Lock 'n Load : Heroes of Stalingrad

Zglub
6 juin
2013
Info sur le jeu
PlateformePC Windows
ÉditeurMatrix Games
DéveloppeurLock 'n Load Publishing
Date de sortieFévrier 2014

Retour sur le front de l'Est avec la preview de Heroes of Stalingrad, nouveau volet de la série Lock'n Load (LnL). À l'origine, Lnl est un jeu de plateau, développé par Mark H. Walker. Il s'agit d'un système général permettant de recréer des affrontements tactiques, sur une période s'étendant de la deuxième guerre mondiale à la fin du XXème siècle. L'adaptation vidéoludique se veut la plus fidèle possible par rapport au jeu sur carte.

Présentation du concept

Mark H. Walker's Lock 'n Load : Heroes of StalingradLe jeu se déroule sur une carte recouverte d'hexagones. Les pions représentent au maximum une douzaine d'homme, un personnage important (leader, héros, médecin,...), une arme de soutien ou un véhicule. Chaque hexagone représente environ 50 mètres, et un jour de jeu représente 2 à 4 minutes de temps réel.

Le jeu se déroule au tour par tour, chaque tour ayant une durée variable : soit toutes les unités ont été activées (sachant qu'une unité ne peut être activée qu'une fois par tour), soit les joueurs n'ont rien fait durant trois impulsions lors de la phase d'opération (en clair, le joueur 1 passe, le joueur 2 passe, et si le joueur 1 passe de nouveau, cela signifie la fin du tour). Chaque scénario a un nombre de tours maximum, et le joueur doit remplir une série d'objectifs à la fin du scénario pour l'emporter. Classique, donc.

Un tour de jeu se déroule toujours suivant le même schéma : d'abord, un jet de dés détermine quel camp a l'initiative (qui joue en premier le tour en cours). Ensuite, vient la phase de ralliement. Les joueurs tentent, toujours à coup de dés, de rallier leurs unités secouées (le joueur ayant l'initiative en premier). Mais ce n'est pas la seule action possible dans cette phase. Ainsi, les unités pourront s'emparer des armes de soutien abandonnées dans l'hex où ces unités se trouvent. Les médecins pourront également tenter de soigner les blessés.

Vient ensuite la phase d'opération, la plus importante et la plus longue du tour. Elle se divise en « impulsions ». Au cours d'une impulsion, le joueur peut activer les unités présentes dans un seul hexagone. Il pourra alors, au choix, déplacer ou faire tirer ces unités, ensemble ou par petit groupe (par exemple, déplacer une unité dans le but de débusquer une unité ennemie, et faire tirer les autres unités de l'hexagone sur l'ennemi ainsi dévoilé. Lorsque le joueur en a terminé avec les unités présentes dans l'hexagone activé,  l'impulsion se termine, et l'adversaire démarre une autre impulsion. En d'autres termes, à chaque impulsion, le joueur choisit un hexagone qu'il va activer, et agit sur les unités présentes dans cet hexagone. La seule exception est lorsqu'un Leader est activé dans un hexagone, il permet, grâce à son rayon de Leadership, d'activer les unités situées dans les hexagones adjacents. Un placement judicieux des Leaders permet donc d'activer une grosse partie de ses unités en une seule impulsion...Choix tactiques intéressants en perspective...

Lorsque la phase d'opération est terminée, vient la phase administrative, ou différents marqueurs sont retirés du jeu, et un nouveau tour commence.

La tactique ne tient parfois qu'à un jet de dés...

Mark H. Walker's Lock 'n Load : Heroes of StalingradComme pour la version sur cartes, les actions sont résolues par de jets de dés, auxquels s'appliquent divers modificateurs (liés au terrain, à la présence d'un leader,...). Chaque action (à l'exception du déplacement des unités) est soumise à la réussite d'un test, qui consiste à comparer le résultat d'un jet de dés modifiés au moral de l'unité. Évidemment, les résultats des combats (tir et melée) sont issus d'un jet de dés sur la table des résultats des combats (comme dans tout wargame classique).

Les résultats de jets de dés restent affichés à l'écran aussi longtemps que le joueur le désire, et les scénarios d'apprentissage sont suffisamment clairs pour permettre au joueur d'assimiler les mécanismes de base.

Signalons encore que lors d'un test de moral suite à un combat, il est possible que le résultats des dés débouchent sur la création d'un Héros, qui sera représenté par un pion spécifique, et qui pourra également obtenir une carte de capacités (skill card), pouvant octroyer différents bonus selon la situation (points de mouvements supplémentaires, infliger plus de dommages à certains types d'unités,...).

Variété dans les situations et dans l'ordre de bataille

Mark H. Walker's Lock 'n Load : Heroes of StalingradHeroes of Stalingrad comprend deux campagnes (une dans chaque camp), chacune composée d'une succession de scénario, dont il faut remplir les objectifs avant de pouvoir passer au suivant. Le jeu permet également de jouer une douzaine de scénario, mettant en scène des situations diverses : prise d'un pont, défense d'un village, prise d'une usine,...). Les unités présentes représentent bien évidemment l'infanterie, mais également les partisans, les blindés, les camions de transport, l'artillerie sur carte et hors-carte... Bref, une belle panoplie d'unités diverses et variées permettant à chacun de développer son sens tactique. De plus, les pions sont assez jolis et les informations essentielles sont visibles sans difficulté.

Les cartes sont également bien réalisées et très lisibles. Un jeu aussi joli à regarder qu'intéressant à pratiquer. Les mécanismes s'apprennent rapidement, et un système d'infobulles fournit des informations en permanence, au cas où le joueur ne comprendrait pas pourquoi il ne peut entreprendre une action déterminée.

Le seul bémol tient au fait que les unités sont toujours placées au même endroit à lorsque l'on relance un scénario. On y perd un peu d'élément de surprise, mais le hasard inhérent au lancer de dés fait que les scénarios peuvent être rejoués sans que les mêmes actions se répètent malgré tout.

A
Lock 'n Load : Heroes of Stalingrad

Même si certains éléments peuvent encore changer, Heroes of Stalingrad semble être bien parti pour séduire les amateurs d'affrontements tactiques et fanas de guérilla urbaine (Stalingrad oblige), mais également les joueurs occasionnels, à la recherche d'un petit jeu sympathique, pas trop compliqué mais qui offre pas mal de possibilités tactiques. Un jeu qui méritera certainement une très bonne note lors du test de la version finale. Et si en plus, le placement des unités varie à chaque fois que l'on relance un scénario...la note maximale n'est pas loin.
Intérêt historique :
  • +Graphismes agréables
  • +Règles simples
  • +Bons scénarios d’apprentissage
  • +Informations données en permanence
  • -Les unités sont toujours placées au même endroit au début d’un scénario
  • -Le nombre de scénario : 12 (à moins que la version finale en comporte plus…)

  • Zglub Le Wargamer belge, Ancien membre d'HistoriaGames
  • "La guerre! C'est une chose trop grave pour la confier à des militaires." G. Clémenceau