Qvadriga

Zglub
Thématique
Rome antique
4 avril
2014
Info sur le jeu
Plateforme
  • PC Windows
  • iPad
  • Android
Éditeur
  • Matrix Games
  • Slitherine Software
DéveloppeurTurnopia
Date de sortieMars 2014

Ligne de départ. Tous les participants sont prêts à s'élancer. Un dernier regard sur les adversaires. J'attends fébrilement le signal du départ. Il n'y a plus qu'à laisser les chevaux partir. 3, 2, 1, partez !

J'appuie sur l'accélérateur…euh, plutôt je fouette mon attelage, et c'est parti pour trois tours de piste…Non, je n'ai pas testé un simulateur de formule 1, mais Qvadriga, un petit jeu sympathique, qui nous met à la tête d'une équipe de conducteurs de chars dans la Rome antique. Le but étant d'accroître sa notoriété et d'aller au Circus Maximus de Rome, dans l'espoir d'y gagner trois courses, et de devenir une légende….

Simple et tactique

Une fois n'est pas coutume, le jeu testé n'est pas une simulation historique, dans le sens ou il n'est pas question de réécrire l'histoire, et de revivre des conflits ayant existé (ou ayant pu exister). Non, le jeu de Turnopia, édité par Slitherine, a bien un contexte historique (l'Antiquité), mais il s'agit plutôt d'un jeu de gestion/simulation, comme certaines simulations sportives contemporaines (bon, c'est pas Football Manager, non plus).

Le principe est très simple. Vous êtes à la tête d'une équipe d'auriges (conducteur de chars), et vous allez devoir diriger vos protégés et entretenir leur matériel, afin de se hisser au sommet de la discipline.

Au départ, vous commencerez votre carrière dans une petite arène de province (qui peut tout aussi bien se trouver en Italie qu'en Afrique du Nord), avec un petit pécule. Vous aurez sous vos ordres 3 auriges, chacun possédant un char équipé d'un attelage de quatre chevaux. Vous serez amené à disputer des courses (et de les terminer, si possible dans le trio de tête pour récolter des espèces sonnantes et trébuchantes). À partir d'un certain nombre de victoires, vous pourrez partir pour une arène un peu plus prestigieuse (qui rapporte plus de renommée et d'argent), pour aller, au final, à Rome (arène ultime).

Bref, les objectifs sont très simples. Mais cela ne fait pas de Qvadriga un jeu simpliste.

Un jour aux courses

Au début de la campagne, il faudra choisir la faction à laquelle appartient votre écurie et lui donner un nom. Chaque faction possède différents bonus (résistance des auriges renforcée, char de meilleure qualité, chevaux plus endurants). Ensuite, il faudra choisir l'arène de départ. Ici aussi, chaque arène dispose de ses propres avantages (plantes qui permettent d'accélérer la guérison, chars à moindre coût,…). À ce moment, les choses sérieuses peuvent commencer.

Avant chaque course, un petit tableau vous donne différentes informations comme le nombre de participants, les auriges qui détiennent le plus grand nombre de victoire dans cette arène, votre argent disponible…

Ensuite, vous accédez à l'écran de gestion de votre écurie. Vous pouvez y voir l'état physique de vos auriges, de leur char et de leur attelage. Une jauge indique cet état. Si il n'y a qu'une jauge par aurige et par cheval, le char dispose de 3 jauges : une pour chaque roue et une pour le char en lui-même.

Cet écran vous permet également de soigner vos auriges ou leurs chevaux, et de réparer vos chars. Mais vous pouvez également revendre ces éléments, et/ou en acheter (de qualité supérieure, si possible et selon l'état de vos finances). Il est également possible d'acheter quelques bonus (mais ils sont très chers…).

Il est également possible de réorganiser l'ensemble aurige-char-attelage, et donc de donner le char B et l'attelage C à l'aurige A. Très pratique, surtout si vous êtes en manque de liquidité pour procéder à des soins ou à des réparations. Vous pourrez ainsi combiner les meilleurs éléments pour la course à venir à moindre coût.

Enfin, un dernier écran vous informe des conditions particulières de la course (nuage de sable qui réduit la visibilité, pluie,…), et vous offre la possibilité de parier sur votre coureur (sa cote permet d'estimer les gains en cas de victoire). Et oui, pour rafler la mise en cas de pari, il faut gagner la course. Terminer deuxième ou troisième ne suffit pas (c'est pas le PMU, non plus…).

Que le spectacle commence

Au départ de la course, les participants sont alignés et le jeu commence vraiment. Signalons que deux modes de jeu existent : le tour par tour classique, et le mode dynamique, où il faut donner les ordres dans un laps de temps limité. Personnellement, je préfère le tour par tour. Donc, il faut choisir une action qui sera accomplie durant le tour, et les actions sont résolues simultanément. Un tour de jeu représente quelques minutes. Un bandeau coloré indique la distance probable qui sera parcourue par le char durant le tour.

