Tomb Raider

El Presidente
Thématique
Royaume perdu de Yamatai
23 octobre
2013
Info sur le jeu
Plateforme
  • PC Windows
  • PlayStation 3
  • Xbox 360
ÉditeurSquare Enix
DéveloppeurCrystal Dynamics
Date de sortieMars 2013

Cela fait déjà 17 ans que Lara Croft arpente des ruines anciennes, bravant tous les dangers, même les plus extraordinaires comme les fameux T-Rex, pour notre plus grand bonheur. En cette année 2013, la plus belle, la plus intelligente et la plus athlétique des archéologues, revient dans un tout nouvel épisode.

Qualifié de reboot par Crystal Dynamics, ce Tomb Raider version 2013, veut redonner un coup de jeune à une série qui avait tendance à se répéter d'épisode en épisode. Le pari a-t-il été réussi ? C'est ce que l'on va voir à travers ce test !

Reboot tes boobs

Test de Tomb RaiderDéveloppé à l'origine par Core Design, la série Tomb Raider fut reprise par Crystal Dynamics en 2006 qui nous sort alors un très bon Tomb Raider : Legend. Celui-ci renoue avec les premiers épisodes, mais n'innove pas la série. A la base, Tomb Raider est un jeu d'action et d'aventure à la troisième personne avec des phases de plates-formes, quelques gunfights et des énigmes à résoudre. Avec Tomb Raider, version 2013, les développeurs californiens ont décidé de repenser totalement le jeu, à commencer par l'héroïne elle-même.

En effet, nous avons connu, nous les jeunes de plus de 25 ans, la Lara aux seins carrés qui augmentent de taille à chaque épisode, la Lara sexy changeant de tenues à chaque mission, la Lara incassable, la Lara gymnaste capable du double saut arrière tout en tirant avec ces légendaires doubles pistolets... Et bien, oubliez tout ça, car la Lara Croft version 2013 a totalement été relookée. Désormais, la britannique a 21 ans, modélisée dans des proportions beaucoup plus naturelles et un tour de poitrine réduit. Mais ce n'est pas tout, car Lara a une toute nouvelle voix. Les fans de Françoise Cadol seront peut-être déçus dans un premier temps, mais passé ce cap, ils pourront apprécier les voix des ravissantes actrices Alice David (Bref) pour la version française, ou Camilla Luddington (Californication, Grey's Anatomy) pour la version anglaise. Toutes deux apportent leurs fougues et leurs tempérament et arrivent à ressortir les pensées, les troubles, les angoisses, la rage de Lara de manière très juste. Lara halète, crie, souffre, soupir, jure, chuchote, râle, s'émerveille, bref Lara vie sa vie d'aventurière à haut risque comme chacun de nous le ferait... Enfin non pas tous... Lara reste Lara Croft, une jeune fille très athlétique, très courageuse et forcément redoutable.

Cependant, il ne s'agit que de la première grande aventure de Lara. Au tout début de votre aventure, elle n'a pas encore la grande force qu'on lui connait par la suite. Les développeurs ont su faire en sorte que Lara se dévoile petit à petit en faisant d'elle une héroïne malgré elle, qui passe par toutes les atrocités possibles dans les premières heures de jeu, notamment la scène qui chamboulera sa vie à jamais. C'est une scène qui a malheureusement fait couler beaucoup d'encres et fait hurler de rage les féministes les plus extrêmes : la fameuse "scène du viol". Cette scène avait fait l'objet d'un trailer, un peu malheureux car il avait été sorti de son contexte et il avait été utilisé pour promouvoir le jeu. Hors, cette scène est très importante car elle permet d'opérer un changement assez brutal dans le déroulement de l'aventure de Lara qui subissait catastrophe sur catastrophe jusque-là et qui se transforme soudainement en une rambo-girl. Les "journalistes" qui avaient critiqué cette scène prétextait qu'elle banalisait le viol, hors si on joue réellement au jeu, on se rencontre que l'affaire en est tout autre. La tentative de viol y est traitée comme un acte violent, malsain, lâche, crade... et en aucun cas il s'agit de voyeurisme ou de pornographie. Nous pouvons tout de même nous interroger sur l'intérêt de mettre des QTE pour cette scène-là...

