Men of War : Assault Squad 2

Fantômas
26 juin
2014
Info sur le jeu
PlateformePC Windows
Éditeur1C Company
DéveloppeurDigitalmindsoft
Date de sortieMars 2014

La série des Men of War s'agrandit : après un premier Assault Squad au concept accrocheur, largement tourné vers le multijoueur, la série s'est détournée de ses pseudos add-on (Red Tide, Vietnam, Condemned Heroes...) et s'étoffe d'un Assault Squad 2, plus beau, plus fluide, plus intéressant. Passage en revue du jeu...

De Faces of War à Men of War...

Men of War : Assault Squad 2Fort de son héritage, le nouveau titre de la série des Men of War cumule certains de leurs bons côtés, associés à une meilleure réalisation. Pour ne pas changer, le jeu reste le même dans la forme de son gameplay, on clique sur ses troupes, on désigne l'emplacement ou la cible... Mais dans le fond, le jeu emprunte surtout au premier Assault Squad.

Essentiellement tourné vers le multi (on gardera le solo pour se faire la main avant de passer aux choses sérieuses), le jeu met en scène certaines des plus grandes batailles et opérations de la Seconde Guerre mondiale. À la tête des forces américaines, allemandes, soviétiques, britanniques ou japonaises, le joueur et ses éventuels alliés (humains), devront se mesurer à l'ennemi pour remplir leurs objectifs. Ceux-ci divergent selon le mode de jeu. Il en existe 6, allant de l'escarmouche banale avec d'autres joueurs contre l'IA où il faudra percer les lignes ennemies, au mode « zones d'assauts » opposant les joueurs entre eux pour la détention de zones de contrôle. Pour remplir ses objectifs, outre le panel d'options à user à bon escient, comme l'attitude (position, réponse au feu...), l'équipement des soldats ou même l'achat de nouvelles troupes, le joueur devra aussi largement coopérer pour l'emporter. En effet, lorsque vous jouez en équipe, l'entre-aide est primordiale.

Le système d'achat de troupes se fait à partir de points qui augmentent dans la durée et lors des captures d'objectifs (qui permettent aussi de débloquer des troupes en mode escarmouche), mais, lorsque l'on joue en équipe, les renforts appelés sont répartis entre les joueurs ! Ne vous étonnez donc pas de ne commander que deux ou trois soldats au début d'une partie « escarmouche » à 8 contre l'IA. Pour l'emporter, il vous faudra donc communiquer In-game, chose possible par le chat vocal ou écrit, pour éviter la dispersion des troupes et permettre la concentration des forces sur les failles de la défense adverse. Tout est à disposition pour se coordonner. Il est aussi possible de transférer certaines de ses unités à un autre joueur par un simple clic !

Le jeu comporte une soixantaine de maps multi et une vingtaine de cartes solo. Certaines sont directement issues du premier jeu et ne dépayseront donc pas beaucoup les vétérans du titre. Les nouveautés sont aussi présentes dans les unités disponibles, plus de 200, comprenant une multitude de chars, d'artillerie, de fantassins...

L'interface aussi a subit une refonte. Finit la colonne des unités sous notre commandement à gauche de l'écran. Désormais, de petites icones avec des points représentant les effectifs prennent sa place. On y gagne ainsi en lisibilité et il devient plus rapide de connaître la position des troupes.

Malheureusement, tout n'est pas rose. Il convient de noter certaines fonctionnalités peu pratiques. Ainsi, pour récupérer un équipement ou fouiller un cadavre, il conviendra de cliquer sur l'icône qui correspond à l'action ou bien utiliser la touche raccourcie. Néanmoins, une fois qu'on y est habitué, ce problème n'en est plus vraiment un, bien que dans le feu de l'action ce ne soit pas pratique. Hormis cela, le jeu n'en reste pas moins agréable à jouer. Bien que ce ne soit pas flagrant, les graphismes ont été améliorés et le jeu est bien plus fluide qu'auparavant.

