Call of Duty 2 : Un monument du FPS historique

Fantômas
5 juillet
2012
Info sur le jeu
Plateforme
  • PC Windows
  • Mac OS X
  • Xbox 360
ÉditeurActivision
DéveloppeurInfinity Ward
Date de sortieOctobre 2005

Après le succès du premier Call of Duty et de son add-on,  le monde a pu découvrir un véritable petit bijou, Call of Duty 2.

“Nous combattrons sur terre, sur mer, dans les cieux, jusqu'à la victoire finale”

Call of Duty 2 permet de revivre certains des grands moments de la Seconde Guerre mondiale en Europe et en Afrique du Nord au travers de 3 campagnes : une du côté russe, une du côté britannique et enfin une du côté américain. Chaque début de partie est sujet à une introduction avec des images ou des vidéos d'époques restituant le conflit et ses enjeux.

La campagne russe met en scène Vassili Ivanovitch Koslov, soldat de 2e classe dans la 13e division de fusiliers de l'Armée rouge, au cours de 3 chapitres : tout d'abord en 1941 dans les environs de Moscou pour la défense de la ville, puis ensuite en 1942 lors du début des affrontements de Stalingrad et enfin en 1943 lorsque la bataille est sur le point d'être remportée par l'Armée rouge.

La campagne britannique est composée de 4 chapitres et met en scène le sergent John Davis au sein de la 7e division blindée, tout d'abord en Afrique du Nord, puis en Normandie. Notons aussi deux missions mettant en scène le commandant David Welsh aux commandes d'un char Crusader dans les étendues désertiques de Lybie, ce qui permet de faire varier le gameplay.

Enfin la dernière campagne, celle américaine, est la dernière à débloquer.  Elle met en scène le caporal Bill Taylor au sein de 3 chapitres. Le premier correspond au débarquement et à la bataille de Normandie. Dans les deux autres chapitres, il combattra en Allemagne.

Au cours de ces 3 campagnes, le joueur aura la possibilité de découvrir les nouveaux ajouts apportés au jeu comme la refonte du système de santé, remplacé par un écran tournant au rouge en fonction des dégâts, ou même de nouveaux skins (Britanniques dans le désert, Rangers américains…).

Le jeu dispose aussi d'un mode multi-joueurs fort divertissant !

    

En route vers Moscou

La campagne russe étant la première campagne du jeu, sa première mission représente donc le tutorial du jeu. On y apprend à manier les armes, les pommes de terre remplacent les grenades pour ne pas gâcher de précieuses munitions, puis le joueur est directement plongé dans l'action. Les tirs fusent, les Allemands tentent de percer les lignes russes, l'Armée rouge se défend.

Les autres missions de la campagne permettent au joueur de repousser les forces allemandes hors de Russie. D'abord lors des combats visant à défendre Moscou, puis lors des affrontements de Stalingrad. L'atmosphère est très poussée. La neige recouvre la quasi-totalité du décor, on peut entendre un Allemand parler avec un haut-parleur pour essayer de convaincre les troupes russes de se rendre, les déplacements se font avec difficultés au travers des ruines et les soldats portent des uniformes épais pour tenter de se protéger du froid. Les Russes ont des manteaux épais ou des uniformes matelassés tandis que les Allemands, mal préparés, accumulent les couches de vêtements et tentent de se protéger du froid avec tout ce qu'ils peuvent. Il ne sera ainsi pas rare de croiser un allemand portant un manteau long, une écharpe lui couvrant la tête sous son casque et portant des lunettes. N'oublions pas de parler des camouflages : pour être plus difficiles à repérer, certains Allemands porteront des uniformes blancs.

La campagne verra le joueur combattre pour reprendre aux mains allemandes des immeubles ou des entrepôts ou bien pour défendre ses positions. Ces lieux sont propices à des embuscades et le nettoyage à la grenade sera de rigueur.  Pour repousser l'envahisseur, le joueur devra aider ses camarades au combat, leur fournir des tirs de soutien, détourner l'attention de l'ennemi, détruire les blindés adverses...

