Le jour où les Russes ont attaqué les États-Unis d'Amérique - ARMA 3 -

1945 - ... (hors guerre Froide)
Répondre
Hammer
Generalissimo
Messages : 801
Enregistré le : 07 mars 2012, 00:25

Le jour où les Russes ont attaqué les États-Unis d'Amérique - ARMA 3 -

Message par Hammer » 18 juil. 2017, 14:19

Avant-Propos

Image


Bonjour à tous !

Aujourd'hui je décide de vous présenter une nouvelle série sur le forum. Elle a pour titre "Le jour où les Russes ont attaqué les États-Unis d'Amérique".

Je ne vais pas vous spolier, je souhaite dire quelques propos avant le début de votre lecture.

Le scénario que vous allez lire a été réalisé sur le jeu Arma 3, des photos sont présentes pour illustrer les propos. Vous retrouvez dans mes dires, un contexte global (basé sur des faits réels) puis une fiction qui s'oriente sur un évènement hypothétique.
Vous retrouverez des comparatifs militaires (exemple : une arme opposée à une autre, laquelle est la plus efficace ? Dans quel environnement etc ..) Mais aussi des commentaires sur des stratégies militaires utilisées par l'IA dans le jeu.


Ce qu'il faut savoir, c'est que mon évènement (ici, la première partie qui se nomme l'Attaque) a été créé sur l'éditeur Eden d'Arma. J'ai donc donné des lignes directrices à des unités de combats, de logistiques, aériennes, avec des ordres précis. Et des stratégies à adopter dans telle(s) situation(s) et j'ai lancé le jeu. J'ai regardé comment l'IA alliée et ennemie ce sont débrouillées. J'ai pris des screenshots durant toute la partie et j'ai écrit ma fiction.

Avant chaque lancement de partie, je ne peux réellement savoir ce qu'il va se passer durant celle-ci (même si j'ai une idée, mais nous ne sommes pas à l'abri de quelques surprises).

Les unités ont leurs points forts et points faibles, mais l'IA les exploite généralement de manière différente qu'un joueur. Et c'est de là, qu'est née cette idée de fiction.


Introduction :

Avec l'arrivée du président Trump à la tête des États-Unis, nombreuses furent les frappes ordonnées sur le sol syrien en avril 2017.
Les tirs furent essentiellement effectués depuis les navires, il arriva néanmoins que des avions (et drones) rejoignirent le territoire pour y accomplir leurs offices.


Image


Se joint à ces forces, celle des forces spéciales. Bien qu'officiellement elles sont là pour aider et assister les troupes syriennes rebelles, elles accomplissent discrètement, mais surement des missions de neutralisations, de prises d'informations et bien d'autres.

En plus des opérations sur la Syrie, il a toujours de nombreuses interventions en Afghanistan où très récemment le troisième émir Abou Sayed de Daesh a été liquidé. Sur ce théâtre d'opérations, il y a encore de nombreux soldats américains.




Image


CONTEXTE GEOGRAPHIQUE


Les deux îles de Stratis & Altis dans la mer méditerranée sont très peu connues. Et pour cause, elles troublent l’intellect général. Beaucoup pensent à l'Atlantide, d'autres aux portes du Nouveau Monde etc ..
La méditerranée n'étant pas en grande, nombreux devrait être les personnes au courant de leur existence, et pourtant non. Pour la simple et bonne raison que leur accessibilité est des plus complexes.

D'un point de vue géologique, ces îles sont le résultat de l’effondrement d'une énorme chaine de montagne (comme la Corse et la Sardaigne) appelée l’hercynien.
Ces montagnes régnaient au cœur de la Pangée, avec des hauteurs atteignant les 8 000 voire 9 000 mètres d'altitude.




