Broken Lines

MrNoise
Thématique
Seconde Guerre mondiale alternative
16 mars
2020
Info sur le jeu
Plateforme
  • PC Windows
  • Mac oS X
  • Linux
  • Nintendo Switch
ÉditeurSUPER.COM
DéveloppeurPortaPlay
Date de sortieFévrier 2020

Broken Lines est un titre sorti le 25 février 2020 et développé par PortaPlay. Une fois n'est pas coutume, je vais commercer ce test par la partie historique du titre.

« Bienvenue à Tralla La »

Comme pour Carl Barks s'inspirant de James Hilton et sa cité de Shangri-La, les petits gars de PortalPlay partent sur une dystopie. Notre bataillon de courageux soldats s'écrase dans un pays inconnus et hostile. Ils vont devoir survivre et, suivant vos choix, enquêter sur des mystérieux « sans-visage » et un gaz qui rend fou.

La question est donc la suivante : pourquoi ?

Pourquoi ce choix de garder le contexte de la Seconde Guerre mondiale tout en plaçant l'action dans une vallée et un ennemi imaginaire ? On retrouve ainsi pas mal d'éléments de la période historique comme le M1 Garand ou le Mauser 98k mais dans les mains d'un ennemi fictif.

Le premier point qui me gêne la dedans, c'est la cohérence : c'est un pays inconnu mais on trouve tout le matos des belligérants de la Seconde Guerre mondiale. Surtout que là où dans Lost Horizon, la vallée inconnue était justifiée par sa localisation : le Tibet et son époque (1933), avec Broken Lines, en plein conflit en Europe, on à du mal à imaginer un pays dont personne n‘aurait entendu parler.

Et le second point gênant, c'est que cela désert totalement une narration qui se veut sérieuse et veut amener à la réflexion (racisme, massacre de civils...). En effet la faiblesse d'écriture, qui rend la dystopie au combien clichée, dédramatise énormément le propos. En conséquence, on ne parvient pas à prendre au sérieux les événements.

À cette époque, les nazis commettaient des exactions horribles et véridiques, pourquoi vouloir amener une autre réflexion avec la dystopie ? Est-ce un choix, discutable, pour éviter la censure « possible » ? Est-ce un vrai choix narratif, qui malheureusement, ne fait pas mouche ?

Alors certes le scénario contient quelques très bonnes idées mais c'est tellement dommage de s'éloigner du contexte de la Seconde Guerre mondiale pour un scénario qui ne décolle jamais vraiment.

Test de Broken Lines  Test de Broken Lines1. Une écriture parfois clichée. - 2. Les nazis sont à peines évoqués.

« Ce n'est pas la mort qui effraie, c'est son attente »

Le jeu commence donc après le crash de votre avion, et votre première mission sera de réunir vos hommes au cours de trois missions qui feront office de tutoriel. Par la suite le jeu se divise en deux parties :

  • Le camp, ou vous pourrez préparez vos hommes pour les missions, leur faire prendre du repos, résoudre les différents conflits, et choisir la mission à effectuer.
  • La phase d'action qui consiste à accomplir un ou plusieurs objectifs avec une escouade, en tour par tour.

Débutons donc par décortiquer cette phase narrative du camp.

À la condition que vos hommes soient vivants, ils vous attendront sagement au coin du feu à la fin de chaque mission. Leurs états physique et mental (représentés par une jauge de sang froid) évolueront avec le temps et vos choix. C'est ici que vous pourrez vous rendre compte de la situation.

Cette jauge de sang froid sera principalement impactée par les décisions que vous prendrez lors des dialogues avec les personnages : encourager un de vos hommes pour son amourette ou au contraire, le prévenir de ne pas trop espérer... Chaque choix a des conséquences et il faudra les prendre en compte.

Si on apprécie les thèmes abordés (amour, racisme, peur...) il est dommage de constater une écriture facile, voir « naïve », ponctuée de poncifs du genre : le gros bourrin, le geek (oui oui)... Dommage, il aurait été intéressant d'avoir des dialogues un peu plus profond. Cela provoque un décalage avec le ton « sérieux du jeu ».

