Medieval II : Total War

Maréchal de l'Empire
Thématique
2 avril
2012
Info sur le jeu
Plateforme
  • PC Windows
  • Mac OS X
  • Linux
ÉditeurSEGA
DéveloppeurThe Creative Assembly
Date de sortieNovembre 2006

Pendant des centaines d'années, les armées d'Europe, d'Afrique et du Moyen-Orient se sont battues, jusqu'à leur perte pour certain. La possession de la Terre Sainte fut une des raisons de ces batailles. Dans Medieval II : Total War, vous allez pouvoir lever de grande armée pour aller la conquérir mais pas seulement... Medieval II : Total War s'étendant sur plusieurs siècles et sur plusieurs générations, libre à vous de faire ce que vous voulez. En respectant ou non la réalité historiques, en participant ou non aux croisades ou djihads. Libre à vous de réécrire l'Histoire comme bon vous semble.

Medieval II : Total War appartient à la série à succès des Total War et reprend le gameplay de ces aînés. En effet, le jeu propose deux gameplay bien différents. Une partie au tour par tour qui se déroule sur une carte stratégique représentant le monde méditerranéen, l'Europe Occidentale et Orientale, l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient. Vous y gérez votre nation, vos territoires, vos cités et ses infrastructures, votre dynastie, vos agents, la diplomatie, le commerce... L'autre phase se déroule en temps réel sur un champ de bataille. Vous devrez y mener votre armée pour vaincre votre adversaire.

Du côté du solo, il y a la Grande Campagne, dans laquelle vous pouvez choisir entre 5 factions : Angleterre, France, Saint-Empire romain germanique, Venise et Espagne. Sachez tout de même, que chacune des factions que vous annexerez plus tard dans le jeu, seront disponible par la suite lors de la Grande Campagne. En tout Medieval II : Total War propose 21 factions chrétiennes, orthodoxes et musulmanes. Votre objectif est fixé en fonction de la nation que vous avez choisie. Vous menez vos armées lors de combats en temps réel et dirigez votre empire pendant votre tour de jeu.

Votre partie débute en 1080 soit 15 ans avant la première Croisade pour se terminer en 1530. Vous disposez de quelques unités et territoires. Libre à vous d'améliorer ces dernières selon la fonction que vous souhaitez leurs attribuer. Ainsi dans un but commercial/économique, construisez des fermes, des ports et des marchés permettant d'échanger avec d'autres nations, après avoir conclu des accords commerciaux.

En fonction des bâtiments construits, vous avez la possibilité de faire évoluer la cité de votre territoire. Par exemple, vous pouvez en faire un château qui vous permet de former des unités plus efficacement et prendre l'avantage sur vos assiégeants. Ce château évolue en fonction de la population qui y réside. De simple motte féodale, il peut ainsi évoluer en une Citadelle presque imprenable. Les villes améliorent quant à elle votre rentrée d'argents et vous donnent accès aux différents agents. Elles sont au départ de simples villages mais deviennent de véritables métropoles au fil des années et des siècles.

Tout le long du jeu vous recevrez diverses missions, données par votre chef de faction, ou par le pape. Les missions sont plus ou moins variées, mais au final se répètent comme pour Rome : Total War. Vous devrez par exemple prendre une cité, envoyer un diplomate pour négocier des traités, envoyer un espion à "x" position...

En plus des missions données par votre chef de faction, vous aurez aussi celle du pape. Comme pour le Sénat dans Rome : Total War, si vous les réussissez, vous montez dans son estime. Cela sera l'inverse si vous échouez. Si vous montez dans son estime, vous aurez le pouvoir de lui demander de faire un appel à une croisade contre une nation d'une religion différente de votre choix. Le pape donnera son accord ou pas (c'est pour cela qu'il faut être en bonne position dans son estime pour qu'il accepte). Mais lui aussi fera des appels à la croisade. Libre à vous de répondre ou non à l'appel...

Au départ vous avez votre chef de faction marié à sa femme, qui aléatoirement ou non vous donne un enfant, voire plusieurs. Ainsi, sachant que le jeu s'étend sur plusieurs siècles, vous aurez tout un arbre généalogique, qui s'étendra sur plusieurs générations. Désigner les futurs héritiers de la faction, afin de pérenniser votre dynastie et marier vos filles aux bonnes personnes.

Chaque personne influente de votre nation (chef de faction, généraux et agents) peut mourir. Au cours de leur vie plus ou moins longue, ces personnes vont accumuler de l'expérience en effectuant des actions qui vont permettre d'améliorer leur attribut et ainsi les rendre plus efficace. Garder vos meilleurs agents et généraux en vie le plus longtemps en vie, peut ainsi devenir une priorité et vous rendre la victoire plus facile.

Vous aurez à votre disposition différents agents qui permettent de faire diverses actions qui peuvent être positives ou négatives selon leur succès. Les diplomates permettent d'entrer en négociation avec les dignitaires étrangers. Cela peut-être une déclaration de guerre, des échanges de données géographiques, l'établissement de routes commerciales, des donations monétaires... Vous avez aussi les prêtres ou imans, chargés de prêcher leur religion et de la propager au sein des territoires que vous venez de conquérir mais aussi dans celles de vos ennemis. Ils s'occupent également des hérétiques qui auront de cesse de soulever votre peuple. Il existe aussi les espions qui ont pour but d'espionner (comme leur nom l'indique) les armées et les cités ennemies. Cela se révèle très utile pour connaître les forces en présence avant une éventuelle attaque de votre part. Les assassins vous seront utiles pour assassiner un agent ou un général ennemis ou pour saboter une infrastructure d'une cité. Les marchands vous permettront de générer de la précieuse monnaie en les établissant sur des ressources rares se trouvant sur la carte stratégique. Enfin vous avez les princesses qui sont disponible pour les nations chrétiennes et orthodoxes. Elles ont un rôle diplomatique comme les diplomates mais leurs compétences sont liées à leur charme. Vous pouvez également les marier avec l'un de vos généraux ou bien avec ceux d'une faction adverse. Ce dernier vous rejoindra par la suite si le mariage est un succès.

Toutes les actions décrites ci-dessus se déroulent sur la carte stratégique. Lorsqu'une bataille terrestre va avoir lieu, un écran de chargement apparaît et une carte d'un champ de bataille en 3D apparaît, avec votre armée que vous avez pris soin de constituer. À partir de ce moment, le jeu passe en temps réel avec la possibilité de mettre sur pause à tout moment, ou d'accélérer le combat. A vous de positionner vos unités pour mieux surprendre l'ennemi. Choisissez la bonne formation, les bons groupes de régiments et mettez en marche à pas lent ou à pas de charge votre armée. Faites tout de même attention à la fatigue et au moral qui peuvent influer le déroulement de la bataille. Placer vos tireurs à distance et vos guerriers à pied dans les forêts pour tendre une embuscade à votre adversaire. Attaquer par les flancs avec vos cavaliers peut décimer un régiment en entier ou presque. Attaquer avec vos cavaliers un régiment de piquiers de face, et c'est vous qui vous ferez décimer.

Hormis les batailles traditionnelles où deux camps s'affrontent sur une un champ de bataille, vous avez la possibilité de participer à des sièges, soit en tant qu'assiégeant ou bien en tant qu'assiégé. Vous pouvez utiliser des engins de siège pour faire tomber les murs de la forteresse adverse, escalader les murs en amenant à leur pied des échelles ou des tours de siège ou détruire une porte à l'aide du bélier. Malheureusement l'IA n'est pas très performante dans ce type de combat, et vous n'aurez généralement pas de mal à remporter la victoire. Comme dans Rome : Total War, Medieval II : Total War ne propose pas de batailles navales en temps réel et en 3D comme les batailles terrestres, vous devrez résoudre la confrontation automatiquement dans ce cas.

Lors des affrontements, certaines unités seront en déroute parce que leur moral sera au plus bas ou parce qu'ils seront bien trop effrayés pour combattre, comme ce sera le cas le plus souvent des milices paysannes. À partir de ce moment-là, attaquez-les avec vos cavaliers (c'est plus rapide pour poursuivre des unités en déroute) et faites-en des prisonniers. Ainsi selon l'issue de la bataille et bien libre à vous soit de les exécuter, soit de demander une rançon ou bien selon votre bonté d'âme de les libérer.

Une des grandes forces de la série des Total War est de proposer une multitude d'unités divers et variés chacune avec leur propre avantage et désavantage. Ainsi, Medieval II : Total War propose plus de 200 unités, dont certaines sont uniques à une nation. Vous avez par exemple les Lanzia Spezzeta efficace contre la cavalerie, les Zweihanders armées d'une grande épée à deux mains ou les fameux mais efficaces piquiers suisses.

Medieval II : Total War propose aussi d'autres modes tel que les batailles personnalisées (libre à vous de choisir, vos unités, maps, ennemis), les bataille rapide (tout est choisi par l'IA) et les bataille historiques qui permettent de revivre les batailles d'Arsouf, Azincourt, Hastings, Otumba, Pavie, Tannenberg et le siège de Setenil. Enfin, vous avez le mode Multijoueur qui vous permet de combattre d'autre joueur lors de batailles personnalisées.

8.5
Medieval II : Total War

Medieval II : Total War est un jeu à la durée de vie quasi infini qui vous occupera pendant de longues semaines. Les différences entre les nations lui assurent une très bonne rejouabilité. Le jeu rend hommage à la période médiévale comme il se doit, restituant à merveille l'ambiance de l'époque que se soit les rivalités entre les nations européennes ou entre les religions dominantes qui se sont opposés durant ces longs siècles. Toutes les armes et unités sont reproduites à l'identique. Il fait partie des meilleurs jeu de stratégie sur la période, sans aucun doute. Tout comme Rome : Total War, de nombreux mods ont été réalisé par une grande communauté.
Intérêt historique :
  • +Longue durée de vie et très bonne rejouabilité
  • +21 factions historiques jouables
  • +Un nombre conséquent d'unités historiques avec pour chacun une fiche descriptive
  • +Possibilité de re-faire l'histoire à notre goût
  • +Appel à la Croisade ou au Djihad
  • +Système de prisonniers à l'issus des batailles
  • +Beaucoup de Mods
  • -Missions répétitives
  • -IA perfectible
  • -Pas de batailles navales en temps réel et en 3D

  • HammerHammer Le petit Napoléon, Chroniqueur, Historien, Youtubeur
  • "Ce qui ne me tue pas me rend plus fort." Alexandre III le Grand
  • "Du sublime au ridicule, il n'y a qu'un pas." Napoléon Bonaparte