On vous aura mal renseigné. Je ne joue que pour le sport

Test de Tomb RaiderEt oui, Tomb Raider, version 2013, entre dans l'ère des jeux d'action et d'aventure à QTE (nous avions pu déjà en faire l'expérience dans Tomb Raider : Legend). Rassurez-vous, ce n'est pas celui qui en propose le plus, ni celui qui en propose n'importe comment, pour n'importe quoi. Ici, les QTE servent à dynamiser certaines séquences ou à sauver la peau d'une Lara un peu maladroite. Il faut dire que les développeurs se sont amusés à mettre Lara dans les situations les plus rocambolesques et les plus malchanceuses qui soient. L'aventure vécue par la jeune archéologue est très intense, mouvementée et rythmée. Il s'agit certainement de l'aventure la plus spectaculaire d'un Tomb Raider. Nous étions habitués jusqu'alors à un rythme plus lent, à base de recherche d'objets et d'énigmes à résoudre pour avancer. Un certain Nathan Drake est passé par là - dirons certaines langues, d'autres diront un juste retour des choses - mais n'ayant jamais joué aux Uncharted, je ne peux pas le confirmer. Cela pourrait repousser les fans de la première heure. Mais, reboot oblige, les changements opérés dans cet opus étaient nécessaires pour à la fois toucher un nouveau public et être dans l'air du temps.

Ces scènes spectaculaires, qui sont la plupart du temps des chutes ou des fuites dans des décors tombant en ruines, sont mises en valeur par une qualité graphique et technique très bien maîtrisées. Le Crystal Engine fait des merveilles permettant à la fois d'avoir une grande fluidité au cours des différentes actions à réaliser, associée à une très bonne optimisation et un environnement très détaillé. Les jeux de lumières sont aussi très bien réalisés, c'est un plaisir d'avoir une torche et explorer des galeries obscures. Cependant, les explosions ne sont pas formidables et les décors lointains alternent entre le très bon et le mauvais. De plus, il y a eu des petits soucis avec les cartes Nvidia au lancement du jeu, causés par les drivers de Nvidia, mais ceux-ci ont été réglés depuis. Aujourd'hui, il est très agréable de pouvoir jouer sur PC à un jeu sans bugs, sans freezes, sans autres problèmes techniques du genre, cela est devenu rare...

En plus de graphismes agréables, la nouvelle Lara est parfaitement modélisée et jouit d'un panel de mouvements très variés sans être totalement inhumains à réaliser (exit les saltos dans tous les sens, du moins pour cet épisode...). Comme, il a été dit précédemment, Lara débute sa première aventure et est donc un peu gauche, hésite un peu, a du mal à garder son équilibre... mais au fur et à mesure de son aventure, elle prend de l'assurance. Prendre Lara en main est très agréable, notamment avec le couple clavier/souris (je n'ai pas testé avec une manette). Là où il fallait sauter au bon moment et au millimètre près dans les premiers Tomb Raider, cet épisode rend la pratique du parcours agréable et intuitif. La caméra tourne très bien autour de Lara, c'est important car cela peut-être cause de frustration chez les joueurs, mais ce n'est pas le cas ici et heureusement. Il est aussi à signaler que l'aspect vestimentaire et corporel de Lara se dégrade au fur et à mesure de l'aventure. Ainsi, les griffures et les coups se voient sur son corps et la tenue de Lara, qu'elle porte du début jusqu'à la fin, se dégrade. Techniquement et graphiquement, Crystal Dynamics  s'en sort avec les lauriers, en même temps le développement du jeu a coûté très cher.

Que serait le plaisir sans la souffrance ?

Test de Tomb RaiderLa progression est l'un des points forts de ce nouvel opus. Comme déjà dit, Lara glane de l'expérience et de l'assurance au fur et à mesure de l'aventure. Cela se voit avec son caractère changeant, passant de la jeune fille apeurée à la courageuse guerrière, mais également en améliorant ses compétences. En effet, contrairement aux opus précédents, Lara possède des capacités à améliorer et à débloquer. Cela reste très basique cependant. En fonction de nos actions et de nos découvertes, Lara gagne des points d'expérience, lorsqu'elle atteint un seuil, elle gagne un point à répartir dans une de ces compétences. Vous n'avez pas besoin de vous prendre la tête entre les compétences puisque, à la fin du jeu, si vous vous y prenez bien, vous les aurez toutes débloquées. Ces compétences, au nombre de 24, sont réparties dans trois niveaux : Survivant, Chasseur et Castagneur. Ces capacités permettent de collecter plus de matériaux, d'améliorer vos recherches, vos attaques, vos esquives... rendant ainsi de plus en plus forte Lara.