Concernant le design des personnages lors des dialogues, celu-ci est globalement réussi et de bonne facture, on retrouve un trait assez proche de Warsaw. À noter que le design des personnages évolue suivant leurs états : blessure, sang froid faible. Par contre certaines expressions ne semblent pas coller à certains dialogues et j'ai eu le cas lors d'une scène scriptée où les personnages étaient remplacés par d'autres, ce qui ne collait pas du tout à la situation. En soit, cela n'est pas extrêmement gênant et on parvient à s'immerger sans trop de soucis en faisant abstraction de ces petits soucis de jeunesse.

On sent dans ces dialogues et dans la mise en scène une volonté de bien faire ressentir les horreurs de la guerre aux joueurs. Malheureusement pour votre serviteur, habitué des jeux d'ambiance et de guerre, cette démarche ne fait pas mouche mais ce constat ne peut pas être généralisé.

Test de Broken Lines
Test de Broken Lines  Test de Broken Lines3. Attention aux différentes lignes de tire. - 4. Euh !? C'est une forme de désertion ou pas ? - 5. À mon avis, je suis attendu.

« Petite futée »

Une fois cette phase terminée, il est l'heure de passer à l'action.

Vous dirigez votre escouade composée de quatre ou cinq soldats sur un ensemble de cartes fermées avec un ou deux objectifs à accomplir. Cette étape se déroule dans un tour par tour un peu particulier.

En effet, le jeu utilise un système dans lequel vous empilez l'ensemble des actions de votre escouade possible dans un tour. En y mettant fin, vous déclenchez l'ensemble des mouvements de votre équipe de mannière simultanée.

De prime abord les actions possibles sont simples et complètes : déplacement discret, attente sans tirer... il y a de quoi faire sur le papier. Une fois les actions déclenchées, elles ne pourront être interrompues que par la « découverte » d'un ennemi. Le jeu vous donnera alors l'occasion de corriger vos actions et vous préparer au combat.

Une fois un combat lancé, l'écran s'agrémente de nouvelles informations : ligne de vue, chance de toucher et d'être touché, et couverture.

C'est aussi dans cette phase que la majorité des compétences de vos soldats seront utiles, aussi bien passives ou actives, que vous pourrez déclencher (comme un tir de suppression ou un tir précis).

La première chose qui saute au yeux dans cette phase de gameplay, c'est que ça marche bien. On a vraiment une sensation d'être « la main de Dieu » de cette escouade et chaque victoire, chaque pas en avant est gratifiant.

De plus, le jeu est aidé par un sound design vraiment réussi et qui met dans l'ambiance.

On contrôle facilement ses hommes et on arrive sans peine à leurs faire effectuer ce que l'on veut pour peu que le système de tour par tour simultané soit bien pris en main. C'est là, malheureusement, que Broken Lines montre ses limites : les actions se répètent dans le temps, quelques que soit la carte, et apportent un sentiment rapide de lassitude.

Une fois qu'on a compris comment fonctionne l'IA, le jeu devient extrêmement facile : un tir de suppression, l'IA recule, on attend, l'IA revient et ainsi de suite... Dommage, surtout que le jeu semble commencer à la fin du jeu avec l'apparition de nouveaux ennemis et un avancement soudain du scénario. Mais il est trop tard, c'est déjà terminé.

Alors certes, le jeu est prévu pour être relancé plusieurs fois : avec des choix, missions et fins différentes, mais sa boucle de gameplay n'est pas assez poussée pour donner cette envie de remettre le couvert. En 5h, le titre se termine en nous laissant un peu sur notre faim.

Test de Broken Lines  Test de Broken Lines6. L'ennemi aussi peut perdre son sang froid. - 7. Il va falloir relever vos hommes, une blessure de plus et c'est la mort définitive.

« La technique la plus parfaite est celle que l'on ne remarque pas »

Version Switch

Nous avons obtenu la version Switch de Broken Lines et c'est une plateforme qui se prête particulièrement bien à ce type de jeux : un tour ou deux dans le métro et hop on passe en mode veille pour reprendre au retour du boulot, une partie qui ne s'arrête jamais, le rêve de tout amateur de tour par tour en somme.