Les ordres à donner sont simples : soit avancer à la vitesse actuelle, soit accélérer avec les rênes, donner un coup de fouet aux chevaux (gain de vitesse plus important qu'avec les rênes, mais cela blesse les chevaux, et peut même tuer un cheval trop faible), tirer sur les rênes pour freiner (idéal avant un tournant), équilibrer le char (aussi en vue d'un tournant). Il est également possible de se déplacer latéralement (d'un, de deux ou de trois couloirs, selon la place disponible). Il est enfin possible de donner un coup de fouet à un adversaire situé sur le côté, ou carrément d'essayer de percuter le char d'un adversaire sur le côté, en espérant l'écraser contre le bord de l'arène….

Il conviendra de choisir judicieusement l'ordre à exécuter ce tour. Pour nous aider, la couleur du bandeau indiquant la distance parcourue est importante. Si le bandeau est vert, le char poursuivra sa route sans problème. Si il est orange, l'action est légèrement risquée. Si c'est rouge, il y a de grandes chances que tout ne se déroule pas comme prévu. Ainsi, aborder un virage à grande vitesse augmente le risque que le char soit déporté. Cela peut ne pas avoir de conséquences fâcheuses si aucun adversaire ne se trouve à proximité. Dans le cas contraire, il y a un risque de collision. Votre char peut même être détruit dans la manœuvre, avec comme conséquence que l'aurige sera tiré dans l'arène par l'attelage, et verra sa résistance se réduire au fil des tours. Il vaut mieux que l'auriga soit en bonne condition, surtout si la destruction a lieu au début de la course. Mais il se peut que l'aurige termine la course de cette façon (cela m'est arrivé et je peux vous dire que c'est assez amusant de remporter une course de cette façon). L'aurige aura aussi la possibilité de lâcher les rênes pour aller se mettre à l'abri, en espérant ne pas se faire écraser par un autre attelage…

Ce qui peut vous arriver peut arriver aussi à vos adversaires. Ainsi, alors que vous vous dirigiez vers une honorable deuxième place, un adversaire un peu trop sur de lui démolit son char dans un virage, et son conducteur se fait massacrer en restant accroché à l'attelage. Vous remportez ainsi une victoire inespérée (Cela m'est arrivé également, dans un sens comme dans l'autre). Sans compter qu'un char détruit laisse des débris sur la piste, qui endommagent les chars qui roulent dessus. Et je ne vous parle pas des cadavres de chevaux, qui restent sur la piste tant que dure la course, et qui font aussi énormément de dégâts…

Enfin, certains événements aléatoires viennent ponctuer la course, en votre faveur ou non. Il se peut, par exemple, qu'en donnant un coup de fouet à un adversaire, vous perdiez le fouet, avec comme conséquence que vous ne pourrez plus atteindre la vitesse maximale.

Résultat des courses

Au final, malgré un intérêt historique limité, Qvadriga est un bon petit jeu tactique, prenant, avec des courses rapides (je dirais une dizaine de minutes à chaque course, du moins si votre aurige survit assez longtemps), qui offre pas mal de choix au joueur, sans non plus nécessiter une trop longue réflexion. La gestion des auriges et de l'équipement donne un léger côté stratégique, très plaisant.

Le seul côté négatif est la durée de vie du jeu. Quand on a réussi à s'imposer au Circus Maximus, on ne voit pas trop l'intérêt de recommencer avec une autre faction, si ce n'est pour essayer de battre son record personnel de victoires dans une arène en particulier.

Cela dit, le jeu permet de passer de bons moments, étant donné les rebondissements fréquents à chaque course. De plus, la courte durée des courses permet de lancer le jeu et de disputer une course ou deux, très pratique si l'on veut se détendre quelques minutes.

7.5
Qvadriga

Original par son thème, Qvadriga se révèle être un bon petit jeu tactique, prenant, avec des courses rapides offrant pas mal de choix au joueur sans se prendre trop la tête. On regrette toutefois sa durée de vie un peu faible. Un ou deux modes de jeu de plus auraient été souhaitable.
Intérêt historique :Attention, je ne juge pas de la concordance entre le jeu et la réalité historique, mais Qvadriga nous rappelle que sous l’antiquité, il n’y avait pas que des légionnaires romains en campagne, ni des combats de gladiateurs (à ce propos, Slitherine et Matrix, à quand un jeu reprenant le même principe, mais consacré aux gladiateurs ???)
  • +Originalité du thème abordé
  • +Mécanismes simples
  • +Les aléas de la course
  • +Possibilité de pouvoir jouer même sans disposer de beaucoup de temps libre
  • -Durée de vie du jeu
  • -Quelques actions supplémentaires auraient été bienvenues (saboter le char d’un adversaire, corrompre l’aurige d’une autre faction,…)
  • -En anglais

  • Zglub Le Wargamer belge, Ancien membre d'HistoriaGames
  • "La guerre! C'est une chose trop grave pour la confier à des militaires." G. Clémenceau