Nicolas Eymerich : L'inquisiteur - Test écrit

Orochti
Thématique
24 juillet
2013
Info sur le jeu
Plateforme
  • PC Windows
  • Mac OS X
  • iPad
  • Android
ÉditeurAnuman Interactive
DéveloppeurTiconblu
Date de sortieJuillet 2013

L'Inquisiteur est un Point&Click qui nous propose de revivre les aventures de Nicolas Eymerich durant l'époque médiévale. Il s'agit d'un inquisiteur, né vers 1320, mort en 1399, qui fut très connu pour son caractère colérique et sournois. Il fut notamment l'un des premiers à contourner les lois papales, qui interdisaient d'administrer la question plus d'une fois.

Le jeu est le premier volet d'une série de quatre épisodes, dont le premier s'intitule La Peste. L'aventure est reprise des romans de Valerio Evangelisti, dont je n'ai hélas point lu (mais je vais bientôt me rattraper). C'est un jeu qui se joue avant tout sur tablette et sur téléphone, mais une version PC existe, et c'est celle-ci que j'ai pu tester. Subira-il l'inquisition ? Réponse dans ce test !

In Nomine Patris...

Le scénario débute en 1345, dans un petit monastère dominicain non loin de Carcassonne. Nicolas Eymerich est appelé par le père du lieu, qui lui explique rapidement qu'un de ses prêtres a disparu dans la ville de Carcarès pour d'étranges raisons. Sentant le piège à plein nez, Nicolas Eymerich décide d'enquêter dans le coin, et va découvrir plein de mystères qui vont le mener peu à peu à la véritable situation, et découvrir les mensonges de sa venue.

Vu comme ça, l'histoire semble sympathique. L'univers médiéval est bien retransmis et on se laisse prendre et guider dans les péripéties de notre cher prêtre. D'ailleurs, le gros intérêt du jeu est son personnage, Nicolas Eymerich, très charismatique, avec son caractère cruel et machiavélique, en parfait contraste avec son statut de prêtre qui doit aider les brebis égarées. Avec Nicolas, les brebis égarées, elles sont sauvées par le feu du bucher !

Dans ce premier épisode, il faut avouer que le scénario n'avance pas beaucoup. Il y a assez peu d'événements qui interviennent et qui devraient couper les phases de recherche. C'est dommage car concrètement, on passe les trois-quarts du jeu à rechercher des objets, à les assembler, à les actionner et c'est seulement une fois qu'on a fini toutes nos actions qu'on peut passer à autre chose. Il y a un manque de rythme. De plus, j'ai trouvé la fin décevante, avec un mélange d'esprit et de vision... C'est une fin étrange, et je n'ai vraiment pas aprécié, mais ça n'est que mon avis. En somme, l'histoire commence très doucement. Ce n'est pas mauvais, mais, ce n'est pas excellent non plus.

Et Filii...

Concernant le gameplay, c'est ultra classique. C'est un Point&Click qui n'innove pas. Nous sommes dans des tableaux dans lesquels notre personnage interagit avec le décor, plus ou moins facilement. En effet, si les contrôles sont basiques, il faut être très précis et savoir bien cliquer au bon endroit pour réussir l'action. De plus, l'interface peut de temps en temps se révéler gênante, accentuant  le calvaire du jeu. C'est un problème qui est assez récurrent dans ce style de jeu, et qui hélas est encore présent ici.

Concernant les énigmes, on retrouve quelques idées sympathiques, mais adaptées surtout pour les appareils portables. Par exemple, il faudra gratter une zone, tirer, pousser, accentuer la pression du doigt. Tout cela est bien sympathique... sur tablette. Sur ordinateur, c'est différent, et cela marche moyennement bien. Dans l'ensemble, les énigmes ne nous demandent pas de réaliser des actions irréalistes du style « J'ai une corde, et un bout de tissu, donc je peux faire un parachute ! », ce qui est un bon point car on peut avancer dans le jeu. Cependant, vous risquez d'être régulièrement bloqué par des actions à réaliser, par des lieux peu visibles sur les tableaux, ou alors des éléments cachés difficiles à repérer.

Heureusement, le jeu propose un système d'aide pour vous débloquer. D'ordinaire, dans les jeux classiques d'aventure ce sont des indices qui sont donnés, pour nous donner un petit coup de main. Hélas, ce n'est pas du tout le cas ici. En effet, le jeu prend le contrôle du personnage et réalise l'action de lui-même. Pour moi, cela tue littéralement l'expérience vidéoludique. D'une part, l'aventure se retrouve être d'une facilité déconcertante où il suffit de cliquer régulièrement sur cette croix pour que le jeu avance de lui-même, et d'autre part, on perd le challenge... Le joueur est toujours tenté de cliquer. C'est bien plus facile. Nous n'avons même plus besoin de réfléchir, le jeu le fait à notre place. En plus de cela, on découvre un autre problème lié à ce système d'aide. Dans l'histoire, nous avons quatre ou cinq missions à faire, qu'on réalise chacune en parallèle, avançant selon notre rythme. Imaginons que nous sommes bloqués sur la quête numéro 3, et nous utilisons le système d'aide. Cependant, le jeu va en fait prendre un objet ou faire une action concernant la quête numéro 5. Résultat, vous n'êtes pas plus avancés dans votre quête, et en plus, vous avez perdu une énigme que vous auriez pu découvrir vous-même. Mettre en place un système d'aide n'est pas une mauvaise chose, loin de là. C'est utile, surtout dans ce genre de jeu, mais quand ce système n'aide plus le joueur mais l'assiste complètement, on y perd beaucoup de plaisir et en qualité.

et Spiritus Sancti...