Graphiquement, la Switch s'en sort pas mal, malgré un brin d'aliasing, le jeu reste convenable surtout quant on à vu la catastrophe Mutant Year Zero : Road to Eden.

Néanmoins quelques défauts subsistent. La ventilation est bien trop forte lors de certains passages, surtout en mode portable. La Switch a tendance à chauffer énormément. Le stick gauche est inutilisable dans les menus. Et surtout, l'écran tactile n'est pas utilisé, ce qui est fort dommage quand certaines actions sont affichées en gros sur l'écran.

Les développeurs semblent conscients des problèmes vu que la version Switch à été reportée.

Concernant la version PC, elle reste jolie à regarder pour peu qu'on accroche à sa direction artistique et à son design.

L'optimisation semble être au rendez-vous car le jeu se montrait aussi fluide sur un portable i7 8750H et une 1050 que sur une tour en AMD 2600X et une 2070 super.

Quelques chutes de FPS sont à noter à l'occasion d'un ou deux dezoom mais il n'y a rien de gênant.

Par contre, Broken Lines montre encore des signes de faiblesses sur pas mal de petits détails :

  • Une killcam qui part, parfois, dans tous les sens.
  • Un pathfinding ridicule des ennemis qui viendront souvent vers vous en moonwalk.
  • Des lignes de tir qui se bloquent entre vos soldats.

Rien de bien problématique, mais c'est à signaler. Le seul gros bug que j'ai eu : un soldat est passé à travers le décor, m'obligeant à recharger la sauvegarde en cours.

6.0
Broken Lines

« c'est un peu court, jeune homme ! »
Cela résume parfaitement le jeu : court et manquant cruellement de moyen. On aurait aimé en voir plus et pendant plus longtemps. On aurait aimé que cette histoire soit mieux écrite. On aurait aimé que ses affrontements soient plus variées. On aurait aimé beaucoup de choses en sommes. Mais Broken Lines n'est pas mauvais pour autant, on sent la passion des développeurs. Personnellement, j'ai passé un vrai bon moment, bien que beaucoup de choses ne soient pas au point. Donnez une chance à ce titre, pas forcément aujourd'hui, peut être en solde, mais donnez lui une chance si vous appréciez le genre tour par tour.
Intérêt historique :Malheureusement, de par le choix de sa dystopie, Broken Lines ne brille pas par son aspect historique. Quelques armes par-ci par-la, c'est bien tout ce qu'on se mettra sous la dent. Dommage, surtout que ce choix n'apporte, finalement, pas grand-chose.
  • +Un gameplay qui implique bien le joueur
  • +Un parti pris artistique vraiment sympathique
  • +Des choix avec de vrais impacts sur le déroulement de la partie
  • -Une durée de vie trop courte
  • -Une technique parfois balbutiante
  • -Une dystopie un peu inutile et une faiblesse dans l'écriture
7
Graphismes

Un vrai choix de direction artistique via les dessins et les couleurs, et on apprécie particulièrement les skins des personnages changeant en fonction de leurs états.

5
Technique

Malheureusement, le constat est moins glorieux ici, quelques bugs, un pathfinding laborieux... il restait visiblement quelques coups de polish à passer sur le titre.

8
Jouabilité

Une fois la pile d'action maîtrisée, on assiste à un véritable ballet d'extermination de vos ennemis. Tout peut être réglé au centimètre. PortalPlay est parvenu à parfaitement maîtriser son jeu.

5
Durée de vie

C'est court et on arrive rapidement au terme de cette aventure. Mais suivant votre implication dans le jeu, il sera possible de relancer le titre pour sélectionner des missions et chemins différents.

6
Ambiance

Mi-figue, mi-raisin. Si l'ambiance que dégage le jeu est là, elle est souvent desservie par des dialogues peux inspirés et finalement clichés.

3
Scénario

Non, franchement, cette dystopie n'était pas utile. Pour moi le jeu aurait gagné énormément à puiser davantage dans l'horreur de la Seconde Guerre mondiale que d'essayer de raconter sa propre horreur. Malgré ses inspirations littéraires, le scénario est un échec.


  • MrNoise Rédacteur
  • "NUTS !" - réponse du Général Anthony McAuliffe face à une demande de reddition formulée par l'attaquant allemand.