Citadels

El Presidente
Thématique
Légendes arthuriennes
4 septembre
2013
Info sur le jeu
PlateformePC Windows
ÉditeurbitComposer
DéveloppeurGames Distillery
Date de sortieJuillet 2013

Annoncé en janvier 2013, Citadels se présentait comme un jeu de stratégie en temps réel sympathique reprenant les contes et légendes arthuriennes et quelques mécanismes de jeux de renom comme Age of Empires ou Stronghold. Seulement voilà, lors de sa sortie le 26 juillet 2013, le choc fut terrible... Voici l'histoire d'un jeu sorti trop tôt et qui aurait même dû jamais voir le jour.

Bon, on commence tranquille

Test de CitadelsCitadels est un jeu de stratégie en temps réel en 3D des plus classiques. Vous commencez votre partie comme dans un Age of Empires, c'est à dire avec une mairie, quelques paysans et habitations. Vous devez alors récolter des ressources (bois, pierre, blé, fer) et construire des bâtiments en fonction des ressources à disposition. Il existe une cinquième ressource, l'or, qui augmente toute seule ou qui peut être échangée au marché contre les autres ressources, comme dans un Age of Empires. En plus de ça, vous pouvez transformer ces ressources pour en fabriquer des nouvelles (pain, planche de bois, bloc de pierre, armes) nécessaires pour créer des unités ou des bâtiments plus évolués.

En effet, vos bâtiments connaissent différents stades d'évolutions à débloquer grâce à des ressources. En évoluant, Ils changent d'architectures passant du bois à la pierre, acquièrent plus de points de vie et débloquent de nouvelles capacités. Ainsi, au fur et à mesure de l'évolution de votre hutte de bûcheron, vous pourrez y ajouter plus de travailleurs. Les bâtiments militaires en évoluant permettent d'ajouter de nouvelles unités censées être plus fortes. Les habitations permettent d'agrandir la limite de la population. Il n'y a rien d'original dans tout cela, vous ne serez en aucun cas perdu, car vous trouverez quasiment les même bâtiments que dans un Age of Empires. La mairie en évoluant, permet de débloquer de nouveaux bâtiments comme la boulangerie créant du pain avec du blé, ou la scierie créant des planches avec du bois.

Dans Citadels, vous ne créez pas de paysans, c'est les paysans qui se créent tous seuls jusqu'à atteindre la limite de population. Vous pouvez affecter ces paysans à diverses tâches qu'ils accompliront jusqu'à ce que mort s'en suive. Ainsi, le paysan peut devenir bûcheron, fermier, tailleur de pierre, mineur de fer, ou bien embrasser une carrière militaire (archer, soldat d'infanterie, chevalier...). Dès qu'un de vos hommes - il n'y a pas de dames - meurt, il est de suite remplacé par un paysan qui attend son affectation, tel l'armée des Immortels des Perses. Ce sera à vous de bien choisir les affectations car les ressources sont limitées. Ainsi, mettre trop de bûcherons réduira les forêts aux alentours, mais vous aurez beaucoup de bois. Si vous mettez trop de personne dans la scierie, cela réduira votre stock de bois très rapidement, et vous n'aurez plus de bois, et comme il n'y a plus d'arbres, vous serez dans de beaux draps...

Bon, en fait, c'est vraiment chiant comme jeu...

Test de CitadelsUne chose est sûr avec Citadels, vous allez très vite vous ennuyer tant le jeu est peu intéressant. L'histoire de la campagne est tellement inintéressante qu'elle fait passer le scénario d'Avatar pour un chef d'œuvre. Parfois, on se demande vraiment si on se trouve sur les terres de Britannia à guerroyer pour le compte du roi Arthur. Si vous voulez votre dose de légendes arthuriennes, jouez à King's Arthur ou regardez la série Merlin, là vous aurez un tant soi peu de magie. Ici, il n'en est rien. Citadels propose 3 modes de jeu en plus des deux campagnes. Dans "Ruée vers l'or", vous devez défendre une province et récolter le maximum d'or... Dans "Défense du château", vous devez défendre une province... Dans "Duel", vous devez détruire la mairie de votre ennemi... Et tout ça sans aucun mode multi-joueurs.