Image]




Pour accéder aux îles par voie marine, cela devient compliqué pour les navires. Notamment par l'existence de nombreux récif à l'agencement complexe. Des cargos peinent à rentrer.. Alors des frégates ou un porte-avion …

Ces îles montagneuses provoquent un microclimat. De par les courants et les différentes dépressions des continents alentour, il y a souvent des tempêtes au large. Il devient difficile aux avions et hélicoptères de rejoindre ces terres désolées et désertiques. Toutefois, à certaines périodes de l'année, il n'y a aucun souci pour arriver à bon port par voie aérienne.

La population d'Altis et Stratis n'est pas importante, quelques milliers voire une dizaine de milliers d'habitants.
Les Américains ont commencé par conclure un marché avec eux. Surtout pour la mise en place de deux aéroports sur Stratis et Altis.

La stratégie était simple. Il y avait des bases pour l'USAF et les USAMC dans ces endroits peu connus. Donc à l'abri des regards médiatiques. Cette association permet aux habitants d'avoir plus de ressources que la misère qu'ils avaient auparavant.

On dit que dans les années à venir, les troupes françaises et anglaises viendraient.




Image


Sur ces deux îles, environ 1 200 hommes issus de l'armée américaine sont présents. Un petit nombre afin de ne pas éveiller de soupçon, mais essentiellement des mécaniciens, des soldats gravement blessés, des opérateurs etc ..

Concernant l'aéroport de Stratis, là où tout a commencé. En juillet 2017 ; il y a environ 500 soldats présents sur l'île, dont 137 à l'aéroport (+ une quinzaine de civils).
Il y a peu de travail en ce moment. Deux C130-J attendent de petites révisions.

On y retrouve (sur l'aéroport) : 3 A-10, 4 F-22, et 2 UH-60M et 3 drones.  Quant à eux, ils sont en excellent état. On retrouve leurs équipages dans les messes respectifs et aussi tout un arsenal de véhicules comme :

8 HUMVEE MK19 ; 4 M1237 MK19 en attente pour l'atelier peinture (pour une couleur désert) pour un prochain déploiement en Afghanistan.

Pour les besoins de la base, il y a 4 HUMVEE (pour la troupe), 2 camions-citernes, 1 camion médic, 1 camion de munitions, et 3 camions de transports.

Le reste des effectifs et du matériel est réparti sur l'île, mais on reviendra sur leur compte plus tard.
Cette journée s'annonce plutôt mauvaise, il y a de l'orage et beaucoup de pluie. Aucun décollage ni atterrissage n’est prévu.

La vieille, le commandant a autorisé 20 hommes à sortir pour fêter l'anniversaire d'un de leurs camarades. À 8h00 personne n'est rentré. Mais ils ont été couverts par un de leurs amis en charge de la sécurité de la base jusqu'à 10h00.

Heure à laquelle, le commandant à découvert la supercherie. Il a ordonné de les appeler par radio. Mais rien n'y fait. Aucune réponse. Toutes communications a été coupée d'ailleurs avec la ville de … à 1kilomètre de la base.

Le temps étant trop agressif, il décide d'attendre avant d'envoyer une équipe les chercher.

Première partie : L'attaque :



À 13h00 toujours aucune nouvelle du détachement qui était parti la vieille en ville. Le commandement décida de mobiliser une escouade pour aller chercher les soulards.

Quelques minutes après, aux alentours de 13h04 un appel de détresse est capté par la tour. Celui-ci précise qu'un navire vient d'être attaqué. Par qui et par quoi ? Les opérateurs n'ont pas la réponse. Certains pensent à une blague.

Pourtant, le commandant à reçu un appel radio du camp Tempest. Un lieutenant en panique précise qu'il est attaqué par des dizaines d'hommes puis plus rien.

À 13h08, l'alerte générale est donnée. Pas moins de 50 soldats en armes se préparent et attendent la suite des instructions devant leurs baraquements.

À 13h15 , les équipes se déploient. Une escouade d'assaut se positionne derrière le stand de tir au sud de l'aéroport. Tandis qu'une autre est venue renforcer le dispositif à l'entrée.

