Panzer General Online

Fantômas
21 juillet
2014
Info sur le jeu
PlateformeNavigateur internet
ÉditeurUbisoft
Développeur
  • Blue Byte
  • Funatics Software
Date de sortieMai 2014 (Open Bêta)

Après avoir connu un digne remake avec Panzer Corps en 2011 sous la direction de Slitherine, Panzer General surfe sur la vague free-to-play et nous propose un titre plutôt original : Panzer General Online.

Actuellement en beta ouverte, le jeu propose aux joueurs de s'affronter en 1 vs 1 ou contre une IA sur un damier, à l'aide de troupes et de cartes. Alors, véritable jeu gratuit, prenant et amusant ou simple Pay-to-Win ? Suivez le guide.

Preview de Panzer General Online  Preview de Panzer General Online  Preview de Panzer General Online

PANZER MARSCH !!!!

Oubliez les opérations de grande envergure. Imaginez plutôt de petites batailles entre une dizaine d'unités sur un terrain relativement restreint de 3 hexagones de largeur et de 8 hexagones de longueur, coupé par une ligne de séparation en son milieu. La première ligne permet d'attaquer, la seconde de soutenir l'assaut et les deux dernières, les plus éloignées du front, sont reléguées au mouvement (quoique les unités d'artillerie peuvent attaquer depuis ces zones-là). Parfois, l'environnement d'une colonne apporte des bonus défensifs et offensifs aux unités.

En solo, participez à des affrontements historiques au cours de 5 campagnes (4 sont à acheter dans la boutique in-game) tandis qu'en multi-joueurs, prenez part à des affrontements aléatoires et quelques events historiques. C'est ce que vous propose Panzer General Online. À la tête de votre armée pouvant accueillir 9 unités, vous devez parvenir à annihiler les forces adverses ou les points de commandement de votre ennemi au cours de batailles au tour par tour. En effet, le jeu se veut plutôt original puisque chaque joueur dispose d'un certain nombre de points de commandement qui lui permettent d'agir lors de son tour. Ceux-ci représentent ses points de vie, mais sont aussi nécessaires à l'activation des « cartes d'action » qui permettent d'effectuer des actions spécifiques à un certain coût (qui augmente au fur et à mesure de l'utilisation de la carte). Enfin, ces mêmes cartes sont liées aux unités. Chacune en détient au départ une, mais en fusionnant des unités d'une même valeur, une unité peut détenir jusqu'à 3 cartes. Si vous essayer d'aller au-delà, l'unité verra ses 3 cartes fusionner en une nouvelle carte plus puissante. Ces cartes forment le deck du joueur, qui devra donc les utiliser à bon escient pour l'emporter.

Chaque unité dispose sous sa représentation (plutôt réussie d'ailleurs) de trois caractéristiques : d'abord, sous forme de cubes blancs, ses points de vie et ensuite ses valeurs d'attaque et de riposte face aux éléments blindés ou non blindés. Le joueur aura ainsi la possibilité de mener au combat fantassins, véhicules blindés, chars et canons. L'aviation est aussi présente, mais via les cartes d'action (comme le bombardier en piqué, ou le chasseur…). Les unités disposent parfois de capacités spéciales, comme la possibilité de voir dans le terrain adverse, la possibilité de soutenir une attaque en dehors de la ligne de front (c'est le cas de l'artillerie) ou encore de donner au joueur une étoile de commandement, lui permettant d'activer certaines cartes plus puissantes (généralement modifiant les caractéristiques des unités ou permettant à plus de deux d'entre elles d'agir. Contrairement aux points de commandement, les étoiles ne diminuent pas en fonction du nombre d'actions jouées, mais en fonction de la présence ou non des unités sur le champ de bataille).

Preview de Panzer General Online  Preview de Panzer General Online  Preview de Panzer General Online

Pay-to-Win ?