Achtung Panzer !

Men of War : Assault Squad 2Le jeu dispose d'une bonne base puisqu'il propose un ensemble très large d'unités et d'armements tout en proposant au(x) joueur(s) de revivre certains moments clés du second conflit mondial. Toutefois, rien n'empêche aux joueurs de faire combattre entre elles des nations pourtant alliées durant l'Histoire. La véracité historique est donc très peu présente puisque le libre-arbitre du joueur est beaucoup mis en avant que ce soit dans le choix de la stratégie ou des factions jouées.

Bien entendu, le jeu met sous les ordres du joueurs des unités célèbres : outre la multitude de panzers, de Shermans, d'équipements d'époque, le joueur pourra aussi commander des formations fameuses comme les SAS, des Rangers ou des parachutistes. Les possibilités offertes par le jeu sont donc énormes, d‘autant plus que le réalisme est de mise. La moindre balle peut-être fatale, le moindre obus peut avoir des conséquences fâcheuses sur un véhicule. Il faut donc redoubler de vigilance pour éviter les mauvaises surprises, tenir compte des lignes de mires, du décor et profiter des couverts et des grenades fumigènes.

Mais le réalisme devient vraiment un élément amusant lorsque le joueur est appuyé par d'autres confrères. L'entraide est primordiale dans ces cas là pour éviter d'être annihilé par l'ennemi. Ainsi, dans l'une des parties auxquelles j'ai joué, j'ai pu revivre le débarquement sur Omaha Beach. Nous étions 6 au départ, certains ont quitté en cours de partie, mais dès le départ, les rôles se sont mis en place : un joueur disposait des véhicules, quelques-uns de l'infanterie d'assaut, d'autres de l'infanterie d'appui et moi du soutien avec quelques fantassins et l'ensemble des mortiers. Coopérant via le chat interne (vocal ou écrit) du jeu, nous nous sommes emparés un à un des points d'appuis ennemis, tout en repoussant les contre-attaques ennemies. L'entraide fut donc utile et permit la victoire.

Mais il arrive parfois que certains joueurs n'en fassent qu'à leur tête et ruinent complètement la partie. Cela m'est arrivé lorsque nous participions à l'opération Torch. Nous étions 4, dont 3 à coopérer étroitement. Malgré tous nos efforts, nous n'avions pu capturer qu'un seul point d'appui. Le quatrième joueur lui, disposait d'un grand nombre de troupes (en effet, les renforts commandés sont répartis entre les joueurs) qu'il sacrifia bêtement pour capturer un point d'appui fortement défendu. L'ennemi en profita pour contre-attaquer et nous rejeta à la mer sans grande difficulté.

Men of War : Assault Squad 2  Men of War : Assault Squad 2  Men of War : Assault Squad 2  Men of War : Assault Squad 2

Men of War : Assault Squad 2  Men of War : Assault Squad 2  Men of War : Assault Squad 2  Men of War : Assault Squad 2

8.5
Men of War : Assault Squad 2

Digne héritier de Men of War : Assault Squad, MoW : AS 2 est un très bon jeu, qui prend tout son sens en multijoueurs. Que ce soit pour affronter d'autres joueurs, ou pour affronter l'IA à plusieurs, il y en a pour tous les goûts. De plus, le jeu dispose d'une communauté active qui développe parallèlement des mods et des missions rallongeant encore plus une durée de vie déjà bien conséquente.
Intérêt historique :
  • +Nombre d’unités
  • +Fun en multi
  • +Solo pour se faire la main
  • +Un vrai Men of War
  • +Le réalisme
  • -Il faut aimer le genre et le multi
  • -Lorsque l’entraide foire en multi
  • -Le lag sur les mauvais serveurs

  • Lyrik Le Vétéran, Testeur, Historien
  • "I'm ashamed of you, dodging that way. They couldn't hit an elephant at this distance" Major général John Sedgwick avant d'être mortellement frappé par une balle sudiste...