Valhalla Hills : Definitive Edition

Vaudec
Thématique
Mythologie nordique
9 juin
2017
Info sur le jeu
Plateforme
  • PC Windows
  • Mac OS X
  • Linux
  • PlayStation 4
  • Xbox One
ÉditeurDaedalic Entertainment
DéveloppeurFunatics Software
Date de sortie
  • Décembre 2015 (PC)
  • Janvier 2017 (PS4, Xbone One)

Déjà sorti fin 2015 sur PC, Valhalla Hills nous arrive désormais dans une version console. Adapter un city builder sur console de salon peut être un pari risqué puisque le support ne convient que très peu à ce genre de jeu. Alors ai-je atteint le Valhalla ?

La poésie viking

Le jeu nous place dans la mythologie Viking avec tout ce qui va avec : casques à cornes et monstres de glace. Les bâtiments sont également dans le thème sans aucune confusion possible. On pourra d’ailleurs reprocher un coté caricatural mais qui colle bien avec l’univers du jeu et donne une certaine ambiance.

Avec son style cartoon, le jeu vise avant tout un public jeune mais se destine à tout le monde. Les personnages ont un petit coté Astérix qui rend la chose agréable. De plus, on notera un certain humour dans le jeu, notamment dans les messages de didacticiel.

Le jeu est beau, il n’y a rien à redire sur le sujet. Les couleurs et les jeux de lumière, alliés au style cartoon, plongent le joueur dans un environnement de détente. C’est clairement le genre de jeu que l’on peut lancer pour se faire une partie tranquillement et se vider l’esprit après une journée de travail ou de cours.

Vos villages sont assez détaillés. Vous verrez vos vikings se balader pour vaquer à leurs occupations ou alors discuter entre eux. Sur la carte, vous pourrez observer les lapins, les loups, les sangliers ou les autres animaux gambader paisiblement. Il en est de même pour les créatures maléfiques qui veulent la peau de vos villageois.

Il est indiscutable de constater que les graphismes et la direction artistique sont les gros point forts de ce titre, malheureusement, ils ne font pas tout.

Test de Valhalla Hills : Definitive Edition  Test de Valhalla Hills : Definitive Edition  Test de Valhalla Hills : Definitive Edition  

Un gameplay rustre

Comme expliqué précédemment, Valhalla Hills est un jeu de gestion/city builder. Vous incarnez Leko, fils cadet d’Odin, qui a été exilé sur Midgard par son père. Pour rentrer en Asgard, il doit mener un groupe de vikings dans les Valhalla Hills en traversant une série de portails qui mènera au royaume des Dieux.

Pour traverser ces portails, vous devez construire un village autour et combattre les créatures qui en sortiront, une fois celui-ci activé. Vous disposez d’une grande liste de bâtiments à construire pour répondre aux besoins de vos vikings, en terme de nourriture, d’outils, de logement ou d’interactions sociales.

Le gameplay n’a rien de révolutionnaire, vous restez sur un jeu de gestion classique. Une fois les bâtiments d’artisans construits, un viking y sera affecté, auquel on peut allouer des porteurs. Ces bâtiments peuvent être activés ou désactivés en fonction de la demande. Ce système rappelle donc celui de Banished, mais la comparaison s’arrête là.

Malheureusement, en plus d’être très classique, le gameplay est assez lourd. L’utilisation de la manette n’est certes pas l’idéal pour ce genre de jeu, mais la prise en main est surtout desservie par une caméra désastreuse. Lorsque vous souhaitez placer ou sélectionner un élément avec précision, vous devrez lutter, contre vous-même, pour maitriser vos nerfs en jonglant entre le curseur lourd et la caméra mal placée.

Malheureusement, la prise en main compliquée n’est pas le plus gros point faible du jeu. La répétitivité est sûrement ce qui caractérise le mieux ce titre.

Vous aurez le droit à un long didacticiel qui débloque progressivement les bâtiments au fur et à mesure des missions. Malheureusement, ces nouvelles constructions sont surtout pour vous permettre de varier les éléments de votre village sur le plan esthétique.

En effet, une fois un portail franchi, vous arrivez sur une nouvelle île et vous repartez de zéro pour obtenir un résultat identique. Certes, des variantes sur la carte vous obligeront à faire, des fois, quelques modifications dans l’organisation de votre communauté, mais, ne nous voilons pas la face, vous pourriez appliquer en permanence la même stratégie pour arriver au même résultat.

Vous enchainez donc les îles, construisez les nouveaux bâtiments pour le plaisir de voir de nouvelles constructions, mais au fond, vous refaites encore et toujours la même chose. Si vous faites une partie de temps en temps, ça passe, mais si vous jouez plusieurs parties d’affilée, vous vous lasserez rapidement à coup sûr.

Test de Valhalla Hills : Definitive Edition  Test de Valhalla Hills : Definitive Edition  Test de Valhalla Hills : Definitive Edition  

Un dernier mot sur l’IA avant de conclure, celle-ci n’est pas, non plus, idéale. Dans l’ensemble, vos vikings obéiront mais vous devrez parfois attendre de long moment avant qu’ils effectuent la tâche demandée, alors que toutes les conditions sont réunies pour celle-ci. On peut également se poser des questions lorsqu’ils décident de dormir à la belle étoile, au pied d’un arbre, alors qu’une maison inoccupée se situe à 10m de là…

Le bel emballage, fourni par la direction artistique, est vite balayé par un gameplay très approximatif. Le jeu pourra plaire aux plus jeunes mais lassera très vite les habitués du genre.

4.5
Valhalla Hills : Definitive Edition

Le Valhalla attendra
Valhalla Hills ne marquera pas l’histoire des jeux de gestion. La direction artistique est le gros point fort du jeu. L’ambiance graphique et sonore est réussie. Le style cartoon séduira tous les publics. Malheureusement, une fois la manette en main, la donne change très vite. Le jeu est trop répétitif. On passe de carte en carte en reproduisant à chaque fois la même stratégie, à peu de chose près. À cela s’ajoute l’énervement causé par la caméra désastreuse, le curseur peu maniable ou le manque de réactivité des vikings.
Intérêt mythologique :Ce n’est pas non plus dans ce critère qu’il faut voir un très grand intérêt au jeu. Le contexte mythologique est là, on reconnait quelques éléments caractéristiques, voire caricaturaux, des vikings, mais rien de plus.
  • +Direction artistique sympa
  • +Beaux graphismes
  • +Un peu d’humour
  • +Pas mal de bâtiments
  • -Très répétitif
  • -Une caméra désastreuse
  • -Manque de réactivité des personnages
  • -Aucune possibilité de régler l’affichage

  • Vaudec Rédacteur, Chroniqueur, Historien
  • "Le sang d'une nation pour l'honneur d'un seul homme." Oliver Peru
  • "Ce qui est à moi est à moi, ce qui est à toi est négociable." Joseph Staline