Wolfenstein : The New Order

Le_Moine
Thématique
Seconde Guerre mondiale uchronique
31 mai
2014
Info sur le jeu
Plateforme
  • PC Windows
  • PlayStation 4
  • Xbox One
  • PlayStation 3
  • XBox 360
ÉditeurBethesda Softworks
DéveloppeurMachine Studios
Date de sortieMai 2014

Wolfenstein est une vieille série vidéoludique et pourtant encore mal connue du grand public. Désormais propriété de Bethesda, après des années chez Activision, la saga revient sur le devant de la scène. Développé par un jeune studio suédois, MachineGames, reste à savoir si ce Wolfenstein : The New Order a de quoi séduire et s'imposer dans l'univers du FPS tout en satisfaisant les fans de la franchise.

Über Zlatan

Dans Wolfenstein : The New Order, on reprend tout à zéro. MachineGames effectue un reboot de la série tout en conservant ses bases. Ainsi nous incarnons toujours B.J Blazkowicz et nous allons toujours devoir combattre l'armée nazie. Ici, tout commence en 1946. L’armée Américaine tente une grande opération pour essayer de renverser la vapeur et de battre les Nazis. L'objectif étant de capturer l'un des hommes forts du régime, en la personne du général Wilhelm Strasse, alias Le Boucher. Mais finalement vous finissez dans une sorte de coma et dans un hôpital de campagne. 14 ans plus tard, vous vous réveillez alors que des soldats nazis sont en train de tout nettoyer. Il est alors temps de reprendre les armes et de sauver celle qui vous a permis de rester en vie. Une fois ce détail résolu, il est grand temps d'aider la résistance et de montrer à l'Allemagne Nazie que non, la résistance n'est pas morte ! Voilà le spitch de base de ce Wolfenstein : The New Order. Une véritable uchronie où les nazis ont gagné la guerre et où le monde est désormais sous leur domination.

Si le scénario ne casse pas trois pattes à un canard, il faut bien avouer que le tout reste prenant et bien ficelé. À la manière des grands films hollywoodiens, tout est fait pour mélanger clichés, héros increvable et aventure prenante. Sans oublier l'histoire d'amour et les personnages bien stéréotypés. Et la sauce prend ! À moins d'être allergique à ce genre d'aventure bien rodée et bourrée de clichés, on ne peut être qu'absorbé par ce voyage uchronique. MachineGames a fait un superbe boulot pour rendre le tout crédible et prenant ! Les développeurs n'ont pas oublié les fans de la série, et les références au jeu de base sont très nombreuses, allant même jusqu'à offrir un petit niveau bonus directement tiré de Wolfenstein 3D !

Les développeurs ont su offrir un monde crédible. Tout est travaillé de manière à nous transporter dans un 1960 totalement repensé et sous domination nazi. Cet univers « retro syfy » est savoureux et n'est pas « too much ». Exit les super-pouvoirs vus dans le Wolfenstein de 2009, ou une ambiance bien trop futuriste. Si les robots sont légion dans The New Order, le tout est fait avec les formes et passe sans encombre. On s'y croirait ! Pour les curieux, les développeurs ont disposé à travers les niveaux de nombreux articles qui explique ce qui a pu se passer entre 1946 et 1960. On découvre ainsi pas mal de choses sur cet univers et cela renforce l'immersion, un pur plaisir !

Pour ceux qui se la jouent John Rambo et s'en foutent de l'histoire, le tout est assez bien conçu afin d'être visuellement convainquant et prenant. Ainsi, vous ne verrez pas passer la douzaine d'heures nécessaire pour boucler l'aventure de ce New Order. Une bonne durée de vie pour un fps, largement au dessus des ténors du genre. Preuve qu'un soin tout particulier a été apporté au solo. Ah mais oui, il n'y a que du solo ! Alléluia ! Bravo à MachineGames d'offrir un FPS AAA sans multi ! Une bouffée d'air frais dans un secteur où on suit la mode comme des moutons. On peut facilement doubler la durée de vie, car au début du jeu il faudra faire un choix et cela entraîne deux cheminements différents. On regrettera vraiment que ce choix n'influe pas vraiment le jeu, c'est bien dommage.

Au niveau du gameplay, c'est également très efficace et très prenant. Wolfenstein : The New Order n'a pas l'intention de révolutionner le genre, mais d'offrir une aventure palpitante et défoulante. Mission réussie ! MachineGames est composé d'anciens cadres de Starbreeze Studios (Les Chroniques de Riddick, The Darkness), autrement dit des gens qui savent faire des FPS. Et on le sent ! The New Order va droit au but, et fait passer le plaisir de jeu avant tout ! La patte Starbreezer se ressentira, surtout si vous avez joué à The Darkness. Une arme dans chaque main, des gunfights de fou, un bestiaire bien présent... il y a de quoi prendre son pied ! La jouabilité étant facile à prendre en mains, efficace et sans superflus, le plaisir de jeu n'en est que boosté ! Un véritable plaisir. Un FPS pour du FPS, du shoot pour du shoot, le tout dans une ambiance peu exploitée en jeu vidéo. On regrettera peut-être que l'arsenal est un peu limité. Les armes de 1946 laissant place aux versions 1960 avec quelques bonus (armes lasers, mitrailleuse lourde...). Aucune véritable arme de la Seconde Guerre mondiale n'est présente au casting, même si certaines sont directement inspirées de ce qui a existé (Fusil Mitrailleur Thompson, Luger P08 ou MP40). Dommage. Le jeu laisse également la place à l'infiltration. Même si c'est un FPS bien bourrin, pas mal de passages peuvent se faire accroupi avec un couteau voire un pistolet silencieux. Très agréable, d'autant que la façon de jouer à une influence sur les atouts que l'on débloque.

