Cossacks 3 : Un remake simplement graphique

Maréchal de l'Empire
12 octobre
2016
Info sur le jeu
PlateformePC Windows
ÉditeurGSC Game World
DéveloppeurGSC Game World
Date de sortieSeptembre 2016

« I'll be back » auraient été les derniers mots de Cossacks II aux fans de la série avant de revenir sur nos écrans sous la dénomination de Cossacks 3.

Pas moins de 10 ans se sont écoulés avant de voir paraître ce dernier opus. Néanmoins avant de s'enflammer à sa seule vue, il est important de préciser que ce jeu n'est qu'un remake. Ainsi nous serions en droit de nous demander, quels sont les changements apportés au jeu ? Y en a-t-il vraiment ? Pour répondre en toute honnêteté, je dirai qu'il n'y a aucun changement cependant il en vaut la peine.

Cossacks a toujours eu pour vocation de nous plonger dans l'Histoire. Après avoir écumé les champs de batailles européennes du XVIIème et du XVIIIème siècles, puis les guerres napoléoniennes, les développeurs ont décidé de s'intéresser à des conflits parfois méconnus de nos jours tels certains épisodes de la lutte du Saint-Empire face aux Turcs, la lutte de la république des Deux Nations face aux Tartares, l'affirmation de la suprématie de la flotte française face aux Anglais et Espagnols ou encore les combats victorieux des cosaques. Vous noterez que les périodes abordées par les développeurs restent les mêmes. C'est dans ces différents contextes historiques que nous pouvons revivre les cinq campagnes composées de cinq missions.

  

Un gameplay inchangé

Simple remake

Il est important de savoir que Cossacks 3 est uniquement un remake de Cossacks et notamment de Back to War. Hormis les graphismes et quelques éléments de gameplay, rien n'a changé. C'est pourquoi la note générale prend en compte les qualités d'origine de Cossacks et de Back to War. Il va sans dire que si vous possédez déjà ces deux jeux, Cossacks 3 ne vous sera d'aucune utilité.

Chacune de ces campagnes est consacrée à une faction et à son histoire à laquelle vous devrez prendre part, par exemple dans la campagne qui se nomme « têtes rondes et cavaliers » nous voilà plongés en Angleterre durant la première guerre civile. Le jeu permet de nous en apprendre plus sur ce conflit et sur les batailles auxquelles nous participons.

En somme, Cossacks 3 nous propose de nombreuses parties dont certaines pouvant aller jusqu'à 2 heures de jeu selon le niveau de difficulté choisi. Chaque partie est intéressante que ce soit du côté du gameplay ou pour le contenu historique. Toutefois, cela vous prend vite aux tripes et il devient parfois difficile de s'arrêter en pleine partie. De plus, il existe trois missions bonus qui nous emmènent durant la Guerre de Trente ans et deux autres dont je vous laisse découvrir le contenu.

Comme dit précédemment, peu de choses ont changées si ce n'est le style graphique et quelques petits éléments de gameplay. Ainsi, lorsque nous débutons une partie, nous nous retrouvons avec nos villageois, on ordonne la construction d'un hôtel de ville afin de permettre le recrutement de nouveaux paysans. Il faut leur affecter des tâches diverses et variées, telles que couper du bois, miner ou encore s'occuper de la gestion des moulins afin de pouvoir récolter de la nourriture pour maintenir en état notre petite ville et nos armées. Jusque-là, rien de réellement nouveau, mais gardons à l'esprit qu'il ne s'agit que d'un remake.

À cela, vous ajoutez le fait que vous devez construire des bâtiments qui ont chacun leurs caractéristiques : caserne (permet de recruter différents types de soldats), port (permet la production de navires de guerre, de transports, de pêche), forge (permet d'améliorer les outils ou l'armement), réserve (permet de stocker des ressources primaires), académie (permet de développer de nouvelles technologies ), etc... Rien de vraiment original si vous avez déjà joué à des jeux de stratégie en temps réel, mais cela reste toujours efficace pour peu que l'on attend pas de nouveautés.

Ensuite, nous commençons le recrutement de nombreuses unités de guerre dont nous pouvons améliorer leurs compétences d'attaque comme de défense moyennant quelques denrées importantes.

Comme tout bon jeu de stratégie, chacune de ces unités ont elles aussi leurs avantages et désavantages. Par exemple, les piquiers seront d'une efficacité redoutable face aux unités de cavalerie de mêlée, alors que les mousquetaires seront eux plutôt l'ennemi des piquiers qui seront vulnérables aux balles le temps de venir à leur contact.