Au niveau historique, l'armement est respecté, on peut utiliser des SVT 40, des PPSH 41/42, des Mosin-nagant... Certains éléments du jeu sont fidèles à la réalité. Ainsi les exécutions sommaires sont présentes (le prisonnier allemand du tutoriel ou même le joueur s'il désobéit) de même que le déploiement important de snipers ou l'apparition de femmes combattantes au sein des forces soviétiques. Notons tout de même un élément troublant : le char allemand que l'on voit le plus au travers des campagnes est le Panzer II, maigrement armé et qui pourtant arrive à tenir tête à des chars Crusaders dans la campagne britannique.

    

Un taxi pour tobruk

La campagne britannique apporte un nouveau théâtre d'opération : l'Afrique du Nord. Il s'agit d'une nouveauté pour la série sur PC puisque sur consoles, Call of Duty : Finest Hour permettait déjà de combattre sur ce théâtre.

Qui dit nouveau théâtre dit nouveautés : le joueur incarnera un soldat de la 7e division blindée britannique face aux forces de l'Afrika Korps. Ici, les soldats sont en shorts et chemises, les camouflages s'adaptent aux étendues désertiques. Les dédales labyrinthiques des villes typiques d'Afrique du Nord  sont le terrain parfait pour des embuscades, mais aussi pour se perdre. Certes la liberté d'action est très restreinte puisqu'il y a peu d'itinéraires différents, mais certains passages peuvent mener à des culs de sac !

Le joueur devra d'abord participer aux affrontements d'El Alamein, puis participera aux combats pour la reprise de Toujane après avoir quitté cette ville. Enfin, il participera à la bataille de Matmata. Il est ensuite projeté en France en pleine bataille de Normandie pour la capture de Caen. A l'aventure du sergent John Davis s'ajoute celle du commandant David Welsh aux commandes d'un Crusader. Ici, deux courtes missions l'opposeront aux blindés allemands (les panzers II), aux fantassins et aux canons de 88 dans le désert Libyen.

Dans cette campagne, le joueur sera souvent accompagné de véhicules. En effet, il est membre d'une division blindée. Contrairement aux précédents volets de la série, la campagne britannique ne met donc pas en scène des actions commandos mais des épisodes plus conventionnels adaptés à une division blindée. Il s'agira majoritairement de reprendre les villes tombées dans les mains de l'Afrika Korps, bien qu'une mission ait pour but le sabotage des réserves allemandes. Le joueur combattra dans des villes aux ruelles étroites ou bien progressera dans les étendues désertiques d'Afrique du Nord. Cela pose évidement problème : dans les ruelles étroites il sera difficile de manœuvrer, tandis que dans les étendues désertiques l'ennemi sera retranché sur les dunes, donc le terrain sera à votre désavantage puisque l'ennemi vous surplombera et vous aurez peu de couverts. Il faudra donc avancer de concert avec les blindés qui vous fourniront un couvert bien mérité.

Pour la reprise de Caen cependant, il s'agira de combattre dans des villages typiquement européens où les Allemands sont solidement retranchés. Le joueur devra donc combattre maison par maison, mais tombera aussi sur une très mauvaise surprise. En effet, pour ce chapitre, les panzers II sont remplacés par des Tigres contre lesquels les Shermans d'escorte font profil bas. Ce sera donc au joueur d'en venir à bout avec des armes anti-char.

Enfin, le chapitre mettant en scène les blindés est le plus simple. Il suffit de rouler en direction de l'ennemi et de lui tirer dessus à bout portant.

Les événements historiques sont respectés chronologiquement. La campagne débute en 1942 avec El Alamein et se termine en 1944 en Normandie. L'atmosphère est travaillée afin de la rendre immersive. On discerne facilement l'architecture des villes d'Afrique du Nord, bien différente de celle d'Europe. De même les conditions météorologiques varient, il fera beau dans le désert (et chaud), mais une fois en France, brouillard et pluie apparaitront.

