Test /

Test de Close Combat : Panthers in the Fog

Par Le_Moine

  • PC Windows

Close Combat : Panthers in the Fog jaquette PC

Titre original : Close Combat : Panthers in the Fog
Groupe : Close Combat
Genre : Stratégie
Sous-genre : Stratégie en temps réel
Éditeur :
Développeur : Matrix Games
Sortie : 19 novembre 2012
Support : Windows XP | Vista | Seven
Langues : Anglais

Débutée en 1996 la série Close Combat est désormais entre les mains de Matrix Games qui a racheté la licence en 2006. Exit Atomic Games, place à Slitherine.

« En Normandie ?! » bis

Ce Panthers in Fog revient dans un cadre bien connu des joueurs de RTS et autres wargames : La Normandie ! Sauf qu'ici pas de Débarquement, de poche de Falaise ou de bataille de Caen. Le jeu nous place en pleine contre-attaque allemande. Nous sommes à Mortain au début du mois d'août 1944 (Opération Liège). Nous aurons ainsi la possibilité d'affronter les divisions blindées suivantes : La 1re division blindée SS (1. SS Panzerdivision), La 2e division blindée SS (2. SS Panzerdivision Das Reich), La 2e division blindée allemande (2. Panzerdivision) du général Freiher von Lütwitz et La 116e division blindée (116. Panzerdivision). 4 Panzerdivision dont le sort funeste restera dans l'histoire de cette grande Bataille de Normandie. Une fois de plus, un plan conçu par Hitler himself et qui a fait plouf. C'est donc cette déculottée allemande qui sert de contexte à ce Close Combat : Panthers in Fog. Un choix original qui change clairement des "remakes" pondus par le duo Matrix Games/Slitherine depuis 2006.

Ce nouveau Close Combat est surtout l'occasion pour Matrix Games d'essayer de relancer la série. Mais voilà, pas facile de compter uniquement sur les fans et sur un nom pour écouler un paquet de jeux. Mais il faut beaucoup à ce nouveau "Real Time Tactical & Strategy" pour pouvoir convaincre les joueurs et s'imposer dans un catalogue déjà très garni. Heureusement pour lui, Close Combat : Panthers in Fog a des arguments à faire valoir !

D'un côté nous avons un jeu vraiment très bien détaillé avec plus de 35 missions, 7 opérations et 4 campagnes. Ainsi, la durée de vie est de qualité d'autant plus que l'on peut refaire chaque mission dans l'autre camp. De quoi remplir de longues, très longues heures de jeux et de longs week-ends. Mais surtout Close Combat : PiF peut compter sur un grand nombre de paramètres. Un choix des développeurs afin que le joueur décide vraiment de comment se déroulera sa partie. Une excellente idée qui fait de ce Close Combat où chaque type de joueurs pourra avoir un jeu qui lui convient vraiment. Vous pourrez ainsi paramétrer les conditions pour la victoire (durée de partie, moral des troupes, objectifs à accomplir...) mais aussi le réalisme du jeu et sa difficulté. Une excellente idée qui permettra à un plus large public de savourer le titre de Slitherine. La prise en mains est assez rapide et efficace pour les habitués du genre, mais plus délicate pour les autres. On est bien loin des classiques du genre, Close Combat : PiF se révèle tout de même un poil élitiste. Revenons sur la possibilité de mettre le moral des troupes comme condition de victoire. Une idée tout simplement jouissive. Qu'il est bon de voir l'ennemi détaler et sa barre de moral s'effondrer quand on le pilonne alors que les pauvres sont coincés dans une impasse (au sens imagé du terme). Une impression de puissance se dégage alors, et la satisfaction de bien prendre le jeu en mains est encore plus gratifiante ! Merci Slitherine.

Un élitisme qui aura son intérêt pour les fadas d'histoire dans le sens où beaucoup de choses sont respectées : forces en présence, combats rapides et brutaux, pas de respawn énervant, déséquilibre des forces militaires pris en compte, ordres de bataille réalistes, symboles de chaque unités repris de la réalité... Une vraie petite bible pour ceux qui "auraient aimé" vivre une telle opération. On a vraiment l'impression d'y être, et de comprendre ou découvrir ce qui s'est passé du 7 au 13 août 1944. De ce côté là rien à redire sur ce Close Combat, même si les allemands ont plus de chances que dans la réalité et où le déséquilibre n'est pas aussi important qu'en 1944.