Les pilotes du UH-60M, immatriculé US-R172, sont prêts à décoller pour porter secours au camp Tempest. Les appels à l'aide en mer ont décidé d'être ignorés.

À 13h18, une énorme explosion se fait entendre, une grande partie des fenêtres sont soufflées. On entend soudainement les unités terrestres militaires criées dans leurs radios « artillerie ! Artillerie ».


Image


Image
L'impact filmé par des caméras de surveillance


Les caméras viennent d’enregistrer un impact en plein dans les baraquements sud, une squad d'assaut et une autre dit « AA » ont quasiment été décimées.
Du point de vue de la tour radio, le ciel devient noir. On présume que ce sont des avions, mais rien sur les écrans.

Soudain, les batteries SOL-AIR déclenchent leurs missiles.
Un grand nombre d'appareils apparaissent enfin au radar. Une cinquantaine d'aéronefs sont perçus, mais pas identifiés.


Image



Image
Le ciel noir d'avions

L'équipe d'assaut au sud reçoit des tirs. Le sergent décrit des dizaines d'hommes aux camouflages non conventionnels approcher. Ils ouvrent le feu, il ordonne la réplique. Des soldats tombent sous le feu ennemi.

Deux obus explosent à leurs côtés, l'escouade est en train de se faire annihiler.



Image
L'escouade sous le feu des bombardements


Image
L'escouade sous le feu des bombardements - vus sous un autre angle


M4A1 VS PPSH41 & MOSIN NAGANT

Maintenant que vous commencez à tâter ce qui est en train de se passer. J'ai travaillé sur l'armement des unités et j'ai regardé les avantages qu'avait les US et les Russes.

En premier lieu, nous avons la fameuse M4A1 aussi appelé Colt M4. Cette arme a été introduite dans l'armée américaine en 1994. Elle a subit pas mal de petites améliorations depuis et elle existe avec beaucoup de variantes.

Elle utilise des balles 6.8 mm Regminton (mais plus couramment des 5,56* 45mm OTAN, moins performantes). Ces munitions ont la caractéristique d'être polyvalente. Elles ont une bonne fiabilité et une bonne précision jusqu'à une distance d'environ 450 à 575 mètres.

Le colt M4 a une porté max de 3 600m et peut tirer environ 750 à 900 coups/minutes.

Elle est donc très avantageuse pour du combat urbain (proche) et relativement lointain.


Qu'en est-il de la PPSH-41?

Bon déjà, vous l'aurez compris elle est beaucoup plus vieille.

Elle a armé les troupes russes dans les années 1940 pour remplacer PPD-40. Ces balles ont les caractéristiques suivantes : 7.62*25mm TT mais accepte aussi du calibre allemand.

Elle a une portée d'environ 200 à 310 mètres et peut tirer environ 900 coups par minutes.

Clairement par rapport au M4A1, elle désavantageuse pour du tir à longue distance. De plus les balles utilisées peuvent s'avérer efficace sur de courtes distances, non seulement par la cadence de tir mais par leur diamètre. A l'époque, elle était connue pour avoir la capacité de traverser les gilets pare-balle (après guerre)

La différence, c'est que depuis les balles sont plus meurtrières et les poudres sont de meilleures qualités.


Image

Nous avons aussi le très connu MOSIN-NAGANT 91/30, ayant une portée de tir au moins de 500 à 1200 mètres (là plutôt les snipers).

Elle utilise des balles 7.62*54mm R, encore utilisée dans différente armée. Bien qu'elle a été élaborée il y a plus de 100 ans, elle est particulièrement perforante.

