Europa Universalis IV : Cradle of Civilization

Roi d'Albanie
Thématique
10 janvier
2018
Info sur le jeu
Plateforme
  • PC Windows
  • Mac OS X
  • Linux
ÉditeurParadox Interactive
DéveloppeurParadox Development Studio
Date de sortieNovembre 2017

Alors qu’Europa Universalis IV a soufflé sa quatrième bougie cet été, force est de constater que le best-seller de Paradox Interactive se porte encore très bien et que le papy fait de la résistance. En témoigne les nombreux DLC qui lui sont encore consacré par le studio suédois et qui se vendent tous très bien, malgré leur prix qui, à la longue, porte toujours à débat. Aujourd’hui, place à « Cradle of Civilization », un DLC qui se concentre sur le Proche et Moyen-Orient.

Zone pivot d’Europa Universalis IV, avec plusieurs grandes puissances comme les Mamelouks et l’Empire Ottoman, le Moyen-Orient n’avait jusqu’alors pas eu droit à un soin particulier et à son DLC attitré. C’est désormais chose faite. Constitue-t-il une bonne ou mauvaise surprise ? Réponse à travers notre test.

Test d'Europa Universalis IV : Cradle of Civilization

Un DLC plus que bienvenu

De par son emplacement stratégique et par le nombre de pays intéressants à jouer qu’il concentre en un faible espace géographique, le Moyen-Orient est l’une des zones les plus captivantes à voir évoluer dans Europa Universalis IV. Qu’il s’agisse des Mamelouks, des Ottomans, des Timourides ou encore des Ethiopiens, nombreux sont les peuples offrant des parties relevées et des challenges intéressants.

Autant dire qu’avec la sortie tardive d’un DLC lui étant enfin consacré, le onzième majeur pour Europa Universalis IV, Paradox Interactive corrige ici ce qui pourrait s’apparenter à une anomalie. En effet, à mon sens, la zone est bien plus intéressante à jouer que l’Extrême Orient ou que la Russie. Pourtant, ces deux aires géographiques ont vu des mécanismes de gameplay leur étant propre implémentés dans des DLC qui sont sortis avant ce Cradle of Civilization.

Nombreuses sont les nations musulmanes qui reçoivent de par ce DLC des mécanismes de jeu leur étant propres et des spécificités uniques. Cela renforce les possibilités historiques et les orientations stratégiques possibles.

Le système de religion a pour l’occasion totalement été repensé, avec une utilisation des différents courants de pensée de la foi musulmane qui permet d’orienter sa stratégie de façon flexible selon ses besoins. L’idée est intéressante, bien maitrisée, parfaitement exploitée, et renforce le système de piété qui était jusqu’alors quelque peu limité.

De nombreux évènements et de nombreuses décisions historiques propres à ces pays font également leur apparition, permettant notamment de redistribuer la balance du pouvoir dans la région d’une façon assez intéressante.

Test d'Europa Universalis IV : Cradle of Civilization

« Mamelouk is the new Ottoman »

C’est par cette phrase que l’on pourrait résumer une partie du DLC. Avec de nouvelles mécaniques renforçant leur puissance, les Mamelouks ont désormais les armes nécessaires pour lutter contre l’Empire Ottoman en début de jeu.

Suite au morcellement de la zone, et à l’apparition de nouvelles nations jouables, le contexte est moins favorable en début de partie pour l’Empire Ottoman qui, s’il conserve une puissance non négligeable, perd une partie de ses ambitions et de son hégémonie.

Le rééquilibrage est plus que bienvenu, et permet à un empire comme celui des Mamelouks de devenir une grande puissance capable de rivaliser à armes égales, même avec les nations européennes.

Encore une fois, au niveau des possibilités stratégiques offertes, les implémentations du DLC offrent des possibilités multipliées, diversifiées et renouvelées. La chose est on ne peut plus appréciable, vis-à-vis d’une région du monde qui, jusqu’alors, était dominée uniquement par l’Empire Ottoman.

