Army General

Petit Belge
29 mai
2017
Info sur le jeu
PlateformePC Windows
ÉditeurPlug In Digital
DéveloppeurPhobetor
Date de sortieAvril 2017

Sorti le 26 avril 2017, Army General est un jeu de stratégie au tour par tour se déroulant pendant la Guerre du Désert. Développé par Phobetor (Germany at War : Barbarossa 1941) et édité par Plug In Digital, ce nouveau titre saura-t-il tirer son épingle du jeu ?

Un style old school

Malgré l’apparence désuet du menu, Army General opte pour un style graphique « old school ». Même s’il n’est pas pixélisé, l’aspect des unités, du terrain ainsi que des effets datent d’un autre âge. Mais attention, ce n’est pas un style forcément mauvais, surtout dans l'univers des wargames. En effet, cela participe à créer une ambiance somme toute agréable. Toutefois, on remarquera rapidement que l’inspiration provient du très connu Panzer Corps, ou de Panzer General pour les "anciens". À tel point que ces jeux se ressemblent, même un peu trop d’ailleurs... Army General arrive tout de même à être moins beau que Panzer Corps, sorti en 2011.

De même, les effets tels que les explosions et autres nuages de poussière sont dans la norme en ce qui concerne la "beauté" de ce style de jeu. Cependant, Army General n’innove en rien et se contente de rester dans les sentiers battus, ce qui le rend un peu trop « générique ».

Pour rester dans la forme, il est déplorable de constater que rien n’introduit la bataille ou la campagne à part un minuscule paragraphe de texte nous expliquant l’objectif. Il aurait été préférable d’avoir, par exemple, des vidéos ou des images d’archives nous replongeant dans le contexte de l’époque afin de nous immerger dans l’ambiance.

Test d'Army General  Test d'Army General  Test d'Army General  Test d'Army General

Un gameplay déséquilibré

Comme tout wargame qui se respecte, Army General dispose d’une bonne flopée d’unités en tout genre : avions, tanks, infanterie, artillerie, anti-aérien et même des navires ! Bien entendu, chaque unité a ses spécificités : les chars seront utiles dans les vastes espaces du désert, mais seront inefficaces en pleine montagne. Sauf que voilà, cette partie est assez mal faite. Je m’explique, les unités ont des points de vie pouvant aller jusqu’à 100. Malheureusement, le ratio de pertes sera souvent défavorable, et pas qu’un peu ! En effet, il n’est pas rare de voir une de vos unité infliger 4 ou 5 dégâts, alors qu’en face, l’ennemi infligera 25 de dégâts. À cause de cela, il arrivera souvent de perdre les trois quarts de votre armée en simplement un tour. De plus, il est impossible de déployer des renforts en pleine partie... Ce qui rend la réussite du jeu presque impossible et frustrante pour les personnes peu habituées à ce genre.

Chose intéressante toutefois, Army General a intégré un système de ravitaillement. Votre armée consomme essence et munitions, il sera donc vital de lui fournir ces deux ressources. Mais là encore, le jeu est décevant. Pour renforcer et ravitailler une unité, il suffit d’appuyer sur le bouton adéquat et hop, magie ! L’unité est miraculeusement renforcée ! Or, un système de convois aurait apporté un véritable plus au jeu. Car oui, qui dit guerre du désert, dit forcément manœuvres, et cet ajout aurait pu ouvrir de nouvelles opportunités tactiques lors des batailles. De plus, il est frustrant de voir une unité ennemie se renforcer en un tour alors que vous lui tirez dessus depuis belle lurette.

Chose intéressante au niveau des unités, le joueur aura la possibilité de les renforcer avant d’en déployer de toutes neuves. Il pourra aussi choisir la motorisation de ces nouvelles unités, comme les faire tracter l’artillerie à l’aide de chevaux, de camions ou de half-tracks. En moyennant finances bien évidemment !