De l'autre côté, les novices (et même des plus expérimentés) seront perdus en pleine bataille avec un système de placement contraignant et qui contraste fortement avec l'aspect réaliste du jeu. On regrettera aussi des soldats tellement petits que l'on peut très facilement les perdre de vues, des combats qui tournent parfois trop vite en "face to face" et qui donnent l'impression de visualiser un Call of Duty en "vue de dessus".

Le moteur 2D "32bits" du jeu, ramène aussi son lot de défauts. Ainsi, il inhibe trop souvent les lignes de vues. On arrive parfois à s'imaginer d'être à la même hauteur que le char ennemi, à tirer en vain, et à se rendre compte qu'en fait se bougre était sur une colline... Rageant ! Ce moteur fait vraiment désuet par rapport à la concurrence et nous replonge dans un passé tout plat. Bien dommage.

Petit mais costaud

D'autant plus que la réalisation est fort sympathique. Avec ses 800MO on se dit que ce Close Combat : Panthers in Fog va passer pour un jeu DS, mais au final la réalisation est convaincante. Très loin d'un Company of Heroes néanmoins. Le jeu d'ombres est de qualité, les décors sont variés et plutôt jolis, bref le jeu est bien plus détaillé que par le passé. Le passage au 32bits fait du bien. Cependant on ne peut qu'espérer un passage en 3D pour gommer l'ensemble des défauts visuels qui impactent le gameplay du jeu. Soulignons aussi des menus bien pensés et surtout au design très sympathique. Un petit côté rétro mais appréciable somme toute.

Autre répulsif du jeu, le fait qu'il soit entièrement dans la langue de Patton. Si ce dernier est un des vainqueurs de l'Opération Liège, la difficulté du titre n'en est que plus importante du fait qu'il faudra un bon niveau d'anglais pour comprendre toutes les subtilités offertes par le jeu. Un autre point négatif qui privera peut être certains fans francophone de la série d'antan de renouer avec elle.

Il n'est pas simple de juger ce Close Combat : Panthers in Fog tant il est coincé entre deux générations de jeux tout en s’avérant à des années lumières de ce qu'était Close Combat. Le jeu de Slitherine ne tient pas la comparaison face aux ténors et aux productions actuelles "AA" ou "AAA", mais pourtant le titre reste très intéressant de par ses nombreuses possibilité, sa durée de vie très confortable, et surtout son réalisme historique fortement appréciable. D'un autre côté, les fans de la série doivent être prévenus : On est bien loin des anciens Close Combat. Nouveau gameplay, nouvelles possibilités, plus orienté "action" que ses aînés (hors cet enfant non désiré de Close Combat : First to Fight, shame on you 2K, shame on you...). Et pourtant, une fois les défauts passés, ce Close Combat : Panthers in Fog se révèle être plaisant à jouer, efficace et très intéressant. Preuve que parfois il est bon de couper les ponts avec sa famille... même si le nom reste.

Notre Verdict 7.0 / 10

Au final, Il s'agit d'un bon boulot de la part de Slitherine et Matrix Games qui nous proposent un titre de qualité et à l'intérêt historique fort malgré un positionnement chronologique sur une voie très encombrée. On regrétera tout de même quelques imperfections et une technique qui commence à dater.

Intérêt historique selon Le_Moine :
    Les Plus :
  • Grand nombre de paramètres
  • Plutôt joli
  • Grand intérêt historique
  • Historiquement réaliste
  • Durée de vie
  • Le moral comme condition de victoire : jouissif
    Les Moins :
  • Il serait temps de passer à la 3D
  • Un peu trop élitiste ?
  • En anglais uniquement
  • Lignes de vues parfois invisibles
  • Soldats minuscules
  • Le_Moine Fan de Rallye et des brunes, Testeur en chef, Chroniqueur, Journaliste Email | Twitter

  • « La fin de l’espoir est le commencement de la mort. » De Gaulle
    « If in Doubt, flatout. » Colin McRae