Dans le jeu :

J'ai organisé du combat urbain en 5 vs 5. Avec le M4A1 VS PPSH-41 puis M4A1 VS MOSIN-NAGANT

Dans le premier cas, les américains prennent souvent l'ascendant, mais ayant subit en moyenne entre deux à trois pertes. Le facteur qui fait qu'ils résistent mieux que les soldats russes est leur protection. En effet, les gilets pare-barre n'existaient pas durant la WW2.


Image


Les américains encaissent plus facilement les balles.

Image

Image
Dans le second cas, les US ont directement l'ascendant sur le Mosin Nagant (ce qui est logique) toutefois, ils ne sont pas à l'abri d'une ou deux pertes, car sur de la courte distance avec les balles du MOSIN, les conséquences sont immédiates.

Image



À 13h20, la masse noire du ciel fond sur la partie sud de l'aérodrome lâchant des bombes d'environ 250 kilos.

Un énorme brasier se déclenche. Les hangars, les véhicules et les drones prennent feu. Les mécaniciens qui étaient là-bas n'ont plus jamais donné de nouvelles. Ils ont dû tous périr dans l'explosion.


Image
Plusieurs bombes de 250 kilos

Image


Tout le monde s'active, les pilotes des hélicoptères et des A-10 ainsi que des F-22 tentent de rejoindre leurs appareils, mais ils sont rapidement pris pour cible par les mitrailleuses aériennes ennemies.

À 13h25, en l'espace de quelques minutes toute la partie sud de l'aéroport a été détruite. La piste semble être impraticable pour un atterrissage comme pour un décollage.
On déplore alors la perte d'un C130-J, de deux véhicules d'entretien, de trois drones et de 5 mécaniciens plus les pertes précédentes.



Image


Image
Un mécanicien se demande ce qu'il se passe


Image
La partie sud de l'aéroport vue depuis un A-10


On ne veut pas y croire, mais ce ne sont pas des avions à réaction, juste d'un autre temps. Aux jumelles ont observe l'étoile rouge sur tous les appareils. Parfois même, l'écriture cyrillique sur le fuselage ou les ailerons.


Image


Le doute ne semble plus permis, ce sont des Russes, mais avec des engins de la Seconde Guerre mondiale.

Les MISSILES SOL-AIR SEMBLENT AVOIR DU MAL

Beaucoup de missiles tentent de détruire les différents appareils russes mais en vain, pourquoi ? Tout simplement du fait de la vitesse de ces missiles, lorsque les avions arrivent de face ils n'ont pas de soucis pour toucher leurs cibles. Par contre, à des vitesses très inférieures à leur moyenne, ils ont tendance à décrocher et à galérer pour atteindre leurs cibles.


Cela donne un avantage assez considérable à l'aviation russe.

Au baraquement, les différentes unités antichars, AA & d'assaut sont pris à parti par des hommes (ceux qui ont attaqué précédemment le groupe d'assaut au stand de tir).


Image


Image



La confirmation ne tarde pas à venir, ce sont des soldats russes avec un arsenal de la WW2.

À 13H32, l'aviation soviétique bombarde et mitraille tout ce qui bouge au sol, les A-10 ont tous été endommagés. Nombreux sont les pilotes et mécaniciens morts, jonchant le sol. Toutefois, les Russes semblent aussi avoir des difficultés, beaucoup de leurs avions se sont crachés en ville, dans les collines ou sur la piste. La plupart des pilotes ont réussi à sauter. Une fois à terre, ils ne cherchent pas le combat, mais se mettent à l'abri.

Image
Soldat russe tirant sur un mécano à la PPD-40

Image
Les pertes russes semblent importantes

Image



Certains mécanos & pilotes armés ouvrent le feu sur ces rescapés du ciel.


Image
Un aviateur russe mort à côté de son avion


Très vite, la tour radio vient a être détruite, toute communication avec Altis devient alors impossible, des SOS ont réussi à partir, mais sans plus. Dans l'attaque, certains opérateurs ont été tués.


