusé du meurtre de son cousin. Poursuivis par des villageois réclamant la loi du sang et par des colons revanchards, les deux hommes se révoltent. Ensemble, ils vont lutter pour retrouver leur liberté.

Librement inspiré d'une nouvelle d'Albert Camus, à savoir l'Hôte, issue du recueil L'exil et le royaume, le film présente une tranche de vie basée sur la rencontre de deux personnages à la fois très proches, car évoluant dans le même monde, et en même temps opposés en tout point, que ce soit d'idées ou de caractère. Viggo Mortensen y campe Daru, un instituteur européen s'occupant d'une école perdue dans l'Atlas algérien. Son quotidien se trouve troublé lorsqu'un gendarme lui apporte Mohamed (joué par Reda Kateb), un autochtone arrêté pour une obscure affaire de meurtre suite à un vol de grain. L'instituteur est chargé d'escorter le prisonnier jusqu'à une ville proche pour y être jugé et, vraisemblablement, exécuté. Mais entre la famille de Mohamed, qui compte bien faire appliquer la loi tribale, les pieds-noirs, les insurgés algériens et les soldats français, le voyage se transforme rapidement en lutte pour la survie.

À n'en pas douter, Loin des hommes porte en lui les thèmes chers à Albert Camus. On citera en particulier l'idée de l'être étrangé en son pays. Daru, d'origine andalouse, né en Algérie et élevé parmi les pieds-noirs français, dira : « Pour les Français, on étaient des Arabes. Et maintenant pour les Arabes on est des Français ». Viggo Mortensen qui, pour l'occasion, joue lui-même en français et en arabe, donne vie par son accent particulier à ce Daru tiraillé par la question des origines. Reda Kateb n'est cependant pas en reste niveau réflexion. Mohamed, à la fois victime et bourreau, se trouve n'être qu'un homme perdu. Sans repères, ne connaissant rien d'autre que la loi de son peuple, la loi de ses ancêtres, il s'y accroche de toute ses forces, avec une volonté de fer, quand bien même elle le condamne à mort.

Vous l'aurez compris, nous avons particulièrement apprécié le nouveau film de David Oelhoffen. Porté par un casting de qualité et jouissant d'une mise en scène efficace qui fait la part belle aux paysages désolés des montagnes algériennes, Loin des hommes est plus qu'un film historique. Il est un moment de réflexion, de contemplation, un regard sur la capacité de l'homme à être, à exister. Et un très bon western par-dessus le marché.

Loin des hommes, de David Oelhoffen, avec dans les rôles principaux Viggo Mortensen et Reda Kateb. Au cinéma le 14 janvier 2015.

  • Discab Ancien membre d'HistoriaGames
  • "D'abord, apprenez que je ne suis point le défenseur du peuple ; jamais je n'ai prétendu à ce titre fastueux ; je suis du peuple, je n'ai jamais été que cela, je ne veux être que cela ; je méprise quiconque a la prétention d'être quelque chose de plus." Maximilien Robespierre