Revolution under Siege

Fantômas
Thématique
Guerre civile russe
24 février
2012
Info sur le jeu
PlateformePC Windows
ÉditeurAGEOD
DéveloppeurSEP REDS
Date de sortieNovembre 2010

En 1917, en pleine première guerre mondiale, la Russie se désengage en raison de troubles internes. Le plus important reste celui de la révolution bolchévique menée par Lénine et Trotski.

Revolution Under Siege vous propose de prendre part à la guerre civile qui s'ensuivit, entre rouges et blancs. Il vous proposera aussi de participer aux guerres russo-polonaise et russo-finlandaise et d'incarner en tout une dizaine de factions. En effet, des pays vont apporter leur aide aux différents belligérants.

Revolution Under Siege est un wargame au tour par tour, vous permettant de revivre les heures sombres de l'Europe de l'Est et de la Russie. La map s'étend de la Pologne au Pacifique, avec les villes et les villages des pays respectifs, et des environnements aux caractéristiques variables, qui impactent sur les actions menées.

Du côté des rouges (partisans de la révolution) ou des blancs (qui luttent contre), vous devrez mener votre camp à la victoire. Il n'y a pas cent solutions, il n'y a que la guerre pour vous imposer. Pour l'emporter, des objectifs sont à remplir, tenir une ville, en conquérir, vaincre un ennemi. En cas d'égalité, le camp avec le plus de points de victoire l'emporte. Les points de victoire sont gagnés au fil des batailles et des sièges.

A la tête de votre faction, en plus de l'aspect militaire, vous devrez gérer l'économie de votre faction. L'argent, le ravitaillement, les conscrits sont autant de ressources nécessaires à votre victoire. Elles sont essentielles pour la mise sur pied d'une armée ou pour le bon fonctionnement de cette dernière en campagne. Le nombre de terres impacte sur la quantité de ressources acquises par tour (qui représente 15 jours ingame). Vous pourrez aussi en recevoir par l'intermédiaire du commerce avec d'autres nations.

En tant que "blanc", vous bénéficierez du soutien des puissances européennes et donc d'équipements supérieurs à la moyenne. En effet, les grandes puissances industrielles fournissent de l'aide aux blancs, tandis que les rouges possèdent une main d'œuvre immense. Ils bénéficieront ainsi d'armées plus nombreuses mais avec un équipement inférieur.

Vous pourrez booster votre économie en procédant à des réquisitions dans des territoires neutres ou vous appartenant. Vous pourrez augmenter le nombre de conscrits, l'argent tiré d'une région, ou même mener des répressions dans des territoires instables.

Vous pourrez aussi demander l'aide de nations étrangères pour recevoir des renforts. Ainsi, lorsque vous incarnez la Finlande lors de la guerre russo-finlandaise, des volontaires suédois peuvent être appelés en renforts.

Une armée en manque de ravitaillement subira des malus et sera moins efficace. Certaines unités peuvent même être dissoutes faute de ravitaillement.

En effet, c'est le niveau militaire qui est l'aspect principal du jeu. Vous devrez former armées, corps, divisions pour lutter. Pour créer une formation militaire, vous devrez respecter la chaine de commandement : vous devrez réunir un officier d'un certain grade et diverses unités.

La formation militaire dépendra du grade. Un général, trois ou quatre étoiles, formera une armée tandis qu'un officier de grade inférieur sera à la tête d'un corps (deux ou trois étoiles) ou d'une division (une étoile voir plus).

Vous devrez respecter les caractéristiques de vos officiers. Certains sont fins stratèges tandis que d'autres sont défenseurs de l'offensive à outrance...

Vous devrez aussi éviter de surcharger vos officiers c'est à dire de ne pas leur faire commander trop d'unités au risque de subir des malus qui réduiront leur efficacité dans les déplacements ou au combat. Celles-ci peuvent être des unités d'infanteries, de blindés, d'avions, de cavalerie...

Vous pourrez voir leur composition et leurs caractéristiques dans une fenêtre en bas de l'écran, présentant les composantes d'une formation, différentes options et postures au combat.

Chaque unité possède des caractéristiques uniques pour l'attaque, le déplacement et la défense. En cliquant sur leur icône vous pourrez voir leurs effectifs, leurs capacités et autres caractéristiques. Vous pourrez commander chars, avions, fantassins, bateaux, canons. Les unités diffèrent selon les factions.

Près de la fenêtre vous présentant les unités, vous disposez de plusieurs options réparties en 3 catégories, une liée au mouvement de vos troupes (avec des options pour raccourcir vos déplacements ou accélérer le mouvement des forces par une marche forcé), une autre liée au comandement des forces militaires (former des armées, des divisions, des corps...) et enfin une dernière liée aux "techniques" (sabotages, formation de dépôts...).