Red Monday

Autre petit plus de ce Wolfenstein : The New Order, la recherche et l'upgrade via des atouts. Dans chaque niveau, comme dans les premiers Wolfenstein, vous aurez des items à collecter. Trésors, dossiers secrets, lettres, musique et artworks sont à trouver et à débloquer. À noter que les dossiers secrets renferment des codes qui serviront à débloquer des modes bonus pour refaire le jeu. Les atouts servent à modifier notre équipement (chargeurs plus grands, mode spécifique, silencieux, …) afin d'être encore plus efficace face à l'ennemi. Comme un bon petit FPS oldschool qu'il est, il faudra ramasser trousses de soin et boucliers, comme à la bonne époque ! Un aspect rétro très appréciable.

D'un point de vue graphique, Wolfenstein : The New Order est plutôt joli. Sans être une véritable claque, le jeu s'en tire bien. Les niveaux sont bien travaillés, et offrent des ambiances différentes et variées, tout en restant dans le « rétro-syfy ». De plus pas mal de clins d’œil sont dissimulés dans ces décors. La modélisation des armes et des personnages est de bonne facture. Pour un titre sortant sur deux générations différentes, le tout est convainquant. S'il n'est pas une vitrine graphique sur next gen, il n'en reste pas moins joli. La version PS4 que nous avons pu tester, est de bonne facture. On notera parfois un aliasing un peu trop prononcé, et quelques textures pas très reluisantes, mais rien de dramatique. De même quelques petits bugs visuels (principalement des cartouches qui restent suspendues en l'air) sont à noter, mais rien qui choquera. À propos de choquer, le jeu joue la carte du gore... sans non plus tomber dans la charcuterie à outrance comme certains titres actuels. Néanmoins les démembrements et la torture sont au rendez-vous. La mise en scène est très cinématographique et bien maîtrisée, pour un résultat au top.

Techniquement parlant Wolfenstein : The New Order est bon. Si le nombre de GO à installer, sur next gen et PC, fait débat, au moins le jeu offre des chargements assez rapides, souvent effectués en streaming pendant les cinématiques. Pas de crashs, ou de gros glitchs. Le seul bémol sera pour l'IA qui, lors des phases d'infiltration, est plutôt à l'ouest. Pas très réactive, et assez facile à avoir, elle n'offrira pas de réelle opposition, même en difficulté maximum. En combats, elle est tout de même plus efficace. Elle n'hésitera pas à se planquer et à nous contourner. Dommage pour elle, les décors sont destructibles, alors leurs couvertures ne tiendront jamais bien longtemps. Enfin, on sera étonné de voir que les commandants ont le pouvoir d'appeler des renforts tant qu'ils ne sont pas tués...

D'un point de vue sonore Wolfenstein : The New Order est une réussite. Seule ombre au tableau, les dialogues de B.J Blazkowicz pas forcément très audibles. Le reste est de qualité. Du doublage VF aux bruitages en passant par les musiques. La bande son du jeu est vraiment bonne, certains titres sont mêmes conçus afin d'être des covers en allemands de succès des années 50-60, même s'il y a quelques petits aspects anachroniques à ce niveau là. On espère même que la soundtrack sera mise en vente dans le commerce !

D'un point de vue historique, il est certain qu'une uchronie n'a pas beaucoup d'intérêt face à des FPS relatant des faits historiques bien réels. Néanmoins, on reste sur notre faim dans le sens où Wolfenstein : The New Order fait l'impasse sur la montée en puissance de l'armée nazie, ses victoires, et son développement technologique. On aurait aimé voir une véritable progression entre 1946 et 1960 et pas un simple redesign. Il aurait été très appréciable de vivre, au moins via une ou deux missions, ces années où tout à basculer. Bref, sur ce domaine on reste vraiment sur notre faim.

Wolfenstein : The New Order  Wolfenstein : The New Order  Wolfenstein : The New Order  Wolfenstein : The New Order

Wolfenstein : The New Order  Wolfenstein : The New Order  Wolfenstein : The New Order  Wolfenstein : The New Order

8.0
Wolfenstein : The New Order

Wolfenstein : The New Order est une excellente surprise ! Après un Wolfenstein en 2009 sympathique, Bethesda nous offre un reboot de qualité. Old School et avec son fan service assuré, ce New Order est un véritable plaisir de jeu. Une aventure 100% solo bourrée de clichés et de stéréotypes mais savamment mise en scène afin de se révéler prenante et jouissive. On regrettera cependant que le choix moral n'ait pas de véritable incidence sur la suite de l'aventure et surtout que l'IA ne soit pas plus travaillée. De même, les habitués du genre trouverons le tout un poil facile et assez scripté. Enfin, il est dommage de ne pas pouvoir vivre l'aspect historique de cette uchronie, et la ré-écriture de l'histoire. Néanmoins le résultat final est de qualité, MachineGames nous offre un premier jeu prenant, défoulant et bien réalisé ! A ne pas louper ! Mention spéciale pour le bestiaire, l'ambiance et la bande son !
Intérêt historique :
  • +L'ambiance
  • +Défouloir et jouissif
  • +100% Solo
  • +Bande son
  • +Personnages stéréotypés mais bien travaillés
  • -Le choix moral sans véritables répercussions
  • -L'IA en infiltration
  • -L'uchronie pas assez développée
  • -Assez classique au fond

  • Le_Moine Fan de Rallye et des brunes, Ancien membre d'HistoriaGames
  • « La fin de l’espoir est le commencement de la mort. » De Gaulle
    « If in Doubt, flatout. » Colin McRae