Image

Les quelques hommes du génie réussissent à mettre en place quelques batteries antiaériennes, mais les représailles russes sont directes. Un bombardement intensif se fait au niveau du baraquement des pilotes et des mécaniciens.

Image


Image
Les représailles russes sont terribles


Image


Image


Image
Un pilote d'hélicoptère gît, mort, contre le mur


Image
Nombreux sont les mécaniciens et pilotes ayant trouvés la mort


Le UH-60M US-R172 réussit à décoller avec 4 hommes. Armé de ces deux miniguns, ils neutralisent sans problèmes quelques avions russes. Malheureusement, un chasseur russe arrose la carlingue et tue le pilote, l'appareil s'est craché derrière un F-22.


Image

Image

Image
Le crash à côté d'un pilote de F-22, mort

Le commandant hésite et ne sait plus trop quoi faire, à 13h45, l'ordre du repli en direction du camp Maxwell (où des unités sont en exercice) est donné.
Malheureusement, les militaires qui protégeaient l'entrée sont morts. À 500 mètres plus loin, on y aperçoit 4 T-34, 2 SU-122, un half-track et 4 Sherman. Tout le personnel de la base se met à courir, mais les chars, armés de leurs mitrailleuses tirent encore et encore. Des obus sont aussi tirés.


Image


Image
Half-track russe

Image


Image


Image
L'équipage du halftrack n'a pas survécu aux balles US



AC VS TANK A -400M


Le souci des spécialistes AT à l'entrée de la base est la proximité des chars. Ces derniers étant relativement proche, la distance minimale entre deux n'est suffisante, les tirs portent plus loin que prévu.

Ainsi il devient très compliqué de dessouder les chars. Surtout que ces derniers ne sont pas tous visibles sur les écrans électroniques de par les différences de matériaux et l'absence d'électronique à bord. Ainsi, le ciblage devient un peu plus complexe.



Les explosions sont multiples, les avions russes pilonnent tous ceux tentant de fuir. Des soldats russes surgissent et arrosent tout avec leur PPSH-41.

Image

Image
Les hommes fuient rapidement

Image

Image

Image
Deux soldats américains morts au milieu de chars russes et d'un soldat russe

Image
Le commandant de la base à dans son viseur un ennemi

Quelques personnels arrivent tout de même à se faufiler coute que coute. À environ 4 km du camp Maxwell, caché dans un bâtiment protégé, il n'y que peu de survivants de cette attaque.

À 14h45, sur un personnel de 137 hommes +15aine de civils, il n'y a que 21 hommes en vie.

4 pilotes d'avion, 4 pilotes d'hélicoptères, le commandant, 5 soldats et 7 ingénieurs. Certains sont gravement blessés d'autres moins. Le reste est porté disparu ou mort ou capturé.


Ils arriveront vers 18h au camp Maxwell. [/size]


On peut observer que les Russes ont utilisé une vieille stratégie. A Koursk, la Luftwaffe l'avait subi. L'aviation soviétique décide d'envoyer toutes ces forces sur les bases aériennes. Ainsi, ils suppriment tous les avions et différents dispositif au sol, le tout avec une rapidité déconcertante.

L'avantage aérien est pour eux, ils peuvent donc jouir d'un front supplémentaire lorsque les autres ne l'ont pas. Cela leur permet d"effectuer des missions de soutiens pour les chars, pour l'infanterie mais aussi des missions de ravitaillement pour l'ensemble.

Dans ce cas précis du scénario, c'est ce qu'ils ont fait. Ils ont neutralisés toutes présences aériennes à Stratis. Les équipes AA et AT ont des soucis pour neutraliser ces avions du fait de la vitesse bien inférieures qu'ils ont par rapport aux missiles.

On a pu aussi voir, qu'ils ont avantage assez intéressant dans la proximité des combats plutôt que sur de longues distances. Le tout couplé à un avantage aérien pour le support et le soutien.