Toujours en parlant du déploiement, le jeu permet (et oblige) d’attacher un commandant à chaque unité. Ce leader, grâce à ses compétences et son expérience, peut évoluer avec le temps, offrir des bonus à l’unité qu’il dirige, comme par exemple l’attaque et la défense. D’ailleurs, aspect sympathique d’Army General, le nombre de leader est limité, il faudra alors remplir des objectifs secondaires pour en gagner d’autres afin d’avoir un nombre d’officier décent. Pour exemple, il vous faudra attaquer une bourgade afin de libérer une poignée de généraux retenus prisonniers.

Comme dit plus haut, les déséquilibres rendent le jeu invraisemblablement dur pour ne pas dire impossible. Mettons-le en mode facile alors ! Malheureusement, là, le jeu devient ridiculement facile à en devenir dénué d’intérêt. "Juste milieu" ne fait pas partie du vocabulaire d’Army General, et c’est regrettable. Ce wargame développé par une petite équipe indépendante a beaucoup de potentiel, l’IA n’est pas mauvaise, il est graphiquement beau pour le genre et dispose de nombreuses unités. Mais ces quelques qualités sont ruinées par de monstrueux soucis d’équilibrage.

Test d'Army General  Test d'Army General  Test d'Army General  Test d'Army General

Blitzkrieg dites-vous ?

Malgré une durée de vie tout juste correcte, les batailles sont limitées à un certain nombre de tours. Pourquoi pas, mais il faut alors faire en sorte que ce ne soit ni trop long, ni trop court. Cet Army General s’est orienté vers des batailles courtes, beaucoup trop courtes ! De ce fait, il faut foncer vers l’objectif. Mais si on "rushe", notre armée se fait décimer. À l’inverse, si on décide d’être prudent et d’avancer avec parcimonie, ce sera encore un game over car les objectifs ne seront pas remplis.

De plus, à cause de cette limitation, le joueur est dans l’impossibilité de faire de grandes manoeuvres de contournement ou de prendre des chemins de traverses dans l’optique de surprendre l’ennemi. Réduisant ainsi le potentiel tactique et la rejouabilité.

5.0
Army General

Army General est très classique en soi. De surcroit, il est véritablement ruiné par d’énormes soucis, principalement au niveau de l’équilibrage. Et malheureusement pour lui, Army General se fondra rapidement dans la masse de wargames moyens. Aucun élément, que ce soit dans ses graphismes, son gameplay ou sa bande son, ne contribue à donner une identité forte au titre. De plus, les efforts pour introduire les joueurs et les mettre dans l’ambiance sont minimalistes. Par ce manque, ce sera un défi de s’immerger dans la terrible Guerre du Désert.
Intérêt historique : Dans ce domaine, Army General marque un point. En effet, même si on aurait aimé voir photos et films d’archives pour nous immerger, le jeu dispose de nombreuses unités d’époque relativement bien illustrées comme des avions, des tanks, etc. Et des trois principaux belligérants. Toutefois, il est dommage que l’Italie ne soit pas plus représentée dans le jeu. De plus, les dates et les évènements de cette guerre, souvent oubliée, sont respectés. De ce fait, c’est un moyen un peu plus ludique d’apprendre l’Histoire, même si le jeu manque de profondeur à ce sujet..
  • +Relativement beau pour un wargame
  • +Un certain intérêt historique
  • +Musiques adéquates
  • +Durée de vie correcte
  • -Batailles trop courtes
  • -Musique répétitive (9 morceaux seulement)
  • -Jeu trop cher (27,99 euros !)
  • -Manque de profondeur tactique
  • -Système de ravitaillement mal fait et sous-exploité
  • -Equilibrage inexistant
  • -Jeu trop dur, ou trop facile
  • -Manque de rejouabilité

  • Matthieu Mancuso Chroniqueur, Historien
  • "Si vous traversez l’enfer, continuez d’avancer." Winston Churchill
  • "Résiste et mords !", devise des Chasseurs ardennais de l'armée belge