De plus, si le nombre de vos troupes est suffisant et que vous avez pu engager un officier ainsi qu'un tambour, vous pouvez former des bataillons et ordonner des formations selon les situations, ligne pour les mousquetaires, carré pour les piquiers face à la cavalerie, colonne etc...

L'artillerie joue un rôle primordial dans Cossacks 3, quelques canons (ou howitzer) suffisent à faire la différence car leurs tirs sont particulièrement dévastateurs.

Une fois n'est pas coutume nous retrouvons les navires, nous pouvons alors, selon les cartes (qui sont générées de manière aléatoire lors de « simples parties » ), allier les combats maritimes et terrestres.

Quel intérêt d'acheter ce remake s'il ressemble comme deux gouttes d'eau à ses prédécesseurs, me direz-vous ? Le grand intérêt de ce remake, comme pour Age of Empire HD, réside sans doute dans le multijoueur... Enfin, quand celui-ci abonde de joueurs, ce qui n'est pas, à l'heure actuelle, le cas (environ 500-700 joueurs aux heures de « pointe » et parfois seulement 50...). D'ailleurs, le multijoueur n'était pas disponible à la sortie du jeu, il a fallu attendre de - trop - nombreux patchs pour qu'il arrive. Il faut désormais espérer que celui-ci se remplisse d'autant plus que vous pouvez affronter des joueurs jusqu'à du 4 vs 4.

  

Un changement graphique tout au plus

Une des grandes nouveautés d'un point de vue graphique de Cossacks 3 est l'ajout de la 3D. En effet, les bâtiments, arbres, pierres, unités et autres sont en 3D désormais. Autrefois, sur les premiers Cossacks, ces éléments étaient sous forme de sprites, c'est-à-dire de simple plan/dessins qui étaient animés. Les graphismes restent assez jolis mais n'apportent rien d'exceptionnel.

De plus, les développeurs avaient affirmé que les effets du feu ou de la fumée seraient incroyables. Eh bien... Non. Ils sont assez basiques, pour être honnête.

Mais là où j'ai été surpris, c'est au sujet de la qualité des sons des fusils et des canons. Ils ont été remarquablement bien retranscrits, permettant une immersion encore un peu plus importante lors des phases de combat. Pour ce qui est des autres bruitages, on reste sur quelque chose de simple.

Ces quelques petites améliorations graphiques et techniques ont aussi permis aux développeurs de porter ce jeu sur nos machines actuelles et sur les différents systèmes tout en conservant cet aspect du jeu dit : « old school », la transcription du contenu et de l’ambiance des précédents Cossacks est réussi pour ce nouvel opus.

Cossacks III est un remake convenablement réussi permettant de nous plonger dans de nouvelles périodes, parfois très méconnues du grand public, en plus de pouvoir prendre part à de nombreuses parties en multijoueur.
Bien que les mécanismes restent les mêmes, les quelques améliorations qui ont été ajoutées restent très plaisantes tout comme le gameplay.

Cossacks 3  Cossacks 3

8.0
Cossacks 3

Remake graphique

En tant que simple remake, nous pouvons dire que Cossacks III est convenablement réussi. Il permet de nous plonger dans des périodes méconnues du grand public, en plus de pouvoir prendre part à des parties en multijoueur. Bien que les mécanismes restent les mêmes, les quelques améliorations qui ont été ajoutées restent très plaisantes tout comme le gameplay.

Cependant la note générale chute si vous possédez déjà les Cossacks, cette version ne vous apportera pas grand chose de plus, sauf si les développeurs laissent à la disposition de la communauté des outils pour modder le jeu.

Intérêt historique :
  • +Contextes historiques
  • +Bonne immersion au niveau du son
  • +Retour de Cossacks et de son gameplay classique
  • +La découverte d'un STR culte pour les nouvelles générations
  • +Graphisme sympathique
  • -Multijoueur un peu vide
  • -De nombreux patchs suivant la sortie = un jeu sorti trop tôt ou non testé ?
  • -Aucun réel apport au niveau du gameplay. La reprise du gameplay de Cossacks 2 aurait été plus judicieux.
  • -Inutile si vous possédez déjà les Cossacks

  • HammerHammer Le petit Napoléon, Chroniqueur, Historien, Youtubeur
  • "Ce qui ne me tue pas me rend plus fort." Alexandre III le Grand
  • "Du sublime au ridicule, il n'y a qu'un pas." Napoléon Bonaparte