Avatar du membre
aymdef
El Presidente
Messages : 1587
Enregistré le : 12 déc. 2011, 15:38
Localisation : Paris
Contact :

Le jour où les Russes ont attaqué les États-Unis d'Amérique - ARMA 3 -

Message par aymdef » 19 juil. 2017, 18:34

Du très beau travail, vivement la suite :amen:
"L'objet de la guerre n'est pas de mourir pour son pays, mais de faire en sorte que le salaud d'en face meure pour le sien." George S. Patton

Witz
Guérillero
Messages : 82
Enregistré le : 14 mars 2016, 17:04

Le jour où les Russes ont attaqué les États-Unis d'Amérique - ARMA 3 -

Message par Witz » 19 juil. 2017, 21:02

Wooow ! impressing !

Vaudec
Guérillero
Messages : 128
Enregistré le : 03 mai 2016, 22:19

Le jour où les Russes ont attaqué les États-Unis d'Amérique - ARMA 3 -

Message par Vaudec » 19 juil. 2017, 21:04

super boulot! :amen:

Hammer
Generalissimo
Messages : 801
Enregistré le : 07 mars 2012, 00:25

Le jour où les Russes ont attaqué les États-Unis d'Amérique - ARMA 3 -

Message par Hammer » 20 juil. 2017, 13:07

Merci camarades :oops:

Avatar du membre
Matt
Guérillero
Messages : 86
Enregistré le : 04 sept. 2016, 18:12

Le jour où les Russes ont attaqué les États-Unis d'Amérique - ARMA 3 -

Message par Matt » 25 juil. 2017, 22:16

Franchement bravo :)
Je n'ai qu'une chose à dire ....
POUR LA GLORIEUSE MÈRE PATRIE !!!!! HOURRAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!!! :lol:

Hammer
Generalissimo
Messages : 801
Enregistré le : 07 mars 2012, 00:25

Le jour où les Russes ont attaqué les États-Unis d'Amérique - ARMA 3 -

Message par Hammer » 26 juil. 2017, 17:33

Matt a écrit :
25 juil. 2017, 22:16
Franchement bravo :)
Je n'ai qu'une chose à dire ....
POUR LA GLORIEUSE MÈRE PATRIE !!!!! HOURRAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!!! :lol:
Honnêtement, je n'en attendais pas moins de toi :D

Hammer
Generalissimo
Messages : 801
Enregistré le : 07 mars 2012, 00:25

Le jour où les Russes ont attaqué les États-Unis d'Amérique - ARMA 3 -

Message par Hammer » 03 août 2017, 17:33

Bonjour,


Pour ceux qui s'intéressent un peu à ce scénario hypothétique, la suite arrive fin août (vacances toussa toussa :D )

Hammer
Generalissimo
Messages : 801
Enregistré le : 07 mars 2012, 00:25

Le jour où les Russes ont attaqué les États-Unis d'Amérique - ARMA 3 -

Message par Hammer » 09 sept. 2017, 12:19

Station Radio MIKE 26

Après l'attaque de l'aérodrome, il reste deux points stratégiques sur l'île : La station radio Mike 26 et le camp Maxwell.

Image

Alors que ces armées soviétiques qui surgissent du passé se lancent corps et âme face à l'air force, à quelques kilomètres, un contingent russe de pas moins 96 soldats et 4 chars shermans se préparent à lancer un assaut sur MIKE 26.

Image

Image

La logique est donc simple. Leurs objectifs sont de détruire toutes les installations pour éviter que les Américains puissent demander des renforts. Ceci étant, cette stratégie est à double tranchant. MIKE 26 ne pourrait être utile aux communications russes. Quoi qu'il en soit, la décision semble avoir été prise du côté de l'état-major rouge.

En face, il y a très peu de soldats américains pour défendre la base.