L'armement et l'équipement sont adaptés aux circonstances exception faite du Panzer II (comme dit à la fin de la première partie, c'était un char léger en réalité mais qui est devenu  un char moyen dans le jeu puisque doté d'un bon armement et d'un bon blindage). Les soldats changent d'uniformes selon le théâtre d'opération et ce sera alors l'occasion d'affronter l'Afrika Korps en Libye ou des Panzers-grenadiers dans les villages normands. L'armement est typiquement britannique : Bren, Sten, Lee-Enfield, Thompson...

Cette campagne a aussi  pour avantage de mettre en scène de nombreux véhicules alliés : Bren carrier, Shermans, Crusaders…  Les Tigres présents dans le dernier chapitre remplacent les Panzers II obsolètes et représentent bien les difficultés qu'ont rencontrées les alliés pour la libération de Caen. En effet, celle-ci a pris du temps en raison de la défense acharnée des Allemands. Ainsi, vos Shermans tomberont les uns après les autres en duel face à l'une de ces bêtes.

    

Lafayette nous voila !

La dernière campagne est la plus prenante. Commençant avec l'assaut sur la pointe du Hoc, elle rappelle nombre de succès Hollywoodiens. Les chaloupes de débarquement délivrent un flot de soldats sous une grêle de plomb, les explosions forment des sillons sanglants dans les rangs et les soldats escaladent les falaises. Après avoir conquis la pointe, il faudra la défendre face aux contre-attaques allemandes. Ces contre-attaques sont un élément récurrent de cette campagne puisque presque la totalité de ses missions en mettent en scène. Le caporal Bill Taylor devra ensuite prendre d'assaut un village normand et du haut d'un silo « sniper » les mortiers ennemis.

La campagne se poursuit ensuite en Allemagne, notamment lors de la prise de la colline 400 puis de l'assaut amphibie contre la ville de Wallendar.

Cette campagne est la plus immersive, rappelant de nombreux films comme Il faut sauver le soldat Ryan avec le débarquement sur la pointe du Hoc ou même l'arrivée de P51 lors de la défense de la colline 400. Le joueur sera confronté à des ennemis coriaces, au départ tentant de repousser à la mer le débarquement, puis combattant pour défendre leur patrie. Les attaques et contre-attaques se succèdent à un rythme fou, les balles fusent, les cadavres s'amoncèlent et les munitions s'épuisent vite. Le joueur se retrouvera souvent en très nette infériorité numérique face à des ennemis très nombreux bénéficiant de l'appui de chars et de véhicules. Généralement, ces contre-attaques ne sont pas repoussées par le joueur et son escouade, mais par l'arrivé de renforts.

Au niveau historique, le fond est respecté. Ainsi, les canons de la pointe du Hoc ont bien été retrouvés dans un verger en dehors de leurs positions initiales, les pertes des rangers furent lourdes lors de l'assaut et on peut observer la présence de volontaires espagnols parmi les soldats de la Wehrmacht grâce à l'écusson présent sur leur casque, en effet, l'armée allemande comprenait de nombreux étrangers. On peut remarquer qu'aux dernières missions en Allemagne, les unités ennemies comprennent de plus en plus de véhicules, notamment des Tigres, montrant la volonté de repousser l'ennemi qu'importe le prix, même en sacrifiant du matériel précieux. Au niveau des armes et véhicules, le tout est fidèle à la réalité. BAR, M1 Garand, Springfield ou même Grease gun sont présents. Le joueur aura aussi la possibilité de voir P51, Shermans ou Jeeps Willis voler à son secours.

    

9.5
Call of Duty 2

Un monument du FPS
Bénéficiant d'une durée de vie un peu courte (8 heures) mais rallongée par le multi, de graphismes sublimes pour l'époque et d'une atmosphère profonde et prenante, Call of Duty 2 est sans contexte l'un des meilleurs opus de la série.
Intérêt historique :
  • +L'atmosphère
  • +Les armes
  • +Les 3 campagnes
  • +Le multi
  • +Certains détails historiques
  • -Durée de vie
  • -Les panzers II

  • Lyrik Le Vétéran, Testeur, Historien
  • "I'm ashamed of you, dodging that way. They couldn't hit an elephant at this distance" Major général John Sedgwick avant d'être mortellement frappé par une balle sudiste...