Europa Universalis IV : Mandate of Heaven

Roi d'Albanie
Thématique
16 mai
2017
Info sur le jeu
Plateforme
  • PC Windows
  • Mac OS X
  • Linux
ÉditeurParadox Interactive
DéveloppeurParadox Development Studio
Date de sortieAvril 2017

Dixième DLC pour Europa Universalis IV, « Mandate of Heaven » est consacré à l’Extrême Orient, l’une des rares zones du monde qui n’avait pas encore eu droit à son DLC dans Europa Universalis IV.

La Chine et le Japon sont donc mis à l’honneur dans un DLC qui, au-delà de séduire, a su convaincre.

La Chine : un trône qui renforce l'Empire Ming

Le vaste Empire Ming était jusqu’alors connu par les joueurs d’Europa Universalis pour être une poudrière géante explosant généralement en mille morceaux aux alentours du XVIIème siècle. Cet énorme territoire sera désormais bien plus redoutable et redouté qu’auparavant. Disposant dorénavant de mécaniques de jeux lui étant propres, il faudra donc apprendre à le craindre, car il a bien moins tendance à se disloquer qu’auparavant.

Tout comme le Saint Empire et le pouvoir papal, l’Empire de Chine dispose désormais de son interface personnelle qui lui permet d’asseoir son pouvoir sur les nations tributaires. Grâce à cette fenêtre, celui qui règne sur les vastes provinces chinoises peut exercer son autorité et la renforcer. Attention toutefois, il faut maintenir la stabilité, sous peine d’imploser et de perdre toute autorité. La chose n’est pas toujours aisée au sein de l’immense Empire, auquel il faut rajouter toutes les nations tributaires que vous aurez rangé sous votre tutelle.

Ainsi, le joueur pourra, s’il dispose d’assez de points de méritocratie, nouvelle ressource propre aux Chinois, faire passer des réformes, permanentes, et des décrets, temporaires et disposant en général d’une durée de validité de 10 ans. Ces décisions vous donneront divers bonus très appréciables, concernant la qualité de vos troupes, votre économie, votre diplomatie... Toutefois, il pourra parfois être ardu de rassembler les points nécessaires au passage d’une réforme. Aussi, face à la masse titanesque de l’Empire chinois, pensez à vous armer de courage.

Test d'Europa Universalis IV : Mandate of Heaven

L’Empire chinois tire son autorité des tributs qu’il impose à ses voisins. Si vous avez trop peu de pays tributaires, votre autorité en pâtira et la stabilité sur votre empire sera plus difficile à maintenir. Veillez-donc à rappeler fréquemment à vos voisins vers qui doit aller leur allégeance, sous peine de rencontrer de graves difficultés. Certains tributaires pourront être convaincus par la seule voie diplomatique, mais d’autres nécessiteront d’être rappelés à l’ordre par la voie de l’épée. L’ensemble de ces mécaniques parvient à retranscrire avec précision et pertinence l’énorme ensemble bureaucratique que représentait à l’époque l’Empire chinois, et les immenses efforts auxquels il doit consentir pour maintenir la stabilité en son sein, alternant voie diplomatique et voie militaire.

Une fois de plus, force est de constater que par ses choix de gameplay et par les mécaniques qu’il incorpore à son jeu, le studio suédois parvient à simuler de façon convaincante une situation historique à un moment donné : ici, la Chine durant son ère impériale. Il devient dès lors véritablement intéressant de jouer Chinois, car vous pouvez, en cas de bonne gestion de votre Empire, rapidement accumuler des richesses et une armée puissante pour, pourquoi pas, résister aux Européens.

Test d'Europa Universalis IV : Mandate of Heaven

Le Japon : Un shogunat enfin personnalisé !

Le Japon commence pour sa part la partie encore plus divisé et éclaté qu’auparavant, plusieurs nouveaux Daimyos ayant fait leur apparition. Le niveau de détails est saisissant et le joueur va devoir s’armer de courage et de patience pour unifier le Japon. Le siège du Shogun se trouve à Kyoto, capitale japonaise à cette époque. Face aux Daimyos, vous aurez l’impression d’être un professeur devant gérer une cour de récréation, tant les guerres internes seront aussi nombreuses que dans le Saint Empire. Aussi, pour remettre un peu d’ordre et unifier tout ceci, il vous faudra là encore alterner guerre et diplomatie.

Une fois que vous aurez unifié le Japon, vous pourrez alors tenter de fonder des colonies par-delà les frontières de l’archipel nippon, ou vous frottez aux puissances locales rivales, telles la Chine ou la Corée.

Test d'Europa Universalis IV : Mandate of Heaven

Hormis cela, notons également que les édits provinciaux font leur apparition dans la totalité des zones géographique du jeu et ils permettent d’obtenir des bonus intéressant sur une durée limitée, en échange d’un certain coût de mise en place. Ainsi, il pourra parfois être utile de demander à certaines de vos provinces de prendre des édits pour favoriser la diffusion des institutions technologiques, si celles-ci peinent à atteindre votre pays.

Le nouveau menu diplomatique, ainsi que celui de construction des bâtiments, sont également à saluer, tant ils apportent clarté et simplicité au jeu. Plus aucune alliance ou plus aucun mariage royal ne pourront vous échapper grâce au premier, tandis que le second vous offrira une vue claire et précise des provinces les plus rentables pour y construire des bâtiments.

Le nouveau système « d’âges » est également intéressant, découpant le jeu en époques distinctes et vous permettant de générer des points de splendeur vous donnant accès à divers bonus. Vous pourrez également, sous certaines conditions, déclencher une seule fois dans la partie un âge d’or pour votre pays, ce qui ne manquera pas de lui offrir des bonus énormes, mais limités dans le temps. Ce nouveau système remplace l’ancien des bonus historiques aux nations. Il permet de personnaliser davantage l’expérience de jeu tout en offrant plus de possibilités au joueur. Déclencher son âge d’or au bout d'un moment pourra par exemple avoir des répercussions sur la totalité de la partie.

Test d'Europa Universalis IV : Mandate of Heaven

8.5
Europa Universalis IV : Mandate of Heaven

Toujours plus loin

Ce « Mandate of Heaven » a été pensé dans un seul but : offrir l’expérience de jeu la plus profonde possible, tout en restant simple et pratique. Et force est de constater que c’est plutôt réussi ! Jusqu’alors ignoré des DLC, l’Extrême-Orient a droit à un contenu soigné et personnalisé, très appréciable pour la Chine et pour le Japon.

Les autres ajouts, comme le système d’âge et les nouveaux menus, plus faciles d’utilisation, sont également très bien pensés. Mandate of Heaven s’inscrit donc comme l’un des meilleurs DLC jamais réalisé pour Europa Universalis IV. Quant à savoir si son prix est justifié, cette question est en revanche délicate...

Intérêt historique :
  • +Les mécaniques propres à la Chine et au Japon
  • +Le système des âges et la possibilité d’avoir un âge d’or
  • +Les nouveaux menus, ultra faciles à utiliser
  • -Encore et toujours du DLC
  • -Du contenu, mais cher

  • Zog Chroniqueur, Historien, Testeur, Youtubeur
  • « Une Europe fédérée est indispensable à la sécurité et à la paix du monde libre. » par Jean Monnet en 1952