Image

Ils disposent de 2 HUMVEE M1205A2 et de 2 camions M1078A1P2. Deux escouades de 9 hommes vadrouillent autour et 13 gardes sont postés dans les différentes tours. Ainsi, il y a un total de 31 soldats américains.

L'attaque est lancée à 13h30 par les Russes. Soit une quinzaine de minutes après le début des combats sur l'aéroport de Stratis. Toutefois, malgré le temps de latence et des conditions météorologiques capricieuses, des messages ont été transmis par le biais de MIKE 26 sur l'île d'Altis, où le gros du contingent américain se trouve.

À 13h30, du côté sud arrive pas moins de 96 hommes et 2 snipers répartis dans 4 half-tracks et à pied. Aussitôt, les gardes à l'entrée ne se posent pas de questions, ils ouvrent le feu en avertissant les escouades.

À 13h33, des tirs de mortiers font trembler le sol, la station vient d'être entièrement détruire. L'objectif principal rouge est acquis. Néanmoins, ils semblent vouloir venir à bout de l'infanterie US.

Image

Image

Image

Image

À 13h35, les 2 escouades se rejoignent au niveau de l'entrée et ouvrent le feu. Néanmoins, les half-tracks russes effectuent des tirs importants. Armés de leur calibre .50, le mitrailleur américain à l'entrée se retrouve très vite dessoudé. Pendant que d'autres hommes en garde périssent.

Image


Image

Pendant ce temps, au Nord, on signale la présence de 6 chars shermans qui arrivent.

À 13h40, on se rend compte que l'infanterie russe, bien que plus sensible aux balles américaines déciment les soldats alliés. De nombreux soldats US trouvent la mort.

Image

Image

Image

À 13h43, un premier half-track est entré coute que coute dans la base, il a réussi à déployer ses hommes en son sein, tuant tous les gardes sur les tours et la quasi-totalité des soldats composants les escouades, sauf un sniper.

Image

Au même moment, les sherman russes ont décidé de passer au nord par une pente pour le moins abrupte. Toutefois, à cause du mauvais temps, ils se sont enlisés et sont donc coincés à flanc de colline.
Les Américains ont réussi à neutraliser 2 chars. 6 membres d'équipages ont réussi à descendre et se dirigent sur leurs positions.


Image


À 13h46, il ne reste presque aucun soldat américain en vie. Les hommes d'équipage ont massacré les gardes restants. Seul résiste un sniper sur la tour au Nord-Ouest. Il abat à lui tout seul pas moins d'une quinzaine de Russes avant d'être abattu dans les escaliers de cettedite tour.

Image

Image

Image

À 13H50, plusieurs half-tracks sont entrés dans camp Mike 26, mettent la main sur les véhicules dont 3 qui sont en très mauvais états, du fait des tirs de mortiers.

Image

Image



Le bilan est lourd. Aucun soldats américains n'a pu en réchapper. La Station a été détruite. Sur les 500 soldats présents sur l'île, il n'en reste pas moins de 183 avant l'attaque de Mike 26. Le reste a été tué sur le coup lors de l'attaque à l'aéroport ou au deuxième camp de l'île : Rogian, qui a été détruit dans des bombardements russes.

L’embuscade


Alors que l'île de Stratis est attaquée de part et d'autre. Quelques troupes US étaient en manœuvre. Avant que d'innombrables vies disparaissent, ils réussirent à capter aux alentours de 17h30, l'ordre de rejoindre le camp Maxwell, que des combats avaient explosé et que cela n'était pas un exercice.

Ces derniers sans trop comprendre se mirent en route, anxieux.

Les hommes roulaient en convoi, ils possédaient alors 2 M1083A1P2, 1HEMTT de cargaison, 2 M977A4 dont 1 transportant des munitions et 1 M1078A1P2 armé d'une mitrailleuse de calibre 50 en tête de convoi.


Image

Image

Il y a un total de 44 hommes (chauffeurs et soldats confondus).