Au sujet des campagnes. Vous jouez soit les gentils, en étant dans le camp d'Arthur et ses chevaliers  tentant de défendre ses terres et Camelot, soit les méchants dans le camp de Mordred et Guthrum, respectivement le fils d'Arthur et le chef des envahisseurs nordiques, qui se sont alliés pour tenter de déloger Arthur de son trône. Vous aurez différents types de missions qui au final se ressemblent toutes. Vous devrez attaquer ou défendre avec quelques particularités de temps en temps comme chercher Excalibur, protéger des villages, attaquer un convoi, chercher le Graal... Mais au final, il vous faudra attaquer le bastion de l'ennemi ou défendre le votre face aux assauts incessants des ennemis. La progression de mission en mission est particulièrement maladroite car il n'y a aucune transition comme une cinématique ou quelque chose pouvant nous situer dans l'histoire et nous inciter à continuer. Ça s'enchaîne directement avec un petit texte d'introduction inintéressant. Cela devient très vite lassant.

Ce sentiment est renforcé par les cartes qui ressemblent toutes les unes aux autres et qui sont particulièrement vides d'intérêt. Il y a notre bastion, le bastion de l'ennemi, une église près de laquelle nos soldats peuvent se reposer, des rivières, dont l'eau reprend le modèle des jeux du début des années 2000, et des terres vierges de vie. Il n'y a même pas d'animaux... De plus, graphiquement c'est terne, monotone et pas du tout séduisant.

On aurait pu croire que construire une véritable forteresse serait le point fort du jeu. Hélas, ce n'est même pas le cas car cela reste très basique, incomplet et pénible. Vous pouvez construire des murailles et des tours sur lesquelles peuvent être placés des archers, des catapultes ou des balistes. Vous pouvez y ajouter des portes, un château, des douves et des pieux donnant ainsi l'illusion d'une véritable forteresse. Cependant, ne vous attendez pas à réaliser des forteresses à la Vauban, les châteaux en étoiles étant impossible, le terrain étant beaucoup trop accidenté. Au final, vos forteresses se ressembleront à chaque fois, renforçant ainsi la répétitivité du jeu.

Bon, en réalité, c'est vraiment mauvais

Test de CitadelsAvec cette redondance et des graphismes médiocres, vous avez le droit à une physique mal fichue. Age of Empires III propose largement mieux dans le genre, alors qu'il est sorti en 2005... Les boulets lancés par les catapultes ou les trébuchets ratent leur cibles la plus part du temps. Les murailles et tours s'effritent lorsqu'un boulet les touche de manière pré-calculée. Que dire des archers qui ratent à coup sûr une cible en mouvement... Pire au lancement de Citadels, le jeu prenait en compte le friendly-fire. C'est un truc cool pour les FPS ou les RPG dans lesquels vous pouvez blesser ou tuer vos alliés. Dans un STR dans lequel les catapultes font n'importe quoi, c'est regrettable. Avant l'implantation d'un premier patch, vos catapultes pouvaient détruire vos soldats et même vos propres murailles...