Nous venons de parler des matériaux. Il s'agit d'une autre nouveauté de ce Tomb Raider. En tuant des animaux, des ennemis ou en fouillant dans des caisses, Lara peut récupérer des matériaux lui permettant d'améliorer sensiblement ses armes. Notre héroïne peut récupérer au cours de son aventure jusqu'à 4 types d'armes : un arc, un pistolet, un fusil à pompe et un fusil d'assaut. Ses armes peuvent offrir des attaques secondaires ou de nouvelles munitions comme les indispensables flèches enflammées pour l'arc ou un lance-grenade sur le fusil d'assaut. A cela s'ajoute le piolet qui peut être utilisé pour escalader des parois, ouvrir des portes... mais aussi pour le combat au corps à corps. Celui-ci se révèle un peu laborieux. Vous chercherez d'avantage le combat à distance, mais sachez que vous avez la possibilité d'esquiver et de contre-attaquer si vous avez la bonne compétence.

Au sujet des combats. Ceux-ci se révèlent intéressants mais sans être géniaux. Il s'agit souvent d'une ou plusieurs vagues d'ennemis vous tirant dessus ou fonçant vers vous. Ils peuvent parfois adopter des stratégies, vous lancer des cocktails molotov, mais cela reste très sommaire. Vous pouvez vous cacher derrière les éléments du décor, cela se fait automatiquement. Vous n'aurez pas de mal à vous en sortir quelque soit le niveau de difficulté, d'autant plus que vous trouverez aisément des munitions et que votre santé se régénère d'elle même après une courte phase de repos. Et oui, les légendaires trousses de secours ne sont plus de la partie... On peut aussi s'interroger sur le nombre beaucoup trop important d'ennemis présents sur cette petite île du Pacifique et sur l'ampleur du massacre perpétré par Lara. D'autant plus que les développeurs considèrent leur jeu comme un survival-horror...  Un peu moins de combat et un peu plus de réflexion n'aurait pas été du luxe. Les phases à énigmes sont assez pauvres malheureusement, et trop peu nombreuses. Il est loin le temps où l'on passait des heures à chercher des engrenages pour faire fonctionner un mécanisme...

Ce n'est jamais que le passé des autres

Test de Tomb RaiderPassons maintenant au scénario et comment Lara s'est retrouvée dans ce pétrin. Elle fait partie d'une équipe d'expédition à bord de l'Endurance, un navire, en quête du royaume perdu de Yamatai, autrefois gouverné par la légendaire Reine solaire Himiko. Le navire est pris dans une tempête le faisant chavirer et l'équipe échoue sur une île mystérieuse... Pour la petite histoire, cette Himiko nous est principalement connue à travers un texte secondaire des Chroniques des Trois Royaumes, elle aurait vécu au IIème-IIIème siècle de notre ère en tant que reine-prêtresse du Yamatai dont l'emplacement fait l'objet de plusieurs controverses dans le milieu scientifique japonais.  Crystal Dynamics se sert donc de ce mystère pour proposer une intrigue simple mais efficace et bourrée de rebondissements dignes d'un très bon film d'aventure hollywoodien avec une louche de film d'horreur pour teenagers. Tous les codes sont là. Cela se voit notamment avec les collègues de Lara qui, hormis le capitaine Conrad Roth (celui qui a tout appris à Lara après la disparition de ses parents), sont un peu transparents ou caricaturaux. L'archéologue geek amoureux de Lara... Le Dr. Whitman, célèbre archéologue particulièrement égoïste... Samantha Nishimura, la copine de Lara qui trouve le moyen de se faire capturer... Jonah, le gars costaud mais sympatoche... Mathias, un survivant qui n'a plus toute sa tête...