À 17h39, après avoir reçu les ordres, le convoi se met en route, il se situe non loin de Maxwell. Environ 5 à 6 kilomètres les séparent.

À 17h48, après avoir roulé quelques kilomètres, la pluie redouble quand soudain, une explosion se fait retentir à l'avant du convoi. Le M10778 armé vient d'exploser. Le second camion, le HEMTT cherche à contourner l'épave quand il explose à son tour.

Image

Image

Les hommes comprennent bien vite qu'il s'agit de mine. Puis en l'espace d'un instant, des balles se mettent à siffler.

Image

Image


À 17h49, une 50aine de soldats déboulent de la colline sur la gauche des Américains. Ces derniers descendent de leurs véhicules et ouvrent le feu.

Image

Image

À 17H51, la plupart des soldats US sont abrités et envoient un déluge de feu sur les Russes. Qui, bien que par la position leur donne un avantage, ils sont aussi à découvert et par le manque de protection, énormément de soldats russes tombent et dévalent les pentes.

Image

Image


À 17h56, alors que les Russes tombent comme des mouches, ils se battent avec une ferveur assez incroyable causant la mort de plusieurs soldats américains qui tentent d'aller jusqu'à leur position, mais en vain.


Image


Image


À 18h00, en quelques minutes l'ensemble des Russes ont pu être abattus. Tous sans exception. Mais à quel prix ? Les escouades américaines déplorent beaucoup de pertes dont deux véhicules détruits et un autre sans chauffeur puisque celui-ci a été abattu par un sniper au début de l'affrontement.

Image

Image


À 18h10, après avoir reconnu les pertes des deux côtés, les chefs d'escouades notent : "Soldats américains tués : 34 sur 44, 10 survivants/blessés, soldats russes tués : 48 sur 48 "

Image

Image

Les quelques soldats restants arrivent à se répartir dans les véhicules, contournent la zone du sinistre et partent sans encombre vers Maxwell. Un petit avantage est à noter, le camion de munition est intact.

Sur les 500 qu'il y avait en début de journée il n'en reste plus que 118 survivants après les évènements de l'embuscade et de Mike 26.

Image

À 18h30, camp Maxwell les accueils. Des messages ont été transmis à Altis. Il a été décidé que les hommes seront évacués demain à la première heure, le temps que la tempête se calme.
Pourtant à 20h, les hommes se rendent compte qu'environ 500 soldats russes et des dizaines de véhicules ont entouré le camp, mais ces derniers n'attaquent pas. La raison est assez simple. Les Russes ne peuvent attaquer, car ils ont une mauvaise connaissance du terrain pour commencer et aucun équipement pour attaquer la nuit.

Image

Pourtant, les Américains possèdent de l'arsenal nécessaire. Y aurait-il un avantage pour ces soldats qui n'ont connu que l'enfer depuis le début ? Surement, mais il faut garder à l'esprit qu'il ne reste qu'une centaine d'hommes face à un nombre important. Qu'ici, chaque vie compte.

Pourtant l'état-major à Altis n'aide vraiment pas. Ils pourront extraire tous les hommes s'étant portés sur la cote à l'Est de Maxwell. Pour ce qui est de sortir, c'est aux militaires de se débrouiller. Une chose est certaine, puisque la météo annonce que la tempête est passée et que le beau temps va revenir, comme durant la WW2 et ses grandes batailles. Le combat commencera dès 5h ou 6h.

Seront-ils prêts ?


Avatar du membre
Matt
Guérillero
Messages : 86
Enregistré le : 04 sept. 2016, 18:12

Le jour où les Russes ont attaqué les États-Unis d'Amérique - ARMA 3 -

Message par Matt » 20 sept. 2017, 23:10

Vivement la suite Camarade Hammer :D
Euh ... je veux dire vivement la victoire de la glorieuse Armée Rouge Camarade Hammer :p

Répondre

Retourner vers « Les conflits modernes »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité