L'Oricou : Enquête à Paris sous Napoléon

El Presidente
Thématique
25 avril
2012
Info sur le jeu
Plateforme
  • PC Windows
  • Mac OS X
ÉditeurNémopolis
DéveloppeurNémopolis
Date de sortieOctobre 2006

Après un premier essai prometteur avec L'Émerillon : Enquête à la cour d'Aliénor d'Aquitaine , dont nous avions déjà fait le test sur HistoriaGames, le studio français Némopolis revient en 2006 avec L'Oricou : Enquête à Paris sous Napoléon. Uniquement disponible sur PC et Mac, ce deuxième épisode de la collection Voyages dans le Temps délaisse le Moyen-âge et la belle ville médiévale de Poitiers et nous propulse en 1809 dans un Paris en pleine évolution.

Ce nouvel épisode vous donne l'occasion d'incarner une nouvelle fois Oscar, le jeune robot qui a la capacité de voyager dans le temps. Il est toujours à la recherche de son créateur, toujours piégé à l'époque des dinosaures à cause de l'infâme Docteur du Noï, toujours avide de pouvoir... Vous apprenez que votre pire ennemi se trouve à Paris en 1809 où il prépare un sale coup contre l'empereur Napoléon. Vous allez devoir vous y rendre également pour mettre la main sur du Noï et sur la machine à remonter le temps afin de récupérer votre maître.

Comme pour L'Émerillon, L'Oricou : Enquête à Paris sous Napoléon est une aventure historique destinée à un jeune public avide de découvrir l'Histoire du Premier Empire et du Paris de 1809 ainsi qu'aux parents désireux d'acheter un jeu éducatif à leurs enfants. Son contenu historique est une nouvelle fois bien garni et est adapté au programme scolaire de 4ème. Une riche encyclopédie de 134 pages est également présente, réalisée notamment par Raphaël Lahlou, historien et spécialiste des deux Empires. Elle est directement présente dans le jeu avec la possibilité de l'imprimer. Vous pouvez également acheter l'encyclopédie avec le jeu.

Son contenu est vraiment important et permettra à tous de 7 à 77 ans d'en apprendre d'avantage sur la période, à commencer bien entendu par l'empereur Napoléon. Riche et complète, l'encyclopédie traite de plusieurs thèmes, dont certains pourront être utiles durant votre enquête. Vous en apprendrez plus sur Malmaison, la situation politique et la censure, l'égyptomanie, les caricatures et la propagande, la vie économique, sociale et culturelle sous l'Empire, l'armée de Napoléon (uniformes, armes, artillerie...), ainsi que sur les lieux et monuments célèbres de Paris (rue de Rivoli, la colonne d'Austerlitz, le Panthéon, les Invalides, le cimetière de Pictus...). Bref, il s'agit une nouvelle fois d'une des forces pour ce jeu qui permet de s'amuser tout en apprenant.

Par rapport à L'Émerillon, L'Oricou propose quelques nouveautés bienvenues, bien que peu nombreuses. Le jeu reste techniquement très en deçà des productions de l'époque mais ceci s'explique par le petit budget du studio français. En outre, certains passages ne sont pas fluides et la résolution reste bloquer à 1024x768. Mise à part quelques problèmes de jouabilité pour certains mini-jeux (vous vous arracherez les cheveux durant la poursuite en chariot), le jeu est plus agréable que son aîné.

Les différents tableaux, bien plus nombreux et toujours dessinés à la main, sont plus jolis notamment ceux représentant les lieux et monuments célèbres de Paris. Ils sont également plus peuplés d'individus en tout genre, contrairement à L'Émerillon, où l'on pouvait avoir l'impression de se trouver sur Myst quelques fois.

Le jeu est un peu plus long, compté entre 5 et 7 heures en fonction de votre niveau et de votre logique, pour le finir. Et bien plus si vous lisez toute l'encyclopédie. Les énigmes sont plus complexes et feront appel à vos connaissances et à votre logique pour pouvoir les résoudre. Vous aurez à faire à de nouveaux mini-jeux, plus ou moins faciles, plus ou moins agréables à jouer, des mots à découvrir, des messages à décoder, des joutes verbales et à l'épée et... la fameuse poursuite en chariot.

Parmi les nouveautés, on a la possibilité de se rendre directement dans l'encyclopédie lorsque l'on clique sur un élément intéressant du décor. Cela permet de rendre l'encyclopédie plus utile et plus présente contrairement à L'Émerillon. Oscar possède désormais plusieurs mouvements, vous ne serez plus obligés d'attendre quelques minutes en attendant qu'il se déplace vers un autre écran en marchant. Dans L'Oricou, Oscar peut maintenant courir, ajoutant ainsi du dynamisme à l'aventure. Il peut également user de furtivité. En effet, durant votre aventure, vous devrez vous mouvoir sournoisement pour atteindre votre objectif.

Un jeu d'aventure sans personnage ne serait pas un jeu d'aventure, enfin à part Myst ou Riven, et sur point on est servi. Vous rencontrerez ainsi Joseph Fouché (ministre de la Police), Charles Louis Schulmeister (espion de Napoléon 1er), des dragons (les soldats, pas l'animal mythique), le gamin de Paris, les membres d'une conspiration mystérieuse, un abbé que l'on a déjà croisé dans une aventure précédente, Joséphine et Napoléon, lui-même. Tous sont doublés avec des voix beaucoup moins ridicules que dans L'Émerillon. On note d'ailleurs la présence de vraies voix féminines, ce qui est toujours plus agréable à entendre que les caricatures du premier volet.

6.5
L'Oricou : Enquête à Paris sous Napoléon

L'Oricou : Enquête à Paris sous Napoléon est donc un jeu d'aventure historique plus réussi que son aîné, bien qu'il reste encore bien des soucis techniques. Un poil plus long, un peu plus complexe, plus joli, ce jeu est plutôt destiné aux plus jeunes et à leurs parents qu'aux Hardcore Gamers, adeptes des jeux survitaminés. Son contenu historique est par contre exemplaire et permet d'en apprendre un peu plus sur la période du Premier Empire, sur Napoléon et le Paris de 1809.
Intérêt historique :
  • +Une encyclopédie riche et complète
  • +Découverte du Paris de 1809
  • +Des jolies monuments dessinés à la main
  • +Des énigmes un peu plus complexes
  • +Possibilité de se déplacer rapidement ou en furtivité
  • -Techniquement imparfait
  • -La poursuite en chariot
  • -Peu de nouveautés par rapport à L'Émerillon

  • Aymdef El Présidente, Rédacteur en chef, Testeur, Chroniqueur, Historien Email | Twitter
  • "L'objet de la guerre n'est pas de mourir pour son pays, mais de faire en sorte que le salaud d'en face meure pour le sien." George S. Patton