Plus à l’Est, l’empire des Timourides, d’inspiration nomade et mongole, constitue un autre acteur intéressant qui peut notamment former la Perse, bastion du chiisme. Les luttes d’influence seront donc nombreuses, avec une carte du monde remodelée et des frontières bouleversées qui redistribuent l’équilibre du pouvoir et de la puissance.

Test d'Europa Universalis IV : Cradle of Civilization  Test d'Europa Universalis IV : Cradle of Civilization

Les autres ajouts, tous très inspirés

DLC après DLC, on se demande ce que Paradox Interactive pourrait encore rajouter comme contenu innovant à son jeu. La liste s’amenuise, mais le développeur suédois trouve pour autant toujours quelques idées sympathiques à implémenter pour rapprocher encore plus Europa Universalis IV du jeu de gestion et de grande stratégie ultime.

Ce DLC voit par exemple apparaitre la mécanique de professionnalisation des armées qui vous permet de maintenir vos armées entrainées en temps de paix. Cela vous coûte de l’argent mais rend vos troupes et vos officiers plus efficaces sur le champ de bataille. Aussi, la chose ne manque pas d’offrir de nouvelles possibilités, notamment avec un petit pays doté d’une armée professionnelle. Les bonus sont tels qu’il pourra lutter contre des armées bien plus importantes, mais peu entrainées.

Il est également possible d’améliorer les conseillers pour augmenter le bonus mensuel qu’ils fournissent en points de monarque, moyennant financement. Dans l’ensemble, l’essentiel des ajouts de ce DLC sont tous très inspirés et offrent une expérience de jeu rafraichissante et renouvelée avec un souci du détail toujours plus poussé.

Test d'Europa Universalis IV : Cradle of Civilization

Une réussite

Craddle of Civilization est dans l’ensemble un DLC on ne peut plus réussi, qui permet d’offrir une expérience de jeu personnalisée et unique pour les pays du Proche et du Moyen-Orient. Le développement de mécaniques de jeu propres à ces Etats on ne peut plus intéressants est une bonne chose qui ne manque pas d’améliorer grandement l’expérience de jeu et l’immersion en partie. La prise en main de ces nouvelles mécaniques se fait de façon relativement intuitive.

Pour autant, malgré le fait que le contenu de qualité soit au rendez-vous, ce DLC ne semble pas nécessairement être indispensable pour les joueurs qui ne sont pas du tout intéressés par cette région du monde.

À l’inverse, si vous aimez faire des parties dans la zone, Cradle of Civilization est indispensable, tant il renouvelle en profondeur l’expérience de jeu. Il faut toutefois passer une fois de plus à la caisse pour en profiter... À la longue, la facture peut s’avérer saler. Il convient alors de compenser et d’amortir ces dépenses en les convertissant en centaines d’heures de jeu... chose facile à faire vu la durée de vie démentielle de cet Europa Universalis IV qui, rappelons-le, quatre ans après sa sortie, parvient encore et toujours à se renouveler et à nous divertir. Excusez du peu !

8.0
Europa Universalis IV : Cradle of Civilization

Craddle of Civilization saura ravir les afficionados d'Europa Universalis IV en rendant le jeu encore plus profond et réaliste dans une zone géographique majeure de l’Histoire. Néanmoins, on peut s’interroger quant à la démarche suivie par Paradox Interactive. Si chaque zone du monde doit recevoir un DLC similaire, la facture risque d’être très salée pour les joueurs !
Intérêt historique :
  • +Des ajouts toujours aussi bien pensés et cohérents
  • +Une refonte totale de l’expérience de jeu au Moyen-Orient
  • +Un nouvel équilibre régional intéressant
  • +La refonte de la religion musulmane
  • +La mécanique de professionnalisation des armées
  • +plus_liste
  • -Le prix
  • -Un DLC qui aurait dû venir plus tôt

  • Zog Chroniqueur, Historien, Testeur, Youtubeur
  • « Une Europe fédérée est indispensable à la sécurité et à la paix du monde libre. » par Jean Monnet en 1952