Le jeu peut sembler compliqué, mais une fois le tutoriel terminé, tout rentre dans l'ordre. En plus d'aider le joueur à comprendre les bases du jeu, il lui inculque quelques rudiments de tactique, fort nécessaires en jeu.  En effet, plus que les unités ou les cartes, c'est ce que vous en faites qui peut transformer une défaite certaine en une victoire éclatante. Les barrages d'artillerie sont ainsi très efficaces lorsque que le joueur détient la carte pilonnage, qui, pour deux points et à condition d'avoir deux étoiles, permet à quatre unités d'artillerie d'être activées (mouvement ou tir) avec un bonus +1 pour leurs caractéristiques. Cela peut s'avérer crucial lorsque l'ennemi en face détient de nombreux blindés lourds (sûrement obtenu via des mini-transactions) et que vous pensez ne pas faire le poids. Ainsi, les cartes peuvent faire pencher aisément la balance et amenuisent l'aspect pay-to-win du jeu tout en apportant un degré tactique supplémentaire.

En effet, comme tout free-to-play, le jeu dispose d'une boutique, qui permet d'acheter des boosters d'unités pour l'une des trois factions (Allemagne, USA, URSS). Bien entendu, vous gagnez la monnaie du jeu à force de parties jouées, les victoires apportant plus. Mais aussi via la « boite magique » (trouvable dans votre gestionnaire d'armées), qui permet, en accumulant les points spécifiques à force de victoires ou en sacrifiant des unités, d'obtenir des troupes ! Plus le niveau de la boite augmente (5 maximum) plus vos chances d'obtenir de bonnes unités grimpe aussi ! Avec une boite niveau 4, j'ai ainsi pu obtenir un char Panther. En effet, toutes les unités disposent d'une valeur de rareté, les meilleures unités étant les plus difficiles à obtenir, excepté moyennant finances. Mais rien ne peut empêcher un joueur disposant de chars lourds de perdre face à un joueur n'ayant effectué aucune transaction pécuniaire in-game, comme j'en fus souvent témoin (quelle joie de vaincre un ennemi qui a consacré du temps et de l'argent pour organiser son armée). Il est aussi possible d'obtenir d'excellentes unités sur le marché in-game ou encore lors d'events spéciaux (actuellement sur la bataille de Kursk). Lors des events, une nouvelle monnaie apparait, les médailles, remportées au cours des batailles en fonction des dégâts subis et effectués. Pour des sommes assez élevées (mais facilement atteignables, les events durant plus d'une semaine), le joueur peut obtenir de puissantes unités, comme un tigre ou un Nebelwerfer. De quoi fortifier des armées déjà puissantes et de surprendre l'ennemi.

Actuellement en béta ouverte, Panzer General Online vous permet de prendre part à des combats au tour par tour dans le cadre de la Seconde Guerre mondiale. Tout en gérant votre stock de points, vous devrez réduire à néant celui de votre adversaire ou détruire toutes ses unités. Le jeu se veut simple d'accès mais prenant et amusant, quoique les affrontements face à certains joueurs bénéficiant de puissantes unités, rappellent l'aspect pay-to-win du titre, qui s'estompe un peu plus à chaque fois que le joueur augmente de level et obtient des unités. La présence d'events, sans changer grandement le déroulement d'une partie, vient rompre la monotonie qui s'installe au bout d'un certain temps de jeu. En effet, le joueur se lassera vite s'il joue trop, mais l'intérêt de ce titre se trouvant dans son caractère Free-to-Play, il est possible de n'y jouer que de manière occasionnelle sans trop être largué.

Preview de Panzer General Online  Preview de Panzer General Online  Preview de Panzer General Online

Preview de Panzer General Online  Preview de Panzer General Online  Preview de Panzer General Online

Preview de Panzer General Online  Preview de Panzer General Online  Preview de Panzer General Online

B+
Panzer General Online

Même en y jouant occasionnellement, le jeu conserve un certain intérêt et vous promet de nombreuses parties où votre sens de la tactique sera mis à rude épreuve.
Intérêt historique :
  • +Le nombre d'unités
  • +Le concept
  • +La tactique
  • +Free to play
  • -Quelques bugs et plantages (mais c'est une béta)
  • -Des joueurs pay to win
  • -Le manque d'équilibrages

  • Lyrik Le Vétéran, Testeur, Historien
  • "I'm ashamed of you, dodging that way. They couldn't hit an elephant at this distance" Major général John Sedgwick avant d'être mortellement frappé par une balle sudiste...