Ne parlons pas non plus de l'extrême lenteur des unités et de leur incroyable IA ratée. Certes, il est possible de donner deux aptitudes à vos unités : "défensive" ou "offensive". Le problème quand elles se trouvent en mode "offensif", vous aurez beau leur dire d'avancer, elles attaqueront tout ce qu'elles voient sur leur chemin jusqu'à prendre des risques incommensurables. Par exemple, vous attaquez un bastion avec vos unités et vous décidez d'arrêter l'assaut car il vous manque des engins de siège, qui mettent 5 minutes à parcourir 10 mètres... Vous décidez alors de les envoyer à l'église la plus proche pour les faire soigner. Pendant ce temps, vous retourner à votre bastion pour recréer de nouvelles unités. Vous revenez ensuite à vos unités et là... à votre grande surprise, elles ont disparu : elles sont partis réattaquer le bastion, des ennemis les ayant attirés vers celui-ci, sans faire gaffe bien entendu, l'IA n'étant pas assez intelligente pour ce genre de manœuvre... C'est ce qui vous arrivera si vous laissez vos unités en mode "offensif"... Toujours dans le domaine de l'IA, vous connaissez le jeu Lemmings ? Un jeu dans lequel vous devez sauver des Lemmings qui tentent de se suicider. Dans Citadels, les soldats ennemis sont dotés de la même intelligence car ils viendront à plusieurs reprises se fracasser sur vos murailles sans comprendre que cela ne sert à rien de venir à 10 pour attaquer votre bastion...

Et cet éloge funèbre n'est pas fini... Passons aux nombreux bugs et à l'instabilité du jeu. Pour faire simple, au lancement du jeu, il était quasiment impossible de jouer à cause de bugs qui empêchaient de progresser dès la deuxième mission, un script qui ne s'enclenchait pas sans doute... Depuis, quelques bugs ont été corrigés grâce à deux patchs disponibles 18 jours après la sortie et un nombre conséquent de plaintes et de demandes de remboursement. Depuis ces deux premiers patchs, c'est silence radio... pourtant il reste tant à faire. Citadels ressemble d'avantage à une version anticipée vendue au prix fort, 39.99€, et proposé à l'état d'Alpha. S'il avait été vendu sous cette appellation au prix de 19.99€, toutes ses tares auraient pu être corrigées et le suppositoire serait mieux passé.

Parmi les nombreux problèmes de gameplay, citons notamment la limite de population fixée à 99 habitants et pas un de plus. On a l'impression de revenir des dizaines d'années en arrière avec cette limite imposée, mais cela s'explique par le fait que lorsque vous atteignez cette limite, le jeu devient fort instable et vous pouvez crasher. Le pathfinding est complètement raté, les unités n'avancent pas en ordre de formation mais à la queuleuleu, on est obligé d'avoir un œil sur eux en permanence sous peine de les perdre. Il n'y a aucun moyen pour retrouver nos paysans inactifs, ce qui fait que vous vous retrouvez avec un tas de chômeurs perdus, les unités étant difficilement identifiables dans le décor... Il y a également les paysans récolteurs qui se bloquent contre les bâtiments... Un bug gênant vous empêche de détruire vos murailles sous peine de corrompre votre sauvegarde... Bref, c'était l'histoire d'un jeu sorti beaucoup trop vite, qui n'aurait jamais dû voir le jour.

Test de Citadels  Test de Citadels  Test de Citadels

Test de Citadels  Test de Citadels  Test de Citadels

Test de Citadels  Test de Citadels  Test de Citadels

Test de Citadels  Test de Citadels  Test de Citadels

Test de Citadels  Test de Citadels  Test de Citadels

Test de Citadels  Test de Citadels  Test de Citadels

2.0
Citadels

Catastrophe vidéoludique
Citadels est un jeu aux nombreux défauts qui est tout simplement à déconseiller aux amoureux du genre. Vendu à un prix beaucoup trop élevé par rapport à ce qu'il propose, ce jeu de stratégie manque d'intérêt et ses quelques bonnes idées peinent à convaincre.
Intérêt historique :
  • +Jeu en Français
  • +Artworks sympathiques
  • -Beaucoup trop cher pour ce qu'il propose
  • -Manque d'intérêt des campagnes
  • -Bugs à foison, Crashs...
  • -Pathfinding horrible
  • -IA décourageante
  • -Carte peu variée
  • -Gameplay lent et peu intuitif
  • -Graphisme et physique médiocres

  • Aymdef El Présidente, Rédacteur en chef, Testeur, Chroniqueur, Historien Email | Twitter
  • "L'objet de la guerre n'est pas de mourir pour son pays, mais de faire en sorte que le salaud d'en face meure pour le sien." George S. Patton