Les environnements du jeu sont très variés, on passe des ruines de temples japonais de la période du Yamatai, à des bunkers de l'armée japonaise durant la Seconde Guerre mondiale ou encore à un bidonville malfamé, une forêt  luxuriante et des montagnes enneigées. On sent que toutes les zones ont du vécu et raconte une histoire. Il y a eu de nombreux crashs d'avions et de nombreux navires ont chaviré à causes de puissantes tempêtes. Les hommes - à noter qu'il n'y a pas de femmes à part les amies de Lara - qui se sont échoués sur l'île ont récupérés tout ce qu'ils pouvaient pour reconstituer un semblant de vie. Les cadavres de différentes époques parsèment l'île également. Un mystérieux culte s'est mit en place. Bref, tout cela offre une atmosphère énigmatique. On se demande ce qui a bien pu se passer sur cette île, ce qui va nous arriver, qui sont tous ces hommes... Heureusement, un certain nombre d'indices sous forme de journal de bord, sont disséminés sur l'île pour nous aider à comprendre.

En plus des journaux, vous devrez chercher tout un tas d'objets plus ou moins historiques avec une très courte description à chaque fois. L'île se compose de plusieurs zones, et chacune de ces zones renferment des objets à rechercher, des caisses de matériaux ou des tombes. Vous pouvez revenir à loisirs dans ces zones grâce au voyage rapide disponible en vous rendant près d'un feu de camp. Autant le dire tout de suite, il s'agit plus de rallonger la durée de vie du jeu qu'autre chose. L'exploration proposée dans ce Tomb Raider se résulte à trouver la tombe de la zone où se trouve la carte de la zone qui va permettre de révéler l'emplacement de tous les objets de la zone, il n'y a plus qu'à aller les récupérer plus ou moins facilement. Pour cela, vous devez activer l'instinct de Lara qui va mettre en surbrillance les points d'intérêts.  En conséquence, le jeu vous prend beaucoup par la main et vous n'aurez aucune difficulté à atteindre les 100% sur votre partie. Mais bon, ce Tomb Raider est là pour nous amuser, pas pour nous faire mal à la tête, et dans ce sens c'est réussi.

Un petit mot sur la durée de vie de ce Tomb Raider qui, sans être exceptionnelle, est plutôt bonne. Il m'a fallu près de 25 heures pour terminer une première fois le jeu en mode normal en débloquant toutes les compétences et en ayant trouvé tous les secrets de l'île. Une seconde partie, en Anglais et en mode difficile, a duré une quinzaine d'heure. La progression étant assez linéaire, la rejouabilité n'est pas vraiment importante, à part le plaisir de retrouver Lara. A signaler la présence d'un multijoueur auquel je n'ai pas du tout touché, mais qui pourra rajouter de la durée de vie à ceux qui sont intéressés par ce mode.

Test de Tomb Raider  Test de Tomb Raider  Test de Tomb Raider  Test de Tomb Raider

Test de Tomb Raider  Test de Tomb Raider  Test de Tomb Raider  Test de Tomb Raider

Test de Tomb Raider  Test de Tomb Raider  Test de Tomb Raider  Test de Tomb Raider

Test de Tomb Raider  Test de Tomb Raider  Test de Tomb Raider  Test de Tomb Raider

Test de Tomb Raider  Test de Tomb Raider  Test de Tomb Raider  Test de Tomb Raider

8.5
Tomb Raider

Tomb Raider, version 2013, est un reboot véritablement réussi, permettant de faire renaître une des plus grandes héroïnes des jeux vidéo tout en la rendant plus humaine. Le jeu se veut plus intense et plus spectaculaire grâce à des graphismes de hautes qualités et une histoire pleine de rebondissement. On regrette cependant une trop grande facilité et des phases de gunfights un peu trop redondantes.
Intérêt historique :
  • +Lara Croft is back !
  • +Progression bien pensée
  • +Graphismes de haute qualité et techniquement spectaculaire
  • +Variété des environnements
  • +Interprétation française et anglaise de Lara Croft
  • +Prise en main instinctive
  • +Parfaitement optimisé
  • +Une légende japonaise au service du scénario
  • -Développeurs un peu sadiques envers Lara
  • -Trop de gunfight, trop de méchants à tuer, pas assez de réflexion
  • -Grande facilité
  • -Personnages secondaires transparents
  • -Méchant pas assez charismatique

  • Aymdef El Présidente, Rédacteur en chef, Testeur, Chroniqueur, Historien Email | Twitter
  • "L'objet de la guerre n'est pas de mourir pour son pays, mais de faire en sorte que le salaud d'en face meure pour le sien." George S. Patton