Graphiquement, sur PC nous sommes là face à un jeu qui date d'un autre temps, que les moins de Vingt ans ne peuvent pas connaître. Les personnages sont râtés et modélisés au cutter. Les environnements ne sont pas parfaits non plus à cause de textures baveuses et d'un aspect flou. Sur tablette et téléphone portable, ça doit passer parfaitement, étant donné que les écrans sont plus petits, mais sur un ordinateur, en résolution haute et les graphismes en ultra, le jeu brûle la rétine. Même du coté de la patte artistique, sur les différents tableaux qu'on peut découvrir en jeu, ce n'est pas bien folichon. À aucun moment, on trouve le jeu beau. En revanche, les objets qu'on peut ramasser sont en réalité des images d'objets réels, qui donne un petit plus aux graphismes, même si au début, nous sommes choqués de ce contraste entre la belle image, nette et réaliste, face au décor pauvre et flouté. Quelques rares cinématiques apparaissent de temps en temps dans l'aventure, et elles ne sont même pas en HD. Elles sont complètement pixélisés et irregardable sur un écran d'ordinateur. Mais bon comme on dit, les graphismes ne font pas tout le jeu, mais quand même, on croit parfois revenir à quelques années en arrière.

Concernant la bande-son du titre, c'est également assez pauvre. Il y a peu de musiques. Celle qu'on peut entendre sur l'écran titre du style rock est bien. Nous avons l'occasion de l'entendre plusieurs fois dans l'aventure, mais elle est un peu seule ! Les autres pistes sont discrètes, voire inexistantes. La majorité du temps en jeu, nous n'avons pas de musique. Les bruitages sont biens, aucuns soucis là-dessus. Pour les dialogues, c'est pas mal même si c'est clairement surjoué. En revanche, on peut noter un excellent point, nous pouvons choisir de mettre des voix anglaises, italienne ou... en latin ! Et, je peux vous dire que jouer en latin, c'est génial, et très agréable. Notons tout de même un point noir, avec la bande son qui déconne pas mal lors des dialogues. Parfois, nous avons l'impression que les voix sont recouvertes, et parfois non, ce qui donne un dialogue avec la voix qui monte et qui descend, ce qui peut devenir saoulant à la longue.

Amen

Au final, malgré tout ses défauts, le jeu reste sympathique à faire, et on prend plaisir à y jouer, à essayer de découvrir la vérité. L'aventure dure entre six et huit heures, à condition de ne pas utiliser excessivement l'astuce à tout va ! C'est la durée moyenne des jeux d'aventure actuels. Sachez tout de même que 3 autres parties se rajouteront au premier épisode par la suite et qu'il est vendu beaucoup plus - trop - cher sur PC que sur mobile ce qui est bien dommage au vue de la qualité et des défauts présents pour la version que nous avons testé. Si on ne regarde pas le prix, le jeu reste sympathique, et intéressant et peut donner envie par la suite, mais il n'y a rien de culte. Il reste très classique dans son genre, et malgré la pauvreté de Point&Click sur le marché, il y a tellement mieux.

Et c'est là tout le problème parce que le personnage de Nicolas Eymerich est vraiment excellent, le jeu en latin est une vraie plus-value, et quelques passages du jeu sont bons ! Tout n'est pas à jeter dans ce jeu mais les prochains épisodes devront s'améliorer sous peine de connaître l'inquisition.

On sent que le jeu a été fait pour tablette et en conséquence il s'agit ni plus ni moins d'une mauvaise adaptation pour PC. Sur tablette, les graphismes deviennent assez bon, étant donné la plus faible résolution et des plus petits écrans, une durée de vie de six à huit heure pour un jeu tablette, c'est très bon, et le gameplay est bien meilleur pour les énigmes grâce à l'écran tactile !

5.0
Nicolas Eymerich : L'inquisiteur - Livre 1 : La Peste

L'inquisiteur - Livre 1 : La Peste n'est pas mauvais, proposant une aventure intéressante, un personnage hautement charismatique et la possibilité de jouer en latin. Cependant, il possède un nombre de défauts sur PC le rendant désagréable à jouer. Des graphismes d'un âge dernier, peu de musiques et un gameplay lourd. Nous espérons cependant, qu'il ne s'agit que d'un mauvais départ et que la suite s'embellira, sous peine de devoir subir l'inquisition !
Intérêt historique :
  • +Le machiavélique Nicolas Eymerich
  • +Possibilité de jouer en Latin
  • +Histoire intéressante
  • +Durée de vie
  • +Parfait pour tablette
  • +Les petits bonus à découvrir
  • -Mal adapté pour PC
  • -Graphisme et technique d'un autre âge
  • -Gameplay lourd sur PC
  • -Musique trop discrète et peu variée

  • Orochti Le Chti templier, Ancien membre d'HistoriaGames
  • "Tu dois aimer la France, car la nature l'a faite belle, et son histoire grande." Ernest Lavisse
  • "Eureka !" Archimède