Celles-ci vous permettront de mettre sur pied votre armée, de créer des stratégies et tactiques. Par exemple, une armée de 17 000 russes va submerger vos 7 000 polonais près de Varsovie. Les russes sont à 10 jours de Varsovie car ils empruntent les voies ferrés. Ma stratégie : saboter les lignes de chemin de fer près de Varsovie pour ralentir l'ennemi. Avec le temps gagné, je solidifie mes défenses et rassemble des renforts. Finalement, Varsovie a été sauvé.

Vous pouvez vous déplacer sur des distances plus ou moins longues, la distance faisant varier la durée de mouvement. Pour raccourcir cette dernière, vous pouvez effectuer une marche forcée (qui peut échouer) ou prendre un train ou un bateau ! Ces moyens raccourcissent radicalement vos déplacements. Un voyage de 25 jours à pieds ne sera plus que de 4 jours en train.

Au dessus de ces options se situent des options tactiques configurant le comportement de vos unités au combat (extrêmement offensif/offensif/défensif/passif) et des règles d'engagements parmi quatre qui varient selon le comportement adopté, il peut s'agir d'offensives à outrance, de défense jusqu'au dernier homme, d'offensive soutenue ou de diversion.

Lorsque deux unités se croisent, une bataille débute. Celle-ci est influencée par les caractéristiques des protagonistes et de l'environnement. Une unité retranchée sera ainsi plus protégée que ses assaillants.

La bataille est décomposée en plusieurs rounds : certains de tirs et d'autres de corps à corps. Lorsque ceux-ci sont résolus, une fenêtre de conclusion apparait. On y voit le vainqueur, les pertes des deux camps et les différents facteurs pris en compte. Les unités perdent des effectifs mais aussi de la cohésion.  Des unités ayant subies des pertes deviennent moins efficaces.

Pour combler les pertes, vous devrez allez dans la section de replacement et acheter des effectifs pour remplacer ceux tombés. Une unité peut être re-complétée par ces effectifs si elle n'effectue pas d'actions durant un tour. Le nombre de renforts dépend du territoire où se trouve l'unité. S'il y a une ville elle recevra plus de renforts que s'il y avait un village. Plus l'infrastructure est moderne, plus l'unité recevra de renforts. Les renforts sont des recrues toutes fraiches ou des soldats blessés de retour au front.

Les sièges sont résolus comme les batailles, mais ceux-ci ne débutent que lorsque les défenses d'une ville sont percées. Il vous faudra donc assiéger la ville un certain temps avant de donner l'assaut. Pour qu'une ville tombe plus facilement, il vous faut de l'artillerie ou des sapeurs. Plus il y en aura, plus elle tombera rapidement. N'oubliez pas que les défenseurs auront des bonus grâce aux fortifications des villes.

Venons-en à l'aspect historique Le contexte historique est en partie respecté. Les unités et leurs représentations sont respectueuses de celles d'époque.  Chaque faction possède des officiers qui ont réellement existé et certains sont représentés par une photographie d'époque : on peut citer Pilsudski pour les polonais, Mannerheim pour les finlandais et même Weygand pour les français.

Les événements sont, au départ, respectés, mais vos action les influenceront et les modifieront. Ici, il y a une grande part de « What if » ! Que ce serait-il passé si les blancs avaient gagnés la guerre civile ?

De même, plusieurs fins peuvent être envisagées pour un même scénario : pour la guerre russo-finlandaise, les deux camps peuvent l'emporter, mais du côté finlandais, la victoire peut-être totale si les finlandais gagne sans aide allemande, mais elle peut aussi être mineure si la Finlande utilise l'aide allemande, elle devient alors après la guerre, un satellite du Reich allemand.

Test de Revolution under Siege  Test de Revolution under Siege  Test de Revolution under Siege

Test de Revolution under Siege  Test de Revolution under Siege  Test de Revolution under Siege

Test de Revolution under Siege  Test de Revolution under Siege  Test de Revolution under Siege

Test de Revolution under Siege  Test de Revolution under Siege  Test de Revolution under Siege

9.0
Revolution Under Siege

Revolution Under Siege est l'un de ces jeux d'une série qui a déjà fait ses preuves mais qui parvient néanmoins à maintenir un certain niveau d'excellence (et d'exigence). Long, prenant, amusant, Revolution Under Siege se base sur une période et un espace géographique trop peu utilisés dans les jeux vidéos. Il permet de revivre plusieurs conflits peu connus et comporte donc un vif intérêt historique. En conclusion, Revolution Under Siege est une réussite, qui mériterait d'être reconnue.
Intérêt historique :
  • +Réalisme
  • +Gestion très poussée
  • +Un cadre très peu abordé
  • +Nombre de scénarios
  • -Difficile à prendre en main
  • -Réalisation austère

  • Lyrik Le Vétéran, Testeur, Historien
  • "I'm ashamed of you, dodging that way. They couldn't hit an elephant at this distance" Major général John Sedgwick avant d'être mortellement